AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur La Horde du Contrevent (430)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
fnitter
  16 mars 2013
Donnez-moi de la terre à contrer.


Ce n'est pas la première œuvre de l'auteur, mais probablement la plus connue et en tout cas celle qui a eu le plus de succès. Publiée en 2004 elle a obtenu le grand prix de l'imaginaire en 2006.


C'est l'histoire de la 34ième horde du contrevent, racontée essentiellement par Sov le scribe et composée de 23 membres, organisée en troupe quasi militaire et hiérarchisée. le Fer, le Pack et les Crocs. Leur but ? De l'extrême aval, remonter, à pied, vers l'extrême amont, connaître les trois dernières des neuf formes de vent et avec cette question qui revient sans cesse : Pourquoi ? Pourquoi la horde, pourquoi le vent souffle-t-il ?
Au début du livre, notre 34ième horde contre déjà depuis 28 ans et elle n'est qu'au début de ses véritables épreuves.


On peut laisser de côté la forme un peu déroutante (numérotation de page inversée, sigle attribué à chaque membre de la horde servant à identifier qui parle ou raconte, pas de lexique pour un nouveau vocabulaire riche et exotique, voire mystique) pour se concentrer sur l'intérêt de l'histoire.


On m'a dit de m'accrocher les 70 premières pages, mais moi j'ai adhéré dès le début à cette troupe, me laissant emporter, sans parfois comprendre tout ce que je lisais, mais m'accrochant à cette dynamique de groupe. Le but de leur vie a-t-elle un sens ? En tout cas elle a une valeur, venant du combat, du rapport physique qu'ils ont avec le vent.
Ce combat, ce combat ultime, cette volonté d'aller jusqu'au bout. Cette quête, cette formidable et époustouflante quête où l'on souffre avec la horde, où l'on meurt avec elle dans sa lutte contre les vents, la poursuite qui cherche à l'éliminer, ces chrones, (forme de vie, concept phénomène naturel ?) jouant avec le temps, les sens et l'espace. Cette lutte de tous les instants, dans le désert, dans l'eau, dans la Norska, mortelle et glaciale...


On ne ressort pas indemne de cette histoire. Exceptionnel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          25134
steppe
  06 mai 2011
Ce jour là Mr Damasio, j'arpentais comme une âme en peine les rayons hétéroclites de ma librairie préférée.
Car j'étais en quête moi aussi... Comme chaque homme un jour ou l'autre peut l'être... Qu'il s'agisse de survie ou de simplement retrouver goût à un plaisir simple qui s'évertue à nous échapper...
L'origine du vent pour certains, le plaisir de lire pour d'autres.... Les enjeux pensez-vous, ne sont pas les mêmes, lorsqu'il s'agit du destin du monde ou de sa propre "petite trajectoire"... détrompez-vous! le tout est dans l'espoir que l'on investit... Et un homme heureux, satisfait, comblé dans sa recherche individuelle d'une route à suivre, alors, sera plus apte à une destinée universelle...

Lorsque lire mais plus encore, lire du jamais lu, lorsque notre quête ne se dirige vers rien d'autre que l'étonnant, l'inexploré, la révélation d'un genre, une approche encore inconnue, alors, rapidement, on tourne en rond, on s'exténue à retourner inlassablement vers nos premières découvertes littéraires pour essayer, le temps d'un livre, de retrouver notre capacité à s'étonner et à s'émerveiller...

Depuis quelques temps déjà, aucune lecture ne trouvait grâce à mes yeux... Je commençais chaque jour un ouvrage nouveau et chaque jour l'abandonnais... Chaque 4ème de couverture était la promesse enivrante d'une découverte fabuleuse, d'un voyage hors du commun...
Mais chaque première page, à peine lue, démystifiait de façon impitoyable mes attentes de renouveau et de découverte...
Je commençais à me croire trop exigeante. Et m'accablais de reproches quand à mon incapacité à m'enthousiasmer pour quoi que ce soit...

Ainsi donc, ce matin là, je déambulais parmi les rayons bigarrés de cette grande librairie où je me sentais perdue et à l'affût presque désabusé de ce livre particulier qui enfin, me redonnerait le goût des mots et des histoires...

J'essayais vainement de me détourner de la fantasy que j'explorais depuis 5 ans déjà... Et là, en tête de gondole des nouveautés, un livre peu coloré, sans rien de plus pour attirer l'oeil qu'un bandeau rouge annonçant un "grand prix de l'imaginaire", un poche, grisâtre et peu attrayant.
Mais, allez savoir pourquoi, c'est vers lui que je me dirigeai alors que les prix depuis longtemps déjà n'étaient plus pour moi gage de qualité.. Je le pris, le caressai, lus la 4ème de couverture et l'ouvris à la première page....
Et c'est là que se produisit le miracle car voici ce que je lus :
" A l'origine fut la vitesse, le pur mouvement furtif, le "vent-foudre".
Puis le cosmos décéléra, prit consistance et forme, jusqu'aux lenteurs habitables, jusqu'au vivant, jusqu'à vous.
Bienvenue à toi, lent homme lié, poussif tresseur de vitesses."

Ces quelques mots me cinglèrent l'esprit et me transportèrent jusqu'à me laisser pantelante du désir amorcé d'aller plus loin dans ce phrasé si plein de promesses...Je rentrai chez moi impatiente et néanmoins hésitante... Et si je m'étais trompée ?
Si cet ouvrage, comme les autres, n'était qu'un mirage de plus, une autre promesse non tenue?..

Mais je commençai et bientôt je compris que je ne m'étais pas trompée...
Chaque page, chaque ligne lues étaient comme un nectar, une bouffée d'oxygène, un délicieux sursaut sur mon chemin de lecture... Un moment de grâce, si rare, si exaltant, si généreux et si riche!!!
Caracole m'étourdissait et me laissait après chacune de ses interventions dans l'extase du beau mot, de la belle phrase et du propos joyeux du saltimbanque généreux et érudit.
Sov m'expliquait, sans m'ennuyer jamais, les particularités de cet univers à la fois menaçant et passionnant dans lequel je finis par me projeter en toute confiance...
Même Golgoth et sa cruauté toute bestiale, son animalité dédiée à l'aboutissement de sa quête, aveugle et brutale... Grossière aussi mais tellement touchante....
Et Pietro, le prince déraciné, son élégance aussi bien dans l'attitude que le propos...

Et Coriolis, Talweg ou Aoi Nan....

Je me jetai à corps perdu dans l'aventure et luttai contre les vents furieux....Je m'esquintai comme ceux de la Horde à chercher une route praticable et à aller au plus loin de mes capacités....
Je pleurai, le moment venu, le destin de Steppe....
Je me délectai de chaque touche de poésie, de philosophie, de voyage et de découverte, de réflexion toujours judicieuse.
Je m'ébahis devant la justesse du dosage...
Et plus que tout, je savourai le langage, l'habileté du mot, de l'expression. Tout était prétexte à extase pendant cette lecture.
Puis, vint le mot de la fin...

Et avec lui, le sentiment d'une perte immense...Alors, je commençai mon travail de deuil. Je parlai de la Horde à quiconque voulait bien m'écouter... Je postai sur chaque forum une critique malheureusement très en dessous de ce que je ressentais...
Je pris le pseudonyme de Steppe sur mon forum préféré...
Mais, quoi que je fasse, reste en moi comme un sentiment confus de perte et de vide....
J'ai eu besoin de plus d'un mois avant de pouvoir ouvrir un autre livre....
Alors, Mr Damasio, entre vous remercier et vous maudire, je ne sais que choisir....

Merci, merci mille fois pour cette oeuvre généreuse, atypique et si aboutie...
Merci pour mes larmes glacées versées dans la Norska, de joie comme de tristesse.
Merci pour cette grâce offerte à mon âme blasée.
Merci pour cet amour du mot juste et pour mon intérêt enfin renouvelé...
Merci pour Golgoth, Pietro, Sov, Caracole, Erg, Talweg, Firost, L'Autoursier, Steppe, Arval, le Fauconnier,
Horst et Karst,
Merci pour Oroshi, Alme, Aoi nan, Larco, Léarch, Callirhoé, Boscavo, Coriolis et Sveziest...
Merci pour moi Mr Damasio... Et ce mouvement insufflé à ma curiosité...

Mais je vous maudis pour ce sentiment d'inachevé qui me colle à la peau depuis la dernière(la première?) page tournée de la "Horde".
Je vous maudis de m'avoir donné le meilleur et ainsi d'avoir relevé le niveau de mes exigences....
Je vous maudis de m'avoir laissée orpheline d'une famille que j'avais faite mienne...
Je vous maudis d'avoir annoncé une suite à la "Horde"....

Depuis, à nouveau, j'erre dans les rayons de ma librairie préférée... Toujours en quête...
Et je vous cherche, Mr Damasio, je vous espère....
Je scrute l'horizon en quête du chrone dans lequel je pourrais m'oublier et me déliter jusqu'à me renouveler...
Mon "Vif" vous appelle et vous attend.

Vous m'avez laissée là, ébranlée, essoufflée, haletante, presque suffocante.... Orpheline et désemparée, je continue à chaque lecture à rechercher ce merveilleux instinct du mot et de l'histoire...
Et chaque lecture me ramène à vous et à ma frustration...
Mais aussi, vous m'avez donné le goût de la quête....
Et la certitude d'un espoir possible.
Et chaque livre ouvert, chaque première page est une promesse....
Grâce à vous....
Merci Mr Damasio.... et pour finir, pour ceux qui savent :
"N'acceptez pas que l'on fixe, ni qui vous êtes, ni où rester. Ma couche est à l'air libre. Je choisis mon vin, mes lèvres sont ma vigne.
Soyez complice du crime de vivre et fuyez ! Sans rien fuir, avec vos armes de jet et à la main large, prête à s'unir, sobre à punir.
Mêlez-vous à qui ne vous regarde, car lointaine est parfois la couleur qui fera votre blason." .....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20525
Wiitoo
  11 août 2014
Vous lecteurs !!! Vous comptez lire la Horde du Contrevent ? Et vous pensez pouvoir le faire tranquillement sans efforts ? Assis sur votre canapé en sirotant un petit jus alors que le pack contre pour survivre à la trace ? Mouhahahaha, je rigole !! Vous êtes naïf. Ce ne sera pas si simple. La Horde ça se mérite !

Vous voulez être des leurs ? Alors préparez-vous à souffrir. Il vous faudra d'abord passer le premier cap des 100 pages en acceptant de ne pas tout comprendre. En acceptant ces étrangers dont on ne sait rien. Puis, pour ne rien arranger, il y a ce texte compliqué, rempli à chaque page de mots inconnus et qui ne veulent pas toujours dire quelque chose. Il faudra également faire avec une numérotation des pages inversée. Après avoir tourné la première il est indiqué 615 ouch. Et enfin, pour rien arranger, à chaque page il y a un mot partiellement recouvert de symboles qui oblige le lecteurs à une attention particulière.

Si vous arrivez à contrer les 100 premières pages, les membres de la Horde commenceront à vous respecter. Ils vous ferons une petite place dans leur groupe et vous permettront au fil des 100 pages suivantes de faire connaissance, de prendre conscience d'être face à un groupe exceptionnel. Ils sont 23, les meilleurs ! Ils ont trois ans d'avance, depuis leur départ de l'extrême-aval, sur toutes les autres Hordes de l'histoire et comptent bien augmenter cette avance.

Vous avez encore du mal ? Revenez aux premières pages. Les symboles dessinés pour chaque membre de la Horde correspondent à la personne qui conte l'histoire tout au long du livre. Chaque fois que vous voyez un symbole au début d'un paragraphe cela indique qui parle. (La page Wikipedia sur la Horde du Contrevent est ton ami :-)).

C'est bon, vous y êtes, vous aller pouvoir tracer avec eux. Vous faites partie du pack maintenant et il est temps de se jeter à l'eau, de vivre des émotions intenses à travers cette quête épique. Puis il vous faudra sortir votre doudoune, plus loin, pour continuer l'aventure jusqu'à l'extrême-amont.

Un livre unique, exceptionnel, original mais très dur à lire. Personnellement la partie métaphysique, les vifs, les chrones, autochrones etc, m'a vraiment gêné. Un peu "Too much" et un peu lourd. Pour le reste j'aurais vraiment mis la note maximum.

Certified "cloques aux pieds garanties" by Wiitoo Takatoulire.
Note 4/6
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1258
finitysend
  29 décembre 2014
Un texte excessivement maniéré , inutilement compliqué , à la limite de l'insipidité et dont le nombre de commentaires positifs ne me semble pas objectif .

Cette aura laudative qui entoure ce texte me semble plutôt relever de l'hallucination collective et d'un engouement convenu , que d'une véritable description objective de l'aspect « Himalayiennement » éprouvant que constitue la lecture de ce texte à la complexité sadomasochiste .

Prévenons donc les lecteurs naïfs et confiants que la forme de ce roman est complètement absconse et aussi complétement aussi pénible , que inutilement ampoulée . Elle est même violement ampoulée je dirais …

Une fois que l'on a posé le caractère fondamentalement chiant de ce texte , on pourra gloser et souligner que l'univers est puissant et prenant , c'est vrai .
Mais bon , ce n'est pas une raison pour passer de nombreuses heures à se prendre la tête avec un texte gonflant qui accouche d'une sourie finalement …

Une troupe avance sous le vent , trois pages plus loin elle parvient à planter un piolet , et 10 pages plus loin , elle en plante un deuxième , entre deux vous avez le Guinness des records de calembours et autres jeux de mots , avec un personnages qui s'accroche en s'efforçant de garder son bonnet en évitant de décoller avec lui , sous l'impact des vents , décidément très « venteux « .

Finalement l'action ,paradoxalement statique de ce texte sous le vent , qui décoiffe et qui gonfle , ne parvient pas à masquer qu'il n' est fondamentalement , qu'une longue suite de calembours édifiants plutôt réussis , que l'auteur aurait peut-être dû présenter sous la forme d'un dictionnaire ou bien d'une anthologie …

Long , chiant , pénible et c'est une véritable ascèse que d'aller jusqu'à la fin … voilà ….

Pour ce qui est du nombre de critiques favorables à droite à gauche , vous me direz , « mais regarde il est encensé » , moi je vous demanderais pourquoi les critiques négatives de ce trésor national ampoulé , ne passe jamais l'hiver et sont obstinément effacées sur certains sites marchands , …

Bon je ne vais pas en faire un plat , mais j'aurais quand même eu l'obstination , l'outrecuidance , de souligner le caractère «Dantesquement abscontèsque « de cette aventure gonflante et un peu trop gonflée , toutes voiles aux vents bruyants et biens pratiques finalement …

Bon , c'est promis , si vous allez jusqu'au bout et que du coup , vous auriez réussi à ne pas oublier le début , c'est promis , : vous aurez votre diplôme d'intellectuel chevronné …

Sur ce , bonne lecture de la horde , et bonne année à tous ….
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          105127
Marple
  10 mai 2014
Quelle horde, quelle quête et quel livre ! J'ai adoré, tout simplement.

Je ne suis pourtant pas une lectrice régulière de science-fiction, loin de là : passés les incontournables comme Dune ou le Seigneur des Anneaux, deux sagas qui m'ont enchantée et profondément marquée (pour preuve, je récite par coeur la litanie Bene Gesserit contre la peur), je ne connais rien au genre, n'ai jamais compris les subtiles différences entre fantasy, fantastique et autres littératures de l'imaginaire, et ne m'y intéresse pas outre mesure. Là, j'ai su dès la 3ème page que La Horde du Contrevent allait m'embarquer dans une magnifique aventure.

Parce qu'il y a beaucoup de vent dans ce livre, mais plus encore de souffle ! Grande épopée, roman d'initiation, carnet de voyage, récit philosophique, histoire d'amour et d'amitié, il emprunte à tous les styles pour raconter le destin de la 34ème Horde du Contrevent. La Horde du Contrevent ? C'est un groupe de 23 individus aux talents divers et complémentaires formés dès l'enfance à contrer le vent en marchant, dans l'espoir d'atteindre un jour l'Extrême-Amont, le point d'origine des vents. C'est donc Golgoth, le Traceur, autrement dit le chef et la brute. Mais aussi Sov le Scribe humaniste, Erg le combattant-protecteur, Oroshi la brillante aéromaitresse, le virevoltant et inconstant troubadour Caracole, Alme la soigneuse parfois peureuse, Calliroé la faiseuse de feu aux moeurs légères, et 16 autres, qui s'expriment tour à tour, chacun à sa façon, pour raconter leur quête, leurs envies et leurs angoisses. Face au furvent, aux obstacles naturels, aux sortilèges des Chrones, mais aussi à l'épuisement, aux souffrances et aux deuils...

Le roman est rempli de trouvailles astucieuses amusantes : la numérotation des pages à rebours, les symboles pour indiquer qui s'exprime, le dessin des différentes formations de la Horde, les modes de vie des Fréoles, Obliques et autres Abrités... Cela dit, ce qui le rend vraiment passionnant à mes yeux, ce sont ces 23 personnalités plus ou moins brillantes, mais toutes uniques et bien décrites, qui marchent ensemble vers un idéal, entre solidarité, tensions, sagesse et pur amour. Surtout celles d'Oroshi, de Steppe et de l'Autoursier, car évidemment on se reconnaît et on s'attache plus à certains personnages qu'à d'autres. Alors, au bout la 34, ou pas ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          9910
DoVerdorie
  29 décembre 2014
Je ne me suis jamais avancée bien loin dans les terres désolées entre l'Extrême-Aval et l'Extrême-Amont et ce livre ne devrait donc pas se trouver dans ma Babelio-biblio en tant que "lu". Emprunté trois fois à la bibliothèque municipale...rendu trois fois avec un gros soupir, charriant mon agacement.

Quand j'ai ouvert le livre (grand format), j'ai non seulement découvert que la pagination est anarchique, mais que j'allais être obligée de lire ce pavé avec des marque-pages (ou, plus pratique dans ce cas, en collant des post-it) puisque l'auteur a attribué un petit symbole à chaque personnage de la Horde. Minuscules pictogrammes revenant seul ou à plusieurs pour indiquer quel(s) protagoniste(s) étai(en)t mis en avant dans tel ou tel paragraphe et/ou chapitre. Premier soupir pour "¥@&§₩! mais qui-est-qui, nom-d'une-pipe", surtout quand on veut reprendre une telle lecture le soir, après le travail...

Autre geignement après avoir lu une bonne soixantaine de pages (crois-je me souvenir) pour le style de l'auteur : aussi gonflé que le vent qui enfle, enfle... et vous commande de courber l'échine (à un langage ampoulé, trop recherché, n'ayant guère encore du naturel).

Et je n'aime pas ça : courber l'échine !

Avec un grand "clap" (Extrême et définitif), j'ai re-re-refermé ce "chef-d'oeuvre" science-fictif...


(Je remercie Finitysend, sans qui ce billet n'aura pas trouvé son souffle)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7959
boudicca
  13 juin 2012
Ils sont vingt-trois. Vingt-trois hommes et femmes en quête de l'Extrême-Amont et de l'origine du vent qui balaie leur monde d'un bout à l'autre. Alain Damasio nous entraine sur les traces de la 34ème Horde et de ses membres dans un roman d'une puissance et d'une beauté époustouflante. L'auteur nous propose un univers fascinant et d'une originalité folle dans lequel on plonge dès les premières pages pour n'en plus ressortir. Chaque idée est exploitée avec un talent et une intelligence absolument remarquable, qu'il s'agisse de l'intrigue, des personnages, du décor, du style et même de la pagination ou encore de la typographie (chaque paragraphe débute par un symbole associé à l'un des protagonistes qui prennent chacun leur tour la parole).

On voyage grâce à Monsieur Damasio qui nous fait découvrir des paysages fascinants, tour à tour sauvages, impressionnants, étranges ou accueillants : la magnifique cité aérienne d'Alticcio, l'imposant et désespérant massif de Norska, l'Extrême-Amont... Certaines scènes figurent parmi les plus belles et les plus intenses qu'il m'a jamais été donné de lire. Aussi vous ne manquerez pas de vous souvenir du voyage et des festivités à bord de l'Escadre Frêle, vaisseau d'une nature tout à fait particulière ; de la traversée par la Horde de la Flaque de Lapsane, étendue d'eau croupie et de marais plein de dangers et de mystères (« Fontaine je ne boirais pas de ton eau... ») ; du magistral duel littéraire de Caracole et Sélème maniant les palindromes, anaphores et autres figures de style de la langue française comme personne ; des retrouvailles entre les membres de la Horde et la génération qui les a précédé...

Mais la plus grande qualité du livre reste ses personnages, tous d'une telle humanité et d'une telle profondeur qu'ils ne peuvent que nous bouleverser : on rie avec eux, on pleure, on craint, on se dépasse, on apprend, on s'attache, on espère... Difficile d'oublier Golgoth, ses fêlures, sa volonté de fer et son langage fleuri ; Caracole et son tempérament joyeux, ses jeux de mots, ses taquineries, sa complexité ; Sov et ses doutes, ses petites attentions et sa gentillesse ; la petite Aoi et son amour pour Steppe ; le prince Pietro Della Rocca, la soigneuse Alme, le combattant Erg Machaon, l'aéromaitre Oroshi et tant d'autres encore... Rarement un livre m'aura tant marqué et tant bouleversé, alors merci Monsieur Damasio pour ce chef d'oeuvre que je ne risque pas d'oublier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          755
Dixie39
  19 août 2016
Entrer dans le Vent
Comme dans un "merdier hurlant"
Le vent dans la gueule
Engluée dans sa pâte épaisse
Contrer, Contrer, Contrer sans cesse.

Le vif à fleur de peau, seule
Sentir les chrones au dessus de sa tête
Et partager "ce rêve ténu, cette chimère
Atteindre un beau jour le bout de la Terre".

"Ribambelle errante, encore unis pourtant"
Noués, noués par les tripes
Horde après Horde
Scribe après Scribe
on commence à comprendre :
"La vie, c'est le combat, c'est le vent."

"J'étais à nouveau émerveillable."

"A quoi bon raconter ?
Il n'y avait pas à discuter, juste à saluer. Et se taire."
Lien : http://page39.eklablog.com/l..
Commenter  J’apprécie          6010
michemuche
  22 avril 2017
) N'est pas contreur qui veut, demandez à " the Wind" notre aéromaître.
Nous faisons parti de la 1ère horde de babelio, nous formons le pack avec " Fnitter" notre traceur, " Marple", " Dixie", " Loudarsan", " SMadj" quand à "Gwen 21" "DomiV" et "Finity send"elles se sont perdues au détour d'un furvent.
''' '';;; [o] ''\_--
Moi je suis scribe, notre but c'est l'extrême amont, notre quête, l'origine du vent comme avant nous la 34ème horde avec le neuvième Golgoth à sa tête.
C'est pas facile tous les jours, entre les chrones, le siphon, la tour fontaine, ou le corroyeur qui nous suit à la trace, sans oublier ce maudit furvent qui nous fait courber l'échine.
Il y a trente ans que nous controns. Nous arriverons bientôt au camp bòban, un peu de repos et nous continuerons notre chemin. " the Wind" m'a parlé de la huitième et neuvième forme du vent, du vif qui est en nous, mais j'avoue j'ai pas trop compris.
Je suis scribe comme Sov Strocchnis .
Nous avons tous notre maitre, Golgoth, Pietro, Caracole, Erg, Oroshi, Coriolis...
Nous sommes fatigués, nous avons perdu des membres, leurs vifs nous accompagnent.
^^oo]°°°°
Nous attendons la deuxième horde de babelio. Ici s'achève l'aventure, lisez les glyphes de michemuche scribe de la 1ère horde de babelio.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5945
TheWind
  20 octobre 2016
Très tôt ce matin, j'ai refermé mon livre, les yeux plein de sommeil. J'en étais à la dix-neuvième page. Je me suis endormie et en rêve, j'ai continué à lire...
La Horde était là ; ils étaient tous là, les vingt-trois, face à moi. A contrer.

( ) «  . , °°  000 ¨^ ; ' «  . , °° 000 . ¨^ ; ' ¨^ ; ' « . , °° ¨^ ; ' « . , °° « . , °° 000 ¨^ ; ' «( )


Je suis le Vent.

Je suis le vent et la Horde me contre.

Remonter contre moi, jusqu'à l'Extrême-Amont, là où aucune Horde n'a jamais mis les pieds. Derrière Golgoth, ce Traceur téméraire, colosse increvable à la volonté de fer, ils se tassent, se ramassent, se bloquent, courbent l'échine, virevoltent, s'entrechoquent mais toujours avancent.
Avancer, pas après pas, page après page, où s'inscrivent les signes, les codes, les transcriptions du vent et de mes neuf formes. C'est Sov, le scribe, qui se charge de tout noter dans son carnet de contre. Il garde tout précieusement, tisse un lien avec chaque membre, s'imprègne de leur passé, appréhende leur devenir. Il est la mémoire de la Horde.

Je suis le vent et la Horde apprend à me connaître.

De moi, ils connaissent ma zéphirine, douce gifle qui caresse leur visage.
Ils se réveillent sous les bourrasques cinglantes de mon slamino dont la voix s'adoucit, à nouveau régulière et douce, pour s'amplifier de plus belle en claque véhémente.
Ils ruissellent sous mon choon, rafales mêlées d'averses et qui les laisse trempés jusqu'à la moelle, moisis.
Ils redoutent mon stèche, ce vent sec des déserts mais plus encore celui des hauts sommets, ce glacial blizzard qui les engourdit, les paralyse : le crivetz.
Mais, de toutes mes formes connues, celui qu'ils endurent le plus, c'est bien sûr le furvent, «  ce serval dont la griffe aime votre peau » cette terreur froide impossible à contrer, qui lorsqu'il survient « il n'y rien à dire. Juste survivre quand ça vient cogner à la porte du front -parce que ça n'enveloppe plus ni ne submerge ou autres mièvreries : ça frappe, à coups de merlin, dans les fissures des os. Juste tenir – la nuque arquée- qui casse vers l'arrière- sous le choc. Tenir, voilà. »

Reste à découvrir mes trois autres formes. Je me dois de rester mystérieux, impénétrable mais je sais qu'il me faudra me méfier d'Oroshi Mélicerte, la froide et intelligente aéromaître, qui en sait déjà bien long sur moi...
Mais il me faudra aussi me méfier de chacun d'eux. Chacun des vingt-trois fous qui composent la 34ème Horde, autant de personnalités singulières et attachantes.

( ) «  . , °°  000 ¨^ ; ' «  . , °° 000 . ¨^ ; ' ¨^ ; ' « . , °°¨^ ; ' « . , °° « . , °° 000 ¨^ ; ' «( )

Il me reste 19 pages à lire. L'inéluctable reste à venir.
En attendant, on peut toujours continuer à conter, à compter, à contrer !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5516


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La horde du contrevent

La horde est composée de combien de personnages?

21
22
23
24

10 questions
355 lecteurs ont répondu
Thème : La Horde du Contrevent de Alain DamasioCréer un quiz sur ce livre
.. ..