AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Les Furtifs (142)

gwendal
gwendal   24 avril 2019
- Papaaa !
- N'aie pas peur ! C'est juste des doudous, tu sais ...
- Papa !!

C'est fou la force de ce mot. C'est un coup de feu à bout portant avec une balle d'amour dans la bouche. Ça te dit que tu existes comme tu n'as jamais existé pour personne C'est un appel qui happe le présent pur, il t'avale. Il t'oblige à être ici : ici même, hic. Tu ne sais pas ne pas y répondre, parce que voilà : tu es là, elle est là et son appel jette une passerelle vers toi que tu n'empruntes même pas : elle te traverse de part en part, elle te crée deux bras de plus, des jambes en mieux, un visage et une voix doubles. Un nous. Papa. C'est le premier mot qui sort un jour des lèvres de ton bébé et qui veut dire "lié". Deux. Fonduensemble. Plus jamais seul.
Commenter  J’apprécie          200
boudicca
boudicca   29 avril 2019
Sahar, elle a eu le visage de ma mère quand elle a crié « vivante ! ». C’est le même cri, le même cri pour toutes les mamans. C’est pas un cri de père. C’est un cri de quelqu’un qui a eu, dans son ventre, une chose qui vit. Et qui l’a fait sortir en poussant. Qui l’a faite avec sa matière à elle, sa boule de cellules, de sang, au toucher, à la mano, du dedans. Pendant neuf mois. Nous, on aime nos gosses, los papitos, che ! A part qu’on les a pas eus vivants dans notre bide, tous bougeant. C’est ce cri du bide qu’elle a eu. Ce cri, il sait.
Commenter  J’apprécie          190
kuroineko
kuroineko   27 avril 2019
La vie, les ģars \ vous les draģons bouģons du doģme / les camarades ģris-sur-ģris, vous les biģleux du ģoulaģ 2042, les kibboutzniks du jamais-je-nique \ la vie, bouģre de pisse-froid rabouģris, c'est ça aussi! Faire ģouzi-ģouzi à l'amour quand il te sourit.
Commenter  J’apprécie          180
gwendal
gwendal   24 mai 2019
Bonne nuit maman'doline
Toute ronde et toute câline
Quand tu joues en sourdine

Bonne nuit maman'dibule
J'adore quand ta bouche
m'embrasse et fait des bulles

Bonne nuit maman'dragore
qui fleurit en silence
car le silence est d'or

Bonne nuit maman'gouste
Laisse moi rêver maintenant
fais moi un bisou et ouste !
Commenter  J’apprécie          170
Claire45
Claire45   03 septembre 2019
Un réseau social est un tissu de solitudes reliées.
Commenter  J’apprécie          150
Cer45Rt
Cer45Rt   03 juillet 2019
Le furtif, dans les représentations qui émergent, c'est le clandestin, l'insaisissable, le migrant intérieur.
Commenter  J’apprécie          150
kuroineko
kuroineko   24 avril 2019
Quand j'ai parlé des degrés de liberté aux adolescents, ces degrés que le numérique leur a fait perdre par rapport à leurs grands-parents - anonymat des échanges, des courriers, des achats par exemple, liberté d'expression sans trace - ils ont commencé à mordre. Ça s'est senti aux regards, aux discussions parasites dans les travées, aux questions. Le sujet les touche, naturellement, ils le vivent, ils sont nés dans ce monde bagué où le moindre de leur acte s'enregistre et informe un tiers de ce qu'ils sont et font. (...)
Chez cette génération, la tranche d'attention continue avoisine les trente secondes. Elle était encore de deux minutes il y a dix ans.
Commenter  J’apprécie          150
laulautte
laulautte   22 avril 2019
La mort est un face-à-face. Un face-à-face avec un trou.
Commenter  J’apprécie          140
laulautte
laulautte   30 avril 2019
"Les enfants ne marchent pas, jamais : ils courent." Et si vous les regardez vraiment, ils ont tellement de sève ascendante en eux, ils sont tellement et animaux et buissons à la fois, et pierre en éruption qu'ils ne courent pas sans bondir en même temps, comme si leur propre pied était trop impétueux pour ne pas les enlever du sol. Si la gravité n'existait pas, en tous les sens du terme, on attacherait nos gosses avec des ficelles pour ne pas aller les chercher chaque soir dans le ciel.
Commenter  J’apprécie          133
deuxquatredeux
deuxquatredeux   20 avril 2019
Arshavin regarde sa bague, qui vient de luire :
- Bon, il reste... une minute. La porte va s'ouvrir au signal et il te faudra plonger, tu connais la contrainte. Tu te sens prêt, Lorca ?
- Absolument pas...
- C'est précisément ce que j'appelle être prêt . Cet état d'incertitude fragile, ouverte, qui rend disponible à l'inconnu. Crois-moi Lorca, quoi qu'il arrive, tu vas vivre l'un des moments les plus intenses de ton existence. Reste ouvert.

Chapitre 1. Le blanc, p. 11
Commenter  J’apprécie          130




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    La horde du contrevent

    La horde est composée de combien de personnages?

    21
    22
    23
    24

    10 questions
    355 lecteurs ont répondu
    Thème : La Horde du Contrevent de Alain DamasioCréer un quiz sur ce livre