AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782277301066
122 pages
Éditeur : J'ai Lu (28/11/2007)

Note moyenne : 3.59/5 (sur 41 notes)
Résumé :
Des attentats parisiens à Madagascar, dans le sillage du Paris-Dakar ou dans le secret d'une chambre à coucher, à n'importe quelle heure, n'importe où, des trajectoires se brisent, des destins basculent. Des gens ordinaires se font prendre au piège des circonstances...
Un exemple ? Cette femme qui traîne son sinistre ballot de consigne en consigne et qu'on prend pour une terroriste... Cet enfant parricide et buté ou ce couple vedette des jeux télévisés qui s'... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
christinebeausson
  19 décembre 2019
Un recueil de nouvelles ne s'aborde pas de la même façon qu'un roman.
Pour moi c'est une lecture qui se doit d'être fragmentée .... elle demande du temps ne serait ce que pour intégrer chaque texte ... à moins que chaque nouvelle soit juste indigeste et sans intérêt... c'est des choses qui arrivent !
Pour ma part m'attaquant à un auteur connu et reconnu que j'apprécie dans tous les genres, je ne prends guère de risques et j'ai choisi de découvrir ce recueil en alternance avec une longue histoire.
Bien m'en a pris, la découverte du premier texte s'adressant aux rédacteurs des dépêches anonymes de l'agence France Presse, "les poissons rouges", un premier coup de poing dans la tronche avec ces mots de gamin écrits sur un cahier chaque semaine.
"Toute une année au soleil" ... claque comme étincelle sur ce que peut devenir notre vie quand elle n'est plus vraiment commune avec notre compagnon ou compagne !
"Le jeu mystère" me laisse plus septique "... je ne regarde jamais TF1 !
"L'accouchement" éveille un peu plus ma curiosité, une nouvelle publiée pour la première fois en 1989, il n'est guère question de sang mais de fake News comme ils disent maintenant.
Facile "la mort en huit chiffres".... n'apporte pas grand chose, un exemple comme un autre du chantage conjugal
"Le reflet" Texte très court, un des plus percutant .. quand un non voyant se retrouve confronté à son reflet !
"Cheval destroy" une mise en garde contre le tout électronique ..... bof
"Ils reviennent" une autre version du Paris Dakar.
"La page cornée" est un récit émouvant reprenant l'idée qu'un condamné à mort et à la torture puisse encore avoir de l'humour !
"Confidences" confidence auprès de celui qui aurait pu être un ami, une connaissance qui finit contre le mur du silence éternel.
"Les versets étatiques" des faits divers extraits mois après mois, années après années en opposition avec un commentaire présidentiel ... glaçant !
"Le fantôme de l'arc en ciel" où l'on révise l'histoire de France ... le 22 novembre 1918 ... le soviet de Strasbourg (*) !
"Les révolutions dans la révolution" ... il ne faut point croire que rien ne change ... même les statues peuvent s'effondrer !
"L'homme tronc" drôle ? Non plutôt ... humour noir il faut parfois un minimum d'intelligence pour savoir où on met les pieds !
"La carte imaginaire" ... où comment être pris au piège avec une démangeaison ou où comment on écrit l'histoire d'un héros récurrent !
"Le partage des tâches" l'administration au service de la mafia pas très original !
"Tête a tête" une histoire de tête ... sans queue ni tête !
"La révolution de Randrianantoandra" Madagascar et ses mystères .. tout restera obscur !
"Consigne automatique 548" ... une nouvelle qui est en accord avec l'actualité... encore et toujours, violence envers les femmes.
"Main courants" ou l'ode aux sportifs en chambre ... du danger du vélo !
Et c'est fini .... un bon moment!
(*)
Novembre 1918 en Alsace-Lorraine est une période de transition qui voit le retour à la France de l'Alsace Lorraine. Avant même l'armistice qui met fin à la première guerre mondiale, des troubles se produisent dans les principales villes de la région. Des conseils d'ouvriers et de soldats d'inspiration marxiste se forment à Mulhouse puis, Strasbourg, Colmar et Metz sur le modèle de la révolution allemande.
En même temps, « un Conseil national d'Alsace-Lorraine est constitué sous l'impulsion des notables, soutenus par la grande majorité de la population. le « soviet de Strasbourg » proclame une « République d'Alsace-Lorraine »,  le même jour, le socialiste Jacques Peirotes, élu maire de Strasbourg, proclame aussi la République devant la statue du général Kléber. Les « conseils » se dissolvent d'eux-mêmes après le départ des troupes allemandes, entre le 11 et le 17 novembre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
marionf
  05 janvier 2016
[note de lecture tronquée]
J'avais prévu de le lire par petits bouts quand j'en aurai marre d'un cours ou qu'il y aurai du soleil sans vent dehors. La quantité de matières à réviser ne m'autorise pas raisonnablement à en avoir marre (ou alors c'est pour descendre faire des gâteaux parce que les caractères imprimés je ne peux plus me les voir) et il n'y a pas eu de soleil sans vent dehors. C'est donc hier soir que je m'y suis mise à ce petit livre. J'avais prévu de lire quatre ou cinq nouvelles et de passer à autre chose, je l'ai lu en entier.
C'est la première nouvelle qui a donné l'impulsion, "Les Poissons rouges". Dans tous les recueils de nouvelles il y en a qui plaisent beaucoup, d'autres qui déplaisent. Ici je ne crois pas que je puisse dire que j'en ai aimé une plus que toutes les autres, "Confidences" est une perle, "Cheval destroy" est extrêmement bien trouvée, "Le reflet" je ne vous en parle même pas parce qu'en deux pages Daeninckx fait tout. Même quand on se doute de la fin, comme pour "La mort en huit chiffres" on dévore tous les mots. Il doit y en avoir deux ou trois seulement qui me m'ont pas plu, "Les versets étatiques" en particulier, et peut être d'autres dont les titres m'échappent. Même "La page cornée" qui trainait un peu a une fin magnifique, du coup j'ai culpabilisé de l'avoir lue un peu en diagonale par moments alors je l'ai relue.
Une fois qu'on est dedans l'effet pervers bien connu du "encore une" prend tout son sens. Je ne crois pas que j'aurai pu le lire en plusieurs fois. Je l'aurai refermé, éteint la lumière, puis rouvert quelques minutes plus tard en me disant que cette nouvelle sera la dernière pour ce soir.
J'ai compté 20 nouvelles sur 120 pages, certaines font deux pages, d'autres sont bien plus longues.
Sous la forme de faits divers on passe du racisme à la maison de vacances sans problème, on se laisse guider. On pourrait croire à une certaine légèreté des petites nouvelles noires mais dans chacune il y a ce petit truc qui nous renvoie à la société et à la vie actuelles, à la notion de normalité. Sont toujours mêlées réalité et fiction avec une habilité formidable. La seule exception réside dans "La page cornée" qui est un très bel hommage à Eugène Dabit et à la littérature en général.
C'est concis, rapide, surprenant, réussi.

Lien : https://troisiemesansascense..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
cdi_oehmichen
  01 juin 2015
Ce livre est un recueil de nouvelles. Certaines sont assez noires mais ont une chute surprenante et drôle. D'autres, par contre, font référence à des faits historiques de pays différents que je ne connaissais pas et je n'ai donc pas compris ces nouvelles-là. C'est pour cette raison que j'ai moyennement apprécié ce livre.
Malgré cela, il est bien écrit. On rentre dès le début d'une nouvelle dans l'histoire, les descriptions ne sont pas trop longues et parfois, l'action a déjà commencé quand on débute une nouvelle.
Tamara
Commenter  J’apprécie          00
Mlardoux
  15 octobre 2013
La nouvelle m'a plu, notamment la chute. le vieux est vulgaire, riche et raciste. Au début de la nouvelle, on ne comprend pas la colère du vieux. Puis au milieu, on remarque la véritable identité du vieux (le racisme). La chute est touchante et nous fait rire. Elle nous fait aussi réfléchir sur la discrimination.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
ZephirineZephirine   07 octobre 2020
Il m'a éjecté du lit par l'épaule, et m'a trainé sur le palier..Ma mère était en bas; elle lui criait de ne pas me faire de mal...Il a levé la cravache, celle que j'avais oubliée près de Bakchich et qui prouvait que j'étais bien là, prés du cheval quand il s'était cassé la jambe.
Commenter  J’apprécie          30
christinebeaussonchristinebeausson   18 décembre 2019
La misère naît de la misère, comme s'il était fatal que deux milliards d'êtres humains descendent les marches de l'enfer.
(François Mitterrand)
Commenter  J’apprécie          50
christinebeaussonchristinebeausson   18 décembre 2019
On ne peut pas être plus joueur que ça : miser sans marge de sécurité alors que l'on sait pertinemment que l'on va perdre !
Commenter  J’apprécie          40
cdi_oehmichencdi_oehmichen   01 juin 2015
Je le vois comme si ça se passait devant mes yeux, en train de remplir la baignoire, d'y verser l'eau et les poissons de l'aquarium et de jeter le sèche-cheveux allumé pour vérifier si le courant les tuait...(page 10)
Commenter  J’apprécie          10
MlardouxMlardoux   15 octobre 2013
"Un Noir à l'air terrible lui faisait face."
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Didier Daeninckx (41) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Didier Daeninckx
À quelques jours des municipales, le réel d'abord : Didier Daeninckx ouvre son tract Gallimard sur son déménagement : il quitte la Seine-Saint-Denis (93) pour s'installer dans le Val de Marne (94). Porteur de la mémoire de ces espaces, il revient sur les nombreux bénéfices dont ont bénéficié les mairies et les associations communistes à Aubervilliers, et plus généralement dans les banlieues rouges. L'écrivain, pour qui l'écriture reste un lieu de résistance, explore le roman fiction dans trois livres, publiés dans la collection Tracts chez Gallimard intitulé "Municipales : Banlieue naufragée" (2020), "Le roman noir de l'Histoire" (Verdier, 2019) et, paru en mars en folio Gallimard, "Artana ! Artana !". Il est l'invité de la Grande table aujourd'hui.
La Grande table Culture d'Olivia Gesbert – émission du 11 mars 2020 À retrouver ici : https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-1ere-partie/saison-26-08-2019-29-06-2020
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/¤££¤21De l'¤££¤11Facebook6khzewww2g/?sub_confirmation=1
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La mort n'oublie personne

En quelle année se passe l’histoire ?

1963
1953
1958

9 questions
99 lecteurs ont répondu
Thème : La mort n'oublie personne de Didier DaeninckxCréer un quiz sur ce livre