AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782501159562
96 pages
Marabout (20/01/2021)
3.97/5   72 notes
Résumé :


Passionnant et riche dialogue entre deux penseurs de notre temps dont le trait commun est l’interdisciplinarité : sociologie, psychiatrie et psychanalyse.

Morin et Cyrulnik constatent l’un et l’autre l’indissociabilité du cerveau et de l’esprit, l’interdépendance du culturel et du psychologique, du cérébral et du biologique.

À la fragmentation du discours compartimenté, techno-scientifique, ils opposent le discours du ... >Voir plus
Que lire après Dialogue sur la nature humaineVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
3,97

sur 72 notes
5
10 avis
4
4 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
J'aime beaucoup Edgar Morin et Boris Cyrulnik !
Je connais " livresquement" le premier depuis 30 ans, l'autre depuis 10 ans. Ce sont deux philosophes, bien que l'un soit plus orienté sociologie et cognitivisme, et l'autre neurosciences.
D'ailleurs, dans ce "Dialogue sur la nature humaine", ils se complètent bien.
Les thèmes abordés sont nombreux. Par exemple :
"Le cerveau et l'esprit", c'est quelque chose de passionnant !
Les nombreuses "naissances" ou évolutions de nos sociétés aussi !
Nos deux vénérables compères s'interrogent sur les dernières sociétés, "les civilisations historiques", qui s'orientent vers l'abstrait et le virtuel, échappent à la nature, conduisent à tuer pour des idées, et amènent les génocides.
.
Cette idée de génocides m'obsède car je ne la comprends pas. Je l'ai déjà exprimé, avec plus ou moins de violence, dans ma récente critique du superbe livre de Jim Fergus : "Mille femmes blanches".
Ou plutôt, je la comprends trop bien :
comme s'efforce de démontrer Nietzsche, l'homme est "Humain, trop humain", et il faut, comme Zarathoustra, franchir la rivière, et aller "Par delà le bien et le mal", le bien et le mal qui sont les critères hypocritement posés par l'homme, qui les utilise sans les respecter !
Friedrich Nietzsche en a souffert jusqu'à la folie ;
Stefan Zweig en a souffert jusqu'au suicide !
.
Liberté, égalité, fraternité, belle devise en vérité, mais qui ne sert pas à grand chose.
Dans ce livre, Edgar Morin montre que la liberté peut être un permis de tuer, et qu'il faut aller vers la fraternité, et même s'il ne prononce pas le mot, il le démontre très bien dans un de ses ouvrages fondamentaux :
"Terre-Patrie" :
.
"Au moment où les sociétés éparses sur le globe sont devenues interdépendantes, la prise de conscience de la communauté de destin terrestre doit s'imposer. Nous sommes solidaires dans et de cette planète. C'est notre Terre-Patrie." ( Edgar Morin ).
.
Une dernière image me vient en rédigeant cette critique, c'est celle du miroir de l'exposition de 1963 :
"The most dangerous animal in the world".

Commenter  J’apprécie          429
C'est un dialogue très riche sur l'interdépendance entre l'affectif et le logique, le culturel et le psychologique, le cérébral et le biologique dans la construction de l'être humain.
Difficile de résumer cet échange foisonnant, on peut donner quelques clés:
l'intelligence et l'affectivité croissent l'une avec l'autre; il n'y a pas de hiérarchie établie une fois pour toutes mais des hiérarchies en permanente permutation, ordre et désordre se relaient dans la construction de l'être humain.
Ce livre court mais dense permet d'appréhender les clés nous aidant à nous forger, devenir soi-même pour mieux rencontrer l'Autre qui est aussi un autre soi-même.
Boris Cyrulnik est neurologue, psychiatre, psychanalyste et éthologue.
Edgar Morin est sociologue, philosophe et anthropologue.
La diversité de leur parcours, leurs approches très différenciées nourrissent l'échange tout au long de ce livre.
Commenter  J’apprécie          320
Toute lecture débouche sur une déception, celle de ne pas obtenir de réponse à son questionnement. Quand bien même l'auteur prétendrait apporter une réponse à un problème, comment s'assurer que sa réponse est la bonne et qu'elle ne sera pas remise en question demain ? Personnellement j'entame toutes mes lectures avec enthousiasme en espérant y trouver, si ce n'est une explication du monde, au moins une parcelle de vérité. Aucune lecture n'est stérile, mais très peu nous communique cette agréable sensation d'avoir avancé d'un bon pas sur le chemin de la vérité. le livre de Boris Cyrulnik et d'Edgar Morin qui culmine à eux deux 190 ans de vie terrestre n'échappe pas à cette règle. Mais une fois fait ce constat il faut reconnaître qu'à défaut de donner les clefs de l'énigme de la nature humaine cet ouvrage permet au moins d'agiter les neurones du lecteur on lui ouvrant quelques perspectives de réflexion fort intéressantes. le langage est décidément trop imparfait pour exprimer la complexité du monde, il faudrait inventer un nouveau moyen d'expression mêlant la précision des mathématiques à l'expressivité de la musique, un langage s'adressant simultanément à la raison et aux sensations. En somme un langage qui s'adresserait à une pensée incarnée. Pour autant il serait dommage de se priver des réflexions de ces deux sages qui pratiquent une approche pluridisciplinaire des problèmes philosophiques et scientifiques dans une optique résolument humaniste. Dans une discussion à bâtons rompus sur la nature humaine et son devenir, ils s'accordent à penser que le trésor de la vie et de l'humanité est dans la diversité : « La culture doit s'ouvrir pour s'enrichir, le métissage est créateur d'une nouvelle identité… L'idée atroce est celle de l'exclusion… Les identités sont faites d'intégration. Un monde où l'on ne comprendrait pas l'autre, où on le verrait comme un ennemi, où l'on s'enfermerait à lui est un monde de l'horreur » (pages 86/87).
Les auteurs mêlent leurs réflexions à celles des grands philosophes et cette conversation qui aborde des sujets variés délivre de manière sous-jacente un message ou l'empathie est le bon chemin pour bâtir une société plus juste et plus humaine qui s'oppose aux discours techno-scientifique qui fragmente.
Un petit livre stimulant et sans dogmatisme.

— « Dialogue sur notre nature humaine, l'unité dans la diversité », Boris Cyrulnik et Edgar Morin, Marabout (2021), 90 pages.
Commenter  J’apprécie          20
Ce livre se présente sous la forme d'un échange entre Boris Cyrulnik et Edgar Morin. Un contenu très accessible qui propose une réflexion sur ce qu'est l'homme en empruntant le kaleïdoscope de l'interdisciplinarité chère à Edgar Morin. Je l'ai acheté malgré mes faibles moyens pour 7 euros, parce que je sais que je le relirais avec plaisir. L'air de rien on y apprends plein de choses et l'on en sort rassuré. Une petite bouffée d'air pour ceux qui cherchent du sens en ces temps ombrageux.. Nul besoin d'être érudit pour le lire, ce qui se conçoit clairement s'énonce clairement et c'est bien le cas ici.
Commenter  J’apprécie          80
J'ai simplement adoré cet échange, cette pensée arborescente et les idées échangées par ces deux hommes que je ne connais que trop peu, il sont si passionnants.

Toutefois, non, ce livre n'est pas accessible. Il l'est peut être pour les lecteurs et lectrices de Boris Cyrulnik mais ne l'est absolument pas pour le lecteur lambda, il s'adresse principalement à des intellectuels. du moins... pour la première moitié de l'ouvrage. le reste est bien plus simple et accessible.

Pour exemple, vous pouvez trouver une conversation sur la nature poïkilotherme des animaux. Il n'est pas incompréhensible, il vous faudra parfois vous armer d'un dictionnaire selon le lecteur ou la lectrice que vous êtes.

En outre, la sagesse de ces deux hommes et la richesse de leurs pensées ne peuvent qu'être bénéfiques et vous permettront d'enrichir vos pensées, d'avoir vos propres questionnements philosophiques qui en découlent.

Je suis heureux d'avoir pu lire ces deux hommes de leur vivant, de me renseigner sur eux, faisant de cet ouvrage une introduction à mes prochaines lectures.

Pour finir, je vous recommanderait grandement ce livre si le sujet vous intéresse mais également que vous êtes parés, si vous avez des habitudes de pratique littéraire classiques, à sortir votre dictionnaire à tout instant et à éventuellement relire quelques passages.
En outre, il reste limpide et compréhensible mis à part quelques possibles difficultés qui restent claires dans leurs contextes.

D'une centaine de page, c'est une bonne porte vers des ouvrages intellectuels.

Je tenais à faire cette précision car cet ouvrage est présenté comme accessible, or, je ne proposerai pas celui-ci à tout le monde dans mon métier.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (88) Voir plus Ajouter une citation
Car dans ce retour actuellement prononcé de la morale, il faut savoir que les grands pervers sont de grands moralisateurs.
...
Il y a des morales perverses, les sadiques se servent notamment souvent du règlement pour soumettre l’autre : « Le règlement est comme ça, tu ne peux pas faire autrement, tu feras ce que j’ai dit, parce que la loi est ainsi, etc. » Il y a enfin de la part des pervers une grande stratégie, celle qui fait qu’on se cache très bien en se mettant en lumière. En effet, c’est souvent dans des groupes de défense moraux, où ils vont se protéger, que l’on trouve les plus grands pervers. Je crois que s’il y a une seule vérité, elle ne peut pas être morale, au contraire elle est criminelle. Et que les grands crimes contre l’humanité ont été perpétrés au nom de la purification. « Il n’y a qu’une manière d’être homme biologiquement, au nom d’une seule théorie… il n’y a qu’une seule théorie, la mienne. » Tous les grands crimes contre l’humanité ont été commis au nom de la vérité. La seule, une seule vérité.
Commenter  J’apprécie          90
Suit enfin, sur une autre naissance de civilisation, celle des sociétés historiques, qui commence à apparaitre il y a sept, huit ou dix mille ans, et qui se développent en détruisant les sociétés archaïques, il s'agit d'un véritable génocide qui est en train de se terminer actuellement en Amazonie ou dans les glaces polaires. Cette naissance des sociétés historiques comporte l'agriculture, les villages, les milices, les villes, l'Etat, la souveraineté, la guerre, l'esclavage, les grandes religions, la philosophie, l'intelligence, toutes choses absolument ambivalentes.
( Edgar Morin )
Commenter  J’apprécie          110
Edgar Morin : une démocratie suppose et nécessite des points de vue différents, des idées qui s’affrontent. Ce n’est pas seulement la diversité, c’est la conflictualité. Mais la grande différence avec les conflits physiques – qui se terminent par des destructions et des morts- c’est que la démocratie est un mode de régulation du conflit à travers des joutes oratoires, parlementaires ou autres, avec un certain nombre de règles auxquelles elle doit obéir.
Commenter  J’apprécie          120
Aujourd'hui, le déferlement des pouvoirs manipulateurs de la science, depuis l'énergie atomique jusqu'à la génétique, est tel qu'il pose un vrai problème. Nous avons la puissance, mais pas la vraie connaissance et pas du tout la sagesse.

NDL : Edgar Morin pose là un problème éthique que, sans doute comme beaucoup d'autres, j'ai constaté depuis longtemps, un problème humain, écologique, sociétal, civilisationnel. DW.
Commenter  J’apprécie          92
Si je veux construire ma personnalité, je suis obligé de réduire mes potentiels, puisque je ne peux pas être tout. Pour devenir moi-même, je suis donc obligé de renoncer à parler toutes les langues, de réduire les traces dans mon cerveau pour percevoir un monde, d'appartenir à une culture et je suis même invité à rencontrer une autre culture.
Commenter  J’apprécie          111

Videos de Boris Cyrulnik (102) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Boris Cyrulnik
Boris Cyrulnik vous présente son ouvrage "Quarante voleurs en carence affective : bagarres animales et guerres humaines" aux éditions Odile Jacob. Entretien avec Sylvie Hazebroucq.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2897516/boris-cyrulnik-quarante-voleurs-en-carence-affective-bagarres-animales-et-guerres-humaines
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : dialoguesVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (265) Voir plus



Quiz Voir plus

Les titres de Cyrulnik

Un merveilleux...

jour
malheur
problème
sentiment

10 questions
46 lecteurs ont répondu
Thème : Boris CyrulnikCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..