AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782203100589
165 pages
Casterman (18/01/2017)
3.4/5   34 notes
Résumé :
Un jeune couple vivote dans une maison à la campagne lorsque surgit un héritage inattendu : une fabrique de cierges !
Lorsqu'un héritage improbable - un stock de cierges ! - lui tombe du ciel, Manu est bien obligé de se bouger un peu. Avec sa copine Sam et le frère de celle-ci, Jordan, ils élaborent un business plan du feu de Dieu (sic) : faire la tournée des monastères de France, y écouler leur marchandise et financer ainsi leurs vacances.
Curieuseme... >Voir plus
Que lire après La cire moderneVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,4

sur 34 notes
5
0 avis
4
5 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
0 avis
Le dessin de Max de Radigues est simple assez minimaliste un trait au noir et blanc quelques surfaces de noir. Il est épuré, sans nuances, et rythme le récit de ses contrastes noir et blanc.
Manu, jeune garçon un peu fêtard vivant avec sa copine, hérite d'un stock de cierges de culte de la part d'un vieil oncle qu'il connaissait à peine. Tous deux et le frère de cette dernière vont se lancer dans un road trip façon beat génération : Vie libre, insouciance bohème, beuveries et spiritualité. Ils vont errer de paroisse en monastère tout d'abord pour écouler le stock pour se faire de l'argent mais cette rencontre avec la religion va les transformer, ils vont être amenés à se poser des questions sur leur façon de vivre sur leurs objectifs sur leur vie en général. Ce thème peut paraître austère et pourtant on est pas du tout pas de mysticisme béat, c'est une bande dessinée drôle, sarcastique, ironique et pleine de tendresse, de réparties cinglantes, pas toujours politiquement correct. J'ai aimé cette confrontation entre la jeunesse excessive et sans ordre, no future, et le système religieux bien établi et plan-plan. C'est une lecture surprenante et vraiment sympathique,
Commenter  J’apprécie          200
un roman graphique bien sympa qui traîne du côté des néo-hippies fumeurs de bédo, conducteurs de van et anti-sarko.
L'intrigue est originale, du moins l'idée de départ: Manu se voit hériter de cartons de cierges sans l'entrepôt qui,lui, est destiné à devenir une salle de danse pour jeunes filles. Pour déménager toute la marchandise, il a heureusement aussi hérité d'une camionnette et décide aussitôt, avec sa copine Samira, de faire le tour des abbayes et monastères pour revendre le stock. le voici donc sur les routes de la foi, des chemins de Compostelle à Lourdes, flanqué du petit-frère macho et vulgaire de Samira, qui heureusement a fait bac pro action commerciale et vendrait même sa mère, si elle n'était pas déjà morte.
Petit-à-petit, la foi s'immisce dans le coeur de Manu qui, tout chamboulé, ne sait plus à quel saint se vouer...
Ce type de révélation n'est pas un thème que l'on imagine trouver dans ce genre de roman graphique, c'est ce qui en fait le charme et l'intérêt. Mais ici, ce n'est que le début, et le reste se fera tout au long de la vie de Manu, qu'il ne nous reste plus qu'à imaginer.
Commenter  J’apprécie          130
C'est le dessin de couverture de cette BD qui m'a d'abord tapé dans l'oeil. Simple mais qui permettait d'entrée de jeu de faire ressortir la personnalité des trois personnages. J'ai découvert une histoire dans laquelle les auteurs abordent beaucoup de sujets à travers le thème principal : celui de la découverte de la foi par me personnage principal, Manu. le sujet est un peu périlleux, mais les auteurs parviennent à proposer un traitement qui ne tombe pas dans la bondieuserie et qui s'intéresse plutôt aux sentiments mélangés qu'éprouve Manu. Peur, incompréhension, appréhension, questionnement, tout est plutôt bien vu. L'humour est présent et les marchands du temple, y compris lorsqu'ils sont eux-mêmes des religieux, en prennent pour leur grade. J'ai été un peu plus gêné par le personnage de prêtre avec qui discute Manu au fil de l'histoire et par le traitement de la question du sexe , comme si la foi ou le questionnement sur la foi s'accompagnait d'une rupture avec tout ou partie de la vie qui la précède (tout en sachant que Manu a l'air d'être plus un bon gars qu'un rebelle, donc la rupture reste potentiellement relative). Les auteurs semblent vouloir nous montrer ce qu'est la vraie foi, celle qui chamboule tout, celle qui entraîne une relation directe à Dieu, celle qui passe par la solitude nécessaire à l'introspection intérieure, par opposition à celle de beaucoup de croyants qu'ils mettent en scène au cours de l'histoire. Pourquoi pas un parti pris de cette nature, mais ici, l'enchaînement des étapes de l'histoire ne fonctionne pas je trouve.
Commenter  J’apprécie          90
J'ai emprunté cette BD à la bibliothèque à cause de la très brève quatrième de couverture qui me semblait bien coller avec l'item 17 du challenge Multi-défis 2019 auquel je me suis inscrite : Un livre abordant les thèmes de la religion, de la spiritualité, du mysticisme ou de l'ésotérisme… Je connaissais un peu le scénariste (Vincent Cuvellier) grâce à son personnage très attachant de petit garçon, Émile, illustré par Ronan Badel, mais pas du tout l'illustrateur qui a travaillé avec lui sur La Cire moderne : Max de Radiguès.

Manu vit dans une maison délabrée à la campagne avec Sam, sa copine. Alors qu'ils traînent au lit un beau matin, le facteur apporte à Manu une lettre recommandée qui lui annonce la mort de son oncle fabricant de cierges ( !) : le jeune homme doit se rendre chez un notaire pour régler la succession. Manu apprends alors qu'il vient d'hériter d'un gros stock de cierges et des machines pour les fabriquer… mais les bâtiments, la maison et l'entrepôt vont à la commune, et l'argent à des oeuvres ! Jordan, le frère chelou de Sam, propose de partir tous les trois sur les routes avec le stock afin de le vendre à des curés, des moines, etc., bref, à des gens qui peuvent être intéressés par une marchandise, disons, très spécialisée… ce qui leur permettrait, selon Jordan, de gagner plein d'argent. Les voilà partis pour une traversée nord-sud de la France, en visitant des abbayes, des couvents et divers lieux de culte. Si cette tournée très particulière n'a d'autre effet que d'agacer Samira et Jordan, il en sera bien autrement pour Emmanuel (le bien nommé) qui va commencer à s'interroger sur le sens de la vie, sur Dieu et sur la foi.

J'ai moyennement aimé cette BD pleine de ruptures de ton, peut-être trop déroutante pour moi. On oscille sans arrêt entre un quotidien réaliste très contemporain et des gags ou des personnes qui nous emmènent ailleurs (les culturistes, le fantôme…) Les dessins ne m'ont pas toujours convaincue non plus. Si j'ai beaucoup aimé les paysages de la campagne, la vue de Lourdes, j'ai moins apprécié les personnages. Les yeux des garçons sont représentés par un point, et ceux des filles sont très grands, mais pas toujours… Je n'ai pas compris les choix effectués. Expérience mitigée…

Challenge multi-défis 2019
Commenter  J’apprécie          50
A la mort de son oncle, Manu hérite du stock de cierges de sa société La cire moderne. « Un très beau patrimoine » selon le notaire qui n'inspire pourtant pas grand-chose au jeune homme, plus habitué à fumer des pétards qu'à fréquenter les églises. Accompagné de sa petite amie Sam et de Jordan, le frère lourdingue de cette dernière, Manu charge les cartons de cierges dans un combi Volkswagen et part faire le tour des paroisses pour écouler le stock, avec l'idée de s'offrir une fois sa tournée achevée des vacances au Maroc. Mais en chemin « l'héritier » est frappé par la foi. Il n'a rien vu venir et cette hôte inattendue va bouleverser ses projets et ses certitudes.

Un road trip atypique, d'abord léger, qui vire au cheminement spirituel avec un naturel désarmant. Manu, Sam et Jordan sont de touchants jeunes d'aujourd'hui. Nonchalants, je-men-foutistes, fêtards et prenant la vie comme elle vient sans se poser de questions. Leur trio fonctionne à merveille, c'est dynamique, drôle et surtout très réaliste. Les dialogues sonnent juste, la narration est fluide, portée par un dessin en noir et blanc et un découpage d'une parfaite lisibilité.

Vincent Cuvellier aborde le sujet de la conversion loin de tout prosélytisme. Il parle de sexualité et de religion sans sombrer dans la caricature et épargne au lecteur des bondieuseries qui n'auraient pu qu'alourdir son propos. Sous le vernis de la légèreté apparaît au final une vraie profondeur de réflexion, c'est incontestablement la plus grande réussite de cet album inclassable.

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (4)
Sceneario
13 février 2017
Une "bénédiction" (!) pour Cuvellier et de Radiguès, pourrait-on dire, si on voulait y voir un quelconque signe divin !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Auracan
01 février 2017
L'itinéraire de Manu ne laisse, en tous cas, pas indifférent, ne fût-ce que parce qu'il est raconté et dessiné de manière aussi plaisante et agréable.
Lire la critique sur le site : Auracan
BDGest
31 janvier 2017
Les auteurs réalisent le tour de force de mélanger tous les styles narratifs et graphiques, et ça marche. Le récit est fluide et la lecture agréable.
Lire la critique sur le site : BDGest
BoDoi
31 janvier 2017
Ensemble, les auteurs rendent cette improbable histoire attachante, et persistante dans l’esprit du lecteur.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
- Euh... ça vous dit, on peut dormir là cette nuit ?
- Mmmmh ? Où ça là ?
- Ben là, dans le monastère. Ils font hôtel. On peut même manger.
- Tu veux nous faire dormir avec les curés ?
- Des bonnes sœurs, pas des curés.
- Des bonnes sœurs ? Elles sont mignonnes ?
- Ben, j'en sais rien, c'est des bonnes sœurs, quoi...
- Ouais, moi je veux bien, j'ai dormi comme une merde la nuit dernière.
- Et toi Sam ?
- C'est cher ?
- On donne ce qu'on veut.
- Mm. Alors c'est oui.
Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
Videos de Vincent Cuvellier (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Vincent Cuvellier
L'Abbé Pierre Une vie pour les autres
autres livres classés : road tripVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (62) Voir plus



Quiz Voir plus

Kilomètre zéro

Comment s'appelle le "héros"?

Ben
Baptiste
Ludo
Victor

6 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : Kilomètre zéro de Vincent CuvellierCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..