AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2207302822
Éditeur : Denoël (11/09/1979)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 5 notes)
Résumé :
En s'opposant à la menace du « solaire », avec ses terribles plates-formes spatiales qui risquent de transformer la Terre en brasier, les Ecos ont gagné. Ils ont stoppé la course à l'énergie, à la consommation. Leur action a même entraîné la décomposition de la société européenne. Pour achever ce vieux monde agonisant, faut-il, comme Moulis le Loup, traquer les derniers représentants des multinationales ? Ou bien, comme Jipa, la jeune Eco, faire confiance à l'énigm... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Le_chien_critique
  31 octobre 2016
Vous qui avez encore espoir en l'homme, passez votre chemin.
Une uchronie dystopique et anarchiste, à la lisière du fantastique, autour de la question : qu'est ce qui fait société ? Un livre coup de poing contre la bien-pensance et les extrémismes de tous poils.
Paru initialement dans la collection Présence du futur en 1979, Philippe Curval imagine une France et une Europe en pleine révolution menée par les Ecos, des écologistes réactionnaires et extrémistes dont le crédo est zéro technologie. Résultat du programme écologique : effondrement de la société, exode urbain pour redécouvrir les joies de la terre, déclaration d'indépendance d'autonomistes de toutes sortes et disparition de notre chère élite financière et politique.
Nous suivons quelques personnages : Moulis, dit le loup, un individualiste acharné, qui embrigade dans son périple une jeune Eco à la peau ébène et deux de ses amis pacifistes. Ils croiseront sur leur chemin quelques seigneurs, des Croisés de la pureté, un adepte de la technologie et bien d'autres encore. L'occasion de voir toutes ses différentes idéologies politiques se confronter à la dure réalité de l'existence.
Chaque clan, groupe, bled décline son idéologie selon ses convenances personnelles. Sa conviction devient la réalité, l'autre étant dès lors un ennemi à se méfier, à ignorer, à combattre. Chacun campe sur ses positions, l'écoute n'est plus de mise, la société s'effondre.
L'auteur s'amuse à frotter toutes ses idéologies au savon noir pour voir ce qui pourrait en ressortir. le résultat n'est pas folichon, loin de là. Au point qu'un nourrisson préfère rester dans le sommeil plutôt que de s'éveiller à la vie, le fameux dormeur du titre et que des oiseaux migrateurs fuient leur sinistre époque.
Chaque ligne du texte est présente pour démontrer les idées de l'auteur, rien n'est présent par hasard. L'écriture est moderne, ça se lit facilement au premier degré, mais demande une attention soutenue pour celui qui tente d'en savourer toutes les subtilités.
Les meilleures intentions ne font cependant un bon roman. A trop vouloir être didactique, le texte souffre de ruptures de rythmes conséquentes, l'auteur se fiche de son intrigue qui demande des efforts surhumains du lecteur pour y croire. La partie fantastique avec le dormeur et les cygnes déséquilibre d'autant plus le tout.
Un roman engagé, cynique et iconoclaste qui en ravira certains, dont moi, déplaira aux autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          94
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Le_chien_critiqueLe_chien_critique   31 octobre 2016
— Et après, qu’est-ce que j’en ai à faire, de la race humaine ! Tu lis trop, Alzine, ça te donne de mauvaises idées. Tu persistes à croire en une société utopique, c’est de la foutaise ! Moi, je ne rêve que d’une humanité idéale où chacun se prendrait en charge. On ne pourra jamais réaliser un ensemble cohérent en mélangeant les lions et les brebis, les renards et les cigognes, les fourmis et les marmottes. Vois, tous les animaux s’entre-dévorent, s’ignorent ou se contredisent par essence. Les hommes n’échappent pas à la règle. Ce n’est pas parce qu’ils ont inventé des manières plus sophistiquées de pratiquer le cannibalisme qu’il faut s’illusionner sur le sujet.
— Dans ces conditions, ça ne vaut peut-être pas la peine de vivre.
— Pourquoi ? Tout est tellement absurde ! Chaque matin, quand je me réveille, je ris en pensant à ce grouillement dérisoire qui agite les êtres ; à tel point que je suis de bonne humeur pour toute la journée.
— Ta manière de croire en l’individu fait tout de même un peu sentimentale ? Non ?
— Tais-toi, Alzine, tu sais bien que les conversations de ce genre m’ennuient à périr.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Le_chien_critiqueLe_chien_critique   31 octobre 2016
C’était vrai, Jeumont parlait des Jaunes sans aucun sentiment raciste, pas plus qu’il ne l’aurait fait en daubant sur les électriciens de La Rochelle, des nullards. Il n’était pas plus xénophobe que l’ensemble du monde rural l’avait été depuis l’aube des temps.
Commenter  J’apprécie          20
Le_chien_critiqueLe_chien_critique   31 octobre 2016
Et encore, la vie s’accompagnait nécessairement de la défécation ; des plus grandes poubelles pouvaient naître le meilleur fumier, et l’amélioration des espèces passait parfois par la détérioration de leur milieu écologique. Le seul point de vue qu’il partageait intégralement avec eux s’appliquait à la destruction de l’État par la révolution permanente ; Moulis était un inconditionnel de cette idéologie ; tout ce qui pouvait amener l’individu à se libérer de ses contraintes sociales lui était d’un fumet délectable. Moulis aimait l’homme-qui-est-un-loup-pour-l’homme, le sauvage, l’indompté, celui qui n’a pas besoin des béquilles de la civilisation pour survivre dans ce monde dangereux, sur cette planète de terreur et de mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Le_chien_critiqueLe_chien_critique   31 octobre 2016
— J’ai l’impression d’avoir déserté en quittant Mériadec.
Moulis se tourna vers elle et prononça avec attention :
— On ne déserte vraiment qu’une fois : soi-même, quand on meurt.
— Toujours le même égocentrique ! Je ne suis pas d’accord, sans code moral, il n’y a pas de race humaine.
Commenter  J’apprécie          10
Le_chien_critiqueLe_chien_critique   31 octobre 2016
Ceux qui vivent fortement leur jeunesse sans découvrir de motifs à perpétuer leur passion ont tendance à s’enraciner dans un passé plus emblématique que leur survie, à le transcender en un exemple irremplaçable. Sans supporter que les générations qui leur succèdent édifient d’autres monuments à leur propre gloire sur les ruines idéologiques de ce qui les a précédés.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Philippe Curval (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Curval
A l'occasion des Utopiales de Nantes 2018, Philippe Curval vous présente son ouvrage "Black Bottom" aux éditions La Volte.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2253755/philippe-curval-black-bottom
Notes de Musique : Audio Library YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2865 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre