AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de marina53


marina53
  06 octobre 2017
Paris, 1902. Barricant rend visite à son ami Blaise qui l'informe qu'après avoir été reçu premier à l'agrégation, il part pour Aix où un poste l'attend. Barricant s'étonne de ce départ si précipité d'autant qu'une jeune femme semblait éprise de son ami. Mais ce dernier lui apprend qu'une nouvelle encore plus importante occupe ses pensées : la découverte, dans un couvent d'Égypte, d'un manuscrit du XIème siècle contenant l 'évangile selon Saint Jean copié par-dessus un texte grec plus ancien, en partie effacé. Par des procédés chimiques, il fait ainsi apparaître le texte grec, mettant au clair une cinquantaine de lignes. Il s'agirait du "Phaéton", un dialogue perdu de Platon. Dès lors, rien d'autre ne semble intéresser le jeune Blaise...


A. Dan et Serge Scotto continuent leur exploration des oeuvres de Marcel Pagnol en adaptant cette fois-ci une pièce de théâtre peu connue, écrite en 1925. L'on suit Blaise, éminent chercheur qui, au détour de sa vie, se rend compte qu'il a passé l'essentiel de son existence à étudier et poursuivre des chimères. Car, au bout de 30 ans, il se rendra compte de sa terrible erreur et des sacrifices qu'il a faits. À travers le portrait de Blaise, Marcel Pagnol pose ici de nombreuses questions : jusqu'à quel point peut-on rattraper le temps perdu ? Quel sens donner à notre propre vie ? Quelles incidences ont nos erreurs sur notre présent et notre avenir ? Les personnages sont fouillés, notamment le fantôme de Blaise, personnification de sa jeunesse, et qui apporte une touche fantastique. Les dialogues riches et l'ambiance un brin désuète. Graphiquement, le trait parfois hésitant et les décors épurés d'Éric Stoffel nous plongent dans une ambiance théâtrale et dramatique.
Commenter  J’apprécie          690



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (66)voir plus