AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070417050
Éditeur : Gallimard (25/04/2001)

Note moyenne : 3.43/5 (sur 429 notes)
Résumé :
«Jane ne recevait jamais de paquet chez elle. Elle le prit. Solide, rectangulaire et plutôt lourd : sans doute un livre. Elle se battit contre l'enveloppe rembourrée, agrafée et collée. Elle en sortit une chemise en carton jaune. Une disquette tomba sur le sol carrelé avec un bruit sec. La chemise contenait un manuscrit en feuilles détachées. Sur la première page, elle lut :

LE PROBLÈME AVEC JANE
roman

Pas de nom d'auteur. Elle r... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (37) Voir plus Ajouter une critique
EosMayonnaise
  18 janvier 2014
S'il y a dans l'assemblée des fans de Catherine Cusset, je vous demanderai de sortir parce que bon Dieu, ça va saigner!
Je passais en revue il y a quelques jours les citations que j'ai cochées sur le site, et il y en a une qui disait qu'on savait pertinemment avant d'ouvrir un livre si on allait l'aimer ou pas! FAUX! Ce petit livre bleu m'a aguichée avec sa belle couleur et sa quatrième de couverture, j'étais sûre de l'adorer, mais quelle déception!
On s'attend effectivement à du suspense, des réflexions fouillées, et rien de tout cela. Cette universitaire trouve un matin devant sa porte un manuscrit qui raconte sa vie... elle décide de le lire pour trouver qui en est l'auteur. Mais tout au long du bouquin, à part quelques spéculations, rien de bien recherché, on n'assiste qu'au récit de la vie sociale et sentimentale de cette ingrate qui n'affectionne les gens que quand elle peut être mise en valeur parmi eux (certains passages concernant sa pseudo-amitié avec sa voisine Lynn l'assistante sociale - autant dire une rien du tout de son point de vue d'intellectuelle - m'ont absolument révoltée) et surtout, la fin du livre et la découverte de l'auteur ne soulagent pas. Parce qu'on ne s'attendait pas forcément à ça, mais qu'en plus ça n'en fait pas quelque chose d'intéressant.
Le personnage, Jane, est insupportable, une sale petite égoïste pleurnicharde qui croit que le monde tourne autour d'elle. Vu sa force de caractère, on se demande comment elle en est arrivée là (bien que connaissant le personnage, j'ai bien ma petite idée...). Je ne dévoilerais pas l'intrigue, mais la fin du bouquin la rend encore plus répugnante.
On est ravis d'en apprendre des tonnes sur sa vie sexuelle. Ah, le puritanisme américain qui cache des pratiques totalement dissolues! Parlons-en, du sexe, parce qu'il est vraiment omniprésent dans ce bouquin, les scènes sont tellement explicites qu'elles m'en ont donné la nausée. Bon, on est loin des onze mille verges, mais en achetant ce livre, je ne m'attendais pas à y trouver ce que j'y ai trouvé. Nouvelle déception.
Et la plus grosse de toutes, le CV sans faute de Mme Cusset est affiché en quatrième de couverture. Normalienne, agrégée de lettres classiques, professeur à l'Université de Yale... bla, bla, bla... je devais sûrement me faire des idées mais du coup j'attendais de prendre mon pied en lisant des phrases comme on n'en fait plus aujourd'hui. Et paf, je me retrouve devant un style qui s'apparenterait à du Musso en version trash. Sans compter le fait qu'elle a vécu bien trop longtemps à l'étranger pour que son français soit irréprochable. Entre pléonasmes à répétitions et phrases américanisées complètement bancales, il serait temps de revenir en vacances en France!
La quatrième de couverture (encore cette traîtresse) vante aussi le roman le plus abouti de l'auteur... Bon, et bien je ne tenterai pas les autres, désolée.
Un bon point tout de même... malgré le fait que ces scènes dégueulasses m'aient mis en tête plusieurs fois l'idée d'abandonner, les pages se tournent toutes seules, et même si Jane est une tête à claques, on reste, juste pour savoir qui a écrit ce bouquin.

Enfin bref, je ne suis pas contente, je suis même très en colère. J'ai vraiment l'impression d'avoir été arnaquée.
En me relisant, je me trouve vraiment dure... j'étais en train de penser à la chouette mise en abyme qu'était ce bouquin et j'en n'ai même pas parlé! Voilà qui est réparé!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Renatan
  19 janvier 2016
« C'est exactement ça le problème avec toi Jane. Si ça ne marche pas c'est à cause de toi.
-De moi?
-Tu es tellement passive. C'est toujours moi qui dois tout faire. Et quand une fois je te demande de faire un truc, un seul, tu sens que je n'en ai pas envie. Super.
-Tu veux dire, demanda lentement Jane en le regardant, que je suis toujours trop passive?
-Oui
-Tu veux dire qu'on n'a jamais bien fait l'amour?
-Exactement
-…si c'est vrai, tu sais quoi? Paie une pute! »

Il paraît que t'as un problème, Jane. Pourtant, je viens de terminer ton histoire et je me dis que qu'à ce compte, on a tous un sacré problème! À l'amour comme à la guerre, que celui ou celle qui ne s'est jamais trompé jette la première pierre… Plutôt, je te trouve extrêmement courageuse. Déjà, tu as eu la force de nous parler de ces hommes qui ont marqué ta vie. Et tu l'as fait avec la franchise de quelqu'un qui n'a plus rien à prouver ni à perdre, et dont le temps lui a permis de reconnaître sa propre valeur.

Le problème avec toi, Jane, c'est que tu es une femme comme toutes les autres. Authentiquement imparfaite, tu rayonnes de tes qualités et tu grandis de tes limites. le chemin que tu empruntes t'est unique, il t'appartient pour autant que tu ne laisses personne le tracer à ta place…

Eh oui, on se cherche, on se trouve et puis un jour, le coeur fourmille de sentiments doux. On se touche, on se découvre et on s'abandonne. Plus fort que tout, on se sent libre de cet amour assez vrai pour nous permettre de rester soi-même. Mais t'as raison, Jane, parfois il peut aussi nous faire tellement mal. C'est peut-être alors le temps de se demander ce que l'on cherche vraiment…

Alex t'a laissé sans nouvelles depuis des jours. Et si c'était lui le problème? Et ton étudiant et ex petit ami, Josh, rien à faire de mieux celui-là que de se mettre à te psychanalyser! C'est lourdaud, tu ne trouves pas?

« le problème avec toi, c'est que tu n'aimes pas ton corps. Tu refuses d'être une femme : c'est pour ça que tu n'as jamais eu d'orgasmes. Tu ne sais pas te détendre »

Effectivement, celui-là, il ne donne pas très envie d'avoir un orgasme! Bon, après il y a eu Norman, qui lui t'a demandé 20$ pour l'aider à payer l'addition au premier rendez-vous, quelle classe! D'autant plus qu'il croule sous l'argent à ne plus savoir quoi en faire. Il paraît que sa femme lui coûte cher, le pauvre. Ah oui, sa femme, le détail qui tue… On parlait de « faire des erreurs », mais ça, comment aurais-tu pu te douter qu'il était tellement égoïste? Enfin, il y a eu aussi Eyal, quelle brute! Puis Francisco, ton confident le plus intime, celui qui embrasse comme un Dieu.

« Elle repassait dans sa tête les images de la veille, leurs corps sur le tapis, la bouche d'Éric, sa poitrine large avec le duvet châtain, ses épaules musclées. Ses fesses rondes et fermes, ses cuisses, ses mollets parfaits et, au bas de son ventre, le sexe doux et brun tout petit quand il reposait sur l'oreiller des couilles et qui se gonflait sous les doigts de Jane jusqu'à se dresser, si grand qu'elle avait chaque fois l'impression d'être vierge. Juste la bonne taille. Elle aimait tout de lui. Sa langue rentrant entre les lèvres de son sexe, la fouillant ou l'effleurant avec délicatesse… »

Jusqu'au jour J d'Éric. Éric est celui de l'Amour avec un grand A. Pour lui, tu étais prête à renoncer à bien des choses, même à ce projet qui te tenait tant à coeur, avoir des enfants. Un jour, n'en pouvant plus, tu as aussi touché le fond et connu le désespoir d'un amour en chute libre. En venant enseigner le français à Old Newport, en banlieue de New-York, tu pensais refaire ta vie. Tu as vécu bien des peines, mais tu es restée celle que tu avais toujours été, une femme complexe et libre, sauvage, belle, indépendante, douteuse et insécure. En ce sens tu y as gagné tout ce qu'il y a de plus important au monde, le respect de toi-même. Et moi je t'admire…

Mais un mystère demeure. Qui peut bien être cette personne qui t'a envoyé anonymement un manuscrit portant le titre « le problème avec Jane »? Et qui te connaisse assez pour raconter des détails intimes de ta vie, de la relation avec ton père à tes orgasmes?

Une lecture toute en tendresse et désespoir, de l'amour à l'acharnement, de la passion à la révolte. À travers une écriture parfois crue parfois douce, mais toujours émouvante...

Lien : http://www.lamarreedesmots.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
isabelleisapure
  03 février 2014
Mon problème avec Jane, c'est que J'ai eu la très mauvaise idée de relire ce roman qui m'avait enchantée lors de sa sortie en 2000.
Je n'ai rien retrouvé de ce qui m'avait tellement plu mis à part l'écriture fluide et agréable de l'auteur.
Je suis allée au bout de cette lecture malgré le profond ennui que j'ai ressenti.
Alors, pourquoi 3 étoiles me direz-vous ? Tout simplement en souvenir d'une époque où je lui en aurais mis 5... !
Commenter  J’apprécie          160
liratouva2
  02 mars 2013
Une lecture très agréable pour commencer ce dernier mois d'hiver: le grand prix des lectrices de Elle 2000, "Le problème avec Jane", paru en 1999.
C'est le second livre de Catherine Cusset que je découvre après «Confession d'une radine» qui m'avait plu également mais pas autant que celui-ci.
Le problème avec Jane selon ses amis, amoureux, amants ou mari c'est que… ceci ou cela! Chacun a toujours une bonne raison de lui reprocher un défaut quelconque avant de se détacher d'elle. Elle est belle pourtant, intelligente et cultivée. Spécialiste de Flaubert, elle enseigne la littérature française dans une grande université américaine (l'auteur, elle, a enseigné à Yale), mais elle se sent seule trop souvent.
Le récit commence lorsqu'elle reçoit un paquet contenant des feuilles manuscrites avec pour titre: «Le problème avec Jane». Elle se rend compte très vite, avec effroi, que chaque chapitre raconte un aspect de sa propre vie, jusque dans ses moments les plus intimes. Elle s'en trouve bouleversée et verse dans une sorte de paranoïa qui consiste à soupçonner chacun de ses proches tour à tour. Qui peut la connaître aussi précisément jusqu'au moindre de ses actes et de ses pensées? Quel est le but de celui qui écrit ainsi sa vie? Jusqu'où ira-t-il? Sa vie est-elle menacée. Elle se sent épiée, jalousée, bref plus rien n'est pareil pour elle désormais.
Jusque là, j'ai cru à une sorte de récit policier et pourquoi pas même à un thriller mais pas du tout... Je me suis bien trompée. Est-ce tant mieux ou tant pis?
La fin n'est-elle pas un peu fade? Jane n'est-elle pas un peu incompréhensible et agaçante parfois? Dans bien des circonstances, je n'aurais sûrement pas réagi comme elle: je l'ai trouvée souvent très inconsciente, frivole, capricieuse, parfois trop froide et souvent trop confiante. Si quelqu'un connaît aussi bien sa vie, c'est qu'elle parle un peu à tout le monde, à tort et à travers. Elle se livre trop facilement aux premiers venus.
Ceci mis à part, c'était une lecture très agréable.
Inutile de mettre des liens: il me semble que presque tous les blogs que je connais ont déjà écrit des billets sur ce livre!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
NolaTagada
  14 mai 2013
Hé bien pour une fois, je suis heureuse d'avoir eu la patience d'aller jusqu'au bout de ce petit bouquin, Grand Prix des lectrices Elle 2000 tout de même ! Non, parce qu'entre nous, si l'impression générale est finalement plutôt positive, on ne peut pas dire que cette lecture était d'une déglingue particulière...
Une personne avisée m'a demandé un jour pourquoi je me forçais à finir des livres que je trouvais ennuyeux. Bonne question n'est ce pas ?! Je les termine parce que j'ai envie d'y croire jusqu'au bout et que je me dis qu'il y aura certainement un rebondissement de dernière minute abracadabrantesque qui va me faire sauter au plafond (jusqu'à présent ce n'est jamais arrivé... bon et alors !) et puis aussi certainement par respect pour l'auteur et pour le travail accompli. Tout ça pour vous dire que je suis bien contente d'avoir insisté pour celui-là car j'ai vraiment beaucoup apprécié le dénouement et les cent dernières pages qui m'ont bien tenue en haleine.
En tout cas, nous sommes tous d'accord pour saluer l'originalité du scénario de ce petit roman : une jeune femme, Jane, trouve un manuscrit dans sa boite aux lettres qui raconte de manière assez précise sa vie. de quoi vous faire frémir et vous agacer au plus haut point, vous en conviendrez. Jane se lance alors dans une lecture frénétique bien décidée à comprendre qui a écrit ce texte et pourquoi ?
Le lecteur alterne entre la lecture de ce fameux manuscrit et les introspections de Jane qui commente et nous fait part de ses sentiments, ce qui confère au roman une dynamique assez atypique et apporte un autre point de vue sur la lecture écoulée, un petit peu comme si vous lisiez tout ça avec la principale concernée, Jane. Plutôt sympa comme “expérience littéraire” si je puis dire... Et c'est là toute la performance de Catherine Cusset qui arrive à maintenir une part de suspens et à procurer une curiosité insatiable au lecteur. Tout ça, malgré quelques longueurs et quelques passages plutôt creux et ennuyeux : bla, bla, bla, bla , bla et sinon on va où là ?!! Oui, parce que lorsqu'on s'intéresse au récit de “Le problème avec Jane”, il est d'une banalité affligeante : la vie d'une femme qui se cherche et ses histoires d'amour pas franchement réussies : on ne peut plus classique !
La grande réussite de ce petit livre réside donc dans sa construction et puis aussi dans le dénouement. Je ne m'y attendais pas du tout et je l'ai trouvé assez poignant et dur en même temps, à la limite du tragique. Contre toute attente, alors que je m'étais ennuyée pendant une bonne centaine de pages au milieu du bouquin, j'avais presque envie que ça continue pour savoir ce qui allait arriver à Jane ! Maligne cette Catherine Cusset !
Pour celles et ceux qui ont eu entre les mains “Le confident” d'Hélène Grémillon, la similitude de la construction du roman est assez frappante même si l'intrigue n'a strictement rien à voir. Pour ma part j'ai trouvé le roman d'Hélène Grémillon bien plus prenant, plus poignant que celui de Catherine Cusset. Toutefois les lauriers que l'on pourrait attribuer au scénario revienne d'abord à Catherine Cusset, avant gardiste à ce niveau là.
Pour conclure je dirais qu'il y a vraiment quelque chose dans “Le problème avec Jane”, c'est un livre qui mérite amplement d'être lu même si il n'est pas transcendantal. Il y a vraiment moyen de passer un bon moment, à vous de voir si vous avez envie de tenter votre chance !

Lien : http://www.nola-tagada.fr/ca..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
ChezLoChezLo   27 novembre 2010
Jane ne recevait jamais de paquet chez elle. Elle le prit. Solide, rectangulaire et plutôt lourd : sans doute un livre. Elle se battit contre l'enveloppe rembourrée, agrafée et collée. Elle en sortit une chemise en carton jaune. Une disquette tomba sur le sol carrelé avec un bruit sec. La chemise contenait un manuscrit en feuilles détachées. Sur la première page, elle lut :

LE PROBLÈME AVEC JANE - roman

Pas de nom d'auteur. Elle regarda l'enveloppe marron : pas de nom d'expéditeur. Le paquet avait été posté à New York cinq jours plus tôt. Elle parcourut rapidement les premières pages. Il s'agissait d'elle. Quelqu'un de bien informé. Le manuscrit comptait trois cent soixante pages et s'achevait sur cette phrase : "En bas elle trouva le paquet avec le manuscrit."
A travers ce thriller psychologique, dans un style simple et tendu, c'est une radiographie des rapports amoureux et sociaux dans l'Amérique contemporaine que nous propose l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
poupoumafiapoupoumafia   17 octobre 2014
On tombait amoureux d'un corps et d'un visage, oui, mais d'un corps qui bougeait, qui avait une grâce et une allure, et d'un visage qui vous regardait, qui vous souriait : on tombait amoureux d'une énergie ou d'un esprit qui irradiait par ces gestes, ces yeux ou ce sourire.
Commenter  J’apprécie          90
AGDEDAGDED   08 décembre 2008
ok avec laure 1961. le pitch semblait très interessant maison sombre vite dans l'ennui. j'ai eu l'impression d'etre passée à coté d'une belle histoire. le résultat : une belle description du milieu universitaire américain très proche de la réalité et un livre sans suspens.
Commenter  J’apprécie          60
poupoumafiapoupoumafia   25 août 2014
On ne peut jamais atteindre le summum du bonheur sans être sûr de se casser le nez : presque une axiome mathématique. Je l'appelle la loi de l'humilité. Tu n'as pas remarqué ? Chaque fois qu'on est trop enthousiaste c'est une garantie d'échec.
Commenter  J’apprécie          60
EosMayonnaiseEosMayonnaise   14 janvier 2014
Jane souriait en elle-même. Les douze momies autour de la table ne savaient pas. Elle aurait voulu leur crier ses tables de la Loi:
Il n'y a qu'une sorte d'amour.
Il faut partir s'il y a l'ombre d'un doute.
On n'a qu'une moitié.
Ne pas s'arrêter avant de l'avoir trouvée.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Catherine Cusset (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Catherine Cusset
Chaque vendredi matin, Valérie Expert vous donne rendez-vous avec Gérard Collard pour leurs coups de c?ur... Voici les références des livres présentés dans l'émission du 12 janvier 2018 :
- Vie de David Hockney de Catherine Cusset aux éditions Gallimard https://www.lagriffenoire.com/103782-divers-litterature-vie-de-david-hockney.html
- Traité de savoir-rire à l'usage des embryons4 janvier 2018 de Anne AKRICH aux éditions Julliard https://www.lagriffenoire.com/102855-romans-traite-de-savoir-rire-a-l-usage-des-embryons.html
- Par amour de Valérie Tong Cuong aux éditions du Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=100958&id_rubrique=368
- Deux remords de Claude Monet de Michel Bernard aux éditions La Table Ronde https://www.lagriffenoire.com/49683-divers-litterature-deux-remords-de-claude-monet.html
- Romain Gary s'en va-t-en guerre de Laurent Seksik aux éditions Flammarion https://www.lagriffenoire.com/67180-divers-litterature-romain-gary-s-en-va-t-en-guerre.html
- Peggy dans les phares de Marie-Eve Lacasse aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/103270-divers-litterature-peggy-dans-les-phares.html
- Les enfants du dernier salut de Brull-Ullmann Colette et Jean-Christophe Portes aux éditions City https://www.lagriffenoire.com/99913-divers-histoire-les-enfants-du-dernier-salut.html
Vous pouvez commander cette sélection sur le site de la librairie en ligne www.lagriffenoire.com
+ Lire la suite
autres livres classés : égocentrismeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Confession d'une Radine de Catherine Cusset

Qui y a-t-il sous la pile d'habits de la chambre de la grand-mère ?

des bonbons
des livres
du chocolat
des cigarettes

10 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Confessions d'une radine de Catherine CussetCréer un quiz sur ce livre
. .