AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290124613
Éditeur : J'ai Lu (02/03/2016)

Note moyenne : 4.14/5 (sur 28 notes)
Résumé :
Enfant, Isolde Goodnight croyait aux histoires merveilleuses de son père, écrivain à succès. À vingt-six ans, l’adversité lui a fait renoncer à ses rêves de petite fille. C’est alors qu’une lettre lui annonce un héritage inattendu. Pleine d’espoir, Isolde puise dans ses derniers deniers pour rejoindre Gostley Castle. Là-bas, elle est terriblement déçue : son parrain ne lui a pas légué d’argent, mais un château sinistre ! Pire, l’ancien propriétaire y réside toujours... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Nono19
  19 février 2017
Après la mort de son père, Izzy se retrouve fort démunie. Lorsqu'elle découvre qu'elle a hérité d'un château, Gostley Castle, elle pense que ses ennuis sont terminés. Malheureusement, le propriétaire des lieux, le duc de Rothbury n'a pas l'intention de s'en aller. En attendant de régler leur différent, Rothbury propose à Izzy de rester comme secrétaire et de l'aider à trier sa correspondance laissée depuis longtemps entre parenthèses.
Izzy découvre un château quasi abandonné et un duc assez grognon venu panser ses plaies. Car Rothbury est aveugle suite à une espèce de duel qui a mal tourné. La cohabitation s'annonce houleuse...
J'ai passé un bon moment avec cette romance qui mélange émotions, situations rocambolesques et je l'avoue une petite révélation que je n'avais pas vu venir.
Tessa Dare a écrit la saga "Spindle Cove" que j'avais bien aimé. Cette série-ci s'annonce prometteuse.
Les personnages principaux m'ont plu. Izzy, dont le père écrivain, l'a mise en scène comme une petite fille innocente dans ses romans, n'arrive pas à sortir du rôle qu'on lui a donné. Car les romans en question ont beaucoup de succès et des communautés de fans ont vu le jour. Fans qui recherchent la petite Izzy et ne l'ont pas vue grandir.
Mais Izzy a 26 ans et aimerait qu'on voit la femme qu'elle est devenue.
Evidemment Rothbury, lui, ne voit que ça :p.
Ce duc renfermé, bougon et parfois un peu cassant vit en marge de la société depuis l'accident qui l'a rendu aveugle.
Son lourd passé ne l'aide pas à faire confiance et il lui faudra un peu de temps avant d'accepter les sentiments qu'il éprouve pour Izzy.
Les Moranglians, ces fans absolus des "Contes de minuit", sont un petit plus dans cette romance. Ils se déguisent, jouent à des jeux de rôles, ... et créent du coup certaines scènes assez surréalistes :p.
Un bon premier tome qui m'a donné envie de lire les suivants!

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Aliseya
  11 mai 2017
J'ai beaucoup entendu parler de Tessa Dare comme une bonne auteure d'historique et le résumé de ce premier tome me tentait.
Nous suivons Isolde Goodnight alias Izzy qui a eu la surprise de recevoir une lettre lui disant que son parrain lui avait légué quelque chose. La surprise est grande: un château, son parrain lui a légué un château à moitié en ruine...
Dès le départ j'ai été conquise par cette histoire. L'héroïne a beau vivre dans soit disant" un conte de fée" , elle a de la morgue, du courage et pas la langue dans sa poche. Une femme parfaite pour tenir tête au Duc de Rothbury , Ransom. j'ai été amusée de voir que les méthodes de celui-ci pour la faire partir tombes à l'eau l'une après l'autre. Et qu'au final, cette présence lui fait du bien autant sur le moral que physique.
Les personnages secondaires ne sont pas en reste avec la fille du pasteur dont la bonté et le franc parlé aurait faire dressé les cheveux sur la tête de son père. Duncan, le valet prévenant qui aimerait se rendre plus utile si Ransom le laissait faire. J'ai adoré son "pétage de plomb" dans la scène de la baignoire. La confrérie née des gens
passionnés des contes de minuit peut parait un peu étrange au premier abord car ces personnes vivent vraiment leur passion. Ils ressemblent aux fans d'un certain sorcier. L'intrigue en elle-même est cousue de fil blanc, mais plaisante. J'ai eu du mal a lâcher ma lecture. le style est fluide et prenant.
Pour conclure, j'ai adoré ce premier tome des héritières. Ayant le tome 2 et 3 dans ma pal, je ne risque pas d'attendre pour lire la suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
clarisse06
  05 mai 2016
Comme je le fais souvent après avoir refermé un roman, je vais voir ce que d'autres blogueurs et blogueuses en ont pensé. Les avis sur Il était une fois un Duc sont tous unanimes, les chroniques enthousiastes. du coup je suis presque un peu gênée de ressortir mitigée de cette lecture. J'y ai trouvé du bon... mais aussi du moins bon.
Tout d'abord, j'ai trouvé l'héroïne et le contexte vraiment très intéressants! A la mort de son père, écrivain à succès mais peu prévoyant, Isolde a tout perdu, l'héritage étant revenu à un cousin sans pitié. Au moment où elle songe le plus à baisser les bras, elle apprend que son parrain lui lègue un château plutôt lugubre et délabré. Sauf qu'il est habité par Ransom, le duc de Rothbury, qui prétend pourtant n'avoir jamais vendu son château à quiconque et compte bien y rester. Isolde campe sur ses positions. Rothbury vient de passer sept mois isolé de tout le monde, il est aveugle suite à une blessure et a délaissé beaucoup trop de choses. Il offre donc à Isolde un emploi de secrétaire afin qu'elle vienne à bout de sept mois de courrier non ouvert et qu'ils puissent démêler cette étrange histoire d'héritage.
Toute cette partie de l'histoire est vraiment captivante, et je dois dire que le roman se lit très, très vite. Isolde est une jeune femme qui s'est vite oubliée et a vécu à travers le regard des autres. En effet, son père a connu le succès grâce à une vaste oeuvre littéraire, dont sa fille est une figure forte. de nombreuses personnes ont donc décidé de choyer Isolde à vie comme une petite fille qu'elle n'est plus et ont même créé une sorte de confrérie. Cet aspect est également très intéressant! Tessa Dare nous offre même une révélation que je n'avais pas vue venir.
Là où j'ai été largement moins conquise, c'est par le personnage de Ransom. Il est d'une grossièreté qui m'a empêchée de m'attacher à lui. Bien sûr, on comprend qu'il a été un enfant rejeté, mais bon. Tessa Dare y a mis le paquet quand même. Dès l'instant où Isolde pose les pieds au château, Ransom n'a que deux idées en tête: se débarrasser d'elle, mais quand même profiter de ses charmes avant, tant qu'à faire. Et donc, cela peut donner des scènes durant lesquelles Isolde lit le courrier quand tout à coup monsieur le Duc aurait bien envie de lui montrer ce que cache sa braguette. En romance historique je préfère largement le romantisme à la grossièreté. Cela n'engage que moi, bien sûr, l'intrigue reste bonne, mais ce duc un peu obsédé m'a agacée. Et puis il va y avoir un changement un peu trop soudain et facile, mais je ne dis rien de plus.
Je ne sais pas encore si je vais lire la suite de cette série lorsqu'elle paraîtra. Si le prochain héros est un peu plus classe, je ne dis pas non, car je le répète, l'intrigue est plaisante.
Lien : http://www.placedeslivres.ca..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          12
viedefun
  07 janvier 2017
Il était une fois un duc est un vrai coup de coeur pour moi car il n'est pas qu'une simple romance historique. Il a cette petite touche de folie qui nous fait garder le sourire aux lèvres durant tout le livre ! La raison principale est très certainement que l'auteure américaine Tessa Dare y inclus le sujet très contemporain du « cosplay » et du regroupement de fans pour une saga littéraire populaire (à la sauce XIXème siècle, bien évidemment !). Les nombreux clins d'oeil à propos d'oeuvres contemporaines sont évidents, surtout pour les fans d'Harry Potter ou de Star Wars. Et ce qui est le plus drôle, c'est de voir les réactions de Ransom, le Duc de Rothbury, qui est totalement hermétique à tout ça et est donc complètement abasourdi par le comportement et le « doux délire » de ces gens. Vous l'aurez compris, on rit beaucoup en lisant Il était une fois un Duc, mais Tessa Dare n'oublie pas non plus de nous faire rêver avec des passages ultra romantiques, exaltants et aussi sensuels. Sans oublier les multiples rebondissements et révélations en tout genre qui m'ont scotchée à mon livre durant tout le récit ! Ransom et Izzy forment un couple étonnant et détonnant mais aussi très attendrissant. Entre l'ex-bel homme devenu infirme et aigri suite à son accident et la jeune femme au visage banal qui a toujours vécu par procuration à travers la saga best-seller de son père, ça va faire des étincelles, c'est moi qui vous le dit, et ce, pour notre plus grand bonheur, à nous lecteurs !!! Je vous le recommande à 100% !
Ma note : 18,50/20

Lien : http://lespassionsdeviedefun..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LauraDarcy
  29 juin 2016
La romance historique est ma grande passion, mon péché mignon. Et lorsque j'éprouve quelques difficultés à trouver un rythme de lecture convenable, il me suffit de sortir un aventures et passions qui traine dans ma bibliothèque pour me redonner le sourire.
Ces romances ont beau être rempli de clichés, je les aime d'amour! Fleur bleue un jour, fleur bleue toujours!
Tessa Dare est une auteure bien connue dans le milieu de la romance historique que j'avais très envie de découvrir. Ces sagas sont toujours très bien notées sur Livraddict et Goodreads.
Isolde, après le décès de son père, hérite d'un château délabré dans le nord de l'Angleterre. C'est un sinistre château, déjà occupé par un duc reclus, mais c'est sa nouvelle maison. Et Izzy ne rêve que d'une seule chose : un foyer. Depuis sa plus tendre enfance, elle vit dans un conte de fées au rythme des aventures de Cressida et le chevalier Ulrich, écrit par son père.
Tessa Dare revisite avec originalité le conte de la Belle et la Bête mettant au placard les clichés auxquels on est habitué.
Isolde n'est pas une princesse en détresse au physique parfait. D'ailleurs, elle serait même plutôt quelconque. Dans le château réside la Bête, le conte Ransom atteint de cécité et défiguré depuis un duel qui a mal tourné. Il est loin d'être le prince charmant, car il est froid et cynique. Ce sont deux personnages attachants et je suis totalement tombée amoureuse de Ransom.
Isolde et Ransom sont parfaits l'un pour l'autre. Isolde souhaite être vu comme une femme et non comme la petite fille naïve qui a inspiré les contes. Elle veut être aimée pour ce qu'elle est alors que Ransom est persuadé de ne pas mériter l'amour depuis son accident. Leur couple est absolument délicieux et leurs échanges croustillants.
Le côté conte de fées et pièce de théâtre est accentué par l'arrivée d'une communauté de fans voulant rendre hommage à Izzy. Les scènes loufoques et rocambolesques s'accumulent à mon plus grand plaisir. J'ai eu grâce à eux un sourire omniprésent sur les lèvres et des papillons dans le ventre.
Tessa Dare a mené d'une main de maître cette romance. Dès que le tome 2 sort, je cours me le procurer en espérant vivre un aussi bon moment de lecture. Je comprends l'engouement auteure de cette auteure et je ne suis pas prête de la lâcher.
Lien : https://darcybooks.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
viedefunviedefun   07 janvier 2017
— Qui vous a retrouvée ? demanda-t-il. Izzy grimaça à la perspective de lui révéler la vérité que, d’ici quelques minutes, elle ne pourrait plus lui dissimuler. Mais cela n’allait pas plaire au duc. Pas du tout. Elle s’apprêtait à tout lui expliquer lorsque Ransom la prit par les épaules, la mine sombre.
— Écoutez-moi, maintenant. Je ne sais pas qui ils sont ni ce qu’ils vous veulent. Mais tant qu’il restera un souffle d’air dans mes poumons et de la force dans mon corps, je vous jure une chose : je ne les laisserai pas vous faire de mal. Oh. C’était reparti : de nouveau cette faiblesse dans les genoux. Jamais personne – et certainement pas un homme tel que lui – n’avait fait à Izzy pareil serment. Du moins, pas spontanément. Pendant un instant, elle ne put que garder le silence. Sa promesse de la protéger lui tournait la tête. Et elle se sentait coupable de le voir s’inquiéter ainsi pour elle. Un tout petit peu coupable.
— Il s’agit d’une invasion, expliqua-t-elle, mais amicale. Nous recevons la visite de l’armée morangliane. Venez voir, si vous le pouvez. Elle l’emmena vers la galerie de fenêtres qui donnaient sur la cour. Une vingtaine de cavaliers paradaient, suivis de trois voitures. Des chevaliers en armure mirent pied à terre à l’unisson, et les portières des véhicules s’ouvrirent, livrant passage à une douzaine de jeunes demoiselles en tenue médiévale. Des bannières claquaient dans la brise matinale. Izzy ne pouvait distinguer les mots gravés dessus, mais c’était inutile. Elle savait ce qu’ils disaient : « Ne doutez point. »
— Qui sont ces gens ? s’exclama Ransom tandis que l’incroyable cortège franchissait la voûte et pénétrait dans la cour. Que diable veulent-ils ?
— Je vous l’ai raconté, les lecteurs les plus enthousiastes de mon père s’appellent entre eux les Moranglians. Ils ont créé des clubs et, par le biais de lettres circulaires, échangent des nouvelles. Et les Moranglians les plus fervents… eh bien, ceux-ci vont un peu plus loin : ils s’amusent à se costumer comme les personnages créés par mon père et mettent en scène certains des épisodes des Contes. Ils sont très organisés. Ils prêtent serment, ils ont des écussons…
— Quel est cet affreux bruit de ferraille ?
— Ce sont… Elle soupira.
— Ce sont des armures
—Des armures ?
— Je sais que cela doit vous paraître absurde… Elle chercha son châle brodé.
— Je ne vous demande pas d’approuver. Mais ne vous moquez pas d’eux. Elle s’enveloppa de son châle, se pencha par la fenêtre et agita une main.
— Brave peuple de Moranglia ! Tous les jeunes gens réunis dans la cour levèrent les yeux. Les hommes, avec leurs armures de carnaval, se rassemblèrent. L’un d’eux s’avança et mit un genou à terre.
— Gente dame. Je suis sir Wendell Butterfield, commandeur des chevaliers de Moranglia, division du West Yorkshire, et je représente également nos sœurs, section locale des demoiselles de compagnie de Cressida.
— Vous venez de bien loin avec votre équipage, sir Wendell.
— En effet. Ai-je l’honneur de m’adresser à Mlle Izzy Goodnight ?
— C’est moi-même, lança-t-elle en souriant. Mademoiselle Izzy Goodnight. Vos chevaliers et gentes dames sont les bienvenus céans. Pendant que la foule dans la cour l’acclamait, Ransom émit un bruit qui ressemblait à un haut-le-cœur.
— Vous recommencez à parler de cette voix mielleuse.
— Chut, le gronda-t-elle du coin de la bouche. Je ne peux pas leur gâcher ce moment. Ils sont pleins de bonnes intentions.
— Qu’en savez-vous, alors qu’ils font irruption ici à l’aube sans prévenir ? Que peuvent-ils bien vouloir de vous ?
— Il s’agit vraisemblablement d’une simple visite de courtoisie. Peut-être aimeraient-ils faire un tour du château. Nous n’allons pas tarder à en savoir plus. Elle cria par la fenêtre :
— Mon bon sir Wendell, mettez-vous à l’aise. J’arrive tantôt. Ransom tendit une main vers elle.
— Attendez. Vous ne pouvez pas laisser ces imbéciles travestis débarquer ainsi dans mon château, ni tantôt ni jamais. C’est hors de question, Goodnight.
— Ceci est mon château. Et je ne les invite pas à rester ici, mais je tiens à manifester un minimum d’hospitalité envers mes hôtes.
— Ce ne sont pas des hôtes mais des intrus. Vous n’allez rien leur demander, mais leur ordonner de partir. Il fit un signe en direction de la montagne de correspondance, légèrement moins haute qu’avant mais encore impressionnante.
— Si vous comptez toujours revendiquer ce château, il nous reste énormément de travail.
— Le travail devra attendre, dit-elle en se dégageant et en se dirigeant vers la porte. Ils viennent de très loin. Je ne peux les repousser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LaChroniquedesPassionsLaChroniquedesPassions   17 mai 2016
Elle inclina le visage vers le sien. Il sentit son souffle contre son cou, de tendres volutes de chaleur.
— Et depuis que je suis toute petite, chuchota-t-elle, je rêve de mon premier baiser. J’ai toujours su au fond de mon âme qu’il serait romantique, tendre et d’une douceur foudroyante.
— Eh bien, vous découvrez qu’il n’en est rien. À votre âge, vous devriez être habituée aux déceptions.
— Détrompez-vous.
Elle resserra les poings sur sa chemise.
— J’ai choisi de me battre contre la désillusion. Vous ne gâcherez pas mon premier baiser. Je ne vous laisserai pas faire. Vous allez m’embrasser de nouveau, sur-le-champ. Et mieux que tout à l’heure.
Il secoua la tête, incrédule.
— C’est terminé. D’ailleurs, même si je vous embrassais encore, ce ne serait plus votre premier baiser.
— Si, puisqu’il fait partie de la même étreinte.
Nom d’un chien ! Où les femmes allaient-elles chercher ces préceptes ? Les conservaient-elles dans un manuel quelconque ? Parfois, il se demandait si la gent féminine ne se composait pas de juristes détentrices d’un code du Droit Romantique qu’elles dissimulaient obstinément aux hommes.
— Cessez de tergiverser. Vous pouvez certainement faire mieux que ce baiser. Après tout, vous avez fait l’amour sur le dos d’un cheval assez souvent pour en tirer des généralités. Vous devez donc embrasser mieux que cela. Je ne quitterai pas cette tourelle tant que…
Il la saisit par les épaules et l’embrassa avec plus de force, essentiellement pour la réduire au silence mais aussi pour étayer son propos : si elle rêvait de moments tendres et romantiques, Ransom n’était pas son homme. Dans le domaine du plaisir physique, il était agressif, impérieux, et fier de l’être. Alors, s’il devait enfoncer le clou deux fois, soit.


http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
viedefunviedefun   07 janvier 2017
— Il ne s’agit pas d’argent, mademoiselle Goodnight, uniquement du château. Lynforth avait plusieurs filleules, auxquelles apparemment il n’a pas offert beaucoup de poneys ni de rubans au fil des années. Je suppose que, pour se rattraper, il a décidé de léguer à chacune d’entre elles ce dont rêve toute jeune fille : son propre château.
— Une seconde, intervint le duc. Ce château appartient à ma famille depuis plusieurs siècles. Archer consulta ses documents.
— Et je vois qu’il a été vendu à Lynforth il y a quelques mois. Il regarda Izzy par-dessus ses papiers.
— Vous paraissez surprise.
— Je suis stupéfaite, reconnut Izzy. Le comte a toujours été bon avec moi, mais il n’était même pas à proprement parler mon parrain. C’était le protecteur de mon père à la Cour. Izzy avait rencontré lord Lynforth à plusieurs reprises, notamment lorsque son père avait été nommé chevalier. En cette illustre occasion, lord Lynforth avait donné à Izzy une pastille qu’il avait tirée de la poche de son gilet et lui avait tapoté la tête avec affection. Elle allait sur ses vingt-deux ans, mais cela partait d’une bonne intention.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
viedefunviedefun   07 janvier 2017
—J’aimerais bien savoir ce qui se passe ici. Et qu’est-ce que c’est que cette histoire de « Ne doutez point » ? Elle lui prit le bras, et ils se dirigèrent à pas lents vers la folie.
— C’est un célèbre discours des Contes de minuit. Ulric le clame à Cressida juste avant de partir pour une quête lointaine : « Ne doutez point, ma mie, de mon retour. » Et cela continue indéfiniment – « Ne doutez point de mon courage, de ma force, de mon ardeur… »
— Mais pourquoi veulent-elles me le faire dire ?
— Je crains que cela ne vous plaise pas beaucoup, répondit à regret Mlle Goodnight. Mais vous avez des traits communs avec Ulric.
— Moi ? Je ressemble à Ulric ?
— Oui. C’en est même troublant. De larges épaules, des cheveux blond foncé un peu trop longs, le visage mal rasé… Vous êtes pour ainsi dire son sosie, jusqu’à vos bottes élimées.
— Mais… Ransom fronça les sourcils. C’était donc pour ne pas enflammer davantage les imaginations qu’elle avait voulu le soustraire à leur vue.
— Ce personnage, Ulric, il n’a certainement pas de cicatrice.
— Eh bien, figurez-vous que si. Depuis le trente-quatrième épisode, durant lequel il se bat contre le Chevalier des Ombres dans la forêt de Banterwick. Ransom relâcha son souffle. Il commençait à comprendre. Et la nausée l’envahissait lentement. Il la fit s’arrêter et se tourner vers lui. Ce matin, il voyait presque bien. Mieux que jamais. Il était capable d’éviter une grosse racine devant ses pieds ou de distinguer le vague contour des arbres et de la construction en ruine, à défaut de la couleur ou de la forme des oiseaux qui les traversaient. Mais comme il était cruel de savoir qu’il ne la verrait jamais mieux ! Il discernait la courbe large et rouge de sa bouche, et cette masse de cheveux noirs qui se détachaient sur la teinte claire – jaune ? – de sa robe. Mais il n’y voyait pas assez bien pour pouvoir identifier ses émotions sur son visage.
— Je n’en crois rien, déclara-t-il. Vous êtes en train de vous raconter une petite histoire. Depuis le jour de votre arrivée, vous semblez vivre dans un étrange monde imaginaire. Votre propre château, votre propre Ulric balafré et torturé. C’est pour cela que vous ne voulez pas partir d’ici, pour cela que vous ne me laissez pas en paix et que vous descendez tous les matins me regarder dormir. Je suis votre jouet.
— Non, protesta-t-elle. Il vit sa tête se secouer avec vigueur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Nono19Nono19   11 février 2017
Izzy le savait bien: les créatures les plus rapides n'étaient ni les chevaux arabes, ni les guépards africains; aucun animal au monde ne pouvait fuir aussi vite qu'un libertin confronté au mot "mariage". On aurait dû crier ce mot-là pour donner le départ des courses à pied, au lieu de tirer un coup de pistolet.
A vos marques, prêts...mariage!
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Tessa Dare (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tessa Dare
Va chercher bonheur plus bas :D - La vidéo en HD c'est encore mieux.
------------------------------------------------------------------
Le book haul sur mon blog : http://bloggalleane.blogspot.fr/2016/02/book-haul-janvier-2016.html
------------------------------------------------------------------
Récapitulatif des livres cités GRAPHIQUE : ? The Art of Tangled de Jeff Kurtti ? Rêves de princesses de Disney ? Gisèle Alain, tome 5 de Sui Kasai ? Arte, tome 3 de Kei Okhubo ? A Silent Voice, tome 5 et 6 de Yoshitoki Oima ? Bride Stories, tome 3 et 7 de Kaoru Mori ? 20 histoires de fées des neiges
ROMANS : (6.43) ? La perle rare de Laura Lee Guhrke ? La belle héritière de Liz Carlyle ? Les traversées de Solange Delhomme ? Personne d'autre que lui d'Erin Butler ? Hors limites, tome 4 : Pour survivre de Katie McGarry ? Dans la peau d'Erica de Michelle Painchaud ? Kayla Marchal, tome 1 : L'exil d'Estelle Vagner ? Tant qu'on rêve encore de Chris Killen ? Les filles au chocolat, tome 5-3/4 : Coeur poivré de Cathy Cassidy ? L'atelier des poisons de Sylvie Gibert ? Jusqu'à l'aube, tome 1 : La hyène de Perrine Rousselot ? Eldorado d'Hina Corel ? Des romances et des mots de Collectif ? Nouvelles Do Brasil de Collectif ? Colocs (et plus) d'Emily Blaine ? Les héritières, tome 1 : Il était une fois un duc de Tessa Dare ? Partir de Tina Selkis ? Entre mes mains le bonheur se faufile d'Agnès Martin-Lugand ? La ronde des désirs impossibles de Paola Calvetti ? L'agence de Madame Evensong, tome 1 : Dans les bras d'une héritière de Maggie Robinson ? Immaculée de Robin Detweiler ? Angelfall, tome 3 : L'ultime espoir de Susan Ee ? le silence de Mélodie de Sharon M. Draper ? André retrouvée de Sophie Kinsella ? Let the storm break de Shannon Messanger ? Grotesque, tome 1 : La belle et le maudit de Page Morgan
------------------------------------------------------------------
Mon blog : http://bloggalleane.blogspot.fr/ Ma page FB : https://www.facebook.com/pages/Le-blog-de-Galleane/137798319627169?ref=hl Twitter : https://twitter.com/GalleaneL Ins
+ Lire la suite
autres livres classés : ducVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3508 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..