AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2075081891
Éditeur : Gallimard Jeunesse (01/06/2017)

Note moyenne : 4.74/5 (sur 130 notes)
Résumé :
Deux ans et sept mois qu’Ophélie se morfond sur son arche d’Anima. Aujourd’hui il lui faut agir, exploiter ce qu’elle a appris à la lecture du Livre de Farouk et les bribes d’informations divulguées par Dieu. Sous une fausse identité, Ophélie rejoint Babel, arche cosmopolite et joyau de modernité. Ses talents de liseuse suffiront-ils à déjouer les pièges d’adversaires toujours plus redoutables ? A-t-elle la moindre chance de retrouver la trace de Thorn ?
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (69) Voir plus Ajouter une critique
Eric76
28 juin 2017
« Que l'écharpe soit avec vous tous » !
Un livre enchanteur, magnétique, déroutant… L'arche de Babel que, bien malgré elle, Ophélie nous fait visiter est pleine de paradoxes. Voilà des gens bridés, censurés, encadrés qui évoluent dans un monde flamboyant, coloré, ou tout est sens dessus-dessous. Ophélie y est bien seule, loin de sa famille tapageuse, loin de Tante Roseline, d'Archibald, et de Bérénilde. Mais que voulez-vous ! elle veut à tout pris retrouver Thorn, son grand escogriffe de mari aussi drôle qu'une poutre, disparu dans des circonstances mystérieuses… Car depuis, elle s'est mise à l'aimer, figurez-vous ! Un amour à la manière d'Ophélie : platonique, échevelé, maladroit… Sans lui, elle se sent bizarrement désemparée, inutile, creuse… L'amour chevillé au corps, elle est capable de tout, notre petite Ophélie ! de voler d'arches en arches et d'y foutre un bazar de tous les diables dans le seul but de le retrouver; de venir en aide à ce grand échalas griffus et cabossé de partout, lui qui ne veut d'aide de personne, et surtout pas d'Ophélie avec ses prédispositions naturelles aux grandes catastrophes… S'il y a un couple qui mérite un happy-end du genre « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants », c'est bien Ophélie et Thorn (même si leur future progéniture a de quoi inquiéter). Mais le happy-end n'est pas pour ce troisième tome, car Thorn n'est guère décidé à montrer le bout de son nez de rapace.
La petite Ophélie, si intrépide, si maladroite, et au coeur grand comme ça ; le ténébreux Thorn aux mille cicatrices ; la tempétueuse tante Roseline et l'éblouissante Bérénilde devenue maman ; Archibald le clochard céleste et Blazius le gauche ; le mélancolique et malchanceux Ambroise l'inversé ; l'imperturbable Elizabeth et l'énigmatique Octavio… Ces personnages, comme d'ailleurs tous les autres, Christelle Dabos les aime par-dessus tout. On le sent à chacune de ses phrases. Et cet amour qu'elle leur porte, il est terriblement contagieux… Ce ne sont pas Srafina et Angie avec qui j'ai eu le plaisir de lire ce livre en commun qui me diront le contraire, n'est-ce-pas ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          423
ange77
28 juin 2017
《Il sera une fois,
dans pas si longtemps,
un monde qui vivra enfin en paix.
En ce temps-là,
il y aura de nouveaux hommes
et il y aura de nouvelles femmes.
Ce sera l'ère des miracles.》

Ce troisième opus de la quadrilogie La Passe-Miroir, judicieusement nommé "La mémoire de Babel" n'a absolument rien à envier aux tomes précédents, et confirme - si besoin était ^^ - le fabuleux talent de son auteure.
Christelle Dabos déploie ici des merveilles d'ingéniosité et d'imagination afin de mieux immerger le lecteur dans son univers fantastique si riche et mirobolant.
" Elle avait peur, oui, mais elle n'aurait voulu être nulle part ailleurs. "
Sous une plume de plus en plus aiguisée et experte, coule une histoire merveilleuse qui vient, sinon combler toutes nos attentes, à minima, livrer son lot de nouvelles questions. Certaines trouveront leurs réponses ici, tandis que d'autres viendront s'ajouter aux mystères non résolus de cet épisode...

Qui dit nouvelle arche, dit nouveaux lieux et nouveaux personnages - soit ; des pouvoirs familiaux inédits...
Naturellement, d'autres mystères à percer et encore et toujours, d'innombrables dangers sont aussi au RDV...

(Quelques lecteurs feront peut-être un rapprochement avec Harry Potter ; le Mémorial de Babel possède en effet de quoi établir une certaine, mais indéniable, corrélation avec Poudlard...)

" À Babel, les gens ne voient que ce qu'ilsveulent voir. "
Babel, cette Arche cosmopolite si particulière, voit notre petite miss catastrophe gagner en maturité : elle s'affirme enfin, pour notre plus grand bonheur !
Sa coupe léonine et son besoin de régler seule ses problèmes prouvent à quel point celle-ci a grandi.
Elle ne sera pourtant pas aussi seule qu'elle l'imagine ; nombre de surprises l'attendent, des bonnes comme des moins bonnes, mais Ophélie ne s'en laissera pas compter d'avantage ici que dans ses autres mésaventures.

Parmi les nouveaux protagonistes, il en est qui auront probablement un ŕôle important, voire primordial, à jouer dans l'avenir... mais je me refuse à dévoiler quoi que ce soit, ne serait-ce que pour ceux qui n'auraient toujours pas sauté le pas - À ceux-là, j'ai juste envie de dire : mais bon sang, qu'attendez-vous encore ? ^^
Parce que moi, il me tardait de plonger dans cet épisode avec mes co-lecteurs, Srafina et Éric76.
Partager cette nouvelle aventure avec vous deux fût, une fois encore, un réel plaisir !
> Allez donc voir ce qu'ils en ont pensé ;-)

Pour terminer :
La critique 'gastronomique' que je ne suis pas ne peut décemment mettre qu'un maximum d'étoiles - soit un bon millier au bas mot, à l'instar de celles qui pétilleront dans vos yeux en lisant ce récit - !
J'avais pour ma part, a-do-ré l'entrée ("Les fiancés de l'hiver") - une exceptionnelle et attrayante mise-en-bouche - ; raffolé du plat de résistance ("Les disparus du Clairdelune") - un sucré/salé plus que parfait - ; et je me suis littéralement régalée avec cet excellentissime dessert doux-amer, qu'est "La mémoire de Babel".
Reste maintenant à patienter (snif !) pour le digestif ^^ (4ème et dernier titre de la saga - re-snif !), que je subodore d'ores et déjà corsé et savoureux, riche et puissant ... Bref, il sera fort ou ne sera pas !

What else ?
《 Que l'Écharpe soit avec vous ! 》bien sûr =))
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          143
MaissamB
25 juin 2017
La Mémoire de Babel est le troisième tome d'une saga exceptionnelle de Christelle Dabos. J'annonce la couleur, les deux tomes précédents avaient été un coup de coeur énorme et j'avais énormément d'attente pour ce nouvel opus. Un petit rappel du tome 2 a été préalablement ajouté par l'auteure en début de roman, du coup, spoilers du tome précédent obligent pour que je puisse rédiger ma chronique ( par contre, je ne compte pas vous gâcher la surprise du tome 3 ) !
Dès le début du tome 3, on retrouve une Ophélie perdue, vide, à qui l'on aurait presque coupée une partie d'elle-même. Dans le livre précédent, on comprend que Thorn, après un affront avec Dieu, s'est enfuit à travers un miroir de sa cellule. Depuis, pas de nouvelles ! Ophélie a été rapatriée sur son Arche d'origine, Anima, et coule des jours fastidieux aux côtés de sa grande famille. Deux ans et sept mois que les événements du tome 2 se sont écoulés, deux ans et sept mois qu'Ophélie n'a plus que de Dieu le souvenir de sa rencontre au Pôle, deux ans et sept mois qu'elle n'a plus aucune nouvelle de son mystérieux époux, Thorn. Je ne vous le cache pas, avant de me lancer dans ma lecture, j'étais quand même assez impressionnée : c'était osé de la part de l'auteure de faire un bond dans le temps comme ça. Deux ans et sept mois, quoi ! Mon petit coeur souffrait déjà l'absence de Thorn et l'état dans lequel vivait Ophélie. En outre, j'ai trouvé cette ellipse temporelle énorme, mais toutes mes craintes se sont envolées dès les premières pages : c'était un choix très judicieux !
Bon, here we go (je m'adapte au jargon babélien) ! Dès le chapitre un, j'étais toute excitée. Je me suis plongée sans aucune difficulté dans l'histoire, retrouvant cette drôle d'Arche qu'est Anima. C'est-à-dire que la plume de Christelle Dabos est exceptionnelle, sa vision des choses est drôlement, excentriquement attendrissante et ses personnages, fidèles à eux-même et toujours aussi étranges, m'ont énormément manqués. C'est fou, en deux tomes seulement, l'auteure est parvenue à insuffler à chacun de ses personnages une personnalité, des manies, tics et caractère qui leur sont propres.
Dans ce tome, davantage que dans les précédents, je me suis énormément attachée à Ophélie. Moi qui l'aimais déjà assez, je me retrouve à l'adorer. Elle est très réfléchie, fidèle à ses principes et incroyablement gentille. Sa manie d'avoir toujours foi en autrui lui a causée bien des soucis mais cela a surtout fait d'elle un personnage dans lequel tout un chacun peut se reconnaître. J'ai adoré le dépaysement total : le lecteur voyage d'Anima jusqu'à Babel, Arche au climat aride et à l'ambiance assez orientale. Ophélie y fait de nombreuses rencontres, toutes plus intéressantes les unes que les autres. Je dois reconnaître que l'une des particularités de Christelle Dabos est de laisser volontairement flotter le mystère au dessus de chacun de ses personnages. Avec le tome précédent, j'étais armée : je me méfiais de toutes nouvelles rencontres et me gardait bien de donner ma préférence à l'un d'eux pour quelques bonnes figures et apparences. On se rend compte très vite que l'Arche de Babel n'est pas si différente que celle du Pôle. La différence réside surtout dans le fait que les babéliens sont honnêtes, serviables, et humbles – ah, si seulement ! – et cela me fait penser à une citation du livre : « Les babéliens ne voient que ce qu'ils veulent voir ».
Well, l'intrigue. Un mot, trois lettres : WOW. Merci Christelle, merci énormément pour ce troisième tome riche en rebondissements. Il est à la hauteur de mes espérances – et même plus encore. Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde, je me forçais même à lire lentement et à reposer fréquemment mon livre pour éviter de le terminer. J'ai trouvé le concept de ce roman très intéressant : sans vous gâcher réellement votre future lecture, je dirai que ce système d'école et de compétition entre élèves était très intéressant. Il y avait tellement d'informations que je me perdais, je comptais sur l'implacable jugeote d'Ophélie pour me guider à travers tout ce flou. Puis le retour d'un certain personnage, nom de Dieu, j'en ai tremblé de joie ! J'ai adoré la romance – toujours en retenue, jamais excessive of course – dans ce troisième tome. J'ai aussi beaucoup apprécié les changements de points de vues qui, selon moi, ajoutaient énormément à l'histoire et en particulier le tout dernier qui m'a carrément donnée des sueurs froides. Les révélations faites dépassent l'entendement, à de nombreuses reprises je n'en revenais pas. Cette histoire semble être un engrenage impossible qui, sous l'implacable persévérance de nos protagonistes, semblent pourtant céder. le hic, c'est que plus il y a de tomes, plus les questions s'accumulent pour les personnages – et mon pauvre coeur.
La plume de Christelle Dabos est entraînante, incroyablement captivante. J'ai adoré ces choix langagiers pour accentuer telle appartenance à une Arche, et je me dois de vous partager ce petit extrait choisi par mes soins et que j'ai trouvé particulièrement amusant ( il est au tout début du roman et ne spoil rien du tout ) :
« Ouais, ouais, bonne fête, tic tac et compagnie, marmonna t-il en passant directement de l'autre côté du comptoir et en se servant lui-même une gaufre chaude. Ça devient ridicule, ce brol ! Fête de l'Argenterie, fête des Instruments de musique, fête des Bottes, fête des Chapeaux… Chaque année, y a une nouvelle guindaille dans le calendrier ! Bientôt, verrez qu'on fêtera les pots de chambre. D'mon temps, on ne gâtait pas les objets comme aujourd'hui, et après on s'étonne qu'ils nous fassent des caprices. » ( le grand-oncle d'Ophélie, chapitre 1)
Par ailleurs, j'ai réalisé quelque chose : Christelle Dabos a le don pour instaurer un climat, une ambiance. En lisant La Passe-Miroir, j'avais l'impression de replonger dans un univers monté de toute pièce, comme Harry Potter. Je m'explique : dans Harry Potter, l'auteure a créé un certain climat, une ambiance propre à l'école de magie. Cette ambiance unique, je la retrouve dans La Passe-Miroir. Les habitants des Arches semblent avoir leur propre jargon, leurs propres particularités, traditions, visions des choses, et ça, c'est unique.
Je voulais aussi préciser une dernière chose, j'ai trouvé dans ce troisième opus quelque chose qui semblait ne pas être dans les deux tomes précédents : la dimension psychologique. Elle est exceptionnelle et apparaît énormément tout le long du roman. Elle se rapporte principalement à la façon dont les personnages – et plus précisément Ophélie – apprend à se connaître : « Cette fois, c'était son propre corps qu'elle devait apprendre à lire ». Plusieurs scènes m'ont fait longuement réfléchir sur la réelle signification de la toute-puissance, du fanatisme et de l'aveuglement face à ce qui, en réalité, semble la seule chose essentielle pour nos protagonistes : le dépassement et l'acceptation de soi.
En conclusion, La Mémoire de Babel a été un énorme, et j'insiste sur le ENORME, coup de coeur. Il dépasse mes espérances, comme le tome précédent l'avait fait avant lui, et m'a vraiment bouleversée, me faisant passer par toutes les émotions possibles. En tournant la dernière page, j'avais bien envie de me laisser glisser au sol et de me mettre en PLS jusqu'à la publication du prochain et dernier tome qui devrait clôturer cette saga – j'aimerai pourtant qu'elle ne se termine jamais ! Pour le moment, je ne vous cache pas que La Passe-Miroir est devenue ma saga favorite et que le dernier tome, je l'espère, viendra porter sa touche finale à ce tableau de maître déjà grandiose.
Lien : https://lentredeuxmondes.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Srafina
28 juin 2017
Et nous voici parti à la découverte du tome 3 de la passe-miroir, avec Angie et Eric.
Tant qu'à faire nous avions lu d'une traite les deux premiers, tout était encore frais dans la tête.
Mais le petit résumé du début du tome 3, nous remet tous les événements bien dans l'ordre.
Et voici Ophélie qui réussit à s'échapper d'Anima vers une autre arche grâce à Archibald et à travers une rose des vents bien cachée sur l'arche. Archibald et ses nouveaux pouvoirs est vraiment trop peu présent dans ce tome 3 dommage, je l'aime bien le bougre.
Sinon notre jeune héroïne se retrouve sur une nouvelle arche, celle des jumeaux Pollux et Hélène, l'arche de Babel. L'ambiance, les codes vestimentaires de cette nouvelle arche m'ont rappelé celle de l'Empire colonial Britannique aux Indes. L'auteur, d'ailleurs entre-maille certains dialogues de termes anglais.
De nouvelles aventures et de nouveaux compagnons sympas et surtout moins sympas vont faire leur apparitions. Découverte de la petite Victoire, la fille de Berenilde et de Farouk, l'esprit de famille de l'arche du Nord. Très attachante et avec un pouvoir bien particulier qui va la faire vite rentrer dans l'intrigue.
Ophélie/Eulalie va intégrer une académie un peu particulière. Je vous laisserai le découvrir en lisant ce tome… Je vais pas tout dire non plus, je m'en voudrais.
De nouvelles questions se posent, avec pas forcément de réponses immédiates. On a de quoi se faire son petit cinéma dans la tête. (ce qui en passant est mon cas).
Toujours autant de plaisir à lire les aventures de nos héros, Christelle Dabos a une imagination bien fertile et une très jolie écriture. Un petit coup de mou au milieu du livre, mais c'est reparti de plus belle, les révélations, les rebondissements s'enchaînent pour notre plus grand plaisir.
Et oui ce tome nous révèle surtout une arche sous parfait contrôle de sbires à la botte de Dieu, la censure, le contrôle de soi pour la cité y est de règle. On ne peut faire confiance à personne, tout le monde est plus ou moins conditionné au fonctionnement mis en place et gare à celui qui y contrevient.
En somme un excellent moment en compagnie de nos héros, et bien sûr d'Angie et de Eric qui j'en suis sûre ont éprouvé autant d'enthousiasme à lire ce troisième tome.
Vivement la suite, mais là je crois qu'il va falloir attendre un certain temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          134
orbe
01 juin 2017
Dans ce troisième volume des aventures d'Ophélie qui devraient en compter quatre, nous découvrons avec l'héroïne une nouvelle arche, celle de Babel.
Régulée par un système proche des castes, elle a pour réputation de détenir la mémoire du monde. La paix y est un leitmotiv et le mot guerre interdit.
Notre championne de la maladresse va devoir tenter de gravir les échelons d'une société fortement hiérarchisée pour espérer faire évoluer son enquête.
Mais c'est la recherche de son époux, l'impressionnant Thorn, qui mobilise principalement l'énergie d'Ophélie, qui est accueillie froidement sur Babel où elle est obligée de revêtir une identité d'emprunt...
L'histoire avance à grand pas et le lecteur reste fasciné par la richesse et la cohérence du monde déployé.
Le lecteur appréciera plus précisément cette arche qui fait une place d'honneur aux livres et au savoir. Avec aussi, la question de la censure qui sera abordée.
Tout le récit est tendu vers l'espoir d'une nouvelle rencontre entre les deux époux et l'auteur ne nous déçoit pas !
Vivement le quatrième tome.
A lire !
Lien : http://www.nouveautes-jeunes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          314
Citations & extraits (58) Voir plus Ajouter une citation
LuriaLuria28 juin 2017
- Là, dit-elle en signalant le liseré à peine visible d'une page déchirée. C'était votre mémoire. C'est elle que vous cherchez. Vous ne la trouverez pas parce que quelqu'un vous l'a arrachée il y a longtemps. Je suis désolée.
Commenter  J’apprécie          30
ange77ange7728 juin 2017
Thorn était sans doute l'homme le plus déconcertant qu'elle avait jamais rencontré, mais il la faisait se sentir formidablement vivante.
Commenter  J’apprécie          30
LuriaLuria25 juin 2017
- À quel moment ? lui demanda-t-elle. À quel moment cessons-nous d'être des humains et devenons-nous des objets ?
Commenter  J’apprécie          60
Calimero25Calimero2525 juin 2017
" Pas de demi-mesure, la coupa-t-il. Je ne suis pas et je ne veux pas être votre ami."
Commenter  J’apprécie          40
ArcaaleaArcaalea23 juin 2017
Mais pourquoi ? s'impatienta Ophélie. Pourquoi vous infligez-vous ça ? Pourquoi vous obligez-vous sans cesse à défier des forces qui vous dépassent ? Et ne me parlez pas encore de sens du devoir. Vous ne devez rien au monde. Qu'est-ce qu'il a fait pour vous, le monde ?
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Christelle Dabos (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christelle Dabos
La passe-miroir, tome 2 : Les Disparus du Clairedelune - Christelle Dabos Gallimard Jeunesse // 2015 // 550 pages
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

La Passe-Miroir (livre 3) La Mémoire de Babel

Depuis combien de temps Ophélie a-t-elle quitté le Pôle ?

2 ans et 4 mois
2 ans et 8 mois
2 ans et 2 mois
2 ans et 7 mois

10 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : La passe-miroir, tome 3 : La mémoire de Babel de Christelle DabosCréer un quiz sur ce livre
. .