AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Nazis dans le métro : Une enquête de Gabriel Lecouvreur d.. (8)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  

Ajouter une critique
carre
  02 mai 2012
André Sloga, écrivain de 78 ans est tabassé et laissé pour mort pas son ou ces agresseurs. Mais, les malfaisants ont commis une boulette qui va s'avérer colossale, car Sloga est un des auteurs préférés de notre ami Gabriel Lecouvreur. le poulpe est bien décider à mettre la main sur les coupables. Même si pour celà, il doit se salir les mains avec des têtes rasées adeptes d'idées nauséabondes. Et comme Gabriel n'est jamais aussi bon que face à la bétise, il va s'en donner à coeur joie.
"Nazis dans le métro" est indiscutablement l'un des meilleurs épisodes du poulpe cher à Jean-Bernard Pouy. Dialogues ficelés, personnages bêtes et méchants que l'ami Gabriel s'amuse à bastonner pour notre plus grand plaisir (je sais, c'est pas bien, mais en même temps ce sont des nostalgiques du IIIème Reich, faut pas déconner !!!). Comme disait une ancienne pub "une petite claque aux vilaines odeurs".
Le tout est rythmé très bien documenté, l' enquête est vraiment passionnante et les moments de repit de notre héros avec sa petite Cheryl sont savoureux. Merci monsieur Daeninckx de nous rappeler que la bétise et le racisme doivent se combattre au quotidien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Schimisa
  15 septembre 2013
Un livre excellent de tous points de vue, mêlant humour, politique, ironie, philosophie... le style de Didier Daeninckx est réellement enrichissant, riche en figures de styles et sous-entendus! Un roman policier-politique incontournable
Commenter  J’apprécie          80
toto
  03 mai 2010
C'est un véritable plaisir que de lire ce très court roman. A déguster tranquillement, comme un bon vin.
Le style est plaisant, l'humour frôle l'ironie, le sujet est brûlant, les faits d'actualité. En outre la ballade dans Paris est fort agréable.
Une heureuse découverte.
Commenter  J’apprécie          60
KiriHara
  04 novembre 2016
"Nazis dans le métro" est le livre n°7 des Éditions La Baleine et, probablement, le quatrième roman de la série "Le Poulpe". Je dis "probablement" car je n'ai toujours pas compris le système de numérotation de la série.

Mais, peu importe. "Nazis dans le métro" est écrit par Didier Daeninckx. D'abord journaliste, Daeninckx se lance dans l'écriture de romans suite à une période de chômage.

Proche du Parti Communiste, Daeninckx aime dénoncer le racisme et le négationnisme, mais pas que dans ses écrits. L'homme semble à l'origine de multiples polémiques envers divers auteurs dont Gérard Delteil (je pense que le personnage de Joseph Delteil de "Nazis dans le métro" lui est destiné) ou encore Serge Quadrupanni, auteur du deuxième opus du Poulpe, "Saigne sur mer".

"Nazis dans le métro" est un très court roman mettant en scène Gabriel Lecouvreur dit le Poulpe, ce personnage atypique qui gagne sa vie en mettant son nez dans des affaires louches qu'il débusque dans les pages de son journal préféré qu'il lit tous les matins dans son bistrot favori, "Au pied de porc à la Sainte Scolasse".

C'est d'ailleurs dans ce troquet que Gabriel découvre que André Sloga, un écrivain de 78 ans, a été tabassé dans son parking sous-terrain à Paris. Pas de bol pour les agresseurs, André Sloga est l'écrivain favori du Poulpe. Aussi, ce dernier va tout faire pour découvrir qui a frappé le vieil homme et pourquoi.

L'enquête va mener le Poulpe sur deux affaires différentes, l'assassinat d'une tueuse en série et le rapprochement entre des groupuscules d'extrême-gauche et certains d'extrême-droite.

Rien d'étonnant dans les idées décrites par Daeninckx qui sont dans la droite lignée de ses obsessions et de ses combats.

Pourtant, le sujet est intéressant, résonnant dans l'actualité présente à l'heure où une partie de l'électorat de gauche qui se tourne vers l'extrême-droite.
Mais le livre est bien trop court et ce sujet aurait mérité d'être traité en profondeur mais n'est, en fait, qu'effleuré par l'auteur. On sent pourtant toute la bonne volonté de Daeninckx, mais celle-ci se confronte avec les passages obligés de toute histoire autour du Poulpe. Ces scènes, coupant la réflexion de Daeninckx, mettent alors à mal toute la partie investigation et dénonciation de l'élévation de ce drapeau Rouge-Brun que certains tentent de mettre au goût du jour.

La concision de l'ouvrage force, en plus, l'auteur à user de clichés et de manichéisme (en tout cas je mets cela plus sur le dos du format court que sur un manque de subtilité) ce qui confère, à l'ensemble, un manque évident de nuances. C'est d'autant plus vrai que l'histoire se perd entre deux enquêtes, une, subalterne autour de l'assassinat d'une tueuse en série et l'autre, centrale, autour de cette mouvance extrémiste.

L'auteur profite du livre pour régler des comptes en citant quelques auteurs et quelques politiciens dont Ségolène Royal, mais, surtout Michel Droit qui, dans le roman, prend une gifle de la part du Poulpe, pendant qu'Alain Peyrefitte, lui, reçoit un coup de pied dans les testicules, également par Gabriel.

Au final, même si le roman est plutôt bien mené, avec une écriture simple, documentée et percutante, l'ensemble est bien trop concis pour apporter le lot de réflexions qu'un tel sujet aurait mérité. Il n'en reste pas moins une histoire facile et agréable à lire mais qui ne parvient pas, pour moi, à égaler la participation de Jean-Bernard Pouy ou encore, celle de Patrick Raynal.

A noter que Didier Daeninckx est un auteur très prolifique et que dans sa longue bibliographie, il fera vivre deux autres aventures à Gabriel Lecouvreur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
quoilire
  09 mai 2014
La série du Poulpe est née de la passion d'auteurs amateur de roman de gare, rapide à lire, qui ne laisse ni le temps au lecteur ni ce dernier sur sa fin. Nazis dans le métro, 8ème Poulpe du nom, fait donc partie de la première salve de ces auteurs passionnés. Ces premiers numéros sont statistiquement meilleurs, et Nazis dans le métro contribue à élever la moyenne.

Daeninck nous propose une histoire structurée, rondement menée sans trop de violence et qui met en scène le Poulpe dans son combat favori : la guère contre l'extrémisme. L'auteur nous fait un condensé de l'histoire du nazisme et du rapprochement des partis politiques sous cet égide, et je pense que la plupart des informations sont véridiques.

Pour alléger le tout, l'auteur sème de ci de-là quelques morceaux d'humour dans les paroles.

Mais, ce Poulpe a les défauts de sa jeunesse : pas de récupération de magot pour financer l'avion, une fin en légère queue de poisson, le méchant qui s'en sort plutôt bien; l'aficionado du Poulpe trouvera quelques manquements.
Lien : http://quoilire.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MissAlfie
  05 septembre 2011
Pour découvrir la plume de Daeninckx que ma libraire m'a dit parfois difficile d'abord, Nazis dans le métro me parait un roman tout à fait conseillé. Court, il entraîne son lecteur dans une enquête qui apparaît comme simple, mais qui explorera deux pistes fort différentes tout en proposant de multiples références culturelles qui, pour le coup, ne seront peut-être pas compréhensibles de tous (j'ai moi même parfois zappé certains auteurs cités, je le reconnais, mais que voulez-vous, je ne peux point tout savoir, ma bonne dame).

Avec une écriture fluide et juste ce qu'il faut de descriptions, un peu d'action et une once de réflexion, Didier Daeninckx propose un roman noir qui s'avère finalement une réflexion intéressante sur la montée du néo-nazisme et plus généralement sur le retour en force des idées extrêmes, qu'elles soient de droite ou de gauche, qui prend d'autant plus de sens quand on se souvient que ce livre fut publié pour la première fois en 1996...
Lien : http://croqlivres.canalblog...
Commenter  J’apprécie          20
LOZAHIC
  24 mars 2017
Descente dans l'univers des extremes (gauche et droite) pour un nouvel ordre europeen rampant.
Commenter  J’apprécie          00
Mana_
  01 mars 2015
Un personnage survolé mais compréhensible, une intrigue longue à démarrer et qui se termine sur un fin brutale, je suis trop mitigée quand à sa lecture. Peut-être est-ce du à la longueur du livre ou au fait que ce soit un policier. Je donnerai une chance à un autre livre de cet auteur, pour savoir.
Lien : http://la-riviere-des-mots.b..
Commenter  J’apprécie          00
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La mort n'oublie personne

En quelle année se passe l’histoire ?

1963
1953
1958

9 questions
88 lecteurs ont répondu
Thème : La mort n'oublie personne de Didier DaeninckxCréer un quiz sur ce livre