AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur L'honorable société (11)

SMadJ
SMadJ   21 février 2014
Une clope, autre sale manie qui s'accroche, mettre un jus en route et passage en revue de la situation en attendant que la cafetière daigne s'énerver. Je suis tout seul, je couche dans un clapier à étudiants, je vais sur mes cinquante piges et mon boulot commence sérieusement à le faire chier, le pied.
Commenter  J’apprécie          120
caro64
caro64   18 avril 2011
Quand j’aurai les pleins pouvoirs, je me chargerai moi-même d’en pendre quelques-uns à des crocs de bouchers !
Commenter  J’apprécie          60
Lilou08
Lilou08   18 novembre 2013
Et c’est son subordonné qui prend la parole. « Les relations entre messieurs Cardona et Soubise sont confidentielles.
J’entends bien », répond Pâris, « mais peut-être aurait-il été opportun de nous dire qu’il menait des recherches potentiellement dangereuses sur des sociétés aux capitaux mafieux.
-Qu’est-ce à dire ?
-Trinity Srl., monsieur Cardona », sciemment, Pâris ignore le juriste. « Que pouvez-nous nous en dire ? Qui ne relève pas du secret d’Etat, évidemment ».
Une ombre de surprise vient obscurcir le visage de Cardona. Il connaît cette boite mais ne s’attendait pas à ce qu’elle soit mentionnée au cours de cet entretien.
Il garde le silence.
« Comment avez-vous entendu parler de cette société ?
- Nous sommes policiers. Trouver des informations c’est ce que nous faisons tous les jours. N’employiez-vous pas Benoît Soubise dans cette capacité, d’ailleurs ? » Sourire faux cul de Pâris, toujours fixé sur Cardona. « Alors Trinity ? »
Commenter  J’apprécie          50
Lilou08
Lilou08   18 novembre 2013
« Gédéon ? Et nous alors, il nous arrive quoi si tes pros nous trouvent avant ? »
« On va disparaître. On a déjà tout prévu, non ? Deux semaines max à tenir le coup, simple routine ». Silence, puis Erwan se lève.
« Très bien, la décision est prise. Consignes de sécurité habituelles. Julien, tu sais où aller, et tu continues à travailler sur Gédéon. Saf’, je t’emmène, je te mets à l’abri, ensuite j’irai me planquer ».
Saf’ soupire et acquiesce d’un signe de tête.
Erwan lui prend le visage des deux mains. « Je m’occuperai de la vidéo quand Gédéon sera fini, promis. Maintenant, action ! »
Commenter  J’apprécie          50
Ecureuil
Ecureuil   29 juillet 2012
Pâris se lève, fouille ses poches, trouve des billets, les jette sur la table. Il y a trop sans doute. "Je suis le seul responsable. J'aime mon boulot. Plus que toi. Plus que les filles. C'est dit. Je ne changerai plus, c'est trop tard. Refais ta vie, tu mérites mieux."
(p. 187)
Commenter  J’apprécie          40
caro64
caro64   18 avril 2011
Sonia est très calme. « Non seulement tu ne réponds pas au téléphone, mais tu n'as pas non plus consulté ta messagerie ? Faute professionnelle, mon chéri. Schneider a déclaré au journal de 13 heure de TF1 que le gouvernement auquel tu appartiens venait d'adopter en catimini un décret sur l'EPR de Flamanville qui enfonce la France dans une impasse technologique et lui fait perdre sa place dans ce domaine parmi la concurrence internationale. Il exige un débat public sur les choix nucléaire.

- Quelle raclure ! Il était le premier à pousser pour l'adoption du décret avec tous ces traîtres qui se prétendent mes amis et n'attendent qu'une chose, me poignarder dans le dos ! » Depuis des mois, ses meilleurs ennemis, dans son propre camp, militent pour le lancement du chantier de Flamanville. Ils savent qu'une réussite dans ce domaine ferait grimper les prix et contrecarrerait ses plans avec PRG et le groupe Mermet. Il n'a accepté de céder que pour une raison, le temps joue pour lui. Les centrales à réacteur EPR ne seront pas au point avant longtemps. Ils ont au moins deux ou trois ans devant eux. Largement assez. « Ces connards de la presse n'ont pas de mémoire, ils l'ont oublié, ça !

- Peut-être, mais les premiers échos qui remontent des journalistes sont plutôt positifs, et il n'est pas sûr que ton brillant numéro populiste suffise à détourner leur attention.

- Ça se paiera, tu m'entends ? Quand j'aurai les pleins pouvoirs, je me chargerai moi-même d'en pendre quelques uns à des crocs de boucher !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Lilou08
Lilou08   18 novembre 2013
Pâris observe un instant le profil de Pereira qui sourit de façon carnassière sans lâcher la route des yeux. Son adjoint est un limier qui aime l’odeur du sang. Et cette fois, la victime est un collègue, autant dire presque un membre de la famille.
Commenter  J’apprécie          20
MurielT
MurielT   09 avril 2016
Pâris détecte une jugement, une méfiance, dans les yeux du magistrat, qui se sont reposés un instant sur la corbeille pleine de cadavres de bières. Petit con. Aux ordres en plus. Tu sais, tu t'es renseigné sur moi? Donc quelqu'un t'as mis en garde. Qui ? Ingérence du Parquet, probablement. Empressé de ... De quoi ? Clore le dossier. Pourquoi ? Faire plaisir à quelqu'un. A qui ? Qui est dans le dossier ?
Commenter  J’apprécie          10
Lilou08
Lilou08   19 novembre 2013
Dumesnil, assis à côté de lui, le surveille du coin de l’œil. « ça fait plaisir à voir mais Guérin ne va pas calancher avant le deuxième tour. Ne compte pas là-dessus. Et les sondages que nous avons sur hier soir ne s’améliorent pas.
- Je sais. On a une idée de ce qui a provoqué ce malaise ?
- J’ai eu des remontées, mais sous toutes réserves.
- Dis toujours.
- Il semblerait qu’Elisa Picot-Rober, la patronne de PRG, et la grande amie de Guérin, ait reçu deux fois la visite de la police dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat de Benoît Soubise, ce flic détaché à la sécurité du CEA. Guérin aurait piqué une crise en l’apprenant, juste au moment de monter à la tribune. Moal a d’ailleurs fait un édito ce matin sur France Inter à propos des liens qui pourraient exister entre PRG et le meurtre de Soubise.
- Le CEA, PRG, Guérin, intéressant, non ? Il n’y a pas moyen d’activer nos réseaux à l’Intérieur et au CEA pour en savoir plus ?
- Si, évidemment, mais je ne suis pas sûr que ce soit productif.
- Fais-le quand même ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox