AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782283019894
418 pages
Éditeur : Buchet-Chastel (07/10/2005)
3.5/5   4 notes
Résumé :
De la chanteuse militante à la diva capricieuse, de l'actrice gouailleuse à la vedette traquée par la presse people, Aretha Franklin a débarqué dans notre quotidien, au coeur d'un été 1967, empreint de violence dans les ghettos de l"Amérique noire en exigeant le R.E.S.P.E.C.T. avec une force de conviction hors du commun. Devenue rapidement la souveraine incontestée d’un genre en plein essor, la Queen of Soul accumula un palmarès inégalé depuis Elvis Presley. Près de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Petitebijou
  19 décembre 2013
Ce portrait relativement récent de la chanteuse emblématique de l'histoire de la musique et des Etats-Unis m'a intéressée davantage par l'analyse du contexte musical et l'évolution de la carrière d'Aretha que par les éléments biographiques exposés.
N'ayant pas encore lu de biographie d'Aretha, j'ai appris pas mal de choses sur sa vie, plus ou moins captivantes, mais l'aspect du livre qui m'a le plus séduite est l'évolution de la vie et la carrière de Lady Soul à travers le contexte historique de la lutte pour l'émancipation de la communauté noire aux USA, ainsi que son propre combat de femme née en 1942, fille de prédicateur évangéliste, mère pour la première fois à 13 ans, oscillant perpétuellement entre la soumission et l'indépendance.
En préambule, Sebastian Danchin met l'accent sur la dualité de la chanteuse : une nature à la fois réservée et spontanée, qui a pu se transformer au fil des années en un caractère capricieux, mégalo et avide de médiatisation en tout genre. Sa préface m'a fait craindre une biographie essentiellement « people », mais la suite de l'ouvrage est plus nuancée et tout le récit se lit avec plaisir.
Aretha, avant tout chanteuse exceptionnelle, est devenue au fil des années, avec plus ou moins de bonheur, le symbole du Black Power. Si elle a souvent profité et pas toujours avec finesse des avantages de sa célébrité et de l'intérêt des médias pour son image, elle porte en elle les ambivalences nées de son parcours familial, culturel et musical. Sûre de ses dons vocaux, dotée d'un instinct musical sans faille, sa vie de femme est marquée par une instabilité affective et familiale, diverses addictions (boulimie, alcool et tabac) et des phobies de plus en plus invalidantes (acrophobie et impossibilité actuelle de prendre l'avion).
C'est très tôt que le Révérend Franklin, prédicateur baptiste à succès et séducteur invétéré, a décelé les talents vocaux de sa fille Aretha. Sa renommée croissante l'amena à organiser des tournées évangéliques autour de Détroit, et il eut l'idée de faire chanter la petite Aretha à la fin de ses prédications pour accroître ses gains et assurer à la famille un train de vie qu'il souhaitait bourgeois. Par ailleurs, ses frasques lui attirant des ennuis, il avait besoin d'argent pour « dédommager » ses conquêtes féminines, pour la plupart très jeunes, afin de se soustraire aux possibles ennuis judiciaires ou étouffer des scandales potentiels.
La culture musicale des enfants Franklin est essentiellement le Gospel, mais pas seulement. Aretha aura toujours un goût prononcé pour les chansons sentimentales un peu jazzy et les crooners comme Sinatra et consorts. A la maison, tous les enfants prennent des cours de piano, sa soeur aîné Erma possède une jolie voix, et si Aretha déteste le solfège et la discipline pianistique, elle sait reproduire d'instinct la musique qui lui plait et improvise dès qu'elle se retrouve seule au piano. Ses parents se séparent alors qu'elle a 7 ans, et elle ne verra sa mère qu'épisodiquement jusqu'à la mort précoce de celle-ci.
Les tournées avec son père adoré permettent à Aretha d'aguerrir une voix naturelle déjà impressionnante, et le Gospel imprimera à son chant une théâtralité dont on ne pourra jamais la défaire. Avec l'essor de la radio, la renommée du Révérend ne cesse de croître. Il possède sa propre émission radiophonique, et très vite à la maison de nombreux musiciens et chanteurs partagent les soirées familiales. Aretha pourra ainsi croiser et apprendre de chanteuses diverses, dont Mahalia Jackson.
Quand elle n'est pas en tournée avec son père, la passion d'Aretha et de ses soeurs est le roller-skate. Supposée être chaperonnée par sa soeur aînée, elle tombe enceinte à 13 ans et accouche de son premier fils. Deux ans plus tard, un deuxième fils naîtra dans les mêmes circonstances mais d'un autre père. L'auteur nous dépeint Aretha comme une femme à la fois naïve et soumise toute sa vie aux désirs masculins. C'est peu à peu, et pas avant les années 80, qu'elle commencera à s'affranchir et affirmer une certaine indépendance.
A 14 ans, Aretha enregistre son premier 45 tours avec sa soeur Erma, composé d'un répertoire de Gospels.
A partir de 1960 sa carrière décolle véritablement. Elle passe une audition chez Columbia, et John Hammond (producteur du jeune Dylan) lui signe un contrat immédiatement. Ainsi, la très jeune Aretha n'a pas eu à se battre pour se faire connaitre tant son talent est indéniable et hors norme. Elle ignore même que les maisons de disques (hormis Motown étrangement) se livreront une bataille sans merci pour l'avoir sous contrat.
Hammond fait prendre à la jeune fille des leçons de maintien, essaiera en vain de la faire maigrir et de la dissuader de porter les tenues extravagantes pour lesquelles elle aura toujours un gros penchant. Il lui assigne un Directeur Artistique, Ted White, qui devient son premier mari et le père de son troisième fils, alors qu'elle n'a que 19 ans. Ses trois fils seront pour l'instant élevés par Big Mamma, sa grand-mère, à Détroit, qui restera le point d'ancrage principal de la chanteuse.
Je vous laisse découvrir les détails de la suite de la vie de Lady Soul.
Sa carrière comme sa vie sentimentale connaitront des hauts et des bas jusqu'à aujourd'hui où elle est considérée comme une icône par toute l'Amérique. Musicalement, Aretha a toujours été tiraillée entre ses racines Gospel qu'elle ne voudra jamais délaisser, la variété sirupeuse qu'elle affectionne, et le R&B dont elle favorise avec tant d'autres l'essor. Sous le diktat de ses maisons de disques successives, elle alternera le bon et le moins bon, ratant même des collaborations artistiques prometteuses comme Quincy Jones, bien trop perfectionniste pour la diva qui enregistre en deux prises ses chansons. le virage du disco des années 70 la ringardise momentanément, et le film des « Blues Brother » arrivera à point nommé pour la remettre dans la lumière. Depuis, ne pouvant plus prendre l'avion, elle participe essentiellement à des shows télés, restant basée à Détroit. Ses années fastes se situent entre 1967 et 1972, dates à laquelle elle amasse une fortune colossale qu'elle dilapidera peu à peu entre ses diverses maisons, ses tenues et bijoux, et les soins médicaux pour son père, blessé par balles par un cambrioleur, tombé dans un coma pendant cinq ans avant de mourir.
Aretha a milité très tôt pour le Black Power, soutenant publiquement Martin Luther King. Son engagement sincère a pu être contesté par les Black Panthers ou autres organisations radicales qui la considèrent comme « vendue » au pouvoir blanc, notamment parce qu'elle a fait la couverture du magazine «Time » en 1968, ce qui eut un retentissement extraordinaire. Elle sera même victime du racket maffieux du Committee, une organisation noire révolutionnaire prétendant lever un impôt pour financer la lutte armée.
Mariée deux fois, partageant la vie de divers compagnons diversement attentifs et aimants, sa vie affective a toujours été instable. Par ailleurs, elle fut peu présente auprès de ses quatre fils durant des années de tournées et d'une carrière qui lui laissaient peu de temps libre. Toutefois, elle a toujours veillé, même de loin, sur son clan, avec l'aide de Big Mamma.
A la fin des années 80, après avoir été « remerciée » par sa maison de disques qui souhaitait donner un souffle nouveau à sa carrière à l'image d'une Tina Turner, sans succès, Aretha fonda son propre label, devint à son tour productrice, connut un beau succès avec un album créé en collaboration avec Lauryn Hill et se consacra à la télévision.
Le livre de Sebastian Danchin s'arrête en 2003.
Depuis, Aretha Franklin a vu accéder Barack Obama à la présidence de son pays, lui offrant une belle tribune pour son investiture.
Bien que le public n'ait pas toujours suivi Lady Soul dans ses choix musicaux, elle reste une figure essentielle de l'histoire de la musique et des Etats-Unis.
Pour finir, je mentionnerai que l'auteur indique que l'un des buts de sa biographie est de donner une vision plus objective de son parcours que celle proposée dans ses mémoirespar la chanteuse qui, estime-t-il, a également interprété celui-ci de manière toute « personnelle ». Tel quel, son ouvrage reste un témoignage admiratif, parfois un peu ennuyeux, mais toujours consciencieux d'une vie et d'un talent hors du commun.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
sagesse66sagesse66   18 août 2018
"La musique offre beaucoup d'émotions, elle vous transporte. Elle a cette faculté de remonter le temps, d'aller chercher vos souvenirs. La musique est encourageante, elle renforce". (Aretha Franklin)
Commenter  J’apprécie          280
koalaskoalas   12 février 2020
Sur la photo officielle, Aretha la magnifique trône entre Kirk Douglas, Pete Seeger, Morton Gould et Harold Prince, la tache brillante de sa robe de velours framboise écrasées et l'éclat de son collier de diamant éclipsant par leur majesté le vétéran Hollywood, le vieux barde folk, le vénérable compositeur et le metteur en scène de Broadway vêtus de leurs inévitables smoking funèbres.
Commenter  J’apprécie          120

Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1205 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre