AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782362661549
160 pages
Talents Hauts Editions (11/02/2017)
4.01/5   140 notes
Résumé :
1916 : les hommes sont mobilisés sur le front. À l’arrière, les femmes prennent la relève. Parmi elles, Agnès est embauchée comme conductrice de tramway. Lorsque son mari, Célestin, rentre blessé de la guerre, il supporte mal qu’elle gagne plus que lui. Une fois la paix revenue, Agnès est renvoyée : les hommes doivent retrouver leur place.
Révoltée par cette injustice, elle s’engage dans le mouvement des suffragettes. C’en est trop pour Célestin.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (62) Voir plus Ajouter une critique
4,01

sur 140 notes
5
24 avis
4
22 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis

thedoc
  14 juin 2018
Décidément, la littérature ado réserve de bien belles découvertes. A travers l'histoire émouvante d'une jeune suffragette, "Celle qui voulait conduire le tram" nous plonge dans une histoire qui rejoint la grande Histoire, celle de ces femmes qui se sont battues pour avoir les mêmes droits que les hommes.
Nous sommes en 1916, à Lyon. Agnès Meunier, jeune mariée, est ouvrière tisseuse dans une usine. Son mari, Célestin, est à la guerre. Comme de nombreuses autres épouses, Agnès a dû mal à finir les fins de mois. Alors lorsqu'elle apprend que l'on embauche des femmes à la Compagnie des omnibus et tramways de la ville, elle n'hésite pas une seconde. C'est ainsi que la jeune femme est embauchée comme wattwoman, conductrice de tramway, un poste jusque-là réservé uniquement aux hommes et bien mieux rétribué que son ancien emploi pourtant bien plus pénible. Pour Agnès, c'est une révélation : elle aime ce métier et se sent enfin épanouie. Mais le retour de Célestin puis la fin de la guerre vont la ramener à sa condition de femme et lui faire prendre conscience qu'une bataille est à mener pour que les femmes, enfin, aient les mêmes droits que les hommes.
Quelle histoire émouvante que celle d'Agnès ! Autour de ce personnage très attachant, nous plongeons dans l'immédiate après-guerre, lorsque les femmes qui avaient contribué à faire tourner le pays durant quatre années, ont été tout simplement renvoyées à leurs fourneaux et à leur ménage. Agnès, comme beaucoup d'autres, après avoir connue l'autonomie et la liberté, subit l'humiliation de se retrouver cantonnée à un rôle de femme soumise. La victoire de 1918 a alors pour elle un goût bien amer... Découvrir que des femmes comme elle luttent pour obtenir les mêmes droits que les hommes est alors une bouffée d'espoir. Un autre avenir semble possible.
Autour du destin de cette jeune conductrice de tramway révoltée par l'ingratitude des hommes et du gouvernement, Catherine Cuenca mêle habilement fiction et faits historiques. Elle fait ainsi intervenir des personnages qui ont bien existé comme la féministe charismatique Madeleine Pelletier. Elle évoque également l'association féministe "La solidarité des femmes" ou encore les suffragettes en Angleterre qui manifestent pour obtenir le droit de vote bien avant la guerre. Les personnages fictifs apportent la touche émotionnelle à ce récit qui décrit toute la difficulté des femmes à se faire entendre à cette époque, révélant également à travers les doutes d'Agnès la difficulté de s'affirmer dans un monde d'hommes où les revendications égalitaires des femmes étaient réduites aux excentricités d'une bande « d'inverties » - entendez par-là homosexuelles - à cette époque où le port du pantalon était prohibé pour les femmes.
Que de chemin parcouru depuis cette époque… et quel chemin encore à parcourir. Car il est clair, contrairement à ce que pensait Madeleine Pelletier, que l'égalité politique n'a pas fait disparaître toutes les inégalités.
Un livre dont le thème est intéressant à débattre avec les jeunes et qui permet d'ouvrir de nombreuses discussions sur l'égalité homme/femme.
Surtout, un livre très émouvant qui permet de rappeler les sacrifices endurés par ces femmes, très courageuses, et pourtant bien vite oubliées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          322
lolols28
  22 septembre 2019
Un bon petit livre sur la situation des femmes pendant et après la première guerre mondiale. 100 ans après les combats ont changé mais ils existent encore. Un bon récit sur cette jeune femme qui voulut changer le monde et voter ! Un geste si simple pour nous. Et pourtant. On passe d'une guerre a une autre , sa nièce ira très loin pour que son honneur soit sauf et que son âme repose en paix .
Commenter  J’apprécie          420
asnico
  28 novembre 2017
COUP DE COEUR
Agnès fait partie de ces femmes qui ont remplacé leur mari parti au front lors de la première guerre mondiale. Elle a été embauchée comme conductrice de tramways, métier d'ordinaire réservé aux hommes et pour lequel les femmes sont jugées « incapables ». Elle adore ce job.
Lorsque la guerre s'achève, elle est virée et doit retourner à l'usine où elle travaillait avec son mari. Ils s'aimaient ces deux-là avant cette foutue guerre. Mais Célestin rentre perturbé et infirme. Il a un sérieux penchant pour la bouteille et ne supporte pas que sa femme gagne plus que lui.
Agnès voit cela bien différemment : elle ne voulait pas laisser tomber son métier de conductrice et n'accepte pas l'idée qu'à l'usine une femme gagne deux fois moins pour le même boulot qu'un homme. Les femmes ont porté le pays à bout de bras pendant 4 ans après tout ! Il n'y a aucune reconnaissance, les femmes ne sont bonnes qu'à servir les hommes et s'occuper des gosses.
C'en est trop pour Agnès : elle s'engage dans le mouvement des suffragettes qui défend notamment le droit de vote des femmes en France. On est en 1919 et « voter, c'est exister » selon les féministes. Célestin voit cela d'un très mauvais oeil et la violence dans le couple va aller crescendo. Il ne faut pas oublier qu'à l'époque les femmes s'occupaient entièrement du foyer, il leur fallait une autorisation pour le moindre fait et geste à l'extérieur, il n'y avait pas de contraception, aucune indépendance financière possible, même pas le droit de porter de pantalon. Ca me paraît dingue quand j'y pense mais ce n'est pas loin.
Sans être une militante de la première heure, ce livre permet de ne pas oublier que la plupart de nos acquis politiques et sociaux, c'est grâce à des gens comme Agnès qu'on les a eus... Qu'être une femme « classique » à l'époque, c'était n'avoir aucune activité intellectuelle et n'exister que pour obéir, obéir, obéir encore et toujours. Mon Dieu, je ne pourrais même pas écrire de critique sur Babelio !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Même si être une femme dans le monde d'aujourd'hui reste plus difficile qu'être un homme - tiens, ça me fait penser qu'il y a une émission sur l'excision ce soir ; ça va changer de l'affaire Weinstein gggggggggrrrrrrrrrrrrrr – je considère que la femme française a bien plus de raisons d'être heureuse que ses grands-mères, arrières grand-mères...
L'écriture du bouquin est fluide et la fin bouleversante. L'histoire est scénarisée sous la forme d'un flash-back, construction narrative que j'affectionne particulièrement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
orbe
  30 mars 2017
Agnès travaille dur à l'usine. La première guerre mondiale envoie son mari au front alors qu'elle a l'opportunité de devenir conductrice de Tram en remplacement d'un homme mobilisé.
Elle découvrir l'indépendance et la liberté.
Mais le retour de son époux , estropié et aigri l'incite à reprendre sa place de femme au foyer. A la fin de la guerre, c'est le retour des hommes et le renvoi des femmes des postes de travail qu'elles occupaient.
La société leur demande expréssement de retourner à ce qui était leur fonction première : la famille et la maison.
Agnès ne se résoud pas à ce retour à son ancienne existence. Elle se rapproche de militantes qui souhaitent l'égalité des femmes et le droit de vote. Son mari s'y oppose fermement. Agnès devra se battre. C'est alors qu'elle disparaît...
Un roman intéressant, bien écrit et qui dévoile parfaitement les conditions des femmes de l'après-guerre. Il est facile de se retrouver dans cette héroïne qui doute mais qui continu quand même à se battre.
Le jeune lecteur découvrira ainsi, à partir d'une trame policière, les dessous de l'Histoire.
A lire absolument !

Lien : http://www.nouveautes-jeunes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
zazimuth
  14 février 2018
Un très beau roman de littérature jeunesse mais qui peut se lire à tout âge.
C'est une histoire de famille, de générations mais surtout de femmes et de l'évolution de la condition féminine au XXème siècle.
Luce, en emménageant dans la maison de sa tante, est à la recherche d'une vérité. Et le lecteur découvre avec elle, dans l'évocation de ses souvenirs et la correspondance avec sa mère Louise, le destin d'Agnès qui voulait conduire le tram...
Pendant la première guerre mondiale, alors que son mari Célestin a été mobilisé, Agnès "profite" du manque d'hommes dans tous les domaines pour accéder à un poste (mieux payé) réservé d'ordinaire à la gent masculine.
Mais lorsque son mari est démobilisé, blessé à la jambe, il n'accepte pas ces changements.
Il est aussi question des mouvements féministes inspirés des suffragettes anglaises et le discours qui aspire à plus d'égalité et d'indépendance fait écho encore aujourd'hui.
J'ai trouvé également intéressant de faire se confronter le point de vue de femmes qui veulent s'émanciper avec celui d'autres plus conservatrices que cela choque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          133

Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
LineloLinelo   01 avril 2017
- On doit trouver les moyens d'agir ! décrète l'ancienne receveuse d'un ton chargé de révolte. Ces quatre dernières années, nous avons démontré que nous valions autant que les hommes et on ne nous a accordé aucune reconnaissance, d'aucune sorte ! On ne peut pas se soumettre à une telle injustice ! Tu acceptes de vivre comme avant, toi ?

- Non, concède Agnès. Mais que pouvons-nous faire ?

- Il paraît que les députés débattent d'une proposition de loi pour nous accorder le droit de vote, chuchote Renée. Ils essaieront sûrement d'enterrer le projet en prétendant que les femmes, par nature, n'aspirent à rien d'autre que de s'occuper de leur famille et de leur maison. Le club organise une réunion la semaine prochaine pour discuter de la manière de les pousser à prendre la bonne décision. Il paraît que Madeleine Pelletier viendra tout exprès de Paris pour y assister, tu te rends compte ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
thedocthedoc   13 juin 2018
La paix revenue, les femmes qui avaient vaillamment remplacé les hommes à tous les niveaux de la société et dans tous les métiers étaient priées de rentrer chez elles. Sans aucune reconnaissance ni contrepartie pour les efforts consentis pendant quatre ans.
Commenter  J’apprécie          250
NievaNieva   22 septembre 2018
— Ma réussite ? souligne Agnès avec amertume. J'aurais réussi si la compagnie de tramway m'avait gardée dans son personnel !
— Tu as réussi à te faire embaucher à un poste important, insiste Félicie. Wattwoman, ce n'est pas rien... Si tu avais entendu ces commères avant ton arrivée ! Ça fait une semaine qu'elles parlent de ton retour. Elles sont toutes jalouses de toi, mais aucune d'elles n'a eu le courage de te suivre, en 1916 ! Si j'avais été plus âgée, je me serais présentée à la compagnie des tramways, moi aussi !
Des larmes de rage et d'envie perlent au coin des yeux de la jeune fille. Agnès lui presse mollement la main. Elle ne peut lui apporter aucun réconfort. Elle-même se sent tellement impuissante. Ses rêves d'une vie nouvelle sont définitivement enterrés. Rien n'a changé dans son existence. Au contraire, à vouloir défier l'ordre établi, elle s'est aliéné une bonne partie de son entourage. À quoi peut-elle se raccrocher désormais ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LineloLinelo   01 avril 2017
- Cette guerre a tout foutu en l'air, assène Célestin. A cause d'elle, je me retrouve estropié et toi tu passes tes journées aux manettes d'un tramway. Tu parles d'une chance !

Agnès est ébranlée. Voilà longtemps qu'il avait cessé d'évoquer son travail. Elle pensait qu'il avait accepté son choix de ne plus travailler à l'usine. Comment peut-il comparer le métier de wattwoman à une infirmité ?
Commenter  J’apprécie          80
LineloLinelo   01 avril 2017
- Vous n'êtes qu'une poignée à vous agiter, comment peux-tu parler au nom de toutes les femmes ? soupire Célestin. Pourquoi tu ne peux pas te comporter comme les autres ? Comme une femme normale !

- C'est quoi, au juste, une femme normale ? Une boniche sans cervelle, une esclave que tu sonnes quand tu as besoin d'elle ?

- Ces saletés de gouines t'ont tourné la tête, ma parole !
Commenter  J’apprécie          70

Video de Catherine Cuenca (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Catherine Cuenca
Calendrier de l'Avent booktube féministe : #unlivrefeministeparjour Découvrez ma sélection du 13 au 18 décembre ! Allez ! On file chez notre libraire préféré.e pour faire de jolis cadeaux livresques ♥
autres livres classés : suffragettesVoir plus
Notre sélection Jeune Adulte Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quiz réalisé dans le cadre du Défi Babelio :Celle qui voulait conduire le tram

Durant quelle période a lieu l'histoire ?

La Seconde Guerre Mondiale
La Première Guerre Mondiale
La Guerre de Cent ans

10 questions
23 lecteurs ont répondu
Thème : Celle qui voulait conduire le tram de Catherine CuencaCréer un quiz sur ce livre