AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2370490675
Éditeur : La Volte (06/09/2018)

Note moyenne : 3.81/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Rien dans l'univers n'est comparable à Nopal. Ce petit bijou galactique est un trésor d'imprévisibilité dont la population disparate se consacre aux plaisirs et à la créativité, nourrie par les odeurs et les sons qu'inventent notamment les artistes en gastronomie. Boutiques de désirs, lecture sur les ailes des oiseaux, liberté des amours... Pour Loti et Marjorie, c'est le lieu idéal pour passer les dernières années de leur vie. Afin de mériter cet ultime pays d'Utop... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
gloubik
  09 novembre 2018
Je connais le travail d'écrivain de Cruval de longue date, , à la grande époque où je lisais quasiment exclusivement la défunte collection Présence du futur. Mais ça, c'était il y a belle lurette. Depuis il est passé à l'arrière plan de mon paysage littéraire. Il s'est rappelé à mon bon souvenir avec sa nouvelles Pire que le Vent publiée dans Vampires à contre-emploi en 2014 chez Mnémos. Alors, quand Babelio et La Volte ont proposé celui-ci lors d'une masse-critique, je ne pouvais que tenter ma chance... et je l'ai reçu. Ma mission, le lire ne moins d'un mois et en publier une chronique (sur Babelio en priorité, c'est bien normal). Mais ce n'est pas parce qu'il m'a été offert par l'éditeur que je me sens tenu de n'en dire que du bien. Et non, je ne me contenterais pas d'en faire un résumé pour masquer le fait qu'il ne m'a pas plu. Je vais en dire du bien parce que je l'ai apprécié et ne pas faire de résumé parce que je trouve ça d'un c...
Bon allez ! C'est pas tout ça, mais après ces élucubrations, au Boulot !
Vous l'avez noté, c'est court roman, dans un format poche. Et ce ne sont pas les petites marges et les petits caractères qui compensent le petit nombre de pages. Et vous l'avez noté aussi à la lecture de la présentation éditeur ou de la quatrième de couverture, c'est un roman de SF. Et comme à son habitude (Attention, je dis ça, mais je n'ai pas lu tout ce qu'a écrit Philippe Curval) l'intrigue est centrée sur les personnages et met de côté les moyens technologiques dont ils disposent. Donc, pas de mise en avant d'une super-technologie spatiale ou de transhumanisme quelconque. Non. Des personnages humains quoiqu'extraterrestre pour la plus part. Un monde utopique qui fait peur ou qui attire. le couple de héros est attiré ; au point d'y investir tout ces biens pour venir s'y installer.
Mais tout ne se passe pas toujours comme on le souhaite. Et le narrateur/héros nous raconte comment sa compagne et lui échouent à faire ce qui été leur objectif ultime, vieillir et mourir ensemble sur un monde paradisiaque.
En bref : Ce court roman m'a plu même si je l'ai trouvé au final trop contemplatif. En effet, il n'y a pas vraiment d'action. Juste la narration du séjour sur Nopal, la planète utopie, que notre couple de héros découvre. Et nous découvrons aux fil des pages que leur installation ne pas de soi. C'est sans doute cette approche qui fait que je l'ai lu à un rythme d'escargot. Donc, je vous le conseille mais n'attendez pas un roman d'aventure mouvementée. Laissez tomber si vous aimez les romans où ça dépote.
Lien : http://livres.gloubik.info/s..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Nausicaah
  02 novembre 2018
Philippe Curval nous propose ici une nouvelle inédite eutopique (d'où la collection créée Eutopia) publiée chez La Volte, une maison d'édition qui propose des livres à ne pas manquer!
On se retrouve dans un monde où les extra-terrestres sont monnaie courante et où toutes les races vivent plus ou moins en accord, "grâce" à la Ligue. Loti et Marjorie, les deux personnages principaux souhaitent cependant autre chose, car la misère, l'interdit, la religion et la privation des libertés restent monnaie courante sur les planètes de la Ligue. Ils décident alors ensemble de se rendre sur la planète Nopal, réelle utopie, peu connue, gardée secrète, peu médiatisée et pourtant planète commerciale majeure.
Apparaît alors la réelle utopie, une planète ou les interdits n'ont pas de sens, où la création est le maître mot des habitants et les différences sont effacées.
L'écriture d'"Un souvenir de Loti" est très belle, emprunte de poésie mais également d'une certaine tristesse. L'auteur y explore le couple, l'amour et l'art, proposant de nombreux parallèles avec la société (humaine) actuelle et amène une vision de l'avenir positive. le livre laisse un sentiment à la fois de bonheur mais également de sa part de tristesse, dû à divers éléments.
L'univers de Nopal est riche d'imagination et d'invention, propres à Philippe Curval, qui propose de nombreuses nouvelles de SF autour de thèmes très différent. Celle-ci montre, bien que qu'on en ai pas besoin, que Curval est un excellent auteur de SF moderne et française.
Ce livre est intéressant pour les initiés du genre mais également pour les néophytes, qui pourront découvrir une science-fiction récente plutôt optimiste, qui se démarque largement à un moment où les dystopies foisonnent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
eterlutisse
  28 octobre 2018
La Volte propose à la lecture une utopie inédite. Réactivation d'un genre disparu, Un souvenir de Loti déroute et enchante.
Marjorie et Loti, les deux personnages principaux, explorent Nopal, planète utopique. Avec eux, le lecteur palpe les limites et les tabous, les contradictions intrinsèques à la notion de liberté. Les Nopalais nous parlent de tolérance, du corps, de créativité, de l'Ego,...
Les paysages esquissés de la ville de Sinaga sont étranges. le peuple titille notre curiosité sans vraiment verser dans la foire aux monstres. le bestiaire est aussi fou que dans un roman de Jacques Barbéri. La végétation omniprésente, luxuriante, semble tirée d'un tableau du Douanier Rousseau. L'architecture épurée qui se fond totalement dans son environnement laisse rêveur.
Loti et Marjorie s'Aiment.
Une très belle expérience. Une ouverture poétique pour cette originale collection Eutopia.
Commenter  J’apprécie          20
Meylilo
  17 novembre 2018
Ce récit nous emmène dans un voyage contemplatif plutôt que dans une intrigue trépidante. En même temps que Loti et Marjorie, nous faisons l'expérience de la découverte de la seule planète utopique de l'univers. C'est un récit parfois déroutant qui explore les formes que peut prendre la liberté individuelle au sein du groupe social. Philippe Curval pousse la réflexion jusqu'au bout, observe tous les pans de cette société idéale et de ses revers, à mille lieues de nos systèmes de pensée.
Le rythme est doux, paisible, tel un voyage au long cours, l'écriture est poétique. le narrateur est empreint de la sagesse de l'homme qui arrive à la fin de sa vie, il porte un regard apaisé sur ce monde nouveau. Les descriptions, à la précision d'orfèvre, nous immergent dans ces paysages et cette société si loin de nos repères. On se laisse bercer par la découverte calme et tranquille de ce monde fascinant.
Livre lu dans la cadre de la Masse Critique « Mauvais genres », merci aux éditions La Volte et à Babelio.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Dystopies
  18 novembre 2018
Chacun peut diriger Nopal, mais personne ne la dirige. Tout appartient à tout le monde, et rien n'appartient à personne. Les androïdes permettent aux Nopalais de s'affranchir du travail, car c'est ainsi que s'acquiert la véritable liberté ; celle de penser, de créer, de vivre.
Nopal, que j'appellerai volontiers « la planète éveillée » présente un univers à l'opposé de la « hard science ». Car si la science est l'avatar de la réflexion logique, reflet de la pensée, de l'esprit et du mental, c'est ici d'une réflexion du coeur dont il s'agit. L'ego que mentionne si souvent Sévy, le sartre, est ici le reflet du ressenti, des perceptions sensorielles, de la sentience. En cela on peut dire qu'on est à l'opposé de la « hard science » ; on est dans la « hard sentience » (hard sans-science ?).
➡️ Chronique complète sur les-carnets-dystopiques.fr 😉
Lien : http://les-carnets-dystopiqu..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   25 septembre 2018
Maintenant on nous a laissés seuls, tandis que les ordres de la nige s’exécutent. Je tends l’oreille, accroupi sur mon cube d’espace, au milieu de la blancheur de ce tapis de fourrure. Marjorie se glisse auprès de moi ; sa nudité me réconforte. Je l’enlace : « Aurais-tu peur, Marjorie ?
– Jamais avec toi. D’ailleurs, nous avons décidé ensemble ce voyage, Loti. Nous l’accomplirons jusqu’à son terme, quoi qu’il en coûte. »
Oui, nous avons choisi ensemble le centre du monde pour y finir notre vie, ce lieu de la galaxie qui paradoxalement – car il est le plus fréquenté de l’univers connu par les navires de l’espace – est aussi le plus secret de toute la Ligue. Et nous n’avons pas agi au hasard. Il nous a fallu effectuer tant de démarches, fournir tant de certificats, glisser tant de pots-de-vin, enfin donner presque toute notre fortune pour nous y rendre que nous aurions eu les motifs nécessaires pour renoncer à notre projet si nous n’avions été armés d’une si ferme résolution.
Arrivés maintenant à destination, nous nous préparons à récolter les fruits de notre obstination. Nopal, planète d’utopie pour les uns, rares voyageurs qui l’aient explorée, planète de la désillusion et de l’effroi pour ceux qui se contentent de croire aux récits que firent les premiers cosmonautes en y débarquant, des centaines d’années auparavant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde2   25 septembre 2018
Les habitants de Nopal l’ont compris, pour vivre d’une manière un peu moins morne qu’il est d’usage, il suffit de court-circuiter notre esprit en le mettant en contact avec la psychologie des profondeurs, et nous éviter ainsi d’anesthésier nos maigres pouvoirs à cause de cette abominable faculté d’adaptation qui nous lie à un sol, à un terroir, à une tribu, à une société et nous conduit à des revendications identitaires qui nous rendent infirmes. Tandis que la pulsion initiale qui nous anime, reflet de l’époque où nous n’existions pas, où nous n’étions qu’atomes ou ondes au sein de l’infini, devrait nous amener à prendre conscience de la convulsive splendeur de l’univers. Afin de nous épanouir, durant ce laps de temps infiniment bref que l’on appelle la vie, cette invraisemblable germination de l’énergie que nous sommes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde2   25 septembre 2018
L’impression de vivre sur un monde exceptionnel s’instaure et se renforce. Une étrange autocensure pèse sur tous les récits de voyageurs que nous avons lus avant de nous embarquer pour Nopal ; elle fait que le discours se délabre, que les mots se défont et qu’il est impossible de saisir le décor de la planète dans sa totalité, de comprendre les mœurs de ses habitants. Nous sommes partis vers Nopal pour y achever notre vie sur une impression vague, transparaissant à travers tous les écrits, celle d’atteindre un lieu d’utopie. Maintenant, certaines phrases équivoques me reviennent en mémoire, certaines descriptions évanescentes s’y juxtaposent et l’évocation de ces souvenirs confus se superpose à la réalité vécue. J’y découvre le même trouble qu’en examinant des hologrammes trafiqués.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
DystopiesDystopies   18 novembre 2018
Ce fût d’abord une série de petits sommets roses, semblables à des chatons de pierres précieuses montés sur un anneau (les collines de Kaïfu éclairées par les rayons tangentiels du soleil). Mais au second plan, au delà de cette chaîne, on aperçut bientôt comme une lourdeur dans l’atmosphère, comme un voile pesant sur l’espace : était-ce cela, la vraie Nopal ?
Commenter  J’apprécie          10
gloubikgloubik   02 novembre 2018
Si les utopies sont, par définition, inaccessibles à toute objection, pourquoi faut-il que les êtres vivants s'acharnent à les détruire sitôt qu'elles naissent ?
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Philippe Curval (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Curval
A l'occasion des Utopiales de Nantes 2018, Philippe Curval vous présente son ouvrage "Black Bottom" aux éditions La Volte.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2253755/philippe-curval-black-bottom
Notes de Musique : Audio Library YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : hard scienceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2745 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre