AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266275682
Éditeur : Pocket (23/02/2017)

Note moyenne : 3.74/5 (sur 31 notes)
Résumé :
Vacances peinardes sur la Côte... Boîte de nuit dans la pinède... Une frangine de vingt berges dans mes bras... Et voilà que ça démarre... Un ancien pote à moi vient se faire rectifier à mon nez et à ma barbe... Un Bérurier beurré qui se radine... Un nouveau meurtre... Finie ma belle tranquillité... Décidément, j'attire l'embrouille comme le sirop attire les guêpes !
Paru en 1960 n°SA38
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
lecassin
  04 juillet 2015
« Du sirop pour les guêpes », trente septième de la série (si on ôte le premier, atypique) et un bon San-Antonio… Certes, nous ne sommes qu’en 1960, et le meilleur ne nous parviendra que vers la fin de la décennie, mais bon, après « Tout le plaisir est pour moi », à l’intrigue un peu faible, voilà un opus digne de Frédéric Dard.
Tout commence bien : San-Antonio est en vacances à Juan-les-Pins et on assiste médusés à l’apparition sur la plage d’une naïade en tenue de plongée. On saura plus tard qu’il s’agit de Julie Delange, la maitresse d’un riche armateur grec, Nikos Bitakis… Lui vous le connaissez, le célèbre commissaire ne se fait pas prier pour monter à l’assaut de la donzelle ; à l’assaut Delange, bien entendu…
Rien ne se passera alors comme prévu (vacances, farniente, whisky et petites pépées…), même qu’ Amédée Gueulasse, pianiste dans un club où San-A. sort la petite Julie, va tomber raide au pieds du commissaire avec qui il avait tenté d’entrer en contact…
Un bon San-Antonio : bonne intrigue, ça bouge bien, ça rebondit… Béru est maintenant complétement abouti et participe grandement au côté cocasse dans les temps morts… Pinaud est resté à Paris… Au suivant, et ce sera " du brut pour les brutes" mais ça, c’est une autre histoire…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          272
ntchoubis
  09 février 2017
SYNOPSIS
Le commissaire San-Antonio en connaît un rayon sur les vacances dans le genre de la fameuse chanson de François Deguelt «Il y a le ciel, le soleil et la mer»! Et Juan-les-Pins est entièrement bourré de plages, de rayons de soleil, de courses de hors-bord, de yachts et de la Méditerranée. Prime additionnelle: il y a des souris à croquer et des pots à roses à découvrir.
Au début du roman, notre commissaire sans peur et sans reproche rencontre une mignonne déesse marine, connue sous le nom de Julie Delange, qui apparaît à la plage devant San-Antonio de même qu'Aphrodite naît de la mer. Mais il y a une grande différence entre Aphro et Julie: cette dernière fait surface non pas à loilpé comme toute déesse qui se respecte, mais «affublée d'une tenue pour la pêche sous-marine».
Julie Delange est une déesse de péché, toujours prête à faire ses petites prières (en échange de vos humbles indulgences payées en catch, comme dit Béru). Pour le moment, elle fait office de maîtresse de Nikos Bitakis, grand armateur grec, riche comme Crésus.
Elle ne mène pas une existence recluse, Julia, et accepte la proposition san-antonienne de déjeuner ensemble à «une boîte, du côté d'Antibes, qui s'appelle La Pinède brûlée».
Pendant le déjeuner San-Antonio reçoit une feuille de carnet de la part d'Amédée Gueulasse, pianiste de la boîte: «Salut, commissaire! Partez pas sans que je vous cause. Amédée».
Vous me demandez qui est ce type, Amédée Gueulasse? Voilà son Сurriculum vitæ transmis par le commissaire:
« La première fois que je l'ai rencontré, il tenait un bar à Pigalle et venait de vider un chargeur de 7,65 dans le baquet d'un type qui le rackettait. Ça remontait à dix ans… Il était passé aux assiettes et s'en était tiré avec deux mois de taule pour port d'arme. Ensuite il avait bradé sa boutique et était allé en Amérique du Sud se faire oublier du mitan. »
San-Antonio n'a eu le temps de parler de la pluie et du beau temps avec Amédée. En jouant du piano, ce dernier boit un coup et tombe raide «devant son instrument de travail». Hélas, les macchabées sont pas bavards.
Le lendemain matin, notre commissaire apprend que Nikos Bitakis, ami intime de Julia, s'est tiré une balle après avoir appris la mort de sa fille unique, Edith, dans un accident.
Fini les vacances, San-A! La Grande Faucheuse ne chôme pas! Trois cadavres en moins de vingt-quatre heures! Et il y en aura, sûrement, d'autres! de plus, toutes ces affaires ont «un trait d'union ravissant: Julia Delange»…
MON HUMBLE AVIS
«Du sirop pour les guêpes» est l'histoire qui ouvre l'année 1960 aux frasques du commissaire San-Antonio et de ses acolytes. Ce roman porte la position numéro 38 dans la série et il ressemble bien à ses homologues de l'année précédente: «On t'enverra du monde», «San-Antonio met le paquet», «Entre la vie et la morgue», «Tout le plaisir est pour moi».
Je veux dire que ce polar contient toutes les marques de fabrique san-antonienne (le tempo, la langue truculente, des rebondissements du sujet, des calembours, etc.) ainsi que les aspérités de son style (une intrigue niaise, les banalités dans les paroles et les actes, l'absence totale de renvoi en bas de page, etc.).
Pinaud est absent de nouveau. C'est Bérurier qui tire la couverture à lui, mais, à mon avis, c'est peu convaincant.
Pourtant, il y a deux particularités , qui ont attiré mon attention par leur souplesse:
1. L'apparition d'un des premiers néologismes de San-Antonio:
« Me fiant toujours au vatévien, je fonce jusqu'à une assez grande pièce lambrissée servant de vestiaire et de loge commune aux musicos. »
2. Une énumération habile, bien rythmée, un présage d'un bon avenir qui court à l'auteur:
« Nous voici de retour dans le centre ville. Une curieuse humanité s'y presse. Des messieurs en shorts multicolores, torse nu — hélas ! — coiffés de ridicules chapeaux de paille à ruban… Des dames en bikini-bokono et cellulite… Des athlètes complets… Des incomplets. Des en complet ! Des touristes… américains, avec leurs appareils photographiques ; anglais, avec leurs dents ; allemands, avec leurs Mercedes transformables en char d'assaut ; suédois, avec leurs femmes ; espagnols, avec la permission de Franco… Ça grouille ; ça gesticule ; ça bronze ; ça s'évertue ; ça essaie de s'amuser ; ça se baigne ; ça se sèche ; ça s'interpelle ; ça suce des glaces ; ça fredonne ; ça klaxonne ; ça trépide ; ça trépigne ; ça s'embrasse ; ça se côtoie ; ça s'humecte ; ça se mêle ; ça se mélange ; ça pastille ; ça pâtisse ; ça tire à la carabine ; ça tire à conséquence ; ça tire les yeux ; ça s'attire ; ça satyre ; ça juke-box ; ça boxe ; ça caresse ; ça existe ! »
EN RÉSUMÉ
Ce petit roman ne m'a pas laissé un souvenir inoubliable, il n'est ni meilleure ni pire que les volumes précédents. Pourtant, tout san-antonio est un bon comprimé contre la grisaille de la vie quotidienne. Et, moi, j'en ai besoin.
3.5/5
Lien : https://autodidacteblog.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Beathi
  03 août 2014
38ème roman de San-Antonio publié en 1960 (dépôt légal 1er trimestre 1960).
L'histoire se déroule en juillet-août 1959 à Juan-les-Pins sur une durée de 3 jours.
Histoire : San-Antonio est en vacances et profite de l'occasion pour draguer une jeune fille, Julia Delange. Il apprend qu'elle est la maîtresse d'un armateur Grec, Nikos Bitakis. Lors d'une soirée dans un restaurant, un des musiciens, Amédé Guelasse, (qui semble inquiet) le reconnait mais meurt avant de lui parler. le lendemain, il apprend que Nikos Bitakis s'est suicidé suite au décès de sa fille unique.
Même pendant ses vacances, le fameux commissaire ne chôme pas. Les morts s'accumulent à tel point qu'il demande l'aide de Béru qui profitera de l'occasion de prendre un bain de mer (très bien décrit par San-Antonio).
Une très bonne intrigue avec de nombreux rebondissements.
Voici les informations concernant le commissaire dans ce livre :
- pointure : 42
Commenter  J’apprécie          10
Wyoming
  13 janvier 2019
38ème San-Antonio, paru en 1960, dans le commissaire en vacances sur la Côte d'Azur aimerait bien se consacrer à son sport favori: emballer des mousmées. Mais, une affaire va se présenter à lui qui va l'embarquer dans de belles scènes d'action avec un suspense qui tient la route. Une belle histoire de guêpes par un bon Dard.
Commenter  J’apprécie          10
Marc21
  21 mai 2015
C'est pas le meilleur San A, mais bon, c'est mieux que la télé.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
moraviamoravia   29 septembre 2013
Je lui donne une tape affectueuse dans la région pariétale, je laisse glisser lentement ma paluche chaleureuse en direction de l'occipital et je continue sur le rocher. Après un rapide changement de vitesse je descends les vertèbres cervicales, marque une pause sur la tête de l'humérus, gagne les vertèbres dorsales, fonce pleins gaz jusqu'au cubitus, m'égare autour de l'os iliaque et je décide de demander mon chemin à un agent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
lecassinlecassin   04 juillet 2015
A première vue je l’ai prise pour un martien ( à cause de sa combinaison en matière plastique) ; à deuxième vue, je l’ai prise pour une martienne (à cause de sa plastique tout court) ; à troisième vue enfin je l’ai prise pour ce qu’elle était vraiment, c’est-à-dire pour une ravissante souris, bien sous tous les rapports, et affublée d’une tenue pour la pêche sous-marine.
Commenter  J’apprécie          110
moraviamoravia   08 septembre 2013
A première vue je l'ai prise pour un martien (à cause de sa combinaison en matière plastique); à deuxième vue je l'ai prise pour une martienne (à cause de sa plastique tout court); à troisième vue enfin je l'ai prise pour ce qu'elle était vraiment, c'est-à-dire pour une ravissante souris, bien sous tous les rapports, et affublée d'une tenue pour la pêche sous-marine.
Elle luisait au soleil comme l'intelligence d'un gardien de la paix à un carrefour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
BeathiBeathi   03 août 2014
Je suis réceptionné par un poulardin au physique perturbé. Il a un nez cassé, une manette en chou-fleur, une arcade qui vous fait sourciller et une cicatrice à la pommette droite ! Bref un séducteur !
Commenter  J’apprécie          20
ntchoubisntchoubis   09 février 2017
« Moi, comme dit Pinaud, si j’étais quelque chose au gouvernement, je promulguerais une loi enjoignant à tout patron de se farcir son personnel. » Je suis prêt à vous parier une action de grâces contre une action cotée en Bourse qu’on mettrait de la sorte fin aux grèves et à toutes les revendications sociales qui perturbent la vie de la nation. La question des augmentations serait débattue dans les alcôves et non dans les syndicats.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Frédéric Dard (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frédéric Dard
Feel Good Day is coming to San Antonio soon! Join the very first Harlequin Feel Good Movement event and enjoy a day of activities designed with your uniqueness in mind including a gratitude postcard workshop, a groove and move workshop, a terrarium building workshop, a cooking demonstration, author panels and more! Learn more: www.celebratefeelgood.com
Facebook: https://www.facebook.com/HarlequinBooks Twitter: https://twitter.com/HarlequinBooks Instagram: https://www.instagram.com/harlequinbooks/
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Frédéric Dard

Où Frédéric Dard est-il né?

Vire (Calvados)
Moulins (Allier)
Jallieu (Isère)
Beauvais (Oise)

10 questions
56 lecteurs ont répondu
Thème : Frédéric DardCréer un quiz sur ce livre