AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Pukhtu (102)

fnitter
fnitter   05 octobre 2018
Pour préserver la confiance, il a même organisé volontairement sa succession et adoubé un ancien du Quai d’Orsay issus de l’énarchie, donc insoupçonnable, ex-ambassadeur essentiellement réputé pour le faste de ses réceptions passées. Et ses frasques sexuelles. Un idiot utile, mondain et priapique, à l’impeccable vernis, comme il s’en épanouit tant sous les ors de la République.
Commenter  J’apprécie          521
fnitter
fnitter   01 octobre 2018
Tout le mal de ce monde vient de ce qu’on n’est pas assez bon ou pas assez pervers. Ce n’est pas de moi, c’est de Machiavel. A son époque, l’Italie vénérait autre chose que des footballeurs, des pédés créateurs de mode et des starlettes à gros seins.
Commenter  J’apprécie          435
fnitter
fnitter   28 septembre 2018
Bien qu’on soit en zone de conflit, avec des populations civiles très exposées, souvent de leur plein gré, les morts prépubères ou de sexe féminin ont une fâcheuse tendance à provoquer des élans de compassion absurdes et d’intempestives ouvertures de parapluie, pardon, d’enquêtes.
Commenter  J’apprécie          410
fnitter
fnitter   02 octobre 2018
Elle n’a commencé à creuser du côté de la jeune Chloé que le lendemain, en allant au plus simple, le Who’s Who 2.0, Facebook, le plus mouillé des rêves mouillés des nostalgiques de la Stasi.
Commenter  J’apprécie          400
fnitter
fnitter   04 octobre 2018
De toute façon on se marie tous par flemme. Ou par fatigue. Ceux qui racontent le contraire disent des conneries. On cherche, on cherche, un jour on en a plein le cul, on dégote une qui a faim et on la garde, c’est pas exactement ce qu’on voulait, on se fait un peu chier, mais c’est pratique.
- Pratique jusqu’à ce qu’elles demandent une pension alimentaire.
- La tranquillité n’a pas de prix.
Commenter  J’apprécie          360
fnitter
fnitter   30 septembre 2018
Cette nuit-là, une des gamines partouzées, une ado serbe attrapée près de la frontière deux semaines auparavant, meut d’une overdose vers quatre heures du matin. Ghost ne s’en aperçoit pas, il y en a tellement des pouffes à cette teuf, et bien avant qu’il ne redécolle, elle a été balancée dans l’une des décharges de la ville.
Commenter  J’apprécie          345
fnitter
fnitter   29 septembre 2018
Sans la moindre hésitation, Sher Ali accepte cet honneur et exécute Manzour, ce traître vendu aux mécréants. Sang et matière cérébrale giclent derrière le crâne explosé, aspergeant un petit qui se tenait trop près, sur le côté. Il n’a pas bronché. Personne n’a bronché. Le corps s’effondre au sol et l’odeur de poudre brûlée envahit l’espace confiné. Dans la tête de chacun retentissent les échos de la détonation. Un des instructeurs engueule le garçonnet souillé, il aurait dû faire attention à son gilet lesté de pains de plastic, et lui file une beigne. L’enfant se met à pleurnicher.
Commenter  J’apprécie          340
SMadJ
SMadJ   07 mai 2015
La guerre est mère de toutes les commémorations mais c'est une mauvaise mère, elle ne respecte rien, ni les grandes idées, ni les hommes, elle les dévore et leur survit. Toujours.
Commenter  J’apprécie          180
SMadJ
SMadJ   11 mai 2015
Le temps est une rivière qui coule et use. Et le passé ne revient pas.
Commenter  J’apprécie          160
gteisseire
gteisseire   09 mars 2015
Peter n’entend pas la dernière remarque, déjà emporté par ses cogitations. La CIA et Longhouse seraient donc organiquement très proches, consanguines sur le plan financier et leurs liens renforcés par l’existence, parmi leurs dirigeants, d’un réseau d’anciens allègrement passés du public au privé sans déceler dans ces changements de casquette intempestifs le moindre conflit d’intérêts. Ou en ne le voyant que trop bien, mais pourquoi s’emmerder. Vieille histoire. L’aveuglement sur son propre modus operandi d’un système désormais en roue libre, la disparition de toute forme d’honorabilité en faveur du fric roi et le traumatisme d’un 11-Septembre autorisant les réactions expéditives sont autant de conditions ayant permis, en Amérique, l’élan de privatisation de la chose militaire sans précédent constaté à l’occasion des invasions de l’Afghanistan et de l’Irak. Pour les hérauts du capitalisme, l’enjeu commercial premier de ces deux guerres n’a jamais été la captation des richesses des pays en question mais la guerre elle-même, source d’immenses profits.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





    Quiz Voir plus

    Quelle guerre ?

    Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

    la guerre hispano américaine
    la guerre d'indépendance américaine
    la guerre de sécession
    la guerre des pâtissiers

    12 questions
    1686 lecteurs ont répondu
    Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre