AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2355363250
Éditeur : Carnets Nord (15/02/2019)

Note moyenne : 4.47/5 (sur 103 notes)
Résumé :
Petiteannonce.fr : Émile, 26 ans, condamné à une espérance de vie de deux ans par un Alzheimer précoce, souhaite prendre le large pour un ultime voyage. Recherche compagnon(ne) pour partager avec moi ce dernier périple. Émile a décidé de fuir l'hôpital, la compassion de sa famille et de ses amis. À son propre étonnement, il reçoit une réponse à cette annonce. Trois jours plus tard, avec le camping-car acheté secrètement, il retrouve Joanne, une jeune femme, qui a po... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (60) Voir plus Ajouter une critique
Ladybirdy
  26 juin 2019
Quel joli roman que je referme les larmes aux yeux, un roman empli d'émotions au large des grands espaces verts.
Émile a 26 ans lorsqu'il publie une annonce à la recherche d'un compagnon de route pour cette dernière ligne droite de sa vie. Émile souffre d'un alzheimer précoce, tout va aller très, trop vite pour lui désormais. Deux ans, voué à mourir jeune, sénile et cloué sur un lit d'hôpital. C'est Joanne qui répond positivement à son annonce. Ensemble ils vont sillonner la France en camping car direction l'inconnu, la grande vie, la liberté.
Joanne, avec ses habits noirs, son chapeau, ses shorts trop grands est une écorchée vive, taciturne, indifférente à tout. Émile ne la cerne pas mais petit à petit, au long de ces 650 pages, ils vont tous deux s'acclimater l'un à l'autre et s'apporter l'amitié nécessaire pour que ce voyage soit le plus beau d'entre tous.
Ils vont rire, pleurer ensemble, se rappeler, oublier, se soutenir et s'habiller de mille horizons. Entre la mer, la forêt, les montagnes, on en prend plein les yeux. Mais il y a aussi des moments difficiles dans cet alzheimer qui ronge chaque dernière denrée vitale. Émile n'a qu'un souhait : finir sa courte vie en paix, loin des hôpitaux, loin de l'acharnement thérapeutique, loin de la famille en pleurs.
On s'attache à ce duo insolite qui a tout à apprendre l'un de l'autre. On se plonge avec un certain ravissement dans les souvenirs de chacun, comme une petite flamme, lambeau du présent. On marche dans la vie comme pour mieux écraser cette foutue maladie. On avance pour cicatriser, accepter l'inéluctable, vivre mieux que tous, mieux que tout parce que oui, on peut tous mourir demain.
Un roman qui ne peut laisser de marbre parce qu'il redonne force et vie aux étoiles, au bleu du ciel, aux anges qui veillent sur nous, au vent dans les arbres, à ces mots qu'on gribouille sur les murs et qui veulent dire : aime la vie et sois vivant jusqu'à ton tout dernier souffle...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11421
hcdahlem
  01 avril 2019
Avec «Tout le bleu du ciel» Mélissa Da Costa entre en littérature par la grande porte. Son roman rassemble Émile et Joanne le long d'un parcours initiatique que vous n'oublierez pas de sitôt.
Avant d'en venir à cette petite merveille de roman, il faut raconter la belle histoire de Mélissa Da Costa. À 28 ans, cette novice en littérature a choisi la plateforme d'autoédition monbestseller.com pour se faire connaître. Choix gagnant, puisqu'elle a été repérée et couronnée par le Prix du premier roman. Mais la belle histoire ne s'arrête pas là, puisque la blogosphère s'empare du livre et qu'un éditeur – Carnets nord – s'engage à le publier. Sans oublier sa sélection parmi les 21 finalistes du Prix Orange du Livre 2019 (dont je suis très fier).
Mais venons-en au livre qui s'ouvre sur une petite annonce peu banale: «Jeune homme de 26 ans, condamné par un Alzheimer précoce, souhaite prendre le large pour un ultime voyage. Recherche compagnon(ne) d'aventure pour partager avec moi ce dernier périple.» Émile vient d'apprendre qu'il souffre d'une forme précoce d'Alzheimer et n'entend pas se soumettre aux tests que l'on veut le faire subir, mais profiter des derniers mois qui lui sont concédés pour faire ce grand voyage qu'il a jusqu'à présent toujours reporté.
Il s'est acheté un camping-car et a mis Renaud, son ami le plus proche, dans la confidence. À sa grande surprise, un message sibyllin, mais positif lui parvient: «Je m'appelle Joanne, j'ai 29 ans. Je suis végétarienne, pas très à cheval sur le ménage et le confort. Je mesure 1m 57 à peine, mais je suis capable de porter un sac à dos de 20 kilos sur plusieurs kilomètres. J'ai une bonne condition physique malgré quelques allergies (piqûres de guêpes, arachides et mollusques). Je ne ronfle pas. Je ne parle pas beaucoup, j'aime la méditation, surtout quand je suis plongée dans la nature. Je suis disponible dès que possible pour partir.»
Le temps d'arriver de Saint-Suliac, un petit village proche de Saint-Malo, et ce petit bout de femme grimpe aux côtés d'Émile, nullement impressionnée par l'épée de Damoclès qui pointe au-dessus de son compagnon de route.
Mélissa Da Costa parvient fort bien à retranscrire cette rencontre improbable, cette période où on s'apprivoise mutuellement, faite de questions qui ne trouvent pas tout de suite de réponse, d'indices que l'on interprète plus ou moins correctement. Pourquoi Joanne a-t-elle éprouvé ce besoin de partir? À qui peut-elle bien téléphoner? Pourquoi Émile repousse-t-il le moment d'écrire cette lettre pour prévenir sa famille qu'il est parti? Et combien de temps tiendra-t-il avant d'oublier?
Elle montre combien jour après jour les liens se tissent, la connaissance de l'autre fait croître l'empathie. Joanne comprend parfaitement qu'Émile ne veut pas crever branché à des électrodes, qu'il n'a pas envie de devenir un poids pour les autres et qu'au contraire il a envie que ses proches gardent de lui l'image d'un homme dynamique. Émile découvre combien sa compagne est tenace, déterminée, courageuse, cultivée et précieuse.
On aurait envie de raconter ici toutes les anecdotes, de souligner combien les confidences échangées donnent à ce périple dans les montagnes pyrénéennes un relief particulier. Disons simplement que Joanne a l'idée d'acheter un carnet dans lequel Émile pourra se confier, raconter ce qu'il vit, laisser une trace pour lui mais aussi pour ses proches avant que la maladie ne prenne le dessus.
Du côté de l'observatoire du Pic du Midi, elle lui aura aussi confié cette citation de Proust «La véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux.»
Oubliant les autres randonneurs croisés en route – y compris la belle et envoûtante marcheuse qui met le grappin sur Émile – ils vont vérifier ce principe rousseauiste: «Je ne conçois qu'une manière de voyager plus agréable que d'aller à cheval; c'est d'aller à pied. On part à son moment, on s'arrête à sa volonté, on fait tant et si peu d'exercice qu'on veut.»
Une belle escapade qui va pourtant s'arrêter brutalement. Émile perd connaissance et se retrouve hospitalisé. À l'hôpital, on se rend compte qu'il doit être considéré comme inapte à se promener dans la nature. La seule personne qui peut encore venir à son secours est Joanne.
D'un roman fort en émotions, la primo-romancière réussit alors le tour de force d'écrire l'une des plus belles histoires d'amour qu'il m'a été donné de lire. Cette seconde partie du livre est tout simplement magnifique. Je brûle d'envie de vous la raconter mais n'en ferait rien, de peur de gâcher votre plaisir. Et conclurai cette chronique avec une nouvelle citation de l'Émile de Jean-Jacques Rousseau qui me semble parfaitement résumer ce roman: «L'homme qui a le plus vécu n'est pas celui qui a compté le plus d'années, mais celui qui a le plus senti la vie.»

Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          362
ChaChou14
  05 avril 2019
Mélissa Da Costa signe, avec Tout le bleu du Ciel, un grand roman de la littérature française contemporaine. Dès les premières pages, nous sommes saisis par les émotions des personnages, du cadre magnifique et de l'histoire en général.
Des personnages attachants avec des lourds secrets. Émile, 26 ans, est atteint d'un Alzheimer précoce, une maladie neurodégénérative orpheline. Selon les médecins, il lui resterait deux ans environ, voire moins... le roman commence de manière originale. En effet, Émile propose de faire un roadtrip avec une inconnue. Pour cela, il poste une annonce sur Internet. Contre toute attente, une personne réponde. Et cette personne s'appelle Joanne, une jeune femme mystérieuse que vous allez découvrir dans ce roman. Ce livre retrace donc le roadtrip de ces deux personnages en camping-car dans les Pyrénées. Un roman riche en rencontres humaines et de bienveillance !
Ce roman m'a fait pensé à un autre roman d'une auteure américaine : Wild, de Cheryl Strayed, qui avait été un coups de coeur ! Wild et Tout le bleu du ciel ont un point commun : un roadtrip pour faire un voyage intérieur et pour retrouver la paix avec soi-même !
Un roman qui traite un sujet tabou et difficile dans notre société contemporaine : l'Alzheimer et le droit de choisir comment on veut mourir. Les proches du malade sont impuissants face à la maladie. Ils ont du mal à accepter la décision du malade : celle de ne pas se faire soigner car le malade sait qu'il n'y a aucune chance de survie. Une décision difficile à accepter, surtout quand on ne veut pas mourir dans un centre hospitalier terne mais à l'extérieur. Même face à la dégradation de l'état de santé du proche, il est difficile de faire respecter sa décision.
Ce roman feelgood est un appel au courage, de bienveillance ; et avant tout un appel à se battre et ne rien lâcher face à une société qui impose ses diktats.
L'écriture fluide, merveilleuse et maîtrisée de Mélissa Da Costa nous empêche de lâcher son roman des mains. Un roman qu'on savoure jusqu'aux dernières pages avec de magnifiques émotions. On vit la vie des personnages dans leur périple. Personnellement, on se demanderait si on arrivera à faire face à la maladie d'un de nos proches.
Un roman magnifique, coups de coeur, que je vous conseille absolument de lire !

Lien : https://lecarnetdestitch.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          315
sarahdu91
  02 septembre 2019
Alors là je reste scotchée voire époustouflée par la teneur et la puissance de ce roman.
J'avoue que le thème que nous propose Melissa Da Costa  est très contemporain, commun je dirais car au fond, qui n'a pas dans son entourage ou ses proches,  quelqu'un dans ce cas de figure qu'est la maladie d' Alzeihmer?
Dans ce roman, il s'avère que c'est un cas très précoce car Emile notre personnage la déclare à l'âge de 26 ans et se voit condamné avec une espérance de vie de seulement 2 ans. Quand on lit les 1ères lignes on ne se réjouit pas à l'avance et on se dit "ouh mais que nous réserve l'auteure avec cette lecture?" Seulement ce n'est que l'entrée en matière car ce jeune homme décide de refuser tout protocole ou essai clinique et prend la décision de vivre sa vie jusqu'au bout en publiant une annonce à qui voudra bien l'accompagner avec son camping car et partir à l'aventure...
Ceci paraît bien improbable mais il aura une réponse à son annonce et en avant l'aventure avec Joanne, jeune femme qui veut aussi prendre le large.
Ces deux là ont de quoi faire pour apprendre à se connaître, on passe de l'étonnement à la surprise, et du rire aux larmes, mais quel roman! !
Celui ci est bouleversant d'émotions, les personnages très attachants, leur périple est plus qu' extraordinaire et malgré les 650 pages de ce pavé (qui d'ailleurs se tournent toutes seules) j'ai trouvé que ce roman est rempli d'amour,  de bienveillance et d'acceptation de la mort qui a déjà établi son heure et son lieu de Rendez-vous.
Avec son écriture pleine de délicatesse et d'optimisme Melissa Da Costa signe un 1er roman d'une puissance magistrale à la fois sensible et magnifique, ce qui me fait dire que c'est un vrai coup de coeur.
Je ne manquerai pas de le conseiller...et merci aux éditions carnets nord de lui avoir accordé la parution.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
celine85
  17 février 2019
Emile apprend à 26 ans qu'il est condamné par un Alzheimer précoce. D'après les médecins, son espérance de de vie est de 2 ans. Il ne veut pas passer ses derniers jours dans un hôpital. Il veux que sa famille garde son image actuelle de lui. Il décide donc de partir pour effectuer un ultime voyage. Pour trouver une personne pour l'accompagner, il passe une annonce. C'est Johanne, une jeune femme pas très bavarde et mystérieuse qui répond à celle ci. Ce voyage va être émouvant , plein de découvertes au niveau paysages mais aussi de rencontres.
Un roman riche en émotion, où l'on découvre des personnages très attachants. On assiste à l'ouverture, à l'enrichissement intérieur et à l'épanouissement d'Emile et Johanne. le lecteur ne peut être que chamboulé entre joie et le contraste par l'issu fatal qui attend Emile. On est totalement transporté avec eux dans ce périple.
Commenter  J’apprécie          300
Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
hcdahlemhcdahlem   01 avril 2019
Je pourrais vous faire une liste des raisons qui m’ont poussé à partir. Ça pourrait vous aider à comprendre et à me pardonner. Vous pourriez en trouver au moins une qui serait valable, pour chacun d'entre vous. La première et la plus évidente, c’est que je ne veux pas de cet essai clinique et que je ne veux pas crever branché à des électrodes. Je ne veux pas être un rat de laboratoire. Si la maladie doit m’emporter, qu'elle m'emporte, mais par pitié que tous ces médecins me fichent la paix ! 
La deuxième raison, celle qui explique ma fuite, c’est que je ne veux pas devenir un poids pour vous. Si j'étais resté, ça se serait produit. Vous avez mieux à faire. Tous autant que vous êtes. 
La troisième raison tient plus à une histoire de fierté et d’ego. Est-ce qu’elle est moins louable? je ne sais pas. Mais voilà, je ne veux pas ternir l’image que vous avez de moi. Je préfère partir (égoïstement sans doute) en vous laissant une image de moi telle que je l’imagine: jeune, beau, musclé, plein d’avenir, dynamique, séduisant… (riez, oui…) 
Je ne veux pas devenir sénile, délirant, je ne veux pas qu'on m'aide à me rappeler mon nom, qu’on doive me réapprendre à lacer mes chaussures ou à faire cuire un œuf. Je ne veux pas que la dernière image que vous ayez de moi soit celle d’un homme diminué et vulnérable (surtout le dernier point). J’ai ma fierté, comme tout le monde. Je préfère vivre mes derniers mois à l’abri de vos regards. 
Une autre raison, plus sympathique celle-là, c’est que j’ai toujours voulu le faire, ce fameux voyage en pleine nature!!! Renaud, on se l’était juré! Tu auras probablement le temps de le faire plus tard, avec Laëtitia et le morveux. Pour moi c’est maintenant ou jamais. C ’est plutôt chouette de partir en réalisant un rêve ;) 
Je n’ai pas voulu des adieux. Je suis lâche. Ça fait aussi partie de mes qualités. p. 111
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
LadybirdyLadybirdy   27 juin 2019
Ils rient à n’en plus pouvoir pendant deux, trois minutes, peut-être quatre, sans s’arrêter, sans réussir à reprendre leur souffle. Ils rient à en avoir la gorge brûlée, les yeux remplis de larmes, ils rient à finir par terre, à genoux, parce qu’ils ne tiennent plus debout. Bon sang, songe Émile quand il parvient enfin à reprendre son souffle, ça, c’est la meilleure thérapie du monde.
Commenter  J’apprécie          426
LadybirdyLadybirdy   24 juin 2019
L’effort physique permet au mental de totalement lâcher prise. Les pensées se succèdent en tourbillon, mais un tourbillon calme et serein. À certains moments on est à peine conscients qu’on pense. Il y a des souvenirs qui remontent tout doucement, qui s’imposent sans provoquer d’émotions douloureuses. On les regarde avec une certaine distance et avec bienveillance.
Commenter  J’apprécie          360
LadybirdyLadybirdy   26 juin 2019
Il semble être un garçon curieux, c’est bien… Pourtant il a l’air de n’avoir encore rien appris.
–Il est instituteur !
–La vraie connaissance ne se mesure pas aux diplômes, Joanne. Ni au nombre de livres qu’on a ingurgités d’ailleurs. Montre-lui les étoiles, les plantes qui naissent et qui meurent, la beauté d’un coucher de soleil. Fais-lui sentir les lilas et écouter les relents de la mer.
Commenter  J’apprécie          282
LadybirdyLadybirdy   25 juin 2019
La vie n’en a jamais terminé. Il l’a bien compris. Tant qu’il décidera qu’il n’est pas mort, elle continuera de lui jouer de drôles de tours. Et il n’est pas encore mort. Au contraire. Il ne s’est jamais senti aussi vivant.
Commenter  J’apprécie          280
Videos de Mélissa Da Costa (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mélissa Da Costa
Payot - Marque Page - Mélissa Da Costa - Tout le bleu du ciel
autres livres classés : maladie d'alzheimerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
406 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre
.. ..