AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756039713
Éditeur : Delcourt (18/09/2013)

Note moyenne : 4.14/5 (sur 907 notes)
Résumé :
Pour échapper à la condamnation qui le menace après avoir été jugé déserteur lors de la Grande Guerre, Paul Grappe, marié à Louise Landy, se travestit en femme et devient Suzanne Landgard. Pendant dix ans, il pousse la dissimulation et le changement d'identité au-delà des genres, prenant plaisir à la bisexualité, l'échangisme ou au proxénétisme occasionnel. Et Louise qui suit. Fidèle. Jusqu'à commettre l'irréparable...

Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (218) Voir plus Ajouter une critique
ninosairosse
  23 mai 2018
♫Il n'est pas rasé, tout son poil m'arrache,
et quand il m'embrasse, il sent le tabac.
Oui mais i'm'fait des tas d'machines qu'attachent,
et je suis pâmée quand j'suis dans ses bras.
C'est pas une demi-portion,
une galette, un avorton,
lui c'est un mâle.
J'aime son nez tout écrasé,
sa mâchoire en or plombé,
dans son teint pâle.
Il peut me filer des coups,
Il peut me piquer mes sous,
sans que je râle.
Il a des gros biscoteaux,
et c'est lui l'roi des costauds,
c'est le mâle qu'il me faut.♫
Fréhel - 1933 -
extrait page 13
14-18 ! le comble pour un "poilu" !?
devoir s'épiler pour passer inaperçu ;-)
Paul, traumatisé, deserteur, se travestit
devient Suzanne et attend l'amnistie.
Rutabagas, point de supérette
et tout Paris pète , ma pauvre Lucette (p67)
Transgenre engagé dans les fentes à seins
Histoire vraie, selon "la garçonne et l'assassin"
Sincères bravos à Chloé Cruchaudet
parfaite ébauche, genre LGBT
véritable incitation à la débauche
turlut tu tues
casques pointus...
sur la tête des boches.
le mâle qu'il me faut, finalement
doit-il être un mâle blanc ,
blanc bonnet ou bonnet blanc ?
c'est la question du moment.....







+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          910
Crossroads
  28 novembre 2013
J'ai surkiffé grave de la boule cette BD à l'aune de la détestation éprouvée en découvrant une 4e de couv' qui balance l'entièreté du récit plutôt que d'en livrer les quelques bribes susceptibles de déclencher l'achat plaisir croquant gourmand !
Toi qui t'apprêtes à tenter l'expérience Mauvais Genre , de survoler l'ultime feuillet tu t'abstiendras .
Par mesure de rétorsion , retrait immédiat à la note finale de 0.000000000057 étoiles histoire de marquer le coup , faut pas déconner non plus !
Adapté librement de la Garçonne et l'Assassin ( Virgili / Voldman – Mai 2011 ) , Mauvais Genre , basé sur des faits réels , touche du doigt , l'auriculaire plus précisément , la perfection .
Le récit s'ouvre sur un procès .
Dans le box , Louise Landy .
Son seul tort , avoir aimé Paul Grappe à la folie .
C'est un bal tout ce qu'il y a de plus classique qui scellera définitivement le destin de ces deux tourtereaux qui n'en finissaient pas de se tourner autour . Un amour de courte durée contrarié par le service militaire puis survient la première guerre mondiale . 14-18 , la guerre totale . le froid , la faim , la peur et les potes décimés un à un , s'en est trop pour Paul qui se fait déserteur . Recueilli et caché par sa douce , désormais couturière , dans une chambre exigüe avec vue plongeante sur un mur aussi triste qu'un discours de …....... , chacun y accolera son orateur préféré , Paul tourne en rond , en losange et en parallélépipède rectangle puis finit par devenir chèvre . Clairement , cette situation lui prend le chou . N' y tenant plus , il use d'un subterfuge génialement risqué afin d'échapper à la maréchaussée toujours à ses trousses et s'octroyer enfin la possibilité de découvrir un Paris des années folles bouillonnant et décomplexé .
Magistral !
Graphisme , récit , dialogues , tout est d'un niveau stratosphérique .
Les thèmes abordés et les réflexions induites abondent .
De l'âge d'or de ce couple à sa déchéance , que d'épreuves traversées , que de bonheurs éprouvés , que de souffrances endurées .
Le graphisme est majoritairement sombre et s'affranchit de tout cadre . Les cases sont vivantes , déstructurées et d'une élégance folle .
Visages sublimés . Corps sensuels en perpétuel mouvement accentuant une urgence de vie que l'on prophétise déjà fugace . Emancipation totale des moeurs enfin assumés et conduisant aux pires excès , aux actes définitifs .
Tout est bon , rien à jeter – excepté cette satanée 4e de couv' - , plaisir maximal , digne d'un plaquage viril mais correct de Sebastien Chabal .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8414
marina53
  02 décembre 2013
C'est au cours d'une soirée dansante que Louise et Paul sont tombés sous le charme l'un de l'autre. Un petit tour de valse, une promenade en barque.. rien de plus pour convaincre les jeunes amoureux qu'ils étaient faits l'un pour l'autre. Mais, aussitôt après le mariage, Paul est appelé sous les drapeaux. La guerre éclate et nommé caporal, il n'aura d'autres choix que de servir son pays. Dans les tranchées, c'est l'horreur et il essaie tant bien que mal de remonter le moral de ses troupes. Après avoir vu un compagnon de fortune se faire tirer dessus et mourir sous ses yeux, il décide de se couper le doigt et se retrouve ainsi à l'infirmerie pendant plusieurs mois. Mais son colonel exige de lui qu'il retourne au front. Ne se sentant aucunement l'âme d'un héros, il se fait déserteur et retourne auprès de Louise. Malheureusement, n'ayant que très peu de moyens, ils sont logés dans un petit hôtel minable. Très vite, Paul tourne en rond, s'ennuie toute la journée, se met à boire et les horreurs de la guerre refont alors surface. Lui vient alors une idée de génie pour pouvoir sortir de cette chambre: se transformer en femme. Et c'est avec l'aide de Louise qu'une toute autre vie va s'offrir à eux...
Inspiré de faits réels et d'après «La garçonne et l'assassin», ce superbe album raconte les dix années que Paul a vécues en devenant Suzanne afin de retrouver un semblant de liberté. D'abord aidé par Louise, Paul prendra de l'assurance, se fera son propre personnage pour finalement se confondre avec Suzanne. Traitant de sujets aussi délicats que la quête de soi, de sa propre identité, de la violence conjugale, de la complexité des sentiments amoureux, de l'horreur de la guerre et ses traumatismes, Chloé Cruchaudet nous transporte dans ce Paris des années folles et nous offre un récit incroyable, passionnant et bouleversant de ce couple hors norme. Avec une mise en page aérienne, des pages sombres de toute beauté, un rouge chatoyant, des tons gris expressifs, un dessin gracieux et un trait fin et juste, on savoure chaque page et l'on suit avec passion l'histoire et la décadence de Suzanne.
Mauvais genre... mais fréquentable!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          705
jamiK
  15 mars 2018
Déserteur pendant la grande guerre, et pour se cacher, Paul devient Suzanne, avec la complicité de sa femme, Louise. le graphisme est simple, en noir et blanc avec quelques taches de rouge, rouge à lèvre, manteau… sensible, tout en subtilité, comme le scénario, qui ne tombe jamais complètement dans le voyeurisme, ou le sordide, toujours sur le fil du rasoir, jamais tout blanc ou tout noir, à chaque fois que l'histoire semble basculer d'un côté ou de l'autre, c'est pour ce retourner aussitôt dans la planche suivante, du coup, on s'attache à ces personnages, pourtant plein de faiblesses et de contradictions, parfois sublimes, parfois détestables. le point fort de cette bande dessinée, c'est justement de ne pas tomber dans le manichéisme ou le moralisateur, c'est justement de montrer l'imperfection, la beauté et la laideur à la fois, c'est de raconter une histoire avec sensibilité, sans parti pris, elle ne nous demande pas d'avoir de l'empathie ou du dégoût pour ce couple, cette histoire joue non pas de ses personnages, mais des sentiments du lecteur face à cette histoire, c'est là que c'est fort, on n'en ressort pas indemne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          560
Macha_Loubrun
  20 février 2015
A partir d'un étonnant fait divers, un album troublant d'une grande sensibilité…
C'est la tragique histoire d'amour entre Paul et Louise, parfaitement résumée sur la couverture de cet album magnifique. Dans un premier temps, Paul, qui refuse de servir de chair à canon dans les tranchées durant la première guerre mondiale devient déserteur et se déguise en femme pour sortir de sa clandestinité, aidé par son épouse Louise… Louise aide Paul à se transformer en femme, étrange jeu érotique, Paul prend goût à sa nouvelle vie. Les situations deviennent graveleuses, glauques, le couple mène une vie libertine mais Louise veut retrouver son homme, elle veut lui ôter son soutien-gorge… le couple se retrouve dans une impasse, le drame n'est pas loin.
Le trait élégant de Chloé Cruchaudet restitue l'atmosphère assez étouffante dans laquelle le couple évolue, en marge de la société, dans la Paris des années folles. Les dessins souvent crus ou cruels, traduisent en noir et blanc avec un peu de rouge, cette histoire passionnelle, sombre et sanglante.
Une belle incitation à la réflexion sur le couple et l'identité sexuelle, on attend avec impatience une adaptation cinématographique...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          501

critiques presse (9)
Liberation   03 février 2014
Dans Mauvais genre (Delcourt), Chloé Cruchaudet s’attaque à la Grande Guerre et aux années folles, à travers la vie de Paul Grappe, alias Suzanne Landgard.
Lire la critique sur le site : Liberation
BDSelection   06 décembre 2013
Mauvais genre parle avec sensibilité et brio d'un enfermement qui conduit à l'implosion d'un couple. Et cela fait finalement froid dans le dos !
Lire la critique sur le site : BDSelection
Lexpress   02 décembre 2013
Entre confusion des genres et traumatismes de la guerre, Chloé Cruchaudet restitue une histoire d'amour singulière et tragique avec un sens de la mise en scène admirable.
Lire la critique sur le site : Lexpress
BDGest   12 novembre 2013
Passionnant de bout en bout, Mauvais genre est de ces bandes dessinées qui résonnent encore une fois achevées. À lire !
Lire la critique sur le site : BDGest
ActuaBD   24 octobre 2013
D’après une histoire vraie, un récit magistral illuminé par un dessin de haute volée.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Telerama   10 octobre 2013
Cette « histoire vraie » est revisitée, revivifiée, portée à incandescence, et démonte avec brio les clichés d'époque sur l'ambiguïté sexuelle et les lieux communs sur la représentation de l'héroïsme.
Lire la critique sur le site : Telerama
Sceneario   01 octobre 2013
La modestie dont fait preuve l’auteur est tout à son honneur mais sous cet angle le récit peine à convaincre et les passages sur la guerre des tranchées sont tous complètement au mieux maladroit, au pire totalement ratés.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Actualitte   30 septembre 2013
A l'image de la danse que partagent les deux amoureux au début de l'ouvrage, son dessin est fluide et souple, faisant disparaître les cases pour aérer les planches. Le choix d'un noir et blanc très sobre, parfois éclairé d'une tache de rouge, fait que l'ouvrage engendre chez le lecteur une profonde mélancolie.
Lire la critique sur le site : Actualitte
BoDoi   20 septembre 2013
Mauvais genre est une histoire de passion et de folie. [...] Le noir et le rouge s’emmêlent, se heurtent, traduisant la flamboyance de l’amour, l’insupportable désespoir. Sans jamais céder à la complaisance, l’auteure parvient à rendre son récit vibrant, captivant, poignant.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (80) Voir plus Ajouter une citation
armand7000armand7000   25 novembre 2019
i elle était là, c'était suffisant pour qu'il y ait quelque chose... d'électrique dans l'air. C'est comme si elle était plusieurs partenaires à la fois un être complet et magnifique. Si vous aviez affaire à un homme ou à une femme, vous pouviez vous attendre à un certain comportement... Alors qu'elle était imprévisible. Elle pouvait être douce et violente à la fois, passer de la pudeur à la fougue... Tout ça avec une liberté incroyable... C'est ça, qui était attirant peut-être.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ZilizZiliz   27 janvier 2014
[années 1910]
- Surtout, fais bien attention. Ne fais pas comme moi. Choisis quelqu'un de bien, de solide. Quelqu'un sur qui on peut compter...
- Maman. Je vais juste danser pour m'amuser, n'en fais pas toute une histoire...
- C'est ça, oui... Tiens-toi bien, tu ressembles à rien toute tassée. Et n'oublie pas de baisser les yeux quand on te regarde, si tu ne veux pas passer pour une fille vulgaire.
(p. 6)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
LadydedeLadydede   29 septembre 2013
- Vous allez faire des courses M'zelle Suzanne ? Eh bien... bon courage !
J'ai passé ma matinée hier, y a que dalle... J'ai ramené trois rutabagas et deux navets.
- Aaah...quelle misère...
- Résultat, aujourd'hui, j'ai des gaz.
- Mais tout Paris pète ma pauvre Lucette. Qu'est-ce que vous voulez... Faut bien se nourrir...
Commenter  J’apprécie          190
ZilizZiliz   18 janvier 2014
[conseils entre femmes pour séduire, années 1910]
- Elle a raison. Tu touches tes cheveux, tu tripotes ton genou, tu baisses ta jupe... Comme ça tu flattes son instinct de chasseur, tu fais la proie innocente qui s'agite devant lui.
- C'est fatigant.
- Le coup de grâce : tu renverses la tête en gloussant pour lui offrir ton cou.
(p. 10)
Commenter  J’apprécie          152
LatuluLatulu   03 octobre 2015
- Regarde les gestes... Une femme, ça doit être discret, tout en retenue... Tu manipules les objets comme s'ils étaient très fragiles... Tu bouges lentement comme si tu étais dans l'eau... Tu fais comme si tu avais un peu froid...Tu pose ton verre sans faire de bruit...
- Bon, tu veux que je joue au pédé quoi...
Commenter  J’apprécie          120
Videos de Chloé Cruchaudet (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Chloé Cruchaudet
Chloé Cruchaudet - La poudre d'escampette .A l'occasion du Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême 2016, rencontre avec Chloé Cruchaudet autour de son ouvrage "La poudre d'escampette" aux éditions Delcourt. Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/cruchaudet-chloe-poudre-escampette-9782756075839.html Notes de Musique : Drop of Water In the Ocean by Broke For Free. Free Music Archive. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : travestiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3564 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre
.. ..