AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 207012472X
Éditeur : Gallimard (05/03/2009)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 178 notes)
Résumé :
CHASSELAS (n. m.): cépage blanc surtout apprécié comme raisin de table. Le chasselas de Moissac, qui bénéficie de l’Appellation d’Origine Contrôlée, est le plus réputé. Il est produit dans le Bas Quercy, à hauteur de 7 000 tonnes par an pour un chiffre d’affaires à la revente estimé à 45 millions d’euros.

COCAÏNE (n. f.): alcaloïde dérivé de la coca. Parfois utilisée en médecine. Surtout prisée sous forme de poudre blanche aux effets excitants. Les pr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (37) Voir plus Ajouter une critique
umezzu
  17 janvier 2019
C'est le premier DOA que j'ai lu, juste après L'honorable société, qu'il avait coécrit avec Dominique Manotti. Qui était donc ce co-auteur de ma romancière préférée ? Quel était sa façon d'écrire ?
Et bien le serpent aux milles coupures y répond avec style : un grand du polar noir, punchy et anguleux.
Un motard arrive sur un rendez-vous et liquide tout le monde. Il est blessé, il doit toujours être dans les parages. Où s'est-il planqué ? On est dans le Sud-Ouest, les vignes, le calme de la campagne. Un officier de gendarmerie se lance aux trousses de ce tueur.
Ce court roman va à deux cent à l'heure (et encore je ne sais pas si le moteur de la moto du héros ne permettrait pas d'aller plus vite). C'est très alerte, les enchaînements se succèdent avec rapidité. C'est très cinématographique aussi. D'ailleurs depuis ma lecture en 2011, un réalisateur, Eric Valette, a décidé en 2015 de tenter l'adaptation sur grand écran. Il va falloir que le voie un de ces jours.
Le seul hic, c'est que si l'action crépite, le fond est assez banal. Une guerre des stups bien traitée, et pas plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Bazart
  03 mai 2017

Sud-Ouest de la France, au beau milieu de la nuit. Deux voitures se dirigent vers un curieux point de rendez-vous : une vigne. D'emblée, on sent que rien ne va pas se passer comme prévu...

Et en effet, quelques minutes après l'arrivée d'une première voiture, un homme surgit de nulle part et abat de sang-froid ses occupants, avant de s'enfuir sur sa moto, blessé à la jambe...
C'est le point de départ d'un déchaînement de violence et d'une course à la poursuite de ce mystérieux motard, qui aura à ses trousses des barons de la drogue colombiens, des policiers et un redoutable tueur-à-gage...
Grand amateur des romans de DOA, Eric Valette avait été particulièrement frappé par la dimension cinématographique de son polar-rural "Le Serpent aux mille coupures", paru en 2009 chez Gallimard, dans la collection "Série Noire".
Huit ans après sa parution, il a réussi à le transposer, et ce, avec brio, sur grand écran - un film sorti le 5 avril dernier- et en étroite collaboration avec l'auteur lui-même.
Cette adaptation laisse beaucoup de questions en suspens et nous donne envie de nous plonger dans l'univers de DOA.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
MarianneL
  08 octobre 2015
En seulement 200 pages, un thriller politico-policier explosif du grand DOA.
Moissac. Un couple et leur petite fille, en butte au racisme et au déchaînement de haine des paysans qui lorgnent sur leurs vignes, et qui ne supportent pas de voir un noir installé sur «leurs terres», un tueur solitaire blessé en fuite sur sa moto, des trafiquants de drogue colombiens, issus d'un groupe paramilitaire d'extrême droite soutenu par les Etats-Unis pour combattre les FARC, ayant un rendez-vous avec la mafia italienne pour consolider leurs réseaux en Europe : tout ce petit monde entre en collision sanglante dans les vignes du Tarn et Garonne.
«Le regard du paysan se porta vers une ligne de crête derrière laquelle, à un kilomètre à peine, se trouvait la ferme que le nègre habitait, avec sa femelle – quel autre nom pour une Blanche qui copulait avec un boucaque ? – et leur sale gamine. Parce qu'ils s'étaient reproduits, ces animaux-là !
Impossible de l'apercevoir d'ici et c'était aussi bien. Sinon, Baptiste Latapie n'était pas sûr qu'il y aurait pas fait une descente, à leur ferme. Pour en finir une bonne fois pour toutes. En plus, ils étaient isolés, ces cons-là ! Autour, il y avait plus que des résidences secondaires ou des gîtes et, en cette saison, tout était fermé.
Mais les autres avaient dit de plus s'approcher trop près, à cause des gendarmes qui tournaient dans le coin, depuis les dernières plaintes du père Dupressoir et du singe. Ils étaient même venus de Toulouse pour enquêter quand ça avait cramé. Et comme ils avaient rien trouvé, ils surveillaient.
Alors c'était la guérilla, comme ils disaient les autres, les Cathala, les Viguie, les Fabeyres et tous les exploitants qui voulaient pas de macaque au païs. À l'usure qu'ils l'auraient. Ici, ils y revenaient chacun leur tour, comme le mauvais temps.»
Vendettas locales et globales viennent s'agglomérer dans ce roman sous tension d'une violence explosive, avec pour pivots deux personnages d'une grande épaisseur, le lieutenant-colonel Valéry Massé du Réaux, conscient de l'impuissance d'une police à court de ressources qui n'a plus les moyens de protéger les petits, et le tueur isolé, dont l'humanité affleure dans sa violence et sa solitude, tandis qu'il cherche à sauver sa peau face à des adversaires sans doute trop puissants ; et tous les deux illustrent, indirectement et avec une habileté profonde, les racines du mal qui gangrène les états.
Au coeur de cette intrigue ce qui transpire est une parabole sur la mondialisation, la globalisation du trafic de drogue et les liens poreux que certains états entretiennent avec lui – avec lequel le récent «Or noir» de Dominique Manotti vient résonner -, soulignant comment le modèle néolibéral contamine des états à bout de ressources, qui sous-traitent aux mercenaires privés les missions trop coûteuses et risquées.
Paru en 2009 en Série Noire Gallimard, cette suite immédiate de «Citoyens clandestins» même si on peut les lire indépendamment, se dévore, se reçoit comme un coup de poing dans le ventre, à prolonger avec l'indispensable «Pukhtu Primo».
Retrouvez cette note de lecture sur mon blog ici :
https://charybde2.wordpress.com/2015/10/08/note-de-lecture-le-serpent-aux-mille-coupures-doa/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Killing79
  24 avril 2017
Après avoir été une nouvelle fois enthousiasmé par DOA et son « Citoyens clandestins », je poursuis mon expérience avec la suite « le serpent aux mille coupures ». Les deux histoires sont réunies dans un volume appelé « Cycle Clandestin 1 ». Contrairement au précédent et à « Pukhtu Primo», cet opus n'a pas du tout la même forme et n'est pas à classer dans le même genre.
Les autres livres que j'ai lus de cet auteur ne sont rien moins que des pavés. Affichant 700 pages environ, ils excellent par leur densité, tant dans les personnages que dans l'intrigue. Il est donc conseillé d'être attentif parce que leurs lectures sont exigeantes. Pour cet épisode, l'objectif est différent. Il se rapproche plus du thriller que du roman noir. En effet, le texte ne fait pas 200 pages. le récit alterne encore entre plusieurs personnages mais ils ne sont pas approfondis, la priorité étant donnée à l'efficacité. On est donc emporté dans une succession de scènes d'action qui s'enchainent à un rythme soutenu et qui éliminent tout risque d'ennui.
J'ai pris beaucoup de plaisir avec ce texte même s'il n'a pas la patte DOA des productions habituelles. Cela prouve que cet auteur a plusieurs cordes à son arc et qu'il peut toujours nous surprendre. le lien avec les autres livres est mince mais malgré son côté noir, cet épisode apporte un peu d'énergie à la série. Il m'a permis de sortir, le temps d'une histoire, de l'état de suffocation dans lequel j'étais piégé.
Maintenant que je suis à jour, je vais pouvoir planifier la lecture de « Pukhtu Secundo » et ainsi clôturer le cycle clandestin. Je vais d'abord m'accorder un sas de décompression, parce qu'il faudra que je m'arme de courage et de temps, pour replonger dans cette grande fresque anxiogène du talentueux DOA. Mais la récompense est au bout !
Lien : https://leslivresdek79.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Sociolitte
  30 juillet 2017
C'est lors d'une "petite opération anti-nègre" que Benjamin se retrouvera mêlé à tout ça. En effet, pour le moment, dans la campagne de Moissac, dans le Quercy, les intérêts des paysans tournent plutôt autour du fait de savoir comment se débarrasser d'Omar Petit, noir de son état, qui a osé devenir un des leurs.
Mais ça c'était avant... Avant l'arrivée de la pègre italienne, de représentants d'un groupe paramilitaire de narcotrafiquants colombiens, et d'un motard solitaire qui n'a rien à perdre et n'a peur de rien.
Ajouté à tout cela, une petite dose de "raison d'état", vous obtenez un portrait sans concession de la France d'aujourd'hui dans un monde où tout est globalisé, y compris la drogue et la violence.
Vu d'une campagne du Sud-Ouest, écrit sur un rythme échevelé, vous ne résisterez pas longtemps à la lecture de ce livre intelligent, bien construit, entre le thriller et le roman noir. Un vrai plaisir de lecture !
Commenter  J’apprécie          190
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
SociolitteSociolitte   30 juillet 2017
- (...) S'ils sont juste violents, pour nous c'est plus simple, "no" ? Mais ils ont le pouvoir, partout. Ils sont comme les multinationales. Ils emploient des milliers de gens qui sont prêts à tout pour les dollars, parce que c'est le seul choix pour vivre. Ou parce que c'est facile. Les "narcos" ils ont compris, ils profitent. Ils paient mal, ils n'a donnent pas la "seguridad social" et personne ne peut se plaindre, il n'y a pas les syndicats. "Plomo o plata", ils disent là-bas, du plomb ou de l'argent, c'est tout.
- La loi du plus fort.
- "Sí", le capitalisme "puro". Ils ont une chose là-bas. Nous, nous la voulons ici. À tout prix. Ils nous montrent juste ce que nous valons.

Pages 137-138, Folio policier, 2015.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Lilou08Lilou08   04 septembre 2019
Néris s’approcha bientôt avec le poignard de Tod et le lui tendit, maladroit. Il était livide.
Une lame anodisée noire se matérialisa devant le visage de Saskia Jones qui essayait de réprimer de violents haut-le-cœur.
« Ça, ça s’appelle un Ka-Bar », commença Tod en anglais, « c’est un instructeur américain qui m’en a fait cadeau, il y a quelques années. J’en avais déjà un autre à l’époque, mais il était abîmé et il tranchait moins bien. Le jour où il me l’a donné, moi et d’autres paramilitares on a fait une descente dans un village tenu par les comunistas, alors j’ai pu l’essayer tout de suite. » Habile, Tod joua avec l’arme un instant, la faisant tournoyer dans l’air entre ses doigts. « Je l’ai bien en main, no ? »
De grosses larmes coulaient sur les joues de l’Anglaise.
« On a découpé une cinquantaine de mecs là-bas. Peut-être soixante, je me souviens plus très bien. C’est vieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
FarrahFarrah   16 octobre 2009
Sous ses pieds, le sol dur, irrégulier. Gelé. Baptiste Latapie trébucha, se rattrapa de justesse au câble métallique d’un palissage, maugréa et leva les yeux vers le ciel. À peine un liseré blanc-roux incurvé et une ombre grise pour signaler que la nouvelle lune était là. La lumière cendrée, l’Ancien lui avait dit que ça s’appelait comme ça, un jour. Lumière cendrée, tu parles, un pauvre croissant de lune, oui, qu’éclairait que pouic. Il connaissait bien le coin, Baptiste, pourtant, mais là, on n’y voyait presque moins que dans le cul d’un nègre (…)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
doublepagedoublepage   01 février 2017
Les drogués, ils ne tuent pas, ils ne pillent pas, ils ne polluent pas tout, ils font pire, ils consomment. Pour le plaisir ou pas, ce n'est pas le problème, personne ne les pousse, ils consomment et ils ne veulent pas voir. Les narcos ils grandissent grâce à ça, à cause de nous. Nous laissons faire. La cocaine c'est cool.
Commenter  J’apprécie          100
SardanapaleSardanapale   23 septembre 2019
La mort par les mille coupures ou Leng T'che était une forme d'exécution publique pratiquée en Chine jusqu'au début du XX° siècle. Certaines rumeurs prétendent qu'elle aurait encore été en vigueur à l'époque de Mao, pour punir les mauvais révolutionnaires. Ce châtiment était réservé aux crimes les plus graves tels que la trahison ou le meurtre. Le bourreau entaillait puis prélevait méthodiquement la chair du condamné sur différentes parties de son corps avant de le démembrer et de le décapiter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de DOA (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  DOA
Nous avons rencontré Stéphane Douay (dessinateur, à gauche) et Pierre Boisserie (scénariste, à droite) au moment de la sortie du tome 3 des "Années Rouge & Noir" (BD éditée par les Arènes), lors du festival Quai des Bulles de St Malo, en octobre 2018. Mais avant la sortie du tome 4 de cette série sur les années troubles d'après-seconde-guerre-mondiale, leurs actualités éditoriales respectives les rattrapent. Stéphane Douay publie en effet "La ligne de sang", un polar satanique à faire frissonner (adaptation du roman de DOA) et Pierre Boisserie publie "Cigarettes", une BD-dossier à faire tout autant frissonner, sur l'industrie du tabac. Heureusement, nous avions parlé de tout ça (et plus encore)...
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1729 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..