AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Julien Daluis (Autre)
EAN : 9782848868394
157 pages
Éditeur : Lucien Souny (15/01/2021)

Note moyenne : 4.29/5 (sur 7 notes)
Résumé :
François Guéronce vient d'être nommé responsable de la protection de l'enfance. Si cette promotion récompense ses valeurs et son travail, il la doit également à sa femme et à ses parents, pour leur disponibilité et leurs sacrifices.
Le flot d'histoires tragiques que son nouveau service charrie le conduira vers la famille Lagonie, dont le quotidien repose sur la capacité de débrouille du père, qui a le cœur au bord des coups et la mère, globalement dépassée. L... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Cannetille
  02 février 2021
François Guéronce vient d'être nommé responsable de l'aide sociale à l'enfance de son département. Parmi les douloureuses histoires qui se présentent à lui, celle de Lili Lagronie, treize ans, ne tarde pas à occuper le premier plan de ses préoccupations. Bien vite impliqué au-delà de ses strictes obligations professionnelles, il est loin de se douter de la tourmente qu'il s'apprête à affronter…

La plume est incisive et sans concession : très vite se dessine un univers entravé par le poids d'une administration sclérosée par les ambitions politiques et électorales, où les responsabilités se diluent et se défaussent face à une montagne de dossiers traités dans l'urgence, l'impuissance et une forme d'indifférence bureaucratique. Censée pallier des insuffisances familiales, la machinerie étatique de l'aide à l'enfance en arrive à se montrer parfois pire que le mal à traiter, broyant enfants, parents et travailleurs sociaux dans la brutalité de rouages manquant singulièrement d'humanité.

« Vous verrez, vous n'en sortirez pas indemne, si je puis dire, monsieur Guéronce. » Cette phrase prémonitoire lors de la prise de fonction du narrateur prend peu à peu toute sa saveur, ironique et amère. Si l'histoire de Lili et François s'aventure jusqu'aux extrêmes de l'absurdité et de l'inanité du système, le texte paraît marqué d'un réalisme à faire froid dans le dos. En dehors du seul personnage bien décidé à profiter cyniquement des failles institutionnelles, tous les protagonistes, englués dans leurs propres contradictions et malgré toute leur bonne volonté, se retrouvent victimes malgré elles d‘une sorte de monstre qui les dépasse. Pris avec eux dans ce tourbillon destructeur, le lecteur refermera la boucle du récit dans le même état de choc que l'entourage de Lili et de Guéronce. Coup de coeur.

Lien : https://leslecturesdecanneti..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8112
SamDLit
  15 février 2021
Court roman qui casse et qui fracasse. L'auteur prévient dès l'entrée. "Je revois son bureau ---- son regard sourcilleux et sa dernière phrase, surtout, avant de refermer la porte: vous verrez, vous n'en sortirez pas indemne, si je puis dire, Monsieur Guéronce" - et pourtant comme François, nous y allons, si pas gaîment, hardiment, la fleur à la boutonnière et quelques larmes au bord des paupières, avec notre boîte de kleenex si nécessaire, on se croit prêt.
En pleine face, nous la prenons la réalité du terrain, les témoignages des enfances saccagées par les adultes. Tout comme Lili, Mélody et François, nous découvrons l'envers du décor d'un Alice au pays monstrueux des abus de tous genres, atroces, mutilants, des placements arbitraires, des erreurs de jugement, des restrictions budgétaires. Traversée du miroir qui fracasse, 7 ans de malheurs aux bas maux.
Fracassés dans ce récit, les 'héros':
* les Lagronie: du plus petit au plus grand et surtout Lili et puis Mélody et Eddy et puis les 2 garçons aussi, gens du voyage, gens des caravanes, gens pas recommandables, condamnés par avance à être broyés par le système de l'aide à l'enfance
* les Guéronce: François en premier, gendre idéal, mari, père de famille, propre sur lui, au parcours classique, à la carrière exemplaire, promu à un bel avenir (qui finira par succomber au canapé, c'est une autre histoire dans l'histoire) - il va se la prendre en pleine face cette réalité du quotidien et comme un boomerang reviendront aussi ses erreurs et lâchetés de jeunesse, entraînant avec lui Emilie et leurs deux petites filles, dégâts collatéraux, boum, famille détruite.
* La grande famille des fracasses politiques, elle, elle s'en sort, pot de terre, bras de fer qui rouille n'amasse pas mousses, les feuilles tombent, hécatombes mais qui pourra leur faire recracher leurs vivats ?
Un récit réaliste, humaniste, naturaliste, poétique, noir, blanc, gris sale, colorés éclats - et comme les images se forment très bien toutes seules dans la tête, je rajouterais presque scénaristique en plus de 'thrillitistique' (ne cherchez pas, ce terme n'existe pas).
De cette histoire, personne ne sort indemne. Ni les protagonistes, ni le lecteur. J'en sors péniblement, assez fracassée également.
Roman court inclassable qui casse mine de rien et transporte dans son monde telle une Alice aux pays des adultes monstrueux et de certains départements d'aide à l'enfance. Traversée périlleuse d'un miroir, 7 ans de malheur aux bas maux/mots ou 150 pages d'un bonheur heurté de plein fouet - Clac / Clap / ApplauSsss
Pour compléter ce panoramHic, je rajouterais premier roman, classé thriller, avec quelques délits mineurs: virages limites 720° par endroits et accélérations rapides dans la conclusion. [Délits non initiés]
Mineurs, donc, circulez-y, sans trop vous y fracasser.
Pour ma part, je guetterai cet auteur sur son prochain trajet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
pbrient
  25 février 2021
Quand François Guéronce, responsable de la protection de l'enfance, croise le destin de la famille Lagronie, des gens du voyage... Julien Daluis dont je découvre l'écriture, nous emmène dans l'univers de l'aide social à l'enfance(ASE). Sous couvert d'un roman noir il dépeint son activité, ou plutôt son combat, et celui des travailleurs sociaux aux pouvoirs limités pour appliquer les délibérés du juge pour enfant, entre les décisions hiérarchiques et politiques. C'est la triste réalité des conditions de travail de tout ce personnel, qui, avec le peu de moyens, une surcharge de travail abyssale, gèrent au quotidien des situations compliquées. Leur mission est d'améliorer le quotidien de l'enfant, prendre les bonnes décisions, éviter le pire parfois. Ça c'est le côté pile de son récit. le côté face, c'est le terrain. Il avait une vie bien rangée, une famille, des amis une magnifique femme et deux filles. Jusqu'à sa nomination comme cadre à l'ASE. Il va prendre en charge le dossier Lagronie dont le père, au casier judicaire aussi long qu'un jour sans pain, est accusé de maltraitance sur ses 4 enfants et notamment sur la plus grande, Lili. Je m'y suis attaché à cette gamine qui n'a pas choisi ses parents mais qui les aime et surtout aime sa liberté dans son camp de caravanes. Mais voilà rien ne va se passer comme dans les livres de droit, François Guéronce va remuer la poussière et découvrir ce qu'il y avait caché en dessous, à sa perte ! J'ai passé un magnifique moment, trop court, un formidable roman noir écrit tout en délicatesse, poignant, captivant, maîtrisé et d'une tristesse singulière. On ne peut être qu'impuissant mais pas indifférent. Un auteur qui mérite d'être mis en avant et que je vais suivre.
Lien : https://www.facebook.com/phi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
purgi89
  28 janvier 2021
Il est rare que je commence un livre dès sa réception à part si je suis fan de l'auteur. Ici, ce n'est pas le cas étant donné que ce roman est le premier de Julien Daluis mais le résumé m'a de suite interpellé.
François Guéronce commence tout juste son nouveau rôle de Responsable de la protection de l'enfance. Pour ce poste il faut avoir le coeur bien accroché et surtout savoir faire la part des choses et compartimenter sa vie professionnelle et sa vie privée. Mais François sait aussi qu'il est sur un siège éjectable, car de nouvelles élections vont avoir lieu et un changement de direction est plus que probable. Petit à petit, semaine après semaine, François va s'éloigner de sa famille et de ses amis et tomber dans la dépression. Surtout quand sa route va croiser celle de Lili et de sa mère. Alors quand le passé resurgit de plein fouet, le drame n'est plus très loin.
Julien Daluis grâce à cette histoire met en lumière les lacunes de la protection de l'enfance et des centres d'accueil pour jeunes en difficultés, histoire de politique, de gros sous et finalement de services qui aux yeux des politiques ne sont pas très intéressants et surtout ne rapportent rien financièrement. Il dénonce les carences de la société à l'égard des enfants en difficultés, manque de moyens, manque de personnel, manque de place dans les centres d'accueil et surtout le manque d'écoute de la direction.
L'auteur nous offre un roman noir, dur et tellement réaliste que ça en devient glaçant. Une histoire glauque qui malheureusement n'aura pas de happy end. Pour un premier roman, je trouve qu'il est particulièrement réussi.
J'aurais néanmoins un petit bémol, la taille de la police qui est extrêmement petite. Étant donné que le roman est très court, 159 pages, je pense qu'il aurait été bien d'agrandir un peu la taille.
Lien : https://livresaddictblog.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
dujardinso
  19 mars 2021
Je me demande encore pour quelle raison j'ai acheté ce livre, Fracassés, premier roman de Julien Daluis.
Sans doute parce qu'il est court (150 pages environ), sans doute parce que la couverture m'a interpellée et la quatrième intriguée.
Je viens tout juste d'en terminer la lecture et c'est un véritable uppercut. Ultra-réaliste et plein d'humanité, ce thriller amer nous emmène sur le terrain de la protection de l'enfance, de ses lourdeurs administratives et de ses enjeux politiques.
Court et intense, ce roman va vous bouleverser. L'auteur, d'une plume incisive et sans concession, nous raconte une histoire qui a, ou qui va, sans doute existé/exister un jour.
"La vie, c'est idiot et parfois, c'est pire que la mort". Voici la phrase qui me vient en tête au terme de cette lecture, âpre et difficile.
Un roman que je déconseille aux lecteurs sensibles aux maltraitances des enfants, mais que je pense essentiel tant il dénonce.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
CannetilleCannetille   02 février 2021
Je tente de l’appeler et entends, à travers le volet fermé de notre chambre, la sonnerie de son portable. Elle raccroche. Je tente une nouvelle fois. Répondeur. Je n’ai pas le coeur d’enfoncer la porte et, de toute façon, je n’en ai pas la force. Et puis il ne vient à l’idée de personne de vouloir raccrocher un fruit mûr à sa branche quand il est tombé.
Commenter  J’apprécie          170
SamDLitSamDLit   15 février 2021
D'un ton austère, mon interlocutrice m'indique que ses équipes font face à des enfants aux parcours parfois complexes, dégénérant en situations abrasives qui rendent difficiles la singularité et l'équité des interventions éducatives, provoquant des tensions palpables dans les habitus professionnels et nécessitant la refonte d'un cadre contraignant difficile à asseoir
[ - le langage clair de l'administration - ]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
QuandOpheLitQuandOpheLit   27 janvier 2021
Je pense aux mots de mon formateur : "La protection de l'enfance, c'est comme la salade d'endives. On peut vous en parler pendant des heures, mais tant que vous n'y avais pas goûté, vous ne savez pas si vous en supporterez l'amertume."
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : thrillerVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2082 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre