AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
San Antonio tome 4 sur 175
EAN : 9782266239837
256 pages
Pocket (04/07/2013)
3.71/5   80 notes
Résumé :

" Il y a une multitude de choses dont j'ai horreur. Les jeunes filles de plus de quatre-vingt-dix-sept ans, tout d'abord. Le poisson mal cuit, aussi. Puis les liaisons mal à propos ; les ouatères de wagons de seconde classe ; les bitures de Bérurier et les imparfaits du subjonctif de Pinaud. Mais s'il y a une chose qui m'énerve par-dessus tout, qui me file au bord du délirium très mince, c'est qu'on s'asseye sur mon chapeau... surtout au cinéma... surtou... >Voir plus
Que lire après Mes hommages à la donzelleVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
3,71

sur 80 notes
5
2 avis
4
7 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
0 avis
Décidément, je crie à qui veut l'entendre : j'adore San-Antonio !
Ce 4e opus est dans la parfaite lignée des précédents.
Notre commissaire manque de peu de faire partir quelques marrons dans un cinéma, avant de s'apercevoir que le zigue a manifestement cherché l'altercation, et qu'il le connaît...
Il s'agit d'un petit bras qui est dans une affaire que San-Antonio trouve étrangement grosse pour lui...
Et hop, c'est parti pour une nouvelle aventure/enquête sur fond d'espionnage international.
Encore un récit aussi entraînant qu'un torrent alpin à la fonte des neiges, qui grace aux explications de notre héros pourra être apprécié même par ceux qui auraient "une tomate farcie sous la perruque" comme dirait l'auteur !🍅😆🍅
Commenter  J’apprécie          300
Je me sens bien quand je lis un San Antonio. J'oublie un peu tout, ça me détend, me fait sourire. Même s'il est misogyne, sur de lui, ce personnage nous rassure. Il incarne peut être l'homme idéal, on se met facilement dans sa peau. du coup, on déguste, on se ballade (ici en Austin Mini Abarth), on fait de Bath rencontres et on vit à cent à l'heure.
Le commissaire a repris du service en France, l'ombre de la guerre plane encore et les services secrets sont particulièrement actifs. Ce quatrième épisode se déroule à Paris et ses alentours, Boulogne Billancourt. On y retrouve des habitudes oubliées, le cinéma et son entracte, la dame pipi et le téléphone au sous sol du bar. Il emmène dans ses aventure un collègue "bouboule", certainement les prémices de son futur acolyte Bérurier.
Commenter  J’apprécie          121
Un bouquin très rythmé, l'action commence à quatre de l'aprem et se finit vers minuit. Rebondissement, humour, drague, suspense pour une intrigue digne d'intérêt.
Le professeur Stevens travaille en collaboration avec nos champions de l'atome, sur la conception d'une fusée. Malheureusement la formule que seul Stevens connaissait, a fuité. le vieux à des soupçons sur Héléna Cavarès la secrétaire du professeur : la formule n'a pas quitté le coffre et seul des familiers de Stevens auraient pu s'approprier la formule. le vieux charge San-Antonio de s'occuper d'elle. San-A. pensent trouver une vieille secrétaire toute rabougrie mais il n'en est rien : c'est évidemment un super canon.
Commenter  J’apprécie          120
Depuis que j'ai découvert le premier tome, je suis sous le charme pour le moment des aventures de San Antonio et l'avantage que j'ai, c'est que puisque je ne les ai jamais lu, chaque nouvelle aventure que je lis dans son ordre chronologique, c'est une véritable découverte pour moi.

Avec ce quatrième ouvrage, j'ai de nouveau pris mon pied. Au bout de trois livres, je commence à connaître la recette et même si le récit comporte de nombreuses facilités, c'est toujours la grande éclate que de me plonger dans cet univers.

Il faut dire aussi que Frédéric Dard à le don de réinventé la langue française. J'ai déjà écrit à travers d'autres avis que le ton me faisait penser à du Audiard mais ça ne serait pas rendre justice à Frédéric Dard et à son immense faculté de jouer avec les mots.

"Mes hommages à la donzelle" à beau avoir été publié en 1952, même si il est d'une époque que je n'ai pas connu, cela reste un texte accessible. C'est populaire mais dans le bon sens du terme et c'est aussi l'une des clés qui font que j'aime ses textes. Je me marre sans me prendre la tête alors que Frédéric Dard a du pour sa part bien se la prendre sa tête pour manipuler ses mots.

C'est fluide, c'est dynamique et si l'on est client, on en a pour notre argent. Il n'y a pas une page où je ne me marre pas prenant même un certain plaisir à relire certaines phrases, certaines répliques, que je trouve tellement jouissive que je regrette de ne pas manipuler le jargon de Frédéric Dard de la même manière.

Quant à l'histoire, je dois bien avouer que j'ai été agréablement surpris. Au-delà des facilités que j'évoque plus haut, j'ai énormément aimé le fait que cette aventure se recentre davantage sur l'enquête policière. On a de l'espionnage en toile de fond mais ce n'est jamais bien lourd (et c'est quelqu'un qui n'est pas spécialement fan d'histoires d'espionnage qui vous le dit !) et surtout, on s'éloigne un peu du décor de la seconde guerre mondiale que l'on pouvait avoir dans les précédents textes dont je n'étais pas très friand).

Alors bien sûr, je m'emballe mais ça reste une aventure de San Antonio. On y va en sachant dans quoi on met les pieds (tout comme on sait ce que l'on va trouver trouver dans un James Bond par exemple dans un autre registre) mais c'est tout ce que je recherche ici. C'est frais et j'apprécie beaucoup également le fait que ça se lise très vite. Il y a bien sûr un petit côté frustrant dans cette rapidité (surtout que cette fois-ci l'intrigue se déroule sur quelques heures à peine) mais bon, j'en suis qu'au quatrième livre et Frédéric Dard en à écrit plus d'une centaine des San Antonio donc j'aurais vite de quoi compenser.

Pour résumer, c'est encore un plaisir très sympathique pour moi que de découvrir San Antonio. J'en suis qu'au quatrième livre donc il est un peu tôt pour crier ma préférence mais c'est vrai qu'à ce jour "Mes hommages à la donzelle" reste quand même celui que je préfère des quatre premiers livres. Question de rythmique et de décors je pense. Quoiqu'il en soit, je ne regrette vraiment pas de me faire l'intégrale dans ma bibliothèque.
Lien : https://lebazardevladdy.blog..
Commenter  J’apprécie          20
San-Antonio !

J'ai un peu moins apprécier cet opus, malgré le fait que l'histoire se déroule en une seule et même journée, j'ai trouvé que certains passages tiraient un peu longueur.
Surtout quand cela touchait la maison à Boulogne, j'ai trouvé que c'était long...
Enfin, sinon en terme de texte, j'ai bien aimé, il faut dire que Frédéric Dard avec sa plume, nous pond une merveille en ce qui concerne l'argot et expressions !

Par contre, si un jour vous croisez une 4CV qui atteint les 160km/h, faites moi signe :)
J'aimerai voir ça avant de mourir !
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
— Bonjour, San-Antonio, fait le Vieux en me proposant sa peluche d’aristo, vous vous sentez en bonne condition physique ?
— Et comment ! je lui réponds. Cette enquête sur la Côte m’a pour ainsi dire rénové. Vous avez un boulot intéressant à me confier ?
Il lisse son front somptueux, ce qui met en valeur ses boutons de manchette en jonc véritable.
— J’ai en effet un travail pour vous. Un travail… délicat, mais je ne puis vous dire s’il est intéressant ou non…
Commenter  J’apprécie          20
Le type qui pilote la bagnole est un gros mec à tronche de sadique allemand. Chaque fois que nos regards se croisent dans le rétroviseur, je ne peux m’empêcher de penser qu’il ferait une bath carrière à Hollywood, pour remplacer Boris Karloff les jours où ce dernier va chez le dentiste…

— Si je ne suis pas trop indiscret… Où allons-nous ?

Pour la première fois, Schwartz perd de sa courtoisie.

— Vous le verrez bien, fait-il sèchement.
Commenter  J’apprécie          20
Vous allez croire que la réflexion est mon sport favori. Y a de ça. J'aime bien mettre un jeton dans mon appareil à déduction lorsque je traverse des temps morts.
Commenter  J’apprécie          60
Il y a une multitude de choses dont j'ai horreur. Les jeunes filles de plus de quatre-vingt-dix-sept ans, tout d'abord. Le poisson mal cuit, aussi. Puis les liaisons mal à propos ; les ouatères de wagons de seconde classe ; les bitures de Bérurier et les imparfaits du subjonctif de Pinaud. Mais s'il y a une chose qui m'énerve par-dessus tout, qui me file au bord du délirium très mince, c'est qu'on s'asseye sur mon chapeau... surtout au cinéma... surtout quand on l'a fait exprès..
Commenter  J’apprécie          10
Hum, je vois. C'est le genre de fille qui travaille vingt-quatre sur vingt-quatre et qui se lève la nuit pour passer l'aspirateur, non ?
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Frédéric Dard (79) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frédéric Dard
*RÉFÉRENCE BIBLIOGRAPHIQUE* : San-Antonio, _Réflexions définitives sur l'au-delà,_ morceaux choisis recueillis par Thierry Gautier, Paris, Fleuve noir, 1999, 120 p.
#SanAntonio #FrédéricDard #Aphorismes #LittératureFrançaise #XXeSiècle
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (205) Voir plus



Quiz Voir plus

Frédéric Dard

Où Frédéric Dard est-il né?

Vire (Calvados)
Moulins (Allier)
Jallieu (Isère)
Beauvais (Oise)

10 questions
87 lecteurs ont répondu
Thème : Frédéric DardCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..