AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070719839
262 pages
Éditeur : Gallimard (11/05/1990)

Note moyenne : 3.38/5 (sur 8 notes)
Résumé :
(édition numérique)

Quel livre ! Et probablement le meilleur moyen d'entrer dans l'oeuvre à la fois douce et caustique d'Eugène Dabit : chargé d'humanité jusqu'à la gueule, le douceur jusque dans la crapule, et pourtant qui vous décoritque tout ça à l'acide...

Construction imparable : quatre journées, presque un timing en temps réel. Ouverture : on apprend qu'Albert est mort (rappelez-vous le destin célèbre phrase de Molière : "le peti... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
HORUSFONCK
  21 avril 2018
Paris, début des années 30, de ces deux décennies trop brèves entre les deux guerres.
Paris, en cette années toute neuve au lendemain des fêtes.
Un homme décède aux côtés de sa nouvelle maîtresse... On ne s'attendait certes pas à son trépas.
La ronde funèbre peut commencer, mise en musique par un Eugène Dabit, habité par ces rites qui ne varient guère dans notre pays.
Toute la famille rapplique, chacun avec ses soucis et ses réaction devant la mort.
Il y aura une chapelle ardente et laïque, au Bar du Télégraphe, avant le caveau du cimetière de Saint-Ouen.
Tous se rappellent Albert, avec ce sentiment qu'il part trop tôt.. cette sensation de la fin inéluctable tôt ou tard pour chacun.
Et Paris dont le coeur continue de battre et la vie de couler ces jours de paix et de crise.
Commenter  J’apprécie          200
PiertyM
  30 août 2017
Un mort tout neuf nous fait vivre un moment de deuil sur quatre jours, ils dépeignent les quatre moments, la surprise, le souvenir, le vide et l'acceptation, qui relient encore le mort aux siens juste avant que l'oubli éloigne peu à peu ses souvenirs. C'est tout neuf, tout frais, douloureux, sensible, funeste, affligeant et c'est tout autant sympathisant.
Le mort tout neuf n'est autre que Albert Singer, homme célibataire de la cinquantaine qui meurt brusquement chez sa maitresse que, sa famille, ni ses amis ne connaissent. Il y règne une atmosphère de sympathie et d'humanité à travers la surprise et les souvenirs, les personnages interviennent à tour de rôle et chacun finit par penser à sa propre mort. Sur un fond sinistre, Eugène Daddit mène une étude de la société de l'époque avec des rencontres amoureuses par correspondance occasionnés par des annonces dans les journaux, la femme actrice qui est traitée de poulet, la chasse au testament...
Bien que l'écriture soit vieille mais la lecture est plaisante et les personnages attachants!


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
brigetoun
  25 novembre 2011
Une langue entre écrit et oral, et une voix légèrement désuète, un langage parlé qui appelle les voix un peu nasillardes des acteurs d'avant-guerre, qui va avec le zinc des comptoirs, les bidons de lait, les téléphones rares. Des vies ordinaires, des préoccupations, sentiments qui sont de tous temps (quelques modifications dans les formalités et les objets à travers les âges seulement) mais teintés par la société, l'époque. La méfiance de la soeur pour l'autre femme, la prise en charge des démarches par le beau-frère, le souci du fils pour ses parents, son attention, les frères, le choc, le désarroi de l'amante, et sa fuite intérieure, etc... Les notations qui laissent deviner des modes de vie, des ressources légèrement dissemblables. La famille, les souvenirs que l'on creuse, les solidarités qui se resserrent. L'énigme de la mort, les questions qu'on ne peut plus poser. Les amis, touchés, ou non, ou ennuyés. Les intérêts qui reprennent force. Des personnages qui ne sont pas présentés, dans la familiarité desquels on entre brusquement, et le poids de la mort qui influe brusquement sur les gestes, les actes, qui colore cette vie quotidienne qui, avec des adaptations provisoires, continue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
brigetounbrigetoun   25 novembre 2011
Mais le gros Édouard, c’est Albert qu’il regarde, son frangin qu’il retrouve comme huit jours avant, son frère bien-aimé dont le visage était à l’image du sien. Et, à présent, tous deux sont tête-à-tête, comme souvent… silencieux, mais ils n’avaient pas besoin de paroles pour se comprendre, ni de sourires, ni d’un seul geste, après tant d’années de vie commune.
Commenter  J’apprécie          10
brigetounbrigetoun   25 novembre 2011
Ils auraient dû en forcer la porte et l’arracher malgré lui à sa solitude… car il en crevait, ses recherches matrimoniales le prouvent bien.
Commenter  J’apprécie          40
brigetounbrigetoun   25 novembre 2011
Puisqu’on vit, il faut manger, cuisiner, recommencer les gestes quotidiens, rapprocher les deux tables, y poser les assiettes, les couverts, des bouteilles.
Commenter  J’apprécie          20
brigetounbrigetoun   25 novembre 2011
C’est la mort qui leur souffle presque chaque parole, qui commande à chacun de leurs gestes, elle qui a pris pour vivre la forme d’Albert.
Commenter  J’apprécie          20
brigetounbrigetoun   25 novembre 2011
Je lui ai remonté le moral, à Paula. « Vous, les Italiennes, je lui ai dit, vous êtes chaudes. Vous remettrez ça avec un autre homme. »
Commenter  J’apprécie          10

Video de Eugène Dabit (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eugène Dabit
Extrait de Hôtel du Nord
autres livres classés : sociétéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1312 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre