AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de everalice


everalice
  27 février 2014
J'ai eu un peu de mal à entrer dans le roman, disons les cinq ou six premiers chapitres. Alex, l'héroïne, ne me parlait pas vraiment, sans doute à cause de son côté très moderne et donc très atypique, avec cette sensualité débridée assortie à un très jeune âge, ce qui me semblait un peu forcé. Quant à Collin, je le trouvais très effacé - sans doute parce que c'était le début de roman.
Je me suis sentie vraiment intriguée à partir de leur rencontre dans le cottage d'Alex, à vrai dire pile au moment où les choses "sérieuses" se mettent en place.
C'est très curieux comme peu à peu la sympathie, la curiosité et l'intérêt m'ont saisie pour ne plus me lâcher !
Alex s'est révélée comme une jeune femme d'un naturel confondant, attendrissante avec son besoin d'amour et de reconnaissance. Quant à Collin, son côté grande bête écossaise pleine d'honneur et de passion m'a carrément fait chavirer. L'originalité de ce personnage réside aussi dans sa particularité sociale, puisqu'il n'est issu ni de la noblesse, ni d'un milieu particulièrement favorisé : fils bâtard d'un noble anglais et d'une couturière écossaise, il s'est fait seul, après avoir reçu de son père un petit domaine qu'il exploite en élevant des chevaux. Ce côté vrai transparaît souvent chez Collin , car il gère son activité comme un véritable éleveur fermier le ferait, sale, fatigué et passionné.
Je suis du coup très heureuse d'avoir su apprécier cette histoire plutôt simple, mais finalement plus "ramatique qu'il n'y paraissait, puisque l'incompréhension et les malentendus jalonnent pendant de longs chapitres les relations entre Alex et Collin.
J'adore que les héros se fassent un peu souffrir avant de s'avouer vaincus !
Lien : http://leslecturesdeveralice..
Commenter  J’apprécie          10



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (1)voir plus