AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782266089418
Éditeur : Pocket (02/12/1998)
3.53/5   19 notes
Résumé :
Ce roman a pour théâtre le Canada du Nord, ,1e Grand Désert Blanc cher à Curwood, avec ses forêts et ses montagnes neigeuses hantées par les élans, les loups et de féroces tribus indiennes.
C'est aux premiers pas d'un jeune Américain dans ce rude univers que nous assistons ici. On verra comment Roderick Drew s'adapte peu à peu à la vie de trappeur.

Source : Bibliothèque verte, Hachette
___________________________________________... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Bazart
  21 décembre 2019

Les chasseurs de loups est un récit aux allures de Western pour découvrir le roman culte éponyme paru en 1908.
Avant même de vous plonger dedans, prenez le temps de le feuilleter, les illustrations de d'Anton Lomaev sont d'une beauté saisissante.
Et puis plongez en même temps que Roderick, citadin de 18 ans, dans la vie rude des trappeurs du Grand Nord canadien, avec son ami Wabi et le vieux guide Mukoki.Dans des paysages infiniment blancs, survivre est une lutte de chaque instant et les frissons ne sont pas dus qu'au froid !
de l'aventure, du suspense, une nature grandiose et magnifique, la férocité de la vie sauvage, un amour naissant, tous les ingrédients sont réunis dans Les chasseurs de loups pour vous emmener loin, très loin, dans la vie aventureuse des trappeurs du Grand Nord !
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          240
Ozymandias
  03 décembre 2011
Voici LE livre culte de mon enfance !
Récit d'aventures au plus profond du grand nord canadien, si cher à James Oliver Curwood.
Si votre jeunesse été bercée par les aventures de Picsou, alors ce roman ne peut que vous plaire ! L'auteur nous donne un très bel aperçu de la vie des chasseurs d'or et des trappeurs de son époque, il nous ouvre les portes du Klondike, ce territoire cruel qui protégeait jalousement ses trésors.
Mais réduire cette oeuvre à un simple récit d'aventure, ce serait faire offense à l'auteur. Comment ne pas parler du thème central de l'histoire, habilement développé au fur et à mesure que le lecteur avance dans le récit, à savoir, l'amitié qui lie les deux personnages principaux Rod et Wabi ? C'est ce lien, tissé tout en délicatesse, qui porte jusqu'au bout le lecteur au terme de son odyssée.
Devant le succès des "chasseurs de loups", Curwood prolongera le plaisir avec une suite, "les chassurs d'or". Roman tout aussi prenant que le premier si j'en crois mes souvenirs...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
paulmaugendre
  28 août 2019
Issus d'un mariage entre un Anglais et une Indienne, Wabigoon, plus familièrement appelé Wabi, du nom de son grand-père, et sa jeune soeur Minnetaki, de nom de sa mère, ont été élevés dans la factory (compagnie de commerce) de Wabinosh House dans le nord canadien.
Ils ont été élevés à la mode des enfants blancs, fréquentant l'école de Wabinosh House puis celle de Port-Arthur. Mais une rivalité existait avec les Woongas, du nom de leur chef qui dépité de n'avoir pu épouser Minnetaki mère se rebella, traquant les anciens sujets de Wabigoon l'ancêtre. A dix-sept ans, Wabi, n'ayant plus que sa mère, et sur les instances de sa soeur, est parti étudier à Détroit. Il se lie d'amitié avec Roderick qui lui aussi n'a plus de père, élevé chichement par sa mère.
Rod invite son nouvel ami chez lui où le jeune Indien est accueilli bras ouverts par sa mère. Mais les bonnes choses ont une fin. Et une faim car Rod est obligé de travailler pour assurer la pitance. Et Wabi rentre chez lui. Peu après Rod reçoit une lettre du Canada. C'est Wabi qui à son tour l'invite à découvrir le Grand Nord. Rod est impressionné, et pas seulement pas les paysages grandioses. Minnetaki est belle et bientôt il s'éprend de la jeune fille. Mais ce n'est pas pour ses beaux yeux qu'il est venu. Il va participer à une chasse aux loups en compagnie de Mukoki, le vieil Indien, le protecteur de la famille.
Débute alors une tournée à la recherche de loups afin de récupérer leurs scalps qui valent quelques dollars payés par la factory. Des élans aussi et des caribous qui assurent la subsistance et dont les bois sont achetés quelques dollars. Des renards aussi. Des roux, les plus communs, des noirs, des argentés les plus rares dont la fourrure peut être estimée jusqu'à près de mille dollars. Et des martres et autres petites bestioles à fourrure. Mais pour en trouver, c'est comme chercher de l'or.
Or de l'or, les trois hommes vont en découvrir accidentellement en arrivant dans une sorte de combe, coincée entre les crêtes. Une cabane s'élève, abandonnée depuis au moins cinquante ans. A l'intérieur, ils sont nez à nez, ou presque, à deux cadavres. Deux hommes qui se sont affrontés pour un sac contenant quelques pépites d'or. Et qui se sont tués sans pouvoir profiter de leur découverte aurifère.
Seulement, les Woongas sont à leur poursuite, les traquant. Une haine ancestrale les anime et pour leur échapper il faudra user de ruse. D'autant que trois Woongas ont réussi à s'emparer d'un de leurs fusils. Heureusement, Rod, Wabi et Munetaki en possèdent encore deux et un revolver.
Ce sont ces épisodes qui se déroulent sur plusieurs semaines dans le Grand Nord, tempête de neige en prime, et sont décrits avec réalisme. La pose des pièges, l'attente du gibier, les rencontres inopinées, les conflits avec les Woongas, l'affrontement des éléments de la nature qui veut préserver ses droits.

James Oliver Curwood a vécu dans le Grand Nord qu'il décrit si bien. Mais son nom a été éclipsé par Jack London, qui lui aussi a dépeint ces magnifiques mais rudes paysages, ainsi que la vie quotidienne des trappeurs et des chercheurs d'or.
Lu alors que je n'avais que dix ans, c'est-à-dire il y a longtemps et un peu plus, ce roman m'avait emballé et je me souvenais de certaines scènes. Mais la lecture récente fut un plaisir mitigé. Il est vrai que les années ont passé, et un sentiment de protection animale, moi qui ne suis pas chasseur, m'a quelque peu perturbé.
Ce que décrit James Oliver Curwood fut le quotidien des indiens du Canada, on dirait aujourd'hui Amérindiens, et des chasseurs de fourrure venus des Etats-Unis. Un scalp de loup était payé 15 dollars de l'époque. Or Rod touchait à son travail 10 dollars par semaine. Et la fourrure était fort recherchée, prisée, comme celle des renards, afin d'habiller les coquettes urbaines.
Il ne faut pas lire ce roman avec les yeux d'aujourd'hui mais se replonger dans une époque difficile, où la protection animale n'avait pas cours, où les animaux sauvages proliféraient, c'est-à-dire s'imprégner d'un contexte qui a bien évolué. Et les Amérindiens n'avaient guère de revenus sauf celui du commerce des peaux.

Lien : http://leslecturesdelonclepa..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Mamzellegazelle
  12 novembre 2016
Bibliothèque Verte édition de 1929.
Qui n'est pas aller fouiner, découvrir des "trésors cachés" dans les caves ou grenier de nos aïeuls, lors de visite de famille ??? Moi... et j'adore ça !
Ainsi je suis tombée sur ce livre collection de la Bibliothèque Verte avec une édition de 1929 s'il vous plait !
Passé dans les mains de mon grand-père (paix à son âme), puis de mon père (qui se souviens bien de cette lecture), puis entre mes mains ..
Un grand bol d'air frais du Grand Nord Canadien, a envahi mes poumons et me voilà accompagnant Rod, Wabi et Mukoti dans ces contrées hostiles, dangereuses mais Ô combien superbes !
Bien sûr, je ne suis pas un trappeur, obligé de tuer les animaux pour leur fourrure et gagner ma vie ... NON ! Je déteste ça ! Je n'ai pas non plus la culture Indienne qui obsessionnellement pense que le Loup est le démon sur terre .. NON ! Moi je les adore !
Je ne suis pas non plus adepte de la viande crue et séchée pour me nourrir NON ! ... J'adore un bon mijoté aux petits légumes !
Alors, me direz-vous, POURQUOI as-tu aimé ce roman ???
Ma réponse : JE NE SAIS PAS !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          52
camo77
  14 avril 2012
Livre plein d'aventures et d'épopées qui ne vous laisse pas indifférent. A lire...
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Pixie-FlorePixie-Flore   21 mai 2012
Loup, de son côté, sans plus se perdre en de vains efforts de délivrance, mettait toute sa frénésie inassouvie dans les appels réitérés qu'il lançait aux quatre coins de l'horizon. Et de plus en plus nombreuses arrivaient les réponses. De plus en plus proches aussi.
Commenter  J’apprécie          80

autres livres classés : grand nordVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Kazan

Qui est Kazan ?

Un petit garçon
Un chien
Un chien-loup
Un loup

11 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : Kazan de James Oliver CurwoodCréer un quiz sur ce livre