AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2246784948
Éditeur : Grasset (31/05/2017)

Note moyenne : 4/5 (sur 3 notes)
Résumé :
« Il fait nuit. Seule dans sa chambre, Marie recherche la signification de ce nom : May… ainsi se nomment les fées de la poésie arabe. Il vient de Perse et signifie le vin. Marie est folle de joie. Elle a enfin trouvé un patronyme qui lui ressemble. May Ziadé vient de naître. »

1920 au Caire. Dans les cafés et les salons, les grands esprits du temps se rencontrent et parlent librement. Parmi eux : May Ziadé. Poétesse, féministe engagée et muse de Kha... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
viou1108
  04 juin 2017
« Ici repose la génie d'Orient, leader de la Renaissance Arabe, idole littéraire et sociale. Priez pour son âme. La défunte May Ziadé ».
Telle est l'épitaphe d'une femme exceptionnelle, née à Nazareth en 1886, qui passa sa jeunesse au Liban avant d'emménager au Caire avec ses parents vers l'âge de 20 ans. Assoiffée de connaissance, de culture et de littérature, May Ziadé (dont le vrai prénom est Marie) deviendra, très jeune, poétesse, écrivaine, journaliste. Dans le Caire des années 1910-1920, elle tiendra l'un des salons littéraires les plus courus d'Orient, réunissant les plus grands intellectuels et artistes du moment. On y discute de culture, évidemment, mais aussi de politique, en cette période troublée qui voit l'Egypte tenter de prendre son indépendance.
L'insolite destinée de May Ziadé est encore marquée de deux autres particularités : elle a été une pionnière du féminisme oriental, portant haut l'étendard de la libération des femmes. Elle fut aussi, pendant 19 ans, le grand amour du poète libanais Khalil Gibran, alors exilé aux Etats-Unis. Un amour purement épistolaire et platonique, puisqu'ils ne se rencontrèrent jamais...
Mais une telle icône ne pouvait connaître qu'un destin tragique. Frappée, en à peine trois ans, par la mort de son père adoré, de sa mère, et surtout de Gibran, elle sombre dans une profonde dépression. Profitant de sa fragilité, ses cousins font main basse sur sa fortune, plaçant May sous tutelle en même temps qu'ils l'enferment dans un hôpital psychiatrique au Liban. Pendant de longs mois, la jeune femme y subira de mauvais traitement, dans un isolement quasi-total. Ce n'est qu'au prix de combats judiciaire, médiatique et politique colossaux que ses rares amis restés fidèles parviendront à l'extraire de cet enfer et à la faire revenir au Caire. Affaiblie physiquement, blessée moralement, May ne se remettra jamais vraiment de cette épreuve, malgré sa réhabilitation en tant que « saine d'esprit » et les multiples hommages dont elle fera l'objet. Elle mourut en 1941, à l'âge de 55 ans.
Ce petit livre (144 pages) relate dans les grandes lignes et à traits un peu grossiers la vie de May Ziadé. Très moyen par sa qualité littéraire (style plat qui ne restitue pas les émotions, multitude de références à des contemporains de May mais sans détails, au point qu'on s'y perd, et une foule de coquilles dans l'édition numérique), il vaut cependant comme portrait de femme, et permet de découvrir (en tout cas pour moi) une figure importante du féminisme et de la littérature arabe d'il y a un siècle.
Un mot sur l'auteur : Darina al Joundi établit un parallèle entre sa vie et celle de May Ziadé : toutes deux éprises de liberté, toutes deux écrasées par la volonté des hommes, deux survivantes (pour plus d'informations, lire l'autobiographie de Darina al Joundi, « Le jour où Nina Simone a cessé de chanter »).
Lien : https://voyagesaufildespages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          283
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   22 septembre 2017
May est née le 11 février 1886, et moi le 25 février 1968. Nous n’aurions jamais dû nous rencontrer. Pourtant, nos histoires n’ont jamais cessé de s’entremêler. Je l’ai découverte pour la première fois lors d’un cours de littérature arabe. Le professeur nous parlait de cette femme qui tenait l’un des plus célèbres salons littéraires. Elle était journaliste et fut le plus grand amour de Gibran Khalil Gibran.

Enfant, j’aimais me retrouver seule, surtout chez ma tante. Elle vivait à Hazmieh, un quartier assez chic qui surplombe Beyrouth. Son jardin donnait sur une autre bâtisse, ancienne, à l’architecture imposante. Il m’arrivait de sauter le petit mur de pierre qui nous séparait de cette grande demeure. Je me promenais alors dans le parc. On y voyait des femmes en robe blanche qui faisaient marcher des gens à l’air fatigué.

C’est là que May a été séquestrée et, des années plus tard, c’est dans ce même genre d’endroit que ma famille m’a fait enfermer.

J’ai été relâchée lorsqu’une grande chaîne de télévision m’a réclamée pour jouer le premier rôle de leur nouvelle série phare.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Lire un extrait
Videos de Darina Al Joundi (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Darina Al Joundi
Darina Al Joundi | Actrice et dramaturge syro-libanaise naturalisée française | Cannes 2013
autres livres classés : féminismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1849 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre