AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Mark A. Vieira (Collaborateur)David Fauquemberg (Traducteur)
EAN : 9782268069241
316 pages
Éditeur : Le Serpent à plumes (01/04/2010)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 29 notes)
Résumé :
"- Vous avez vu cette fille?
- Ouais, ai-je répondu. Je l'ai vue.

Comment aurait-on pu ne pas la remarquer? Elle était à tomber, avec un chemisier translucide qui laissait entrevoir son soutien-gorge. Tandis qu'elle longeait l'immeuble des scénaristes, des têtes se sont penchées aux fenêtres, dans des positions insensées. Sa beauté donnait l'impression qu'elle était intouchable, mais son sourire laissait entendre le contraire. Nous semblions ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Fadette100
  04 mars 2013
Tony Curtis et Marilyn Monroe ont eu une aventure, secrète, pendant le tournage de Certains l'aiment chaud : c'est la révélation la plus croustillante du livre de mémoires de la star américaine, séducteur invétéré. Une biographie réjouissante, entièrement consacrée à la comédie mythique de Billy Wilder. Il y dévoile les secrets de ce film. de la scène où, déguisé en femme, il apprend à marcher sur des talons, à l'écriture du scénario qui s'invente au fur et à mesure du tournage, de la naissance des répliques cultes aux histoires d'amour, les retards de Marilyn et les tensions, les scènes d'anthologie.
Il y évoque aussi d'autres souvenirs : son enfance pauvre dans les rues de New York, la disparition prématurée de son frère adoré, la gloire à Hollywood. Sans oublier l'essentiel: le sexe, dont il parle avec une liberté rare. C'est clair ! On ne s'ennuie à aucun moment.
Commenter  J’apprécie          173
Sharon
  04 août 2014
Si vous êtes fan du film, de Tony Curtis ou de Marilyn Monroe, voir des trois à la fois, ce livre est fait pour vous !
J'ai l'impression d'avoir rédigé un slogan publicitaire pour vous vendre ce livre, un peu comme les studios tâchaient de vendre de leur mieux leur film. Avec Certains l'aiment chaud, la tâche était compliquée dès le départ. L'idée était formidable, originale - insensée pourrait-on dire, à une époque où la commission de censure était extrêmement stricte et où l'âge d'or des studios se terminait. Pourtant, certains producteurs prirent des risques, et faillirent ne jamais rentrer dans leur frais.
Avec une très grande liberté de ton, Tony Curtis nous raconte la genèse de ce film - comment lui, le jeune premier hollywoodien, qui formait un couple glamour avec Janet Leigh, a été choisi pour incarner Joe, ce musicien en fuite devenu Joséphine - et son tournage. J'hésite à le qualifier. Chaotique, catastrophique, légèrement perturbé ? Sans doute les trois à la fois. La cause est pourtant simple : les retards, chroniques, de Marilyn Monroe, devenue "Marilyn Manquante" pour les autres acteurs. La star faisait son come-back, disaient les journaux, et Tony Curtis de souligner le ridicule de la situation : Marilyn n'a que trente-deux ans. Mais Hollywood est impitoyable : Je l'ai compris plus tard : les gens d'Hollywood se délectent du déclin des stars. Ils aiment vous placer sur un piédestal, mais adorent vous en déloger... Marilyn apparaît dan ce livre comme perpétuellement anxieuse, angoissée, à la merci du dernier qui aura su la réconforter. Paula Strasberg apparaît presque comme un vampire auprès de la star, et Tony Curtis ne mâche pas ses mots sur la "méthode" : Pourquoi compliquer le métier d'acteur ? Apprenez vos répliques, travaillez le rôle. Découvrez ce que le réalisateur attend de vous. Puis présentez-vous à l'heure dite et jouez. L'idée de se remémorer la fois où votre soeur vous a piqué votre sandwich au beurre de cacahuète pour jouer la colère, c'est de la connerie. Si vous n'êtes pas capable de déclencher un tel sentiment par vous-même, alors vous n'avez rien à faire devant les caméras.
Il ne se jette pas des fleurs non plus, le petit Bernie Shaw devenu Tony Curtis, et montre ses angoisses, ses failles, ses erreurs aussi. Liberté de ton, vous dis-je, qui n'est sans doute possible qu'avec le recul des années, et une très grande lucidité.
A lire, vous dis-je, avant de regarder de nouveau Certains l'aiment chaud.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
alaiseblaise
  11 avril 2011
Je ne suis pas cinéphile pour un sou. Je n'aime pas aller au cinéma. Je n'aime pas regarder la télévision. Je m'ennuie ferme en regardant un film. L'impression de perdre mon temps.
Voilà, c'est dit !
Cependant, on me veut du bien et on me force à regarder quelques films méritants.
Comme par exemple, "Certains l'aiment chaud" de Billy Wilder tourné en 1959 en noir et blanc.
Je l'ai d'ailleurs vu et revu maintes fois sans jamais me lasser. La magie opère à chaque fois.
Alors quand j'ai vu la parution du livre de Tony Curtis entièrement consacré au tournage du film, j'ai eu envie d'en savoir plus.
Au fil des pages, le lecteur passe de scène en scène de très bons moments.
Des moments intimes (parfois très intimes !) en compagnie des vedettes de l'époque : Tony Curtis, Jack Lemon, Billy Wilder, Arthur Miller et bien entendu la magnifique Marilyn Monroe.
Il disait de Marilyn : " Sur l'écran, elle donnait l'impression qu'on pouvait la toucher du doigt."

Ce livre est rempli à ras bord d'anecdotes et de secrets sur le tournage mouvementé du film.
Un conseil pour savourer ces mémoires de Tony Curtis : regarder le film avant ET après lecture...
De mémoire : les essayages hilarants de Curtis et Lemon pour se transformer en femmes, les retards chroniques de Marilyn sur le plateau de tournage, la bagarre entre Curtis et Arthur Miller, le mari de Marilyn.
L'équipe du film avait baptisé Marilyn Monroe : MM comme Marilyn Manquante !
Pendant les longues absences répétées de Marilyn, Billy Wilder avait eu le temps de lire "Guerre et Paix" et "Les Misérables" !!!
D'ailleurs ce livre n'aurait pas volé les titres de "Marilyn Manquante" ou "En attendant Marilyn".
Que dire de l'aventure du scénario qui s'écrira au fur et à mesure du tournage ou de la trouvaille de dernière minute de la fameuse réplique du final : "Nobody is perfect !"

Vous en apprendrez de toutes les couleurs, des vertes et des pas mûres sur les coulisses du tournage de ce chef d'oeuvre.

Tony Curtis et Marilyn Monroe ont en commun une enfance très difficile, voire dramatique.
Tony Curtis, de son vrai nom, Bernard Schwartz, fils d'immigré juif hongrois a failli tourner caïd dans le Bronx.
Enfant, il se réfugiait souvent dans le dessin.
Avec ses photos en noir et blanc, ce livre est comme un "point de vue, images du monde" du cinéma américain des années 60.

Ce récit de mémoire est un croustillant livre de ragots racontés par un charmant cabot.
De très bons moments recommandés aux curieux...et je ne vous dis pas tout...

Je ne peux pas m'empêcher de vous citer ce que Billy Wilder déclarait en interview à la fin de ce tournage très remuant.
"J'ai retrouvé l'appétit. Je n'ai plus mal au dos. Pour la première fois depuis des mois, je redors normalement. Et je suis de nouveau capable de regarder mon épouse sans avoir envie de la frapper parce qu'elle est une femme. Est-ce que je retravaillerais avec Marilyn ? J'en ai parlé à mon médecin, mon psychiatre et mon comptable. Tous m'ont dit que j'étais trop vieux et trop riche pour m'imposer une telle épreuve."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ClarissaDalloway
  15 avril 2010
Some like it hot, qui n'a pas vu ce film légendaire doit se précipiter séance tenante chez un bon marchand de vidéos ou lorgner d'au plus près les programmes des cinés clubs, cette comédie est un pur chef d'oeuvre du genre, je l'ai à vrai dire revisionné pour l' occasion, mais j'en parlerai sans doute, un peu plus tard, car désormais il y a LE livre !
Tony Curtis, souvenez-vous l'un des trois principaux personnages du film, prend enfin la parole pour retranscrire par le menu les évènements qui marquèrent le tournage, évènements qui à eux seuls constituent un petit roman à part entière, et comme le dit Curtis lui-même, une authentique « pièce classique en trois actes", avec des intrigues, de l'ironie, beaucoup de suspens (ah les aléas causés par cette chère Marilyn !) et surtout beaucoup de drôleries.
Tony Curtis connaissait déjà Marilyn quand débuta le tournage en 1958, il l'avait rencontrée huit ans plus tôt sur le parking des studios Universal, ils débutaient tous les deux. S'en était suivie une courte mais très jolie histoire d'amour dont Tony Curtis se souviendra toute sa vie.
« Quand j'y repense, je me rends compte que Marilyn était la première femme dont je me sois senti si proche. Ma première histoire d'adulte. C'était une relation belle et précieuse. Nous avons fini par dépendre l'un de l'autre d'une étrange manière. Nos sentiments étaient réels, ils n'ont pas résisté à la pression d'Hollywood. Nos vies exigeaient trop de nous. (…) Mais dans la courte période que nous avons passée ensemble, notre histoire fut tendre et intense. Je n'oublierai jamais ces moments. »
Au départ un peu inquiet de retrouver celle qui occupa une telle place dans sa vie de jeune homme, l'un et l'autre étant à présent marié, respectivement à Janet Leigh et Arthur Miller, Tony Curtis ne sait pas encore que cette deuxième rencontre va bouleverser sa vie à un point qu'il n'imagine pas. Encore une fois, leurs vies vont se croiser joyeusement et ... dramatiquement. (...)
Lien : http://lily-et-ses-livres.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
keisha
  06 juin 2010
Si vous n'avez jamais vu ce film, je vous pardonne (mais de justesse) et vous prie de réparer tout de suite (oui, tout de suite) cette erreur.

Toujours là? Alors n'allez pas vous plaindre, voici comment ça se termine
Daphné : "We can't get married at all"
Osgood : "Why not ? "
Daphné : "Well, in the first place, I'm not a natural blonde ! ".
Osgood : "Doesn't matter..."
Daphné : "I smoke. I smoke all the time. ".
Osgood : "I don't care. "
Daphné : "I have a terrible past. For three years now, I've been living with a saxophone player. ".
Osgood : "I forgive you. "
Daphné : "I can never have children".
Osgood : "We can adopt some"
Daphné en ôtant sa perruque : "You don't understand, Osgood, I'm a man ! ".
Osgood : "Well.. nobody's perfect ! "
(– Nous ne pouvons pas nous marier. – Pourquoi pas ? – Ben, premièrement parce que je ne suis pas une vraie blonde. – M'est égal... – Je fume. Je fume tout le temps. – Je m'en fiche. – Je traîne un horrible passé. Je viens de vivre trois ans avec un joueur de saxophone. – Je te pardonne. – Je ne peux pas avoir d'enfants. – On peut en adopter. – Tu ne comprends pas, Osgood, je suis un homme ! – Eh bien... personne n'est parfait ! ) Merci Wikipedia.
Les intitulés des chapitres (projet, casting, préparatifs, tournage, problèmes, avant-premières, critiques, public) donnent une excellente idée du contenu de ce livre fort plaisant, indispensable pour les fans de Marylin et de ce film cultissime.
Où j'ai appris que Billy Wilder et Izzy Diamond commençaient à tourner avec un scénario inachevé. "Les acteurs influaient sur leurs personnages et les personnages influaient sur l'intrigue." La scène finale fut écrite vraiment au dernier moment. Incroyable, non?

Évidemment il y a beaucoup de Marylin inside... MM ou Marylin Manquante comme on a commencé à dire au cours du tournage, qui a souffert des retards ou absences de la vedette féminine. Billy Wilder devait être d'une rare patience, ainsi que les autres acteurs.

Billy Wilder:
"Écoutez. Elle n'a peut-être aucun respect des horaires. Elle tombe peut-être souvent malade. Elle exige peut-être d'avoir son professeur d'art dramatique à ses côtés. Elle ralentit peut-être le tournage. Mais au bout du compte, quand elle est face à la caméra, elle dégage une magie indéfinissable qu'on ne retrouve chez aucune autre actrice."
Tout est dit.

Avec de nombreuses photos pour notre plus grand plaisir!
Lien : http://en-lisant-en-voyagean..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
SharonSharon   02 août 2014
Pourquoi compliquer le métier d'acteur ? Apprenez vos répliques, travaillez le rôle. Découvrez ce que le réalisateur attend de vous. Puis présentez-vous à l'heure dite et jouez. L'idée de se remémorer la fois où votre sœur vous a piqué votre sandwich au beurre de cacahuète pour jouer la colère, c'est de la connerie. Si vous n'êtes pas capable de déclencher un tel sentiment par vous-même, alors vous n'avez rien à faire devant les caméras.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
gege255gege255   14 juillet 2014
Je l'ai compris plus tard : les gens d'Hollywood se délectent du déclin des stars. Ils aiment vous placer sur un piédestal, mais adorent vous en déloger...
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Tony Curtis (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tony Curtis
Exclusif : Tony Curtis nous a reçu chez lui, à l'occasion de son livre" Certains l'aiment chaud et Marylin" paru en avril 2010...
autres livres classés : billy wilderVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Tony Curtis (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
5859 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre