AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782075093866
Éditeur : Gallimard Jeunesse (28/11/2019)

Note moyenne : 3.93/5 (sur 889 notes)
Résumé :
Les effondrements se multiplient, de plus en plus impressionnants: Babel, le Pôle, Anima... aucune arche n'est épargnée. Pour éviter l'anéantissement total il faut trouver le responsable. Trouver l'Autre. Mais comment faire sans même savoir à quoi il ressemble ? Plus unis que jamais, Ophélie et Thorn s'engagent sur des chemins inconnus où les échos du passé et du présent les mèneront vers la clef de toutes les énigmes.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (215) Voir plus Ajouter une critique
lyoko
  02 janvier 2020
Je reste dubitative face a ce dernier tome, autant j'ai dévoré les trois premiers , autant j'ai eu un mal fou a finir celui-ci.
Ce dernier opus est très dense en révélations. Mais surtout je l'ai trouvé très brouillon de ce fait, ça part un peu dans tous les sens et du coup ça a rendu ma lecture très chaotique. J'ai mis un temps fou pour arriver au bout.
certains chapitres étaient addictifs et d'autres ennuyants à mourir..
J'ai aussi mis un temps incroyable a venir mettre mon avis. Très déçue par ce roman tant attendu, et je reste un peu sans voix.
L'écriture de l'auteur est toujours agréable et fluide , mais j'ai perdu cette magie des premiers tomes. Sans doute parce que l'auteur ne m'a pas emmenée la ou j'aurais voulu… dommage que cette saga finisse par une déception.
Je pense que je n'ai pas lu ce dernier roman au bon moment… c'est la seule explication que je puisse trouver.
Commenter  J’apprécie          9629
florencem
  08 décembre 2019
Comme beaucoup d'entre vous, je pense, j'avais de grandes attentes pour ce dernier tome de cette saga que j'adore. Il est toujours difficile de finir une histoire, et surtout, on ne peut pas contenter tout le monde. Malgré tout, je me suis plongée dans La tempête des échos en gardant espoir.
Je pense que le fait que La tempête des échos n'ait pas été un coup de coeur réside dans les sentiments que j'ai pu avoir durant une grande partie de ma lecture (et de la fin, mais j'y reviendrais). En un sens, ce n'est pas un défaut car c'est la preuve que Christelle Dabos a su me faire ressentir quelque chose d'assez puissant pour me marquer. Même si cela a été négatif. Ophélie, durant son séjour à l'Observatoire des Déviations subi des choses inhumaines. Certes, elle était prête à assumer et accepter tout cela, mais il n'en reste pas moins, que pour moi, cela a été plus que douloureux à découvrir. En littérature, il y a plusieurs choses que je déteste "lire" et en particulier : le fanatisme religieux et la dérive scientifique. Ici, à une certaine échelle, j'ai eu cet écho de voir retranscrit des expériences telles que certains barbares pouvaient pratiquer durant la seconde guerre mondiale. Sous la couverture de la science et du progrès, nous voyons notre héroïne réduite à un objet sur lequel on peut tout expérimenter. J'en suis venue à haïr cette société, et cette négativité ne m'a pas quitté durant toute ma lecture. Oppressante, cette sensation d'injustice avait quelque chose de révoltant qui ne faisait que croître au fur et à mesure.
Au contraire d'Ophélie, qui pour se protéger, garde en elle tous ses sentiments et semble être en mode guerrière, j'avais l'impression de trop ressentir. Encore une fois, c'est une bonne chose même si j'ai été parasitée par cette rancoeur. J'étais tellement plongée dans ma lecture que je n'ai pas vu les pages défiler. Ce dernier tome est prenant du début à la fin. Et même si parfois, le mode offensif d'Ophélie mettait trop en avant cette détermination aveugle d'expier ses fautes, j'ai gardé cette envie de la protéger et de voir sa relation avec Thorn s'épanouir et devenir encore plus forte. Etre épargnée. D'ailleurs, les rares instants où nous pouvons les voir ensemble étaient extrêmement réussis. Il y avait cette douceur et ce respect avec leurs maladresses respectives qui faisaient que leur relation était sublimée. Quand je repense à leurs débuts... Ils sont les personnages les plus aboutis et réussis que j'ai pu voir. Leur amour est vraiment magnifique, à leur façon.
Christelle Dabos nous prouve plus tard qu'à trop vouloir créer une société parfaite, on en obtient l'opposé total. Un écho déformé d'une vision utopique. Babel en est l'exemple criant, mais les autres Arches n'en sont pas moins exempt. On infantilise les hommes, on leur enlève leur passé seul témoin des erreurs qu'il ne faut pas reproduire, on les pousse à une perfection qui les rend incomplet et exacerbe leurs déviances, on ne leur laisse aucune liberté... C'est écoeurant et révoltant. Bien que cela soit partie d'un bon sentiment, je n'ai vu en Dieu qu'un enfant capricieux qui impose sa vision du monde et n'en assume pas les conséquences. Son inhumanité, qui est somme toute, la définition d'un dieu d'une certaine façon, a poussé son monde a sa propre déchéance. J'ai vraiment apprécié toute cette construction autour de l'histoire de la tempête des échos, car elle dénonce tout en mettant le doigt sur les éléments à ne pas reproduire. de plus, cela donnait vraiment une base concrète et solide sur toute la trame de la passe-miroir.
L'intrigue continue d'ailleurs de se complexifier. J'ai eu peur d'être perdue à un moment donné, mais Christelle Dabos maîtrise son univers. Elle le façonne d'un bout à l'autre avec intelligence et cohérence. J'ai beau ne pas apprécier certains de ses choix, il n'en reste pas moins qu'ils sont cohérents avec ce monde et surtout ce qu'est devenu Ophélie. Ma petite Ophélie qui se fait maltraiter à un point que cela en était douloureux. Mais elle ne lâche absolument rien, malgré les épreuves et l'espoir qui l'anime était ce qui me faisait garder la tête hors de l'eau. Même durant cet instant où mon coeur a failli s'arrêter…
Alors oui, la fin de la tempête des échos est trop ouverte à mon goût, elle ne donne pas la conclusion que méritait certains personnages, laissés de côté alors qu'on s'y était tellement attachés, ou bien disparus en un claquement de doigt sans cérémonie (autre regret pour deux d'entre eux en particulier). Mais, cette fin est, je dirais… mature à l'image d'Ophélie. Elle est grandiose et pleine d'enseignements. Elle ne renonce pas cette fin, elle laisse une porte ouverte à laquelle je ne vois qu'une issue. Et je m'accroche à cela parce que je ne vois pas comment il pourrait en être autrement. Donc merci Christelle. Pour ces quatre tomes, pour cette aventure, pour Ophélie et Thorn, pour Archibald, Berenidle, Gaëlle, Renard et Roseline qui vont me manquer, chacun à leur manière. Merci pour cette univers et cette vision pleine d'espoir sur ce que pourrait devenir notre monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          810
Phoenicia
  15 décembre 2019
Fin de cette saga qui m'a happée comme pas possible en cette fin d'année 2019.
Ce tome 4, ultime tome, était plein de promesses. En effet, après bien des péripéties, Ophélie et Thorn sont plus soudés que jamais, presque heureux et surtout... ensemble! Mais des bouts d'arches continuent à s'effondrer, les échos à se multiplier, etc. Nos héros, dans une Babel plus militarisée que jamais, entendent bien faire la lumière sur l'identité d'Eulalie Dilleux, de l'Autre et sur les événements pré et post-Déchirure.
Avec toutes ces questions, ce tome fourmille de révélations. On en apprend une, une autre question se pose irrémédiablement. Ce qui pourrait donner une certaine dynamique à ce tome très dense. Et pourtant, ces révélations m'ont semblé souvent opaques, surtout le très long passage à l'Observatoire. Très technique, si bien qu'on s'y perd. Si tu découvres avec Ophélie et que tout semble clair sur la fin, la lecture s'accompagne tout de même de certaines longueurs qui n'étaient pas visibles dans les premiers tomes. Première déception pour moi.
Je suis tout de même ravie qu'une de mes déductions s'est avérée vraie.
L'univers reste très riche. le talent de Christelle Dabos est indéniable et sa plume parvient à nous illustrer clairement son univers. Immersion complète dans l'univers, à défaut d'être enchantée par le devenir de certains personnages.
En effet, ce tome m'a suscité d'autres déceptions que son opacité par endroit. A commencer par le rôle de Victoire et de bien d'autres personnages trop peu vus à mon goût. J'avais beaucoup aimé le personnage de Berenhilde que l'on ne voit pas du tout...
Et surtout, cette fin!!! J'enrage! Tellement bien sur certains aspects et tellement incompréhensible sur d'autres.
Je ferme donc ce livre en me disant qu'il est tout de même un cran en-dessous des trois premiers tomes, ce qui est bien frustrant pour la fin d'une saga d'une telle qualité addictive. Dans mon malheur, je suis contente d'avoir lu les 4 tomes d'une traite, de ne pas avoir attendu encore et encore ce tome, sinon la déception aurait été considérable.
Challenge Pavés 2019 et 2020
Challenge Séries
Challenge le tour du scrabble en 80 jours (7e éd)
Challenge Mauvais Genres
Challenge Plumes féminines 2020
Challenge Déductions élémentaires
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          554
Bruidelo
  02 février 2020
Pas aussi intensément happée que par les excellents deux premiers tomes (j'avais déjà été un peu déçue par le troisième), peut-être parce que les relations entre les personnages sont plus froides (à l'exception du couple Ophélie-Thorn, toujours très réussi). Le vaste univers éclaté en morceaux de Christelle Dabos reste séduisant par son originalité, très riche, intéressant, avec ses effondrements effrayants et ses dérives autoritaires, mais c'est plus alambiqué, moins sensible, parfois un peu confus (Bon d'accord c'est peut-être moi qui suis lente à la comprenette). La complexité de l'univers et des histoires de Dieu et l'Autre prennent le pas sur le côté si attachant des personnages dans les deux premiers tomes, et du coup je n'ai pas retrouvé ce merveilleux plaisir de lecture.
Un peu frustrant donc, même si en soi, hors comparaison avec le début, c'est quand même un bon livre.
Commenter  J’apprécie          510
book-en-stock
  15 janvier 2020
Attention avis de lecture TOTALEMENT subjectif ! J'assume !
Fin d'une longue aventure débutée en novembre 2015 à la lecture du premier livre… mais début d'une autre aventure car je crois bien que je ne vais pas tarder à relire l'ensemble ! Il y a tant de menus détails auxquels je n'ai pas trop prêté garde et qui « ressortent » peu à peu… Tout s'explique, chaque secret est révélé et expliqué et je découvre la complexité extrême de cet univers créé. Chapeau bas Mme Dabos !
D'un livre à l'autre je suis allée d'enthousiasme en enthousiasme. Je craignais une déception pour cet ultime volume, c'est souvent la loi dans les séries… mais non, l'enthousiasme ne fait que s'amplifier ! Bon sang, quelles inventions !! Je reste bluffée. Une amie des Trolls de Babel a utilisé le mot « chef d'oeuvre », je crois qu'il est juste pour qualifier cette oeuvre dans son ensemble : lorsque la qualité se maintient tout au long de ces gros volumes, cela devient évident !
Difficile de ne rien spoiler pour les futurs lecteurs mais je vais tenter… J'avais déjà parlé du fait qu'Ophélie n'a rien d'une héroine… cette fois j'ai trouvé l'auteur presque cruelle envers son personnage ! Qu'est-ce qu'elle lui fait subir !!! J'en avais le souffle coupé et plus je me disais « cette fois on a atteint les limites, ça va s'arranger » plus la situation empirait jusqu'à en devenir insoutenable ! Petit à petit j'ai senti qu'il n'y aurait pas de happy end… on sent une tension dramatique sourdre progressivement et s'installer définitivement. J'y suis allée de mes nombreux pronostics bien sûr, je faisais souvent fausse route. Je plaçais un bel espoir dans le personnage de Victoire, puis j'ai été déçue lors de sa disparition mais au final j'avais bien ressenti qu'elle allait être un élément important de l'intrigue même si elle n'était présente qu'épisodiquement. J'ai beaucoup aimé ce dernier passage où on l'évoque.
Forcément j'ai été bluffée par le personnage d'Elisabeth… pas vu venir !
Très agréablement surprise par l'évolution d'Archibald.
J'ai particulièrement aimé Seconde : plus d'une fois j'ai tenté de déchiffrer ses phrases.
Je réfléchis à ce que je n'aurais pas aimé… je ne vois pas…ne trouve pas de défaut ! Même la fin je l'accepte car en plus ça a du sens.
Je viens de relire mes avis sur les livres précédents et je peux donc conclure que oui, nous obtenons des réponses à nos questions ainsi qu'à celles multiples d'Ophélie. Des ingrédients il y en a encore à foison, des complications autant qu'on en veut, une intrigue complexe et palpitante toujours et encore, de la crédibilité à volonté, et comme je l'écrivais déjà pour le livre 2 : je reste subjuguée !
Coup de coeur pour la série entière de la première à la dernière page, fan définitive !!!
Je relis très rarement les romans mais je sais que je vais très vite refaire une lecture de l'ensemble maintenant que la série est complète. (Eventuellement, si jamais je trouvais un mini défaut caché que je n'aurais pas vu à la première lecture, alors je viendrais compléter cet avis… mais honnêtement c'est fort peu probable !!!)
Encore bravo Christelle Dabos !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          398


critiques presse (3)
Liberation   09 décembre 2019
Les fins de série ont toujours un parfum doux-amer. On a attendu le dernier tome avec impatience, et en même temps, tout un microcosme et ses personnages vont comme s’évaporer définitivement. L’auteur referme la boîte, ce qui gèle tout un univers des possibles. Une forme de petite mort pour le lecteur cannibale de chair à papier et d’émotions fortes.
Lire la critique sur le site : Liberation
eMaginarock   06 décembre 2019
J’ai donc adoré ce quatrième et dernier volet de La passe-miroir : il est vrai que certains éléments m’ont semblé inachevés, cependant j’y ai retrouvé tout ce qui en a fait l’une de mes sagas littéraires favorites. Ce roman apporte beaucoup d’éléments de réponse.
Lire la critique sur le site : eMaginarock
LeMonde   04 décembre 2019
Christelle Dabos offre à sa saga aux 500 000 exemplaires vendus une résolution minutieuse et parvient, en quelques chapitres, à relancer une aventure dont chaque mystère se dénoue au pas cadencé – et parfois sous un jour inattendu. Avec ce quatrième volet, elle parachève une œuvre d’apprentissage qui confirme son importance dans la littérature adolescente française.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (121) Voir plus Ajouter une citation
Melanie3216Melanie3216   19 juin 2020
Et voilà. Il a joué son rôle dans l'histoire. Ah çà, ce n'était certes pas un rôle principal, mais il aura au moins permis à Ophélie de comprendre ce qu'il y avait à comprendre.
Commenter  J’apprécie          50
Koneko-ChanKoneko-Chan   02 décembre 2019
Thorn baissa vers Ophélie son grand nez, qui portait l’empreinte de ses doigts, pour la considérer avec le plus grand sérieux.
- Si à un moment quelque chose ne te convient pas… un geste que j’ai, un mot que je n’ai pas... tu dois me le dire. Je ne veux pas avoir à me demander pourquoi je n’arrive pas à rendre ma femme heureuse.
Ophélie se mordit l’intérieur de la joue. La vérité, c’était qu’ils se situaient désormais tous les deux en terre inconnue.
- Je suis déjà heureuse. Un peu plus que cela, même.
Les lèvres sévères de Thorn furent parcourues d’un frémissement. Il se pencha sur elle, résolument cette fois, mais l’articulation de son armature de jambe se bloqua, le figeant en plein élan. Il en fut si exaspéré qu’Ophélie ne put contenir son rire plus longtemps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
LPMfanLPMfan   02 décembre 2019
- Montez, little girl.
Ophélie fit un pas vers le dirigeable; au suivant, elle s'étala sur les pavés. Ses sandales s'étaient animées à son insu, nouant leurs lanières entre elles pour l’empêcher de partir. Elle pouvait jouer les braves, son animisme n’était pas dupe. Lady Septima émit un claquement de langue mais Ophélie eut beau se tortiller, elle ne pouvait ni défaire le nœud ni ôter ses sandales. On allait la traîner sur la passerelle à coups de baïonnette.
-Restituez ceci aux Généalogistes de ma part.
C’était la voix de Thorn. Sa voix véritable, sa voix du nord. Il avait décroché son insigne de LUX pour le remettre à Lady Septima. Puis, dans un grincement de métal, il s'agenouilla auprès d’Ophélie. Les lignes à haute tension qui électrifiaient sa figure s’étaient toutes relâchées. Il n’y avait plus de courants contradictoires, juste une seule et unique évidence qui luisait dans ses yeux au cœur de la nuit.
- Ensemble.
Il souleva maladroitement Ophélie dans ses bras et monta avec elle à bord du long-courrier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Koneko-ChanKoneko-Chan   01 décembre 2019
- Il faudra plus que toute la bureaucratie de Babel pour m’empêcher de te rejoindre.
Les sourcils de Thorn se relâchèrent brutalement. Il contempla Ophélie d’un air dérouté, comme s’il était invraisemblable qu’elle fût toujours là, assise près de lui au bord de cet impluvium, et de son plein gré avec ça. Une succession d’expressions fulgura alors à travers sa figure, si contradictoires et si subtiles qu’elles étaient difficiles à démêler les unes des autres. Soulagement. Frustration. Gratitude. Exigence.
Il esquiva le regard qu’Ophélie posait sur lui et dut s’éclaircir la voix avant de lui répondre enfin :
- Je t’attendrai.
Il eut l’air tout à coup mal à l’aise sur cette bordure de pierre, comme étriqué dans sa propre peau, encombré de ses bras trop grands, de ses jambes trop longues et de son armature trop lourde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Koneko-ChanKoneko-Chan   02 décembre 2019
Thorn se dégagea à l’instant où il rencontra ses yeux, ouverts en grand sous ses lunettes déstabilisées. Il se détourna en pressant l’arête de son nez avec force. Ses oreilles étaient enflammées.
- Je n’ai pas l’habitude de ça, articula-t-il. Être regardé de cette façon.
- Quelle façon ?
Thorn se racla encore la gorge, embarrassé comme Ophélie ne l’avait jamais vu l’être. Lui qui était si éloquent quand il s’agissait de raisonnements intellectuels, il paraissait maintenant à court de mots.
- Comme si j’étais désormais incapable de commettre des erreurs. Il se trouve que j’en commets. Un peu plus que cela, même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280

Videos de Christelle Dabos (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christelle Dabos
Elle a remporté le concours du premier roman jeunesse Gallimard pour le premier tome de sa tétralogie 'La Passe-Miroir', elle est aujourd'hui l'une des figures émergentes de la littérature jeunesse francophone : Christelle Dabos !
Fan de la première heure, vous pensiez être incollable à son sujet ? Ces 5 anecdotes pourraient vous surprendre...
Retrouvez tous les livres et les critiques de Christelle Dabos sur Babelio : https://www.babelio.com/auteur/Christelle-Dabos/271079
Découvrez également notre entretien avec l'auteure : https://www.babelio.com/auteur/Christelle-Dabos/271079#itw
Abonnez-vous à la chaîne Babelio : http://bit.ly/2S2aZcm Toutes les vidéos sur http://bit.ly/2CVP0zs Suivez-nous pour trouver les meilleurs livres à lire : Babelio, le site : https://www.babelio.com/ Babelio sur Twitter : https://twitter.com/babelio Babelio sur Facebook : https://www.facebook.com/babelio/ Babelio sur Instagram : https://www.instagram.com/babelio_/
+ Lire la suite
autres livres classés : fantasyVoir plus
Notre sélection Jeune Adulte Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La Passe-miroir (tome 4: la tempete des échos)

Quelle est la particularité de Seconde?

Elle a 5 paires d'yeux
Elle peut voir les échos en avance
Elle est célibataire
Elle peut marcher sur l'eau

15 questions
29 lecteurs ont répondu
Thème : La Passe-Miroir, tome 4 : La Tempête des échos de Christelle DabosCréer un quiz sur ce livre

.. ..