AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782265084971
256 pages
Fleuve Editions (26/04/2007)
  Existe en édition audio
3.77/5   41 notes
Résumé :

Fallait bien que ça arrive un jour! A force de cavaler côte à côte, Béru et moi, on a fini par se retrouver face à face. Et quand le Gros se met à faire du zèle au point de nous valoir une nouvelle guerre contre l'Allemagne, croyez-moi, c'est duraille d'arranger les bidons.
Aller à l'autre bout du monde pour se tirer la bourre, c'est un comble, non?
En tout cas, j'en connais un qui nous a bien eus, tous les deux. Je vous dis pas son blaze,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
lecassin
  25 août 2020
Allez ! le petit San-Antonio des vacances. Et quand je dis petit...
Il m'est souvent arrivé ici de dire et répéter à quel point j'aime la période de la fin des années 60 et 70 dans la série des San- Antonio, celle de « Bérurier au sérail », « Salut mon pope » et de bien d'autres... celle du précédent et excellent « Y a de l'action »...
Force est de constater que j'm'as gourré... Mes A coulent pas, comme dirait Béru. Béru dont seul le langage fleuri rappelle un bon cru, tant le reste est creux dans ce « Béru contre San-Antonio ».
Le titre d'abord : « Béru contre San-Antonio »... Contre , mouais... Mais alors tout contre pour paraphraser Sacha Guitry.
Ensuite, Béru, une pâle copie de ce qu'il était devenu dans les derniers opus, dans le rôle de faire valoir de notre célèbre commissaire, l'auguste du duo...
Pinaud, transparent... une situation qui n'annonce rien de bon...
Et puis cette intrigue sur fond de guerre d'Algérie... Bof.
Une fin bâclée...
Bref. Un San-Antonio qui semble ne pas avoir bénéficié du traitement final qui donne les grands bouquins : il y a bien quelques énumérations baroques, mais trop faibles et trop courtes ; des calembours, certes, mais toujours dans la bouche de Béru ; pas de digressions fantaisistes, ou si peu.
Le renfort de Madame Mère n'y fera rien. C'est raté.
Vivement le prochain !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          363
Luniver
  12 février 2022
Enfin un peu de dépaysement ! Cette nouvelle mission emmène le commissaire San-Antonio au Brésil, à la recherche d'un opposant politique exilé, bien décidé à organiser un coup d'état en France. Il vient d'échapper à l'étroite surveillance dont il faisait l'objet. Mais si les services secrets français le cherchent activement, il semble que ses plus proches partisans aussi… Quelle est donc cette troisième force qui l'a fait disparaître de la circulation ?
Un San-Antonio est toujours une valeur sûre pour égayer un dimanche gris et pluvieux. Cependant, sans être vraiment déçu, je n'en garderai pas un souvenir impérissable. L'histoire manque de moments loufoques, et toute l'intrigue est finalement assez crédible… ce qui est presque un défaut ! Heureusement, quelques énumérations savoureuses viennent relever ce livre qui aurait pu être assez fade sans elles.
Commenter  J’apprécie          180
evergreen13
  23 juin 2022
Béru et San.A au carnaval de Rio
1967. le Général est encore aux commandes du paquebot France mais en Haut-Lieu l'inquiétude monte : un opposant au régime, hors la loi mais néanmoins toujours dangereux vient de disparaître de sa retraite Brésilienne. Bien que surveillé comme le lait sur le feu par les services secrets, Martial Vosgien a trouvé le moyen de s'évaporer en plein Rio. Plus inquiétant, il avait récemment changé de physionomie au point que même sa mère ne l'aurait pas reconnu… Se pourrait-il qu'il revienne en France incognito et mijote un sale coup ? le Vieux charge San-Antonio de retrouver le fugitif… mais voilà, San.A ne mange pas de ce pain là, non Monsieur, pas question d'aller chasser le délit d'opinion, c'est que San.A a des principes voyez-vous ! Mais il n'y a pas que le Ministère de l'Intérieur qui recherche Vosgien, ses partisans aussi, car le Martial a manifestement oublié de leur dire où il allait… Convaincu par l'un des amis de l'ennemi public n°1, San.A s'embarque pour le Brésil, à titre privé, tandis que c'est finalement Béru qui s'y colle pour l'enquête officielle.
Soyons honnête, il ne s'agit pas du meilleur opus que Frédéric Dard ait livré, mais il y a quelques passages savoureux qui m'ont bien fait rigoler et ma foi, je n'en demande pas plus !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Beathi
  15 mars 2015
65ème roman de San-Antonio publié en 1967 (3è trimestre 1967).
L'histoire se déroule à Paris et au Brésil. elle commence le 03/02/1967 pendant 3 jours.
Histoire : le Vieux demande à San-Antonio de se rendre au Brésil afin d'enquêter sur la disparition d'un dissident politique français, Martial Vosgien. le fameux commissaire refuse estimant qu'il ne s'occupe pas des délits d'opinion. Enervé, le Vieux demande à Bérurier de le remplacer. Mais entre-temps, un inconnu aborde San-Antonio et lui demande de s'occuper de cette affaire à titre officieux.
Un San-Antonio moyen : pas énormément de gags. L'opposition entre San-Antonio et Bérurier n'est pas assez exploitée. Cela ressemble plutôt à un policier classique.
Comme très souvent, Pinaud a un petit rôle en début et fin de roman.
Voici les informations concernant le commissaire dans ce livre :
- un de ses plats préférés : le petit salé aux lentilles
Commenter  J’apprécie          30
Wyoming
  28 février 2019
65ème San-Antonio, paru en 1967. Enquête au Brésil autour d'un dissident politique disparu qui nous vaut une relative opposition entre Bérurier et le commissaire. Loin des meilleurs, se laisse lire néanmoins sans déplaisir.
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
LuniverLuniver   05 février 2022
C'est le drame des hommes, ce besoin de s'entendre dire qu'ils sont de grands calbarhéros. Même ceux qui ont Coquette à peine plus grosse qu'une cacahuète espèrent les coups de sifflets admiratifs. Faut leur applaudir leur coït, sinon ils restent insatisfaits. Les bergères, reconnaissons-le, sont beaucoup plus pudiques malgré leurs impudeurs excessives. J'en ai rencontré des rapides, des expansives, des frénétiques, des inventives, des pas-dégoûtables, des qui-ne-reculaient-devant-rien, des qui-se-baissaient-pour-en-reprendre, des infatigables, des trousseuses, des détrousseuses, des retrousseuses, des redresseuses de tors, des qui-ne-s'occupaient-pas-de-l'heure, des qui-ne-remarquaient-pas-que-le-plafond-avait-besoin-d'être-repeint, des qui-n'allaient-pas-voir-ailleurs-si-j'y-étais, des qui-ressuscitaient-les-Maures, des qui-suscitaient-des-évacuations-sacerdotales, des inoubliables, des formidables, des qui-mouillaient-dans-chaque-pore, des ravageuses de sommier, des arracheuses de boutons, des qui-faisaient-trépied-et-des-mains, des gyroscopeuses, des sensationforteuses, des distilleuses et des alambiquées. Aucune, jamais, après une séance extradry n'a sollicité mes compliments, attendu mes applaudissements ni même ne les a sollicités. Toutes avaient la modestie de la chair. Pas une seule qui m'ait murmuré avec un éclat orgueilleux dans l'œil : « Et ça, c'est du poulet ! » L'homme, non. Il lui faut la claque, il a la tête à ça. Il veut que ça trépigne dans les tribunes. Il a besoin de rappels. Il a pas le don anonyme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
LuniverLuniver   02 février 2022
— Je voudrais vous demander la permission de fouiller votre bureau, monsieur le directeur, poursuis-je.
C'est trop fort pour sa dignité. Ça le prend au dépourvu. L'Amidonné de la raison sociale. Du coup, il ne sait plus que dire ni que faire. Ça échappe à son self-control. Il avait envisagé tous les cas d'exception, le Tondu : qu'on lui dise merde, qu'on le gifle, qu'on balance une grenade à manche dans son bureau, qu'on lui fasse pipi contre, qu'on renverse une poubelle sur sa moquette, qu'on lui fasse voir son derche, qu'on lui trempe sa rosette dans de l'encre de Chine, qu'on le chine, qu'on entre chez lui sans frapper, qu'on verse du fluide glacial sur son bureau, qu'on le déculotte, qu'on démissionne, qu'on lui pète au nez, qu'on lui parle sans faire concorder les temps, qu'on l'appelle Cul-d'œuf, qu'on le fasse asseoir dans de la blanquette de veau, qu'on lui crie « mort aux vaches ! », qu'on moque la République sans être président de la République, qu'on le mette à la retraite, qu'on glisse un munster dans le tiroir de son burlingue, qu'on ne s'essuie pas les pieds avant de passe sa porte, tout, vous dis-je ! Il a prévu les brimades et les incongruités les plus raffinées, les impertinences les plus osées, les inconvenances les plus inconvenantes ; et il a étudié pour chacune une attitude, envisagé une sanction. Il se croyait paré, caparaçonné ; en un mot, prêt à tout. Mais il n'avait pas conçu ça, le dirlo. Qu'un de ses subordonnés lui demande la permission de fouiller son cabinet de travail, cette espèce de chapelle Sixtine, ce sanctuaire, ce mausolée, ce P.C., ce Q.G., cette passerelle, cette tour de contrôle, cette salle du Trône, cette Coupole, ce laboratoire, ce Cap Kennedy, ce phare, cette mosquée où le visiteur, grâce à un excès d'indulgence, peut entrer sans se déchausser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
lecassinlecassin   04 août 2020
Moi qui raffole de la cuisine au beurre, j'aime que mes enquêtes baignent dans l'huile. Quand ça s'harmonise d'emblée, c'est bon cygne, comme disait Saint-Saëns (dont le plus développé était celui de l’ouïe).
Commenter  J’apprécie          192
lecassinlecassin   04 août 2020
Ils en auront de la veine, nos mômes, quand ils seront vieux cons ! Déjà, ils ont pas à se plaindre. Voyez les parkings des lycées. Vous avez tout de suite trois cents bagnoles et douze vélos. Les bagnoles sont aux élèves et les vélos aux profs. Ça bascule, je vous dis !
Commenter  J’apprécie          121
lecassinlecassin   25 août 2020
Il est fréquent (dans les romans en tout cas) que des espions arrêtés se donnent la mort pour couper aux interrogatoires. En tout cas si nous ne sommes pas crus, nous sommes cuits.
Commenter  J’apprécie          181

Videos de Frédéric Dard (75) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frédéric Dard
« Cette compilation qui se voudrait anthologie complète […] a pour but de proposer aux lecteurs de revisiter l'oeuvre de l'auteur par la lorgnette des aphorismes, des fragments, des éblouissantes et percutantes réflexions qui ont traversé son esprit entre 1943 et 1987 […]. » (Préalable & remerciements)
« […] La meilleure histoire belge, je vais te la dire, c'est la plus terrifiante de toutes : « Il est une fois Scutenaire et les Belges n'en savent rien ». Et les Français non plus. (...) Il dit tout, mais par brèves giclées, Scut. Il sait la vie, la mort, l'avant, l'après (...), l'amère patrie, le surréalisme, les frites, les cons, les moeurs, les larmes et la façon dont, chez lui, il doit éteindre au rez-de-chaussée avant d'éclairer au premier pour ne pas faire sauter le compteur électrique. » (Frédéric Dard)
« Le texte lapidaire est une spécialité belge. […] […] cet orpailleur de l'apophtegme reste merveilleusement méconnu […]. « J'écris, dit Scutenaire, pour des raisons qui poussent les autres à dévaliser un bureau de poste, abattre un gendarme ou son maître, détruire un ordre social. Parce que me gêne quelque chose : un dégoût ou un désir. » […] Scut le météorite a tout lu, tout vu, tout englouti et tout restitué dans un habit neuf. « J'ai quelque chose à dire et c'est très court. » Maximes en percussions et sentences en saccades sont étrillées, débarbouillés au gant de crin. Sa façon de dire merde alentour est à nulle autre pareille. […] […] Réfractaire, récalcitrant, insoumis sous toutes les latitudes, Scutenaire n'est point de ceux qu'on puisse congédier en ambassade. Dans les poussées d'angoisse, il usait, comme d'un remède à toute épreuve, des aspirines de l'humour. Elles ne le guérissaient pas mais l'apaisaient. […] » (Patrice Delbourg, les désemparés, Éditions le Castor Astral, 1996)
« Mes inscriptions sont une rivière de Californie, il faut tamiser des tonnes de sable et de gravier pour trouver quelques pépites, voire des paillettes. Remarquez, sable et gravier ne sont pas matières inutiles. » (Louis Scutenaire)
0:00 - 1ère inscription 0:09 - 2e inscription 0:18 - 3e inscription 0:28 - 4e inscription 0:37 - 5e inscription 0:51 -6e inscription 1:00 -7e inscription 1:08 - 8e inscription 1:20 - 9e inscription 1:36 - 10e inscription 1:49 - 11e inscription 2:05 - 12e inscription 2:23 - 13e inscription 2:40 - 14e inscription 2:51 - 15e inscription 3:10 - 16e inscription 3:39 - 17e inscription 3:48 -18e inscription 4:06 - 19e inscription 4:26 - 20e inscription 4:39 - Générique
Référence bibliographique : Louis Scutenaire, J'ai quelque chose à dire. Et c'est très court., Collection d'Inscriptions, évocations et autres textes rassemblés par Jean-Philippe Querton, Cactus Inébranlable éditions, 2021. https://cactusinebranlableeditions.com/produit/jai-quelque-chose-a-dire-et-cest-tres-court/
Image d'illustration : https://www.kobo.com/us/en/ebook/louis-scutenaire-1
Bande sonore originale : Crowander - Don't You Leave Don't You Leave by Crowander is licensed under an Attribution-NonCommercial 4.0 International License.
Site : https://freemusicarchive.org/music/crowander/from-the-piano-solo-piano/dont-you-leave
#LouisScutenaire #JAiQuelqueChoseÀDireEtCEstTrèsCourt #LittératureBelge
+ Lire la suite
autres livres classés : argotVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Frédéric Dard

Où Frédéric Dard est-il né?

Vire (Calvados)
Moulins (Allier)
Jallieu (Isère)
Beauvais (Oise)

10 questions
72 lecteurs ont répondu
Thème : Frédéric DardCréer un quiz sur ce livre