AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757841157
Éditeur : Points (10/04/2014)

Note moyenne : 3.08/5 (sur 25 notes)
Résumé :
La liberté des acteurs est un fait ; l'existence de systèmes organisés et cohérents en est un autre. Comment ces deux réalités s'articulent-elles ? Michel Crozier, l'auteur du Phénomène bureaucratique, associé à Erhard Friedberg, montre, contre tous les mirages d'une rationalité totalitaire, le caractère essentiellement " opportuniste " des stratégies humaines et la part irréductible de liberté qui existe dans toute relation de pouvoir.
Ce livre n'est pas un ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Laurence64
  14 avril 2013
Au cours de ma carrière professionnelle, ce livre m'a été vivement conseillé au point que tout formateur (trice) vierge de cette bible sociologique n'avait plus que l'optique d'une terne reconversion comme avenir.
Oh, pas un avenir prometteur. Non, un avenir genre caissier-caissière mais avec le choix de l'enseigne. le formateur de formateurs est magnanime et garde un esprit ouvert: Carrefour ou Casino, Leclerc ou Mamouth qui écrasait les prix en cette seconde partie du XX° siècle laquelle avait déjà constaté la disparition du ptérodactyle).
NB: le mammouth disparut peu à peu, éreinté d'écraser des prix qui ne cessaient de renaître de leur maltraitance. Rien ne fut jamais gratuit. Mamouth capitula, Auchan verdit et fleurit.
Bref, QUATRE fois, je fus sommée de me jeter sur l'indispensable bouquin commis par deux éminents chercheurs du CNRS. La jeunesse enthousiaste, emplie de foi en mon intelligence (supérieure à un QI de 32), j'acquis le manuel (pas Valls qui arriva plus tardivement) dès la première invite.
Ah! Quatre-cent-soixante-dix-huit pages aussi poétiques que la notice explicative d'un meuble Ikéa m'attendaient, me promettant une élévation au sommet de mon professionnalisme qui ne semblait pourtant guère poser problème. Mais ma conscience professionnelle relevée d'une petite pointe d'orgueil (pas de cerfeuil) me fit ouvrir le bouquin sans lequel le salut ne saurait être.
D'autant que la quatrième de couverture affirmait (et affirme toujours): "Ce livre n'est pas un manuel de sociologie des organisations mais bien une sociologie de l'action organisée".
Là, immédiatement, je me suis mise au garde-à-vous.
J'ai poursuivi: "Il constitue une véritable critique de la raison collective".
Pfiou… Après Kant et sa critique de la raison pure, je vais assimiler de l'intelligence à me faire péter la boîte crânienne.
Mes stagiaires en orientation-insertion ou en recherche d'emploi, finiront tous enseignants-chercheurs au mieux. Au pire, auréolés de mon nouveau savoir organisationnel pourront-ils remplir correctement leur agenda.
Sauf que…
Munie d'un crayon bien aiguisé, ma mignonne langue tirée pour stimuler ma concentration, je commençais à annoter vaguement quelques paragraphes. A la page 21 (remerciements des auteurs et avant-propos inclus), je cessais mon crayonnage aléatoire. Je rentrais ma langue, partais boire un café (noir sans sucre), et abandonnais provisoirement le livre sacré.
Des mois passèrent. Nombreux. Mon expérience dans l'animation de groupes augmenta et un nouveau formateur de formateur jugea rédhibitoire la méconnaissance de l'acteur et le système.
Frétillante (oh comme la mémoire est courte!) je me jurai de faire mieux que la fois précédente!
D'autant que j'économisais le prix de l'achat demandé! Je le possédais, LE livre! Je pouvais lever le doigt! Ouiiiii, je connais messieurs Crozier et Friedberg! Oui oui oui je l'ai un peu lu.
Sous le regard approbateur du formateur de formateurs et les mines admiratives de certains collègues, je me promettais in petto de remédier à ce demi-mensonge.
478 pages hautement sociologiques ne sauraient plus m'intimider.
J'exhumais ce qui n'est pas une biographie de Jean Gabin de l'étagère des pestiférés (sur laquelle s'empoussièrent Mein Kampf, l'alchimiste, …) et repris avec entrain les remerciements et l'avant-propos. Dès la seconde page de l'introduction, je me proposais de remplacer "l'élucidation des effets contre-intuitifs ou effets pervers qui caractérisent les affaires humaines" de Crozier par le silence des agneaux de Harris. On ne saurait m'opposer l'absence de perversité d'Hannibal Lecter.
Bref, le livre regagna son étagère d'exil et doucement jaunit. Jusqu'au jour où….
… Un formateur de formateurs construit sur le même modèle unique nous conseilla l'acteur et le système. Pourtant, cette fois encore le thème de la formation différait. Mieux que la Bible ou le Coran, L'Acteur et le Système! Ce livre répond à toute question dès lors que deux personnes au moins sont concernées.
Je le présume indispensable pour se réunir aux fins de manifester sur un thème ou un autre. Nécessaire pour bosser avec quelques collègues mal intentionnés. Utile pour cohabiter intelligemment dans une salle de cinéma au milieu de cornets de pop-corn sournois.
Sans jamais être parvenue à dépasser la page 42 (j'y ai retrouvé un coup de crayon impérieux), je ne peux que vous vendre cet ingénieux bouquin qui aborde sans tabou les cas de services hospitaliers de dialyse rénale (p 272).
S'il affirme être une sociologie de l'action organisée, je peux affirmer qu'il est:
- un puissant hypnotique permettant de trouver le sommeil après lecture de deux pages.
- une arme de destruction massive de confiance en soi à offrir gaiment comme étant l'indispensable à connaître
- un moyen de réussir ses barbecues durant tout l'été grâce à son papier froissable.
- un accessoire à glisser dans son sac aux environs d'une faculté de sociologie ou aux abords d'un formateur de formateurs.
- un élément utile pour pondérer les résultats hallucinants de vos tests QI en ligne dont les sites, soucieux de votre fidélité, font de vous le génie méconnu de la planète.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          272
Torticolis
  14 novembre 2013
Bien que de langue maternelle française, je dois confesser ne pas avoir tout compris. Je pense que cet ouvrage me confirme que je ne suis pas une intellectuelle, j'espère que d'autres qualités pallieront.
Commenter  J’apprécie          10
Jubibu
  27 juillet 2013
C'est vieux mais c'est une référence dans la sociologie d'entreprise. Pas compliqué à lire, c'est idéal pour avoir de bonnes bases dans le domaine et ça aidera tous ceux qui travaillent en entreprise pour mieux comprendre les enjeux derrière les comportements de chacun.
Commenter  J’apprécie          00
Fitah
  26 janvier 2015
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
valamarsvalamars   30 avril 2015
Le changement n'est ni le déroulement majestueux de l'histoire dont il suffirait de connaître les lois ni la conception et la mise en oeuvre d'un modèle plus rationnel d'organisation sociale. Il ne peut se comprendre que comme un processus de création collective à travers lequel les membres d'une collectivité donnée apprennent ensemble, c'est à dire inventent et fixent de nouvelles façons de jouer le jeu social de la coopération et du conflit, bref, une nouvelle praxis sociale, et acquièrent les capacités cognitives, relationnelles et organisationnelles correspondantes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
VolsseauVolsseau   29 mai 2014
Toute analyse sérieuse de l'action collective doit donc mettre le pouvoir au centre de ses réflexions. Car l'action collective n'est finalement rien d'autre que de la politique quotidienne. Le pouvoir est sa "matière première".
Commenter  J’apprécie          20
rolandroland   26 octobre 2007
p. 24 : "Domineront alors ceux des acteurs qui seront capables d'affirmer et d'imposer leur maîtrise des incertitudes les plus cruciales."
Commenter  J’apprécie          30
TorticolisTorticolis   14 novembre 2013
Par là on touche un élément capital de la vie des groupes qu'on a trop fortement tendance à négliger : le substrat relationnel, les instruments proprement culturels permettant au groupe de se constituer, c'est-à-dire de résoudre le problème non seulement de l'agrégation, mais aussi de la mobilisation des aptitudes, connaissances et intérêts divergents, sinon contradictoires, d'acteurs-membres relativement autonomes, ainsi que de gérer les conséquences affectives qui en découlent. (p. 216)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
berpikirberpikir   04 décembre 2016
La stratégie ou les stratégies de chacun des participants n'est que le ou les partis qu'ils adoptent dans le jeu, et c'est la nature du jeu qui leur donne leur rationalité.
Commenter  J’apprécie          00
Video de Michel Crozier (2) Voir plusAjouter une vidéo

Notre ordinateur quotidien
La moitié des actifs soit 10 millions de français travaillent aujourd'hui dans les bureaux. Louis DOUCET interview M. Michel CROZIER, C.R.N.S. "la bureaucratie actuelle est-elle un héritage d'autrefois.... l'arrivée de l'ordinateur correspond-elle à l'arrivée de la machine à trier ..." extrait de "MESSIEURS LES RONDS DE CUIR" (le dossier "quibotte").Image du Sicob qui vient d'ouvrir ses...
Dans la catégorie : Groupes sociauxVoir plus
>Sciences sociales>Sciences sociales : généralités>Groupes sociaux (758)
autres livres classés : sociologieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
249 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre