AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782207132388
448 pages
Éditeur : Denoël (14/11/2016)

Note moyenne : 3.61/5 (sur 128 notes)
Résumé :
Une fois par an, le chef scout Tim Riggs emmène un groupe d'adolescents sur Falstaff Island, en pleine nature canadienne, pour trois jours de camping. Et rien de tel qu'une bonne histoire de fantômes et le crépitement d'un feu de joie pour faire le bonheur de la joyeuse troupe. Mais lorsqu'un individu émacié, qui semble tout droit sorti d'un film d'horreur, débarque sur leur camp, réclamant de la nourriture, le séjour vire au cauchemar. L'homme n'a pas seulement fai... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (58) Voir plus Ajouter une critique
Stelphique
  30 janvier 2018
Ce que j'ai ressenti:
"Ai-je tort de croire qu'il s'agit de l'endroit idéal pour un brin de diablerie?"
Si l'on se rappelait ces soirées de camping entre amis, à se filer la frousse avec les histoires les plus effrayantes à se raconter auprès du feu, parions que cette histoire aurait eu une place de choix dans nos tremblements nocturnes. Lire Troupe 52, avec ma binôme, au fin fond de nos lits, sous la couette, nous a filé quelques sueurs froides et quelques nausées, mais elle a été un super moment de lecture!
Ce petit groupe dynamique et motivé va bien vite déchanter de leur virée du week-end! Les devises Scouts vont voler en éclats tout comme les liens d'amitié qui les unissent, ne laissant en bouche qu'un arrière gout amer et une féroce envie de dévorer la vie à pleine dents! Cauchemardesque à souhait et monstrueusement grouillante, la folle frénésie qui nous prend de lire ses pages est bien à l'image de cette intrigue: effrayante et affamée! Un page-turner hallucinant, dont on bouffe les lignes, jusqu'au point ultime de fin.
« C'est la nature de tout être vivant. On s'accroche à la vie jusqu'à ce qu'elle nous soit arrachée. Même s'il en reste que des lambeaux, on s'accroche tout de même. »
J'ai été agréablement surprise que l'horreur se tienne tout du long, qu'elle soit sourde et à la fois criante, froide et implacable, juste ce qu'il faut d'ecoeurante , admirablement ténue. Entre les petits problèmes d'adolescents et l'inertie des adultes devant ce spectacle de débâcle, j'ai été souvent au bord du vomissement, car les monstres sont d'une évidente frayeur, mais à voir se dessiner la folie pour vendre envers et contre tout, c'est peut encore plus immonde…
« La survie dépendait largement de la capacité de chacun à croire en la possibilité d'une fin heureuse. Vous étiez foutu à partir du moment où vous vous mettiez à imaginer le pire. »
Stephen King avait bien raison d'émettre des réserves pour les âmes sensibles, (je pense que je vais avoir du mal à me remettre de la scène de la tortue…) parce qu'il y a dedans un mélange d'horreur et de tenaces effets grouillants dans nos esprits, qui te tiennent toujours en alerte, toujours plus avec la faim au ventre, qui t'empêchent carrément de dormir tranquille, même à côté de tes amis…
« La seule manière de connaître réellement quelqu'un, c'est de le voir en situation de crise. Les gens s'infligent les pires sévices, Newton. Tu ne peux pas imaginer. Les amitiés, la famille, l'amour et la fraternité, tu peux balancer tout ça par la fenêtre… »
Allez, on parie que tu vas en frémir d'horreur d'aller faire une ballade sur cette île?!!!Qu'il va se réveiller en toi, une furieuse envie de vivre et de manger les pages de ce thriller terrifiant??! Bon appétit et bonne découverte…
« le silence de la nuit s'étendait au dessus de l'immensité de l'océan. Un paysage d'une tranquillité inimaginable qui instilla la peur dans le coeur de Max. La mort serait-elle ainsi: un silence liquide infini? »
Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 9/10
Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
Maks
  08 janvier 2017
Un roman littéralement effrayant, angoissant, glauque et en même temps super addictif, un véritable concentré d'horreur que j'ai eu du mal à lâcher pour dormir chaque soir, l'auteur sait manier sa plume afin de garder la tension constante ce qui fait que même lors des moments de calme on s'attend toujours à être poussé plus profondément dans l'angoisse, on la rescent presque autant que les personnages eux même.
Le décor à tout pour effrayer, une petite île déserte aux conditions météo peu attrayantes, un seul refuge (une cabane vétuste ou les scouts vont baser leur camp le temps d'une semaine d'aventure), un morceau de forêt, des cailloux, et c'est tout.
Âmes sensibles s'abstenir, vous risquez la nausée et l'écoeurement, pour les autres, foncez !
Voir la chronique sur mon blog :
Lien : http://unbouquinsinonrien.bl..
Commenter  J’apprécie          340
belette2911
  29 janvier 2018
Ceci sera sûrement ma dernière chronique car c'est sûr, j'ai été infestée… Je sens déjà la faim gronder en moi et je dois me retenir afin de ne pas mordre dans mon clavier pour le bouffer.
— J'AI FAIM !! TRÈÈÈS FAIM !!
Nous étions tranquilles sur la petite île de Falstaff Island, nous 5, les scouts de la Troupe 52, et notre chef, Tim Riggs, un adulte cool et médecin.
On se racontait des histoires qui font peur, on se chambrait, enfin, on chambrait surtout Newton, le petit gros de la bande, le geek, l'intello. On emmerde un peu moins Sheilley, car il est un peu bizarre, il fait peur.
Ephram, faut pas le chercher, il sait se servir de ses poings, son père est taulard, même. Son meilleur ami est Max, il le protège, ils sont ensemble depuis leur bas âge.
Kent, c'est le meneur, le fils du shérif, celui qui pique tout à tout le monde et que personne n'ose remettre à sa place. Celui qui tutoie les profs, le moniteur, celui qui n'obéit pas.
Ceci est donc ma dernière…
Tout est allé très vite après l'arrivée d'un type très malade, très maigre aussi, genre le type qui sort d'un camp de concentration après 10 ans de privations. Il foutait plus la trouille que toutes nos histoires « à faire peur » réunies.
Le pire est arrivé lorsqu'il est mort et que ce qu'il avait en lui est sorti… Argh, quelle horreur, jamais vu ça de ma life, le moniteur médecin non plus.
Je sens tout ça grouiller en moi, me déchirer, monter le long de ma colonne… arriver au cerveau… pas de bol pour eux, j'en ai pas ! Mhouhahahaha… *voix qui s'étrangle* Argh, tiens, si, j'avais bien un cerveau et ils l'ont bouffé.
Si vous voulez frissonner de peur, allez-y, plongez sur le roman et dévorez-le ! Mes amis ont beau être des gamins de 14 ans, chacun a sa petite personnalité et vous ne serez pas déçu de ce que vous lirez car nous n'avons rien à avoir avec les gentils gamins du Club Des Cinq.
Niveau suspense et tension, vous ne serez pas volé sur la marchandise, je vous garanti que votre médecin vous prescrira ensuite des pilules pour faire baisser la tension qui aura monté tout au long du récit.
Et puisque nous ne pouvons que vous conter l'horreur qui s'est produite sur l'île, notre auteur a eu la brillante idée de chiper une idée au King lui-même (Stephen, pas Elvis), celle qu'il avait utilisée dans la narration de Carrie, celle qui ♫ allumait le feu ♫ et dont on racontait une partie des exploits aux travers d'articles de journaux.
Dans notre histoire horrible, vous saurez tout grâce aux extraits de journaux, grâce aux témoignages de miliaires, de médecins, de scientifiques…
Et si vous voulez savoir si je vais m'en sortir et continuer d'écrire des bafouilles, vous devrez d'abord lire Troupe 52, car un scout, quoi qu'il arrive, est toujours prêt !
Prêt à servir, prêt à mourir…

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
stokely
  09 juin 2017
Une déception pour moi avec cette lecture, mais le genre de livre fantastique/horrifique n'est peut-être pas fait pour moi. L'idée de base du roman est pourtant séduisante des jeunes scouts adolescents sur une île avec leur chef scout médecin, un homme mystérieux qui vient leur rendre visite un soir avec des symptômes plus qu'inquiétants.
Jusque là j'ai plutôt adhérer à la lecture mais à partir du moment ou est identifié le mal dont souffre cette homme j'ai eu beaucoup de mal à poursuivre ma lecture.
De plus je n'ai eu aucune empathie pour les protagonistes du récit et l'idée de mettre des extraits de journaux ou de procès n'ont pour ma part pas du tout fonctionné, cela m'a encore plus ennuyé que l'histoire qui déjà se traine en longueur.
Un livre qui peut fonctionner sur les adolescents qui veulent se faire peur ou veulent des scènes un peu gores dans leur lecture, mais je ne garderai pas un souvenir impérissable de cette lecture. Toutefois si vous aimez Stephen King vous aimerait surement cette lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
PinkCatReading
  19 février 2018
Ingrédients pour une bonne histoire effrayante à raconter lors d'une veillée entre scouts, selon le chef Tim Riggs : une île isolée et déserte, un gars bizarre qui semble être dévoré de l'intérieur, pleins de trucs grouillants, une tempête, cinq gamins livrés à eux même et dont certains ne sont carrément pas nets...mais...attendez…c'est en fait le pitch de Troupe 52 de Nick Cutter (aka Craig Davidson) !
Un roman genre survival horror où les armes et la force manquent face à l'ennemi toujours plus nombreux (c'est bizarre formulé ainsi mais imaginez plusieurs formes agissantes et une seule entité pensante), ça à l'air chouette comme ça mais j'aurais du me méfier quand j'ai lu sur la couverture que Stephen King avait adoré vu que je ne suis pas fan de son oeuvre! En effet, malgré tous mes efforts, je n'ai pas accroché.
L'histoire partait bien: le cadre de l'île canadienne de Flagstaff est sympa, des gamins sur ladite île avec un “ennemi” répugnant qui rôde...Ça promettait de filer des sueurs froides. Mais trop de blabla, trop de trucs qui grouillent, trop de gore, trop de mutilation, trop de folie, trop de désespoir, trop de malsain, avec des gosses au milieu, j'ai vraiment du mal et là, c'est très, très, trèèèès sale quand même.
Pas que je me sois attachée aux personnages , qui malgré de longs éclairages (un peu rébarbatifs) sur leur histoire et leurs relations entre eux sont loin d'être transparents mais ils sont malheureusement assez caricaturaux (le nerd, le sportif, les deux meilleurs amis, le marginal). Et puis ces morceaux de journaux, de documents divers et autres interviews en plein milieux de l'histoire, “pour nous éclairer” m'ont fait décrocher à chaque fois un peu plus. Quant à la fin...pfff...mouais....Bon, quand ça ne veut pas, ça ne veut pas!

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120


critiques presse (2)
Actualitte   09 janvier 2017
D'une force descriptive et visuelle époustouflante, très gore, il soulève le cœur, glace le sang, indispose, effraie tellement qu'il contraint à fractionner sa lecture pour tenir, tenter de supporter l'insoutenable.
Lire la critique sur le site : Actualitte
LeJournaldeQuebec   24 octobre 2016
Un roman à glacer le sang qui ne s’adresse vraiment pas aux âmes sensibles.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations et extraits (56) Voir plus Ajouter une citation
StelphiqueStelphique   27 janvier 2018
C'est la nature de tout être vivant. On s'accroche à la vie jusqu'à ce qu'elle nous soit arrachée. Même s'il en reste que des lambeaux, on s'accroche tout de même.
Commenter  J’apprécie          272
grm-uzikgrm-uzik   19 février 2018
- "Les adultes étaient tourmentés par d'autres choses : leur travail, leur hypothèque, leurs fréquentations, la peur de mourir seul et mal aimé. Il s'agissait de pâles craintes à côté de celles d'un enfant : des clowns grimaçants sous le lit, des monstres gluants tapis dans l'ombre du sous-sol et de terrifiantes horreurs sans visage venues des confins de l'espace. Il n'existe aucune méthode en douze étapes ni de groupe d'entraide pour surmonter ces peurs.
Ou peut-être qu'il y a une solution : il suffit de grandir.
Et lorsqu'on quitte l'enfance, on renonce à la souplesse d'esprit requise pour croire en de telles choses, mais aussi à la capacité de composer avec elles. Lorsque les adultes se trouvent dans une situation qui exige une telle souplesse... eh bien, ils n'arrivent pas à puiser cette force en eux. Ils s'effondrent ; commence alors le cortège de la folie, de la panique, des crises cardiaques et des anévrismes provoqués par la peur. Pourquoi ? Ils n'arrivent tout simplement pas à croire ce qui leur arrive.
Voilà pourquoi les enfants sont si différents : ils croient que tout peut arriver et s'y préparent."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          32
collectifpolarcollectifpolar   17 octobre 2019
L’AFFAMÉ DE PRINCE COUNTY !
par Huntington Mulvaney

Chers lecteurs, nous venons de recevoir des nouvelles effarantes en provenance de l’un de nos avant-postes les plus isolés, la petite communauté de pêcheurs de Lower Montague, sur l’Île-du-Prince-Édouard. Une morne pointe rocheuse et inhospitalière émergée des eaux de l’Atlantique.

Ai-je tort de croire qu’il s’agit de l’endroit idéal pour un brin de diablerie ? Heureusement pour vous, nos yeux et nos oreilles sont partout. Nous voyons tout, nous entendons tout.

Cette nuit, Sadie Adkins, serveuse au Diplomat Diner à Lower Montague, s’est fait dérober son vieux pick-up de marque Chevrolet dans le parking du diner par un voleur anormalement émacié. Adkins a appelé à notre ligne sans frais après que la flicaille du cru eut cruellement et malicieusement rejeté ses supplications, les jugeant, et nous citons, « ridicules » et « insensées ».

« Moi, je peux vous dire qui a piqué mon foutu pick-up, a déclaré Adkins. Un vrai crève-la-faim ! »

Un homme non identifié aux cheveux taillés ras et aux vêtements amples est entré au Diplomat à 21 heures. D’après Adkins, l’individu souffrait de malnutrition avancée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
collectifpolarcollectifpolar   17 octobre 2019
Cette sortie avait failli ne pas avoir lieu. On annonçait une tempête pour la fin de semaine ; le bulletin météorologique prévoyait qu’elle arriverait du nord, un de ces monstres déchaînés à têtes multiples qui s’abattent de temps à autre sur la province insulaire, mi-tempête, mi-tornade, arrachant les bardeaux des toits et sectionnant les arbrisseaux à la base. Toutefois, les dernières images satellites indiquaient que la tempête virerait à l’est, vers l’Atlantique, où elle épuiserait ses forces sur les vastes étendues désertes.

En guise de précaution, Tim s’était assuré de la charge complète de la radio marine ; si les cieux devenaient menaçants, il ferait en sorte qu’on vienne les chercher plus tôt. À vrai dire, il détestait avoir besoin de la radio à ondes courtes. Tim avait établi des règles strictes pour cette sortie. Pas de téléphones. Pas de consoles de jeux. Il avait obligé les garçons à vider leurs poches sur le quai à North Point pour être certain qu’ils ne passent pas en douce un objet qui les relierait à la terre ferme.

Compte tenu du temps, la radio était un mal nécessaire. Comme disait le manuel des scouts : Toujours prêt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Amnezik666Amnezik666   28 novembre 2016
Les adultes étaient fichus. Complètement fichus. Ils faisaient tout ce qu’ils interdisaient aux enfants : ils trichaient, volaient, mentaient, gardaient des rancunes et refusaient de tendre l’autre joue, se battaient comme des rats d’égout et, pire que tout, ne reconnaissaient pas leurs torts. Ils se renvoyaient la balle, refusaient toute responsabilité. C’était toujours la faute de quelqu’un d’autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Video de Nick Cutter (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nick Cutter
Craig Davidson souhaite un bon anniversaire à Terres d'Amérique
autres livres classés : épidémieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Nick Cutter (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
666 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre

.. ..