AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
3,55

sur 28 notes
5
0 avis
4
6 avis
3
2 avis
2
1 avis
1
1 avis
Renod
  03 mai 2018
Femmes à lunettes… le commissaire médite cet adage populaire installé dans un train qui le mène à Rennes. Il profite du trajet pour contempler à loisir son agréable voisine et sa jolie paire (de bésicles). Son esprit polisson travaille à plein régime quand la jeune femme se lève en direction des sanitaires. Quelques instants plus tard, un voyageur affolé tire le signal d'alarme. La passagère a sauté du train en marche. C'est un échec pour San Antonio qui était chargé de filer ce membre d'un mystérieux réseau terroriste. Et les déconvenues vont s'accumuler pour notre commissaire. Il parait impossible de juguler la série d'attentats qui touche les intérêts étatsuniens en France. A l'étage du dessus, le Vieux fait monter la pression.

J'ai pris plaisir à suivre l'enquête de cet épisode. Notre San Antonio - coeur d'artichaut est accompagné par l'ineffable Pinaud et le gros Béru qui prennent une place plus importante dans ce récit. Le trio fonctionne à merveille. Les personnages secondaires sont folkloriques ; on peut coter entre autres le copain Pranmoitoux à qui San Antonio ravit toutes les conquêtes ou un employé de gare au goût prononcé pour l'ail. J'ai aimé cet épisode riche en calembours et en rebondissements trouvé ce week-end dans une boîte à livres de ma commune. Que celui ou celle qui l'y a déposé soit remercié !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
domisylzen
  19 décembre 2015
San-Antonio rêvasse, lors d'une filature, qu'il aimerait bien lutiner avec une femme à lunettes. C'est dingue des centaines de nanas mais pas de femmes à lunettes et justement celle qu'il observe possède cette qualité. Cette môme est venu rendre visite à un certain Crakzic, impliqué dans une histoire de vol aux Etats-Unis, retrouvé raide mort dans sa cellule.
Béru retrouve San-A à la gare, la donzelle a pris un billet de train pour Rennes. A peine a-t-il engagé la conversation que la fille se lève, prend une trousse et … tombe du train. Elle est retrouvée broyée sur les rails mais … mais … il manque sa trousse.
Un San-Antonio bien emmêlé ou il faudra la force du trio Sana, Béru et Pinaud pour appréhender les terroristes. Un numéro comme on les aime, avec cette écriture si particulière de Frédéric Dard.
Commenter  J’apprécie          160
lecassin
  12 mai 2015
« Entre la vie et la morgue » : Fleuve noir N° 201, paru en 1959 et trente-cinquième de la série…

Ici, le trio San-Antonio, Pinaud, Béru semble s'affirmer comme une composante fixe de l'intrigue, après plusieurs tâtonnements. Frédéric Dard ne fait-il pas dire ici à San Antonio, en parlant de ses adjoints : « mes acolytes » ? La structure qui fera les bons San-Antonio à venir est en passe de se stabiliser…
D'autant que le calembour sur les noms de personnages et de lieux est bien en place ici, comme les digressions fantaisistes et le Kâma-Sûtra personnel du commissaire…

Bon ! Parlons intrigue : un espion est arrêté, il se suicide, San-A file une complice, Gretta de Hambourg, aidé de Béru… Par ailleurs des attentats sont perpétrés en France contre des intérêts américains. Y-a-t-il un lien ?

Un bon petit San-Antonio avec une intrigue originale et bien ficelée, même si les mobiles de la belle Gretta me semblent peu clairs.
Commenter  J’apprécie          90
lectureenfantparent
  15 novembre 2019
Dans les premières minutes d'écoute de ce San Antonio, j'ai d'abord pensé que ce genre de roman policier n'était pas pour moi. Ce flic au langage fleuri qui nous détaille les « pare-chocs » de la suspecte qu'il est en train de filer… Mais, j'ai poursuivi mon écoute et peu à peu je me suis laissée embarquer dans cette intrigue policière dont le héros a l'allure désinvolte mais la répartie cinglante.

Car ce qui fait le charme de ce roman, c'est l'humour constant et le sens des tournures de San Antonio. Frédéric Dard manie la langue et joue avec les mots avec un talent indéniable. Argot, anglicismes, jeux de mots, calembours, références culturelles, images, comparaisons, contrepèteries… tout est bon pour trouver une formulation originale et amusante.

Venons en maintenant au fond de l'histoire. San Antonio s'est vu affecter à une mission assez plaisante : suivre une jolie blonde à lunettes qui semble impliquée dans une affaire louche. Malheureusement, elle meurt en pleine filature, poussée sous les roues d'un train au nez et à la barbe du commissaire. L'affaire se corse lorsque San Antonio découvre qu'il s'agissait de Greta de Hambourg, une dangereuse terroriste responsable de plusieurs attentats contre des ambassades américaines. L'enquête piétine. La bande de malfrats est extrêmement bien organisée et tous ceux susceptibles de parler, meurent les uns après les autres. Heureusement que San Antonio peut compter sur ses collègues Pinaud et Berurier qui, sous des airs un peu bêtas, ont de temps à autre des fulgurances utiles à l'enquête !

L'enquête ne m'a pas totalement convaincue, mais, au final cela importe peu car, pour moi, dans ce roman c'est surtout la forme qui l'emporte sur le fond !

La version audio lue par Claude Lesko est vraiment agréable à écouter. Je trouve qu'il restitue parfaitement le ton de San Antonio et l'ambiance de l'histoire telle que je me l'imagine. Ce livre audio m'a totalement plongée dans l'univers de ce policier des années 1950.
Lien : https://lectureenfantparent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
Beathi
  26 juillet 2014
36ème roman de San-Antonio publié en 1959 (dépôt légal 3ème trimestre 1959).

L'histoire se déroule en été 1959 à Paris et la région parisienne sur une durée de 5 jours

Mission : San-Antonio surveille dans un train Gretta-de-Hambourg, une terroriste anti-américaine. Mais cette dernière se tue en tombant du train. le fameux trio a pour mission de démanteler tout le gang.

Du même niveau que le précédent (San-Antonio met le paquet). Les personnages de Béru et Pinaud prennent plus d'importance dans ce roman.

Voici les informations concernant le commissaire dans ce livre :
- Poids : 80 kg
Commenter  J’apprécie          50
Wyoming
  10 janvier 2019
36ème San-Antonio, paru en 1959, une nouvelle affaire d'espionnage et de filature avortée pour le commissaire, finalement pas expert en poupée à lunettes. L'intrigue est soignée mais assez confuse, on s'y retrouve tout de même à la fin avec une bonne satisfaction de lecteur.
Commenter  J’apprécie          40
DrOdR
  20 juillet 2019
Un Sana parmi d'autres

Une histoire un peu plus tordue qu'à l'habitude dont on retient surtout effectivement les codes habituels de San Antonio. Pas de scène d'anthologie à rire aux éclats ( la partie de dames dans "Vas-y Béru" par exemple), mais les apparitions de Béru ou de Pinaud déclenchent souvent un sourire. le style reste bien sûr inimitable, mais je ne peux pas être objectif puisque je place F Dard très haut dans la galaxie des écrivains ( ...mouais, moi je n'y suis pas en tous cas...).
Commenter  J’apprécie          10
ntchoubis
  05 janvier 2017
SYNOPSIS
San-Antonio et son équipe poursuivent leur lutte contre les criminels et les espions de toutes sortes. Dès les premières pages du roman «Entre la vie et la morgue», on voit que le commissaire et ses collaborateurs les plus proches, Béririer et Pinaud, sont collés aux basques d'une certaine Gretta de Hambourg, chef du gang et terroriste anti-américaine. Quelques jours avant, les services français, informé par Interpol, ont arrêté un espion yougoslave Crakzic, suspect de vol aux États-Unis. Mais celui-ci s'est suicidée sans piper mot. Opiniâtre, le Vieux nourrit l'espoir sur la planque à son hôtel. le lendemain, Gretta de Hambourg s'y annonce et demande Crakzic. On lui répond que son copain s'est absenté (ce qui n'est pas du tout un mensonge) et propose de l'attendre. «Elle attend vingt-quatre heures et part en voyage» en prenant le train pour Rennes.

Hélas, malgré la surveillance de San-Antonio et Cie, Gretta de Hambourg n'est pas arrivée à Rennes: peu de temps après le départ, quelqu'un l'a poussée sur la voie ferrée et elle s'est tuée en tombant du train.
Ainsi, la mission de San-Antonio est de retrouver les coupables (il a vu l'un des hommes et sait qu'ils disposent d'une Mercedes 190) et de les neutraliser…

MON HUMBLE AVIS
Cette histoire est parue en 1959. Sa recette à concoter et les ingrédients utilisés (le tempo parfait, les rebondissements incessants, des calembours, des métaphores, des répliques savoureuses, des digressions lyriques), nous prouvent la maestria grandissante de l'auteur. Tout y est et tout se densifie. Dans le volume précédent, «San-Antonio met le paquet», nos inspecteurs légendaires, Pinaud et Bérurier, ont joué des personnages de second plan, mais ici l'auteur les a tirés de l'oubli. «Toujours la banane, toujours debout» comme aurait chanté Renaud. Il y a même encore quelques lignes sur Mathias et son rôle d'encyclopédie vivante du monde criminel. L'intrigue reste un peu niaise, ce qui est encore un point commun avec le roman précédent.

On peut dire que Frédéric Dard bat encore les cartes, mais l'équipage qui marquera le luxe et et le grandeur de l'oeuvre sanantoniesque est déjà au grand complet. «Alea jacta est», comme aurait dit un certain Jules César.

3.5/5
Lien : https://autodidacteblog.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Camillecture
  01 décembre 2019
Découvert en version audio.

Je ne connaissais pas du tout San Antonio avant de découvrir cette histoire et je crois que je vais en rester là avec cet auteur.

Le premier chapitre aura suffit pour me plonger dans l'univers si particulier de l'auteur, un univers peuplé de jeux de mots, de métaphores et d'allusions...
Aie aie aie ... tout cela n'est pas du tout à mon goût !
Vraiment, c'était trop pour moi ! Un jeu de mot de temps en temps : pourquoi pas ! Mais ici on est sur du très haut niveau : au moins un jeu de mot par phrase ! Ce style pourra peut être en amuser certains. Je salue la performance (à moins que l'auteur parle comme ça dans la vie quotidienne... et alors bon courage aux proches...) mais cela aura eu le don de m'agasser au lieu de me faire rire.

Certains livres policiers sont menés avec finesse et intelligence. Ici l'histoire m'a paru grossière et soupoudrée d'une bonne dose de beaufitude...

Je ne recommande pas.
Commenter  J’apprécie          00
CyranoGirl
  03 novembre 2019
Je pense que c'est la première fois depuis longtemps que j'écoute un livre audio. le dernier doit dater de ma plus tendre enfance et je n'en garde qu'un souvenir très moyen.

Première réflexion que je me suis faite en recevant ce livre, c'est qu'à une époque où il n'y a plus de disc-man ou même de lecteur CD sur les ordinateurs, c'est très difficile de savoir comment faire pour le « lire ». Après quelques bidouilles, j'ai réussi à transférer les fichiers Mp3 sur mon ordinateur et je me plonge enfin dans l'univers de San Antonio.

Sur le fond, la voix est agréable à écouter. Elle est grave et sait appuyer sur certains passages de l'histoire. Félicitations à Claude Lesko, je trouve que tu as une très belle voix. Par contre, toujours sur le fond, certains mots – et je parle ici des anglicismes présents dans ce livre – devraient être « mieux lus ». En effet, premier chapitre, quand j'ai entendu le mot « manager » prononcé « ma-na-gé » j'ai failli m'étouffer avec mon thé…

Sur l'écriture maintenant : j'aime bien le style, même si je pense que ce serait plus plaisant de le lire que de l'écouter. Il est assez original – un mélange de réflexions lourdes (beaucoup de longs mots) et de jargon un peu paysan. Ce genre de style ne m'est pas inconnu car cela m'a fait pensé aux livres de Colette – Claudine.
Il y a énormément de références qui me sont passées au dessus de la tête, ce qui me chagrine un peu.

En soi, l'histoire est bien ficelée, parfois un peu alambiquée. Pas grand-chose à dire, cependant, parce que si on la résumait, elle pourrait tenir en un seul chapitre audio. En soi, ce qui fait le plus gros du livre, c'est les descriptions dithyrambiques de l'auteur.

En bref, je ne suis pas fan des livres audio… Même si la voix est agréable à écouter, le rythme de lecture ne convient pas à tout le monde. Quand je lis, certains passages vont plus vite que d'autres ; j'ai la possibilité de relire et re-relire les phrases pour m'imprégner de l'ambiance. Avec de l'audio, c'est beaucoup plus dur. Par ailleurs, plus subjectif de ma part, je n'ai pas du tout aimé tous ces passages où l'auteur fait des analogies sur les voitures…

Belle découverte qui ne m'a cependant pas éblouie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Frédéric Dard

Où Frédéric Dard est-il né?

Vire (Calvados)
Moulins (Allier)
Jallieu (Isère)
Beauvais (Oise)

10 questions
68 lecteurs ont répondu
Thème : Frédéric DardCréer un quiz sur ce livre