AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 235453034X
Éditeur : Sefraber (15/04/2014)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Dans les dernières décennies du XIXe siècle, une jeune Juive native de Ghardaïa, et un jeune musulman mozabite décidèrent de se marier envers et contre tous. Le couple eut une seule fille qui épousera un colporteur kabyle d'huile d'olives et de figues sèches.
Le marchand et sa femme s’établirent non loin de Bejaia, dans la vallée de la Soummam. Au début des années 50 du siècle dernier, leur fille, à 30 ans, se maria avec un Kabyle, ancien militaire d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
MicheleP
  30 avril 2014
C'est sa Kabylie natale, que fait vibrer Jibril Daho dans une fresque historique couvrant quatre générations, du premier quart du vingtième siècle à nos jours, à travers l'histoire étonnante - mais non impossible – de trois femmes transmettant leur judéité, au sein de familles musulmanes, à leur fils, petit fils et arrière petit fils, destiné, dans l'ignorance de ses origines, à devenir imam.
Sujet émouvant, empreint d'une rude tendresse et d'une grande tolérance, qui devient vite prétexte à comparer la force de deux rites, la similitude des fêtes coutumières et religieuses, et à confronter les traditions berbèro-musulmane et juive sur le mariage, les accouchements, les circoncisions, les rites mortuaires, suffisamment proches pour que la supercherie soit possible. Mais prétexte aussi, de façon presque jubilatoire, à évoquer les coutumes anciennes de ce monde disparu.
C'est avec une sorte de gourmandise que Jibril Daho fait revivre cette Kabylie traditionnelle - tatouage des femmes, vieilles accoucheuses et corde des naissances, architecture des villages, jarres d'huile enterrées dans le sol des chambres, tissages symboliques, vie sociale autour des sources, nourritures et fêtes - comme il fait revivre, avec un vrai regard de sociologue, les coutumes juives sépharades et celles, encore plus pudiques et rigoristes du Mzab, où les deux amants rebelles qui ont fondé cette histoire, une enfant juive et un jeune musulmans, ont découvert leur amour dans les étroites rues ombreuses de Ghardaïa, avant d'en être bannis pour toujours.
Sur fond d'histoire esquissé, du décret Crémieux à l'exil des juifs, de la colonisation à la guerre d'indépendance, des persécutions administratives à la montée du fondamentalisme islamiste, c'est un hymne d'amour à cette terre de pâturages à l'herbe grasse au printemps, aux « jardins touffus et [aux] petits oueds muets », avec ses ravins profonds, ses lentisques, ses oliveraies et ses figueraies, ce pays où les femmes étaient sages et moqueuses et où les hommes, bien que farouches, avaient « la pudeur des gens sans malice ».
(Critique ou citation ? Ceci est la préface que j'ai écrite pour ce livre d'un ami et me semble la meilleure présentation que je puisse en faire)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
macjak
  20 juin 2014
« Après l'annexion totale du Mzab en 1882, les juifs auraient pu, à l'instar de leurs coreligionnaires du Tell, demander et obtenir la citoyenneté française, pourtant ce ne fut pas le cas. Suivant leurs préceptes religieux, ils préféraient continuer à cultiver leurs coutumes et traditions. Il y avait deux autres raisons importantes qui justifiaient leur réticence : ils n'étaient guère emballés à servir dans l'armée, et ils tenaient absolument à rester solidaires du destin de leurs voisins musulmans. Même après la loi Lamine Gueye du 7 mai 1946, attribuant la citoyenneté française à tous les ressortissants de l'Outre-mer français, ils avaient conservé leur statut personnel. Pour obtenir le statut de droit civil français, ils auraient dû accomplir une démarche individuelle de renonciation au statut personnel, exigée par la constitution. Les Juifs de Ghardaïa s'entêtèrent à refuser, et aussi paradoxal que cela puisse paraître, vécurent indigènes sous le statut civil mosaïque jusqu'à la fin de la guerre d'Algérie en mars 1962. »
C'est dans ce monde à part de Ghardaïa « austère et attachant » que naissent les amours enfantines de Mansour le Mozabite-ibadite et de Soltana la Juive. Dans cette communauté fermée, en effet, les enfants des deux religions partageaient leurs jeux et leurs ris, ne se séparant dans une intransigeance rigoriste qu'à l'âge adulte. Il se trouva que l'amour de deux enfants ne s'éteignit pas. Soltana et Mansour s'enfuirent, Mansour fut à jamais banni par sa communauté. Daho développe ensuite ce thème, la fille du couple maudit épouse un colporteur kabyle et part s'établir dans le village de son époux, la fille de ce couple, marié elle aussi en Kabylie, découvre auprès de sa mère et de sa grand-mère sa judéité, qu'elle cherche à retrouver en observant les rites hébraïques. Tout ceci permet à l'auteur de comparer les deux observances, musulmane kabyle et juive ghardaïenne, montrant avec finesse comment l'amour d'un même dieu unique est célébré dans des traditions légèrement différentes, assez proches cependant pour n'éveiller aucun soupçon. Ecrit par un musulman, le roman apporte une grande leçon de tolérance, sa thèse étant « Dieu est unique, peu importe le rite selon lequel on l'adore ». Thèse révolutionnaire pour tous les esprits dogmatiques.
On peut aussi apprécier dans ce livre la peinture de deux mondes ruraux (le Mzab et la Kabylie) et de leurs coutumes aujourd'hui disparues. « Autre temps, autres moeurs » se plait à dire l'auteur : l'ouvrage est en effet très documenté, au niveau des coutumes, au niveau historique et surtout au niveau religieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
achour06
  01 mai 2014
Cela relève de l'art ,une narration avec un style vivace qui tient le lecteur en haleine ,et fait vivre par l'imagination un segment de l'histoire combien émouvante d'un passé oublié ,et qui est ressuscité en oeuvre romanesque ,prouve une fois de plus le génie de Mr Jibril Daho un auteur qui sait faire rêver ,bravo et bonne inspiration pour d'autres roman.
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
MichelePMicheleP   22 avril 2014
En ces temps de mœurs austères en Kabylie, chanter ou jouer de la musique en public était inconvenant et synonyme de mœurs dissolues. Mohand était animé de la plus saine morale, et ne transigeait jamais sur ses principes. Considéré et respecté dans sa tribu, il tenait à la tradition stipulant que seules les fêtes soient animées de musique et de danse. C’était donc dans l’anonymat, lors de ses pérégrinations, qu’il s’adonnait à sa passion.
Les rétifs qui s’écartaient des chemins battus, et qui divertissaient les clients de bars de Bougie, étaient voués à l’échec. Marginalisés, ils ne retrouvaient plus place honorable dans la société.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
catherinebabou50catherinebabou50   31 décembre 2015
Je voudrais souligner, la richesse du vocabulaire utilisé par l'Auteur. Il magnifie l'ouvrage. Signaler également la présence de précieuses annotations en bas de chaque page pour la bonne compréhension du texte, elles sont indispensables. Jibril Daho nous fait don d'une très intéressante analyse : socioculturelle, politique, spirituelle et psychologique. Il évoque magnifiquement à travers les époques, l'incroyable destin de couples judéos musulmans et le cheminement douloureux de trois femmes juives par filiation maternelle, dont l'existence est régentée par une sorte d'exil pieux parfaitement assumé mais au prix d'une discrétion absolue puisque vivant en terre d'Islam. Les paysages sont superbement décrits. Les portraits des personnages sont remarquables. L'histoire au fil des pages se déroule en Kabylie orientale, contrée d'Algérie, pays et région tourmentés par de nombreux conflits et l'obstination à préserver sa propre culture sociétale. Ce livre est passionnant et troublant. J'ai vraiment adoré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
autres livres classés : Kabylie (Algérie)Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox




Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
il était Zen
Catholique

11 questions
975 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre