AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jacques Pessis (Éditeur scientifique)
EAN : 9782258074750
1216 pages
Éditeur : Omnibus (08/10/2007)

Note moyenne : 4/5 (sur 52 notes)
Résumé :
Le 13 mai 1938, L'Os à Moelle fait son apparition dans les kiosques et reçoit immédiatement un accueil triomphal. L'esprit loufoque créé par Pierre Dac a trouvé avec ce journal une tribune à sa mesure. Jusqu'en juin 1940, tous les vendredis, Pierre Dac et ses complices commentent l'actualité, publient des recettes absurdes, des petites annonces délirantes, des entretiens farfelus, ou des grands reportages saugrenus même s'ils évoquent en filigrane ;les préoccupation... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
gill
  14 mars 2013
Le 13 mai 1938 naît un nouvel hebdomadaire. Portant comme titre "L'Os à moelle", il s'agit de l'organe officiel des loufoques, quatre pages, en noir et blanc, de chroniques, de reportages et d'entretiens véritablement absurdes et totalement délirants.
Un homme est derrière cette aventure. Son nom est Pierre Dac.
Au lendemain de la grande guerre, il devient chansonnier dans un cabaret de la butte Montmartre. Avec un style inimitable, il remporte un grand succès en récitant d'une voix monocorde des textes où il joue avec les mots et manie le calembour avec virtuosité.
En 1935, il triomphe à la radio naissante, dans son émission "La course au trésor" et dans le rendez-vous, "La société des loufoques", réalisé en public et en direct, que l'on peut considérer comme l'ancêtre de toutes les émissions d'humour.
Désirant faire revivre l'esprit de "La vache enragée", l'hebdomadaire accompagnant les grands événements de la butte Montmartre, Pierre Dac s'associe avec les dirigeants de la Société Parisienne d'Édition pour créer "L'Os à moelle".
Le succès est total et immédiat. Dans la journée même de sa sortie, le journal, en rupture d'approvisionnement, doit être réimprimé pour faire face à la demande populaire.
Le cent-neuvième et dernier numéro paraît en juin 1940 et c'est logique, dira Pierre Dac, il est bien connu que l'os à moelle se décompose au contact du vert de gris....
Ce volume reprend des textes, devenus rares. Ils sont accompagnés d'une courte évocation de l'actualité pour une meilleure compréhension des articles.
"Omnibus" nous offre, une fois de plus, un superbe livre dont le contenu est précieux. Il nous réserve de bons moments et de nombreux sourires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          201
kanarmor
  14 avril 2014
Cette anthologie est un condensé d'humour dacois, petite bible de l'humour absurde, mais aussi témoin d'une époque troublée.
Editoriaux, articles liés à l'actualité, infos diverses et brèves, recettes farfelues, pensées et bien sûr les petites annonces ! Plus bien d'autres choses encore...
Guérit les petits coups de blues, les peines de coeur, les maux de tête, les gueules de bois, les ulcères stomacaux et les échecs au permis de conduire.
A prendre trois fois par jour et à volonté, n'importe quand au cours des repas, en comprimé effervescent, suppositoire ou en infusion.
Effets indésirables : perte de la notion du temps, crampes des zygomatiques.
Commenter  J’apprécie          162
sroul
  15 janvier 2009
Le livre regroupe les exemplaires de l'hebdomadaire "l'os à moelle" de mai 1938 à juin 1940 que Pierre Dac a créé et dont il était le rédacteur en chef. Un journal qu'il qualifie de "loufoque", satirique mais aussi joliment absurde et poétique. Impossible de le lire d'affilée pour moi : je l'ouvre au hasard et je lis un article, une publicité, les petites annonces, une recette, ou une édition, et je souris, ou ris, ou ricane, ça dépend. Un certain nombre de blagues m'échappent parce que je ne connais pas suffisamment l'époque, mais je me régale quand même. À titre d'exemple, j'ouvre au hasard le livre et vous livre les titres : "Une soirée parisienne, la fête des taches", "Chronique médicale, la gourdinothérapie", "Une effarante nouvelle ! Les sources du Nil Bleu auraient été découvertes à Etretat... dans l'aiguille creuse" et "De la non-influence du sucre vanillé sur les marées d'équinoxe" : Bienvenue dans l'Os à moelle :o) !
Commenter  J’apprécie          70
Pchabannes
  05 août 2009
Anthologie de l'Os à Moêlle mené par Pierre DAC du 13 Mai 1938 au 7 Juin 1940. l'organe officiel des loufoques pour tout ce qui est contre et contre tout ce qui est pour, doit se trouver dans toutes les bonnes bibliothèques.
Sans lui comment décrypter l'information ?
La publicité - J'étais chauve et je le suis encore grâce aux pastilles de menthe-,
les nouvelles du monde - en chine, la situation s'éclaircit. On mande de Fou-Tchéou à l'agence Tchaou-Fou que l'armée You-Péou est entrée dans Fou-Ting, obligeant les forces du Maréchal Tchang-Aïchou à se replier dans le Chou-Tchéou. Mais il fort possible que Tchi-Tchao tombe au pouvoir de Tchao-Tchi-.
Editions France Loisirs, 28€, 1200 pages.
Commenter  J’apprécie          60
claraetlesmots
  30 juin 2010
Un livre dans lequel on picore afin de travailler ses zygomatiques ! Avec Pierre Dac, les années de 1938 à 1940 sont revues et revisitées avec humour. D'un oeil critique, il nous ravit avec ses petites annonces, ses offres d'emplois et autres chroniques où l'absurde tient un rôle important. Loufoque, drôle, irrésistible, il épingle un portait de la France savoureux dans laquelle on pioche au gré de ses envies pour rire et sourire !
Pierre Dac joue avec les mots et c'est savoureux !
Ce livre garde une joyeuse dérision intemporelle ! A avoir en permanence sur sa table de chevet et à offrir aux grincheux…

Lien : http://fibromaman.blogspot.c..
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (67) Voir plus Ajouter une citation
coco4649coco4649   01 décembre 2015
le jardin des pancartes


Je connais
un jardin
curieux
et bizarre,
un jardin
qui n'a
rien
de commun
avec les autres jardins,
un jardin
où il n'y a
que des pancartes…
. . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Quel étrange
jardin
que ce jardin
où l'on voit
des pancartes
de toutes grandeurs
sur lesquelles
on lit :
Saule pleureur,
ou bien :
Saule à frire,
ou encore : Peuplier,
et même : Acacia,
Chêne, Rosier, etc., etc. ;
bref, toutes
les essences,
toutes les plantes,
tous les arbres
sont indiqués
sur ces pancartes
qui signalent
des emplacements
de végétaux
qui pourtant
sont absents…
. . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Que signifient
donc ces pancartes ?
Indiquent-elles
que là où elles sont
il y avait
jadis
les arbres
et les plantes
dont elles portent
le nom ?
Peut-être !...
Qui sait ?
Pas moi,
en tous cas…
et nul n'a pu me le dire
car personne
ne hante
jamais
ce jardin funambulesque
et périmé…
. . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Ne me demandez
pas de vous y mener,
vous ne pourriez
pas y entrer,
car ce jardin
est situé
dans une petite
contre-allée
de mon imagination,
et moi seul en ai
la clé…
. . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Et j'aime
à me promener
quelquefois
dans ce curieux,
cet étrange,
ce bizarre
jardin des pancartes,
que j'entretiens,
tout simplement,
avec
mes rêves…

N° 76 – Vendredi 20 octobre 1939
p.892-893
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
coco4649coco4649   01 février 2014
Après la bataille
Poésie sensée de Victor Hugo traduite
en vers loufoques par C.CORNET


Mon père, cet anchois au sourire andaloux,
Suivi d’un nénuphar qu’il aimait entre tous
Pour son faux col vert-neige fait en pierre de taille,
Parcourait en nageant la foire à la ferraille,
Où se tenaient, pensifs, des melons accroupis…
Soudain, son gros orteil crut percevoir des cris…
C’était un hérisson voltigeant sur la route,
Qui brûlait son chandail pour mieux casser la croûte,
En criant : « un chou-fleur pour cirer mes souliers !!!
Ou bien un bec de gaz pour me laver les pieds !!!… »
Mon père, ému, tendit au nénuphar fidèle
L’obélisque à vapeur où trempait sa bretelle
Et dit : « mouche la jambe à cet oiseau blessé,
Et brûle-lui l’œil droit avec un fer glacé. »
À ce moment précis, surgissait du « rat-mort »,
En marchant sur les mains, un boa constrictor
Qui lança sur mon père sa veste en alpaga.
Le coup passa si près qu’un hareng se noya,
Et qu’un éléphant blanc tomba dans la soupière.
« Hurrah ! », cria mon père, se mordant la paupière.

Pierre Dac / L’os à Moelle - organe officiel des loufoques / N° 38 - vendredi 27 janvier 1939
p.493
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
coco4649coco4649   22 mars 2014
Si mes vers avaient des mailles…
A mon neveu bien-aimé…
aux armées

Si mes vers avaient des mailles
Je sais bien ce que j'en ferais.
Si mes vers avaient des mailles
Je les rimerais au crochet…
…………………………………………………..
Je m'en irais dans la nuit brune
Et sur la pointe des pieds,
Je prendrais deux rayons de lune
Comme aiguilles à tricoter.
…………………………………………………..
Alors, sans repos ni trêve,
Des deux mains je travaillerais
En employant le point de rêve
Pour que l'ensemble soit parfait.
…………………………………………………..
Je ferais des genouillères
Avec des alexandrins
Et des écharpes entières
Avec de simples quatrains.
…………………………………………………..
Pour qu'ils soient d'aspect plus
[riche
Je tricoterais comme il sied
Des pull-over en hémistiches
Et des cache-nez de huit pieds
…………………………………………………..
Je ferais les passe-montagnes
En sonnets, naturellement,
Et les chauds gilets de campagne
En vers libres, comme l'air du
[temps…
…………………………………………………..
Je fabriquerais des poèmes
Sur un rythme toujours plus
[fort
Pour protéger tous ceux que
[j'aime
Des traîtres coups du mauvais
[sort
…………………………………………………..
Si mes vers avaient des mailles
Je sais bien ce que j'en ferais.
Si mes vers avaient des mailles
Je les rimerais au crochet…

N° 78 – Vendredi 3 novembre 1939
p.914-915
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
coco4649coco4649   01 février 2014
LA DISGRACE DES RAISINS SECS

Qui plaint les raisins secs ?
Personne !
Et pourtant,
Je connais peu de sorts
Qui soient plus dignes
De pitié
Que celui
Des raisins secs !

Pauvres raisins secs !
Qui n'ont plus de raisin
Que le nom
Et dont la sécheresse
Fait monter les larmes
Aux yeux
De ceux
Qui comprennent
Leur disgrâce
Imméritée !
Les raisins secs
En leur enfance
Ont partagé les jeux
De leurs frères
Les raisins ordinaires
Sans que rien ne les distingue
Les uns des autres...

Et puis l'âge est venu
L'âge ardu
De l'adolescence
Age ingrat
S'il en fut
L'âge où les raisins
S'adonnent à la boisson

Certains se convertissent au vin blanc
D'autres au rouge,
Sans compter
Les timorés
Qui se laissent aller
Au vin rosé...

Les raisins secs,
Eux, tiennent bon.
Amoureux de la vertu,
Ils résistent
Et s'obstinent,
S'isolant dans leur sobriété ;
Petit à petit
Ils perdent le jus
De leur sève
Et se retrouvent un jour
Complètement desséchés !...

Sombre destin
Des raisins secs
Qui se traînent
Sans but,
Sans espoir,
Jusqu'au soir,
Où, lassés,
Epuisés
De lutter,
Ils exerceront
Le métier déshonorant
De mendiants...

Qui plaint les raisins secs ?
Personne..
Et pourtant !...

N° 63 Os à MOELLE – Vendredi 21 juillet 1939
p.751-752
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
coco4649coco4649   04 mars 2014
La passoire à temps

La passoire
Est un bel instrument
Dont les trous
Sont le plus bel ornement…
…………………………………………….
Il y a beaucoup de passoires :
Les unes passent le thé,
D'autres le café
Ou la gratinée ;
D'aucunes mêmes
Passent les lacets…
J'en passe
Et des meilleures.
…………………………………………….
Pourtant
Et cependant,
À Toutes ces passoires
Dont l'incontestable utilité
Ne peut se nier,
Il en manque une :
Il n'y a pas de passoire à passer le
[temps !
…………………………………………….
Comme c'est dommage !
Comme ce serait bien
De posséder une passoire
Dont les trous
S'agrandiraient
Ou se rapetisseraient
À volonté,
Suivant notre désir
De voir le temps fuir
Vite
Ou de s'écouler
Lentement
À petites gouttes…
…………………………………………….
Et puis, de temps en temps,
On boucherait complètement
La passoire à passer le temps,
Et le temps s'arrêterait,
S'accumulant,
En attendant
Patiemment
Que les trous se rouvrent
Pour le laisser
Passer
À nouveau…
…………………………………………….
Qui inventera
La passoire à passer le temps ?
N'y a-t-il pas un poète
Qui soit aussi ferblantier
Et qui pourrait
En rêve
La confectionner ?

N° 64 – Vendredi 28 juillet 1939
p.759-760

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Pierre Dac (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Dac
En 1943-1944, la guerre se déroulait aussi sur les ondes. Un duel radiophonique a opposé le célèbre humoriste Pierre Dac, l'une des voix de la Résistance sur la BBC, à Philippe Henriot, secrétaire d'Etat à l'Information et à la Propagande du régime de Vichy et chroniqueur sur Radio Paris, pro allemand.
autres livres classés : humourVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les citations de Pierre Dac

« Les bons crus font les bonnes ----. »

bourres
bitures
beuveries
cuites

10 questions
35 lecteurs ont répondu
Thème : Pierre DacCréer un quiz sur ce livre