AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de isasymai


isasymai
  02 juin 2016
Dans le cadre de Masse Critique j'ai reçu ce livre dont le titre et la couverture sont tirés du tableau éponyme de Max Ernst.
Cet ouvrage regroupe 3 romans et 2 nouvelles écrits entre 1976 et 1983 par Philippe Curval. Né en 1929 ce romancier et journaliste fait partie des incontournables de la SF française, dont il tient une rubrique critique dans le Magazine Littéraire.Il a publié plus d'une trentaine de romans et "Cette chère Humanité" intégrée au cycle de "L'Europe après la pluie" a reçu en son temps le prix Apollo.
Philippe Curval, passionné de géopolitique a commencé à écrire dans les années 1950 et s'est dès le début intéressé au projet européen, tout en pressentant rapidement que les idéaux qu'il portait en germe en termes de progrès sur le plan humain,politique, économique et sociologique pourraient ne pas être à la hauteur des attentes de peuples déchirés et fragilisés par des guerres fratricides. Que les peuples colonisés réclameraient un jour leurs droits à vivre dans une civilisation qu'on leur avait fait miroiter, faisant naître des contestations violentes et des guerres intestines; et que face à l'inéluctable rééquilibrage entre le monde de la faim et celui des nantis, l'Europe, sclérosée se replierait sur elle même, cultivant un passé où "tout était mieux avant".
Nous trouvons là, la base de "Cette chère humanité".
Le roman se déroule dans une Europe des 13 (celle d'après le premier choc pétrolier et d'avant l'éclatement de l'URSS), le Marcom. C'est une Europe encore riche et puissante qui a chassé de son territoire tous les étrangers et vie repliée sur elle-même. Toutes les communications par voies aériennes, maritimes et terrestres ont été interrompues unilatéralement par les 13 états. Un réseau de défenses automatisées d'une sophistication extrême a été mis en place, empêchant, en principe, toute intrusion sur son sol, notamment celles des habitants des Paysvoides (anciennement pays en voie de développement).
A l'intérieur de ce Marcom "Orwellien", tout et tout le monde est sous contrôle.Des déplacements à la procréation tout est soumis à autorisation préalable.Votre inconscient ne vous appartient plus et l'empreinte biologique de votre cerveau doit être vérifiable à tout moment.C'est un monde hyper matérialiste , totalement sécurisé et sécuritaire, figé moralement et socialement, dans lequel, seuls quelques privilégiés peuvent s'offrir un ersatz d'éternité dans des "cabines à ralentir le temps". Quelques marginaux rôdent en bandes aux abord des villes devenus zones de non droit. Ceux qui contestent le système sont envoyés en camp de rééducation psychologique. D'autres peuvent consulter des "oniromanciens" ou montreurs de rêves explorant leur inconscient pour leur permettre de visualiser leurs rêves. Ayant pris des risques inouîs, Léo Deryme, un oniromancien a réussi a envoyer outre Marcom une bouteille à la mer pour prévenir le reste du monde qu'un redoutable danger les menaçait. Les Paysvoides l'ont reçu et des années plus tard envoie au Marcom, l'un des leurs, Belgacem Attia, espion de la Ligue et ex travailleur immigré. Va t-il réussir à passer les frontières infranchissables? Que va t-il découvrir et que pourra t-il faire?
Dans " le dormeur s'éveillerat-il", Philippe Curval nous entraîne dans une France d'avant le Marcom, né de l'éclatement des systèmes de gouvernement en place sous la pression des mouvements alternatifs, révolutionnaires, écologiques et libertaires (nos altermondialistes?). A contre pied des thèses écologiques actuelles et en s'opposant à la menace du solaire dont les terribles plates-formes spatiales risquent de transformer la terre en brasier, les Ecos ont gagné.Ils ont stoppé la course à l'énergie, à la consommation, entraînant la décomposition des sociétés française et européennes.Les anciennes structures ont éclaté et c'est à travers une France tribale où tous les coups sont permis que nous suivons Jipa , une jeune Eco et son étrange dormeur ainsi que Moulis le Loup. Faut-il comme lui achever ce vieux monde en tuant les derniers représentants des multinationales ou comme Jipa faire confiance à l'énigmatique dormeur, qui préfigure le messie mutant de demain?
Dans "En souvenir du futur", nous sommes 2029, la pire année de la guerre entre les Etats unis et le Mexique. le Centre de Gestion Temporel envoie des agents à travers le temps afin de tenter de réguler la marche des évènements et gommer tout risque de voir se concrétiser le Marcom. Grâce au voyage analogique, il est possible pour Georges Quillan de s'ancrer dans des époques différentes dont les étapes portent le nom des femmes qu'il a connues : Jickie, Vera, Aziza, Nancy et surtout Inglès. Car dans ce récit où se côtoient poésie et exotisme, voyager dans le temps est une affaire de coeur. Georges Quillan parviendra t-il à influencer le futur proche et éviter une fin du monde que certains croient apercevoir? La passion sera t-elle plus forte que la technologie ou la chimie?

Philippe Curval se définit comme un cinéaste frustré. C'est pour cette raison que sa littérature est spectaculaire et imagée. Il est l'un des romanciers français de SF (bien que ce terme ne lui plaise pas) dont l'imagination est la plus riche, la plume la plus alerte, et le goût de la critique sociale le plus aigu.
L'Europe après la pluie en est une preuve incontestable.
Merci Babelio pour livre au contenu aussi superbe que sa couverture.
Commenter  J’apprécie          30



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (3)voir plus