AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782203215467
Casterman (19/05/2021)
4.24/5   31 notes
Résumé :
Début des années soixante. L'Amérique est en train de changer mais pour Toland Polk, cela n'a guère d'importance. Déjà plus adolescent mais pas encore adulte, Toland Polk doit affronter seul une différence que la société n'est pas encore prête à accepter : celle de son homosexualité. La rencontre inattendue de Ginger Raines va pousser Toland à sortir de sa coquille et lui faire découvrir une oppression bien plus violente que celle qu'il subit : celle des Noirs dans ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Glittery_books
  15 janvier 2023
Je tiens tout d'abord à remercier Babelio ainsi que la maison d'éditions puisque j'ai reçu ce livre dans le cadre d'une masse critique.
Alors... que dire... déjà il faut savoir que ce n'est pas une autobiographie MAIS que c'est inspiré en grande partie de la vie de Howard Cruse, dans une version plus romancée. C'est aussi inspiré de la vie des personnes qu'il a rencontré au fil de sa vie, mais toujours romancée. Pour les personnes qui connaissent un peu l'histoire de l'Amérique et des minorités vivant là-bas, dans le passé ou même maintenant, d'ailleurs, ça paraîtra évident, surtout pour tout ce qui est manifestations et rassemblements, mais je préfère le préciser.
On commence avec un avant propos d'une personne qui connaissait Cruse, et qui parle de lui après sa mort. Je vous laisse découvrir mais j'ai trouvé cela très touchant. Et avant même de commencer la lecture des planches, j'avais d'ores et déjà l'impression de connaître Toland, mais aussi Howard. Il y a aussi deux pages écrites par le traducteur d'abord en 2001, à sa première parution, puis revu en 2021. Puis le roman graphique commence enfin et...
C'était si dense ! Je pense que le dessin ne plaira pas à tout le monde, personnellement, c'est ce qui m'a aidé à ne pas lâcher le livre parfois, mais c'est clairement un coup de crayon que l'on a pas forcément l'habitude de voir. C'est sombre, certains dessins paraissent très caricaturaux parfois, il y a des dessins qui m'ont mis mal à l'aise, ceux qui sont en rapport avec la violence. Il n'est pas question de sang, mais les blessures font très.. robotiques? Comme si l'être Humain pouvait se casser en morceaux. Je vous laisse découvrir, mais pour ma part, ces moments m'ont marqué alors je voulais en parler.
Il y a aussi de la nudité, personnellement je n'ai pas trouvé ça choquant mais je suppose que c'est toujours bon à savoir.
Les cases sont très petites, il y a beaucoup d'infos, c'est réellement un roman graphique, il y a beaucoup d'écriture, ce n'est pas un album à contempler (bien sûr, il y a de très jolies planches parfois mais l'important est dans l'histoire, moins dans le crayon)
Les personnages sont la force de ce roman graphique. La plupart son très attachants, l'autre restant est détestable et nous donne envie de les frapper à travers le papier. Malheureusement, on sait tous que les gens comme eux existent réellement, que ce n'est pas que des personnages, au final. Que ce soit dans les années 60,70,90 ou même maintenant. C'est un reflet de notre sociéte actuelle, et c'est triste de l'avouer, mais peu de choses ont avancé depuis la parution de ce bouquin pour la première fois dans les années 90 ou même lorsque se déroule l'histoire, et ce qu'a vécu Howard Cruse, dans les années 60.
Mais je vous assure que la plupart des personnages sont touchants, et on voit que l'histoire s'inspire de parcours de personnes réelles, parce que les personnages paraissent réels. Je n'ai pas eu de préférés, même si Ginger m'a donné l'impression que j'étais proche d'elle, puisque nous avons des points communs, et que certaines de ses paroles sont des choses que j'aurais pu dire.
Malgré ces personnages et le coup de crayon qui me plaît beaucoup, j'ai eu du mal à voir le bout de ce roman graphique, puisque comme dit plus haut, c'est très dense, plein d'informations d'un coup, énormément de personnages à la fois aussi et avec ma pauvre mémoire, je me suis retrouvée de nombreuses fois perdues, puisque je posais parfois le livre pour faire des pauses. J'aurais été bien incapable de lire ce bouquin d'une traite, même s'il est très interessant.
Ce n'est pas que je ne le conseille pas, mais j'espère que vous trouverez quelque chose pour vous accrocher à l'histoire, comme ca a été mon cas pour le coup de crayon ainsi que les personnages. Stuck Rubber Baby reste un livre important à lire, et comme le dit la critique sur le bordereau entourant le livre, Cruse était en avance sur son temps.
Le livre se termine avec une postface et des informations sur l'écriture et les dessins. J'ai trouvé ça très interessant mais encore une fois, un peu dense. J'ai oublié de le préciser avant, alors j'en profite pour le glisser là, puisqu'il y a toute une partie sur la proposition de l'écriture du roman graphique etc. mais Cruse a mis des années pour écrire, dessiner, et terminer en globalité ce livre, quatre ans pour être exact. Et clairement, on comprends en lisant pourquoi tout cela a pris autant de temps. Il s'est documenté, il a été cherché des infos un peu partout, et je trouve ça tellement bien de se renseigner autant. Après tout, lorsqu'il a dessiné ces planches, il n'avait pas accès à Google pour avoir quelconques exemples.
En bref un roman graphique important, qui parle de sujets TRES importants qui sont encore d'actualité, dont tout le monde devrait parler, et s'y intéresser, mais malgré tout bien trop dense et avec un coup de crayon qui ne plaira certainement pas à tout le monde. Beaucoup trop d'informations sur chaque planche, peut-être un peu trop de personnages, aussi. Mais je ne regrette absolument pas de l'avoir lu, et je lui donne 3 étoiles parce que j'ai tout de même apprécié.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Gruizzli
  06 décembre 2022
Je ne vais finalement pas attendre pour écrire mon avis sur cette BD, parce que je suis certain de ce que j'en pense : c'est bien, et c'est à peu près tout.
Déjà, il faut souligner le gros point noir : c'est indigeste ! Mon dieu que c'est difficile à lire, long et rapidement écoeurant. C'est rare que je doive poser une BD et y revenir plusieurs fois sur une longue période de temps, mais là c'est vraiment le cas. Difficile d'accès, donc, et renforcé par un dessin bien trop surchargé (à l'image d'ailleurs de la couverture), trop de textes, pas de temps pour souffler ... Certes il y a beaucoup à dire, mais là on frôle l'indigestion. Je n'ai jamais eu autant de mal à lire 200 pages.
Niveau défaut, je rajouterai le fait que c'est malheureusement pas très innovant. L'idée de montrer en parallèle la lutte pour les droits civiques et la naissance des mouvements de reconnaissance des gays est bien pensée, mais c'est déjà vu. En soi, je n'ai rien tiré de cette BD, ni surprises ni nouveauté. Oui, c'était pas chouette comme période si on était noir et/ou homosexuel, mais ça je le savais déjà. Et pour le reste, bien qu'on sente l'attachement de l'auteur à tout ce qui se passe ... Ben je suis passé un peu (voir largement) à côté. Et c'est le genre de BD qui a tout intérêt à vous prendre par les sentiments pour que ça passe, donc bon ...
Pour finir sur une note positive, je dois dire qu'il y a une belle galerie de personnages bien sympathiques, avec une façon de les présenter qui différencie enfin les infinies nuances de racisme/intolérance (du simple commentaire à la haine pure et simple). Ajoutons que c'est une peinture d'époque très bien faite.
Mais bon, voila ... C'est lourd à lire, long et pas forcément innovant. Si vous ne connaissez vraiment pas grand chose sur cette période, allez voir. Mais je ne vous le recommande pas du tout. Il y a mieux sur le thème, je trouve.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
marietjf
  19 mai 2021
Cette réédition d'un roman graphique de 1995 est une découverte pour moi. C'est un volumineux livre en noir et blanc qui a remporté de nombreux prix et qui reste dramatiquement d'actualité.
Howard Cruse raconte une fiction largement inspirée de sa vie, Toland c'est un peu lui. Même si cette ville de Clayfield n'existe pas, on se croirait plongé dans le sud de l'Amérique des années 60 avec comme toile de fond les discriminations contre les noirs et les homos.
Le sujet est fort et traité avec finesse et retenue… le dessin est minutieux mais je l'ai trouvé difficile d'accès et j'ai parfois eu du mal à lire ces pages hachurées et ces cases chargées d'autant que je ne suis vraiment pas fan de sa façon de dessiner les personnages…. (ça me rappelle Backderf et j'ai vraiment du mal…)
Ceci dit je mesure l'importance d'un tel album et l'engagement de son auteur, une postface et un cahier graphique rappellent d'ailleurs la valeur de ce livre considéré par beaucoup comme un chef d'oeuvre essentiel !
Merci à Casterman pour cette lecture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
alouett
  04 décembre 2010
L'histoire se déroule à Clayfield, une ville imaginaire d'Alabama des États-Unis. Elle va servir d'ancrage à Howard Cruse pour développer Un monde de différence. Historiquement, nous sommes dans les années 60 : JFK est Président depuis quelques mois, Martin Luther King milite pour les droits civiques des Noirs, le pays appelle sa jeunesse pour aller combattre au Vietnam. Des slogans émergent : sexe, drogue et rock'n'roll !… et un fossé énorme entre le Nord et le Sud – séparés par la ligne Mason-Dixon – puisque ce dernier est toujours réfractaire à l'idée d'enterrer à jamais ses chers préceptes rétrogrades.
Dans ce contexte social, Toland Polk est un jeune garçon qui a grandit dans une famille plus tolérante que la moyenne, bien qu'il soit encore prématuré d'afficher cette position aux yeux de tous. Son enfance, Toland la passe entre l'école, les jeux avec Ben (le fils de leur jardinier noir) et la vie de famille. Tout est bien rôdé, les codes sociaux sont acquis lorsque arrive le passage de l'adolescence à l'age adulte et les premières expériences sexuelles.
Le personnage principal est balloté par la difficile acceptation de son homosexualité, sexualité « hors norme », d'autant plus difficile qu'elle se fait dans une Amérique très traditionnelle. Howard Cruse met ici en avant des contrastes forts, une génération coincée entre le respect de repères sociaux (valeurs religieuses comme le mariage mais également des idées d'extrémistes comme le KKK) et un désir de tolérance, de liberté. Toland, le personnage principal, est indécis, ambigu. Il a du mal à se positionner clairement et suit généralement le chemin que tracent pour lui ses amis. Très égocentrique, il manque avant tout de convictions et d'ambitions. Ses amis bousculent son petit univers protecteur dans lequel il s'est lové. Peu à peu, il va côtoyer des militants, des homosexuels, des noirs,… des noirs homosexuels militants. Sa personnalité effacée, sa timidité, son manque de confiance et sa recherche d'identité sexuelle marquent assez bien cette ambiguïté dans laquelle se trouve la société d'une manière générale.
Lien : http://chezmo.wordpress.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
mesechappeeslivresques
  04 juin 2021
À Clayfield, dans le sud des Etats-Unis, le jeune Toland vit avec sa soeur et son mari dans la maison familiale suite au décès accidentel de leurs parents. Toland est blanc et travaille comme pompiste dans une station-service. Plutôt que d'accepter son homosexualité, il préfère entrer dans le moule en fréquentant Ginger, une jeune femme militante. Car dans les années 1960 en Alabama, mieux vaut ne pas être noir ou/et être gay.
Avec un groupe d'amis, une véritable prise de conscience s'opère pour Toland. Injustices raciales, violences policières, lynchages par le Ku Klux Klan, la peur rôde au sein de ses amis gays et afro-américains.
Mais ce récit s'attarde aussi sur le parcours intime de son narrateur, sur sa difficulté à assumer son homosexualité préférant se voiler la face. Indécis et plutôt égocentrique, il se laisse entrainer par Lester, Sammy et les autres dans des manifestations, des bars gays sans parvenir à trouver sa place.
Parue en 1995 pour la première fois aux Etats-Unis, cette bande-dessinée primée à plusieurs reprises est une lecture percutante sur la ségrégation raciale et l'homophobie dont souffre l'Amérique à cette époque. Une société gangrenée qui malheureusement a encore aujourd'hui du chemin à parcourir pour pallier à ces inégalités.
Si bon nombre d'éléments tels que la ville ou les personnages sont fictifs dans ce récit, une large part autobiographique s'entremêle à l'ensemble.
Les cases de ce beau roman graphique d'environ deux cents pages sont denses et prenantes. le coup de crayon tout en rondeur, les pointillés et les hachures, les détails réalistes qui composent ses dessins en noir et blanc sont une belle prouesse de la part d'Howard Cruse.
Quête initiatique mais aussi tableau d'une grande justesse d'une Amérique divisée, ce roman graphique est une belle réussite. Une oeuvre incontournable.
Lien : https://mesechappeeslivresqu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (2)
BDGest   25 mai 2021

Tour de force graphico-narratif mêlant constamment intime et sociétal, Stuck Rubber Baby est fascinant à tous les points de vue. C’est aussi et avant tout un témoignage indispensable sur une époque pas si lointaine et malheureusement pas totalement révolue.
Lire la critique sur le site : BDGest
Bedeo   19 mai 2021
Roman graphique essentiel qui explore les vestiges éclatants d’une époque odieuse.
Lire la critique sur le site : Bedeo
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
mabertrandmabertrand   21 décembre 2013
- " Si vous lisez les journaux, vous savez que nos notables bien aimés ont voté cette semaine la fermeture de Russel Park, soi-disant pour rénovations". "Et si vous avez fait attention à l'histoire récente du Sud, vous savez la raison exacte pour laquelle le maire et le commissaire Chopper veulent fermer ce parc". "C'est parce que Russel Park est l'endroit où les citoyens noirs de Clayfield se sont toujours réunis pour manifester contra la ségrégation raciale!. Ce qu'ils ont le droit de faire selon la constitution!".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
GregorGregor   01 octobre 2012
Je ne suis pas sûr d'être vraiment homo. Il ne faut pas toujours se fier aux apparences.
Commenter  J’apprécie          30

Lire un extrait
autres livres classés : droits civiquesVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus




Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4708 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre