AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2915653976
Éditeur : Nestiveqnen Editions (14/06/2019)

Note moyenne : 4.3/5 (sur 5 notes)
Résumé :
À Paris, alors qu'il enquête autour de l'atelier de Rodin, Alex découvre à ses dépens que La Porte de l'Enfer est bien un « portail », puisqu'en la franchissant, il se retrouve à Venise.

Mais cette cité vénitienne est subtilement différente de celle qu'il connaît. Plus étrange encore, la population et les habituels touristes ont tendance à déserter la ville ou plutôt à disparaître.

À son insu, Alex vient de pénétrer dans une boucle de ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
paulmaugendre
  09 juillet 2019
En 1904, Alex Lex, le narrateur de ce roman-miroir-tiroir, est devenu à vingt ans l'assistant de Gaston Leroux. Il est reporter et l'a assisté au cours de nombreux reportages, notamment à Venise où le hasard se transforme en un coup de dé. Un dé lancé en l'air, providentiellement, mais dont Alex Lex, dont le second prénom n'est pas Dura, et qu'il ne s'explique pas.
Et en cette année 1910, alors que ses reportages sont régulièrement publiés dans des journaux tels que le Matin ou L'Excelsior, que ses nouvelles policières ou d'anticipation le sont dans le journal des voyages, qu'il dessine et peint, ayant illustré les fascicules populaires du Sâr Dubnotal, en cette année 1910 donc, tandis qu'en compagnie de son amie Aline, qui cumule les emplois de secrétaire et de maîtresse, il est dérangé dans une séance de baisers mouillés au champagne par un visiteur impromptu.
Ce visiteur ne lui est pas inconnu. Il s'agit de Rainer Maria Rilke qui fut le secrétaire d'Auguste Rodin, et le poète autrichien lui demande de lui rendre un petit service. Mais aucun des deux n'imagine que ce service va entraîner Alex Lex dans une aventure gigogne.
En effet, il implore Alex D aller rendre visite dans l'atelier de Rodin afin d'admirer les fragments de plâtre de l'immense composition à laquelle travaille depuis de nombreuses années le sculpteur. Je vous en conjure, allez voir cette oeuvre tragique aux bubons de plâtre effervescents. Alex Lex ne peut se défiler et il effectue un repérage en compagnie d'Aline, qui n'est pas partie et donc il n'a pas besoin de crier son nom.
Il s'introduit dans la magnifique demeure entourée d'un jardin de ville champêtre, et, hypnotisé, il franchit cette Porte de l'Enfer de plâtre.
On retrouve Alex Lex qui vit dans une boîte de bouquiniste accrochée sous le pont du Rialto. Il se rend, comme tous les jours chez son ami Despons qui a repris un café, le Rosa Salva, mais qui également spécialiste dans l'archéologie des mondes anciens et a établi sa fortune dans le trafic d'antiquités. Il a aussi rendez-vous avec le Doge lequel lui confie une mission qui ressemble à une supercherie. Plutôt, les individus sur lesquels il doit enquêter semblent issus d'une supercherie. Des écrivains morts depuis longtemps et qui violent, volent et tuent un peu partout dans la Sérénissime. Trois revenants qu'il doit découvrir et réexpédier dans leur foyer, c'est une image, et qui ont pour noms Lord Byron, Giorgio Baffo et Baron Corvo. Et un ami du Doge, un original centenaire du nom d'Estanidov avec qui il déguste un fragolino, se plaint d'avoir été spolié de six aquarelles originales d'Hugo Pratt. Des illustrations pour les poésies érotiques de Baffo.
Et c'est ainsi qu'Alex Lex se trouve entraîné dans une sorte de spirale infernale débutant dans la Venise 2 du Möbius à la recherche des Surréalisés de Venezia. Il rend souvent visite à Denska Stevenson, qui vit dans la bibliothèque Saint-Marc fondée par Pétrarque. Il sera amené à voyager ainsi entre la Sérénissime et le Paris 3 à la recherche de surréalisés qui commettent les mêmes crimes et qui se nomment Lautréamont, Sade et Colin des Cayeux.
Cette spirale se recoupe mais à chaque fois, lors des points de jonction, Alex se retrouve dans Venise ou Paris, mais des différences notables changent le décor, jusqu'au moment où les deux cités n'en font plus qu'une, le Parnise.

On retrouve dans ce roman tout ce qui alimente, attise, nourrit les passions de François Darnaudet. Venise, La Sérénissime, qui sert de décor à de nombreux ouvrages, mais également la peinture et la sculpture, Auguste Rodin en tête. Sans oublier la littérature avec en tête de gondole Isidore Ducasse, alias Lautréamont.
Un roman envoûtant qui absorbe le lecteur, le vampirise, le phagocyte, l'ingère et le digère, par la magie des actions en forme d'allers et retours, par la magie aussi des décors, et naturellement de tous ces personnages qui évoluent dans des cités reconstituées.
Un roman déroutant ? Non, un roman déboussolant dans lequel François Darnaudet se hisse à la quintessence de son art littéraire et il marie avec élégance imaginaire et érudition.

Cet ouvrage contient en outre, Les nouvelles amères qi se décomposent ainsi :
Le retour de l'autobiographie fantastique.
Une baignoire en zinc dans la pièce du fond.
Le baiser de Möbius.
Dans les jardins vénéneux de l'Ombre.
Boris, ses motos, les Bardenas et autres déserts, dont vous pouvez retrouver une chronique ici.


Lien : http://leslecturesdelonclepa..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
fuji
  18 juillet 2019
François Darnaudet est-il possédé par le Génie ou le Diable ? Vous le saurez peut-être après avoir lu ce livre mais rien n'est sûr.
1910 le Florian Place Saint-Marc à Venise, Alex Lex discute avec son mentor Gaston Leroux sur le fait que ce dernier croit que Venise serait un prolongement de Paris.
Alex de retour à Paris reçoit la visite de Rilke qui vient lui parler de l'oeuvre de Rodin et tout particulièrement de la Porte de l' Enfer.
« C'est alors que je la vis !
Torturée et maléfique comme Rilke me l'avait annoncé. Hypnotisé, je levai la tête vers ce monstre de plâtre inachevé. Qu'allais-je dire à Rilke ?
Alors la Porte de l'Enfer s'ouvrit avec des craquements sinistres. Une lumière blanche m'aveugla instantanément. Une poussière de plâtre voleta dans la clarté irréelle à la manière d'un nuage d'un millier de lucioles. Les battants s'écartèrent d'un bon mètre.
Malgré moi, sans réfléchir, comme s'il s'agissait d'une vielle habitude ou d'un automatisme incontrôlable, je franchis la Porte de l'Enfer. »
Ainsi commence pour Alex un étrange voyage, où il passera de Paris à Venise et vice versa grâce au train d'ondes de l'anneau de Möbius.
Ce pont imaginaire va lui donner accès à tous les mondes parallèles.
A Venise d'étranges phénomènes se déroulent et sont imputés à trois surréalisés qui violent, volent et tuent, les dénommés Lord Byron, Giorgio Baffo et le Baron Corvo.
A la mise en scène serait Lautréamont, sur des scenarii de Colin des Cayeux, le tout pimenté par Sade lui-même.
Autant dire qu'Alex aura fort à faire pour déjouer les pièges et dénouer les dire du presque centenaire Esdanitov, de la bibliothécaire Denska Stevenson et Despons lui-même.
Les messages du Doge sont quelque peu étranges.
Venise se vide de ses habitants « superflus » . La ville vibre, se hérisse, se contorsionne. Pourquoi ?
Personne n'est ce qu'il semble être.
« Les touristes et les imbéciles ont déjà disparus. Comme par hasard, il ne reste plus que les Vénitiens nécessaires, l'équipe du Doge, Denska Stevenson, des gens de goût et moi-même… » assène Esdanitov à Alex.
Si vous voulez en savoir plus, partez pour ce voyage fantastique, sanglé dans votre fauteuil comme lorsque vous expérimentez les attractions dynamiques du Futuroscope.
Faites fi de vos certitudes, votre monde volera en éclat, car ce roman ne répond à aucune logique.
Votre seule certitude : l'auteur est un érudit, passionné des Arts et d'Histoire qui sont un matériau malléable sous sa plume libre et imaginative.
Un roman qui vous fera voyager plus loin encore que vous n'osiez en rêver.
©Chantal Lafon-Litteratum Amor 18 juillet 2019.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Dwalin
  01 octobre 2019
Le roman ne prend que les deux tiers du livre, il s'agit d'un voyage fantastique entre les univers parallèles. le principe est simple : il existe des failles permettant de traverser d'un monde à l'autre. L'une de ces failles prend la forme d'un ruban de Möbius (visible sur la couverture : c'est un 8 avec le recto et le verso confondus, comme si vous preniez un ruban et le colliez en le retournant de façon à ce que l'endroit et l'envers soient reliés, de sorte que finalement il n'y ait pas d'endroit ou d'envers, un peu comme la bouteille de Klein, qui n'a pas d'intérieur ou d'extérieur). le long du Möbius Paris-Venise, on trouve différentes versions de Paris et de Venise alternativement, et au bout du voyage on arrive à Parnise, version fusionnée des deux villes.
Le héros enquête sur des crimes commis dans les différentes villes du Möbius par des personnage historiques (ou ayant leur apparence en tout cas). Il va voyager le long du ruban, alors que dans chaque ville des phénomènes étranges se produisent : les versions alternatives se superposent et par exemple l'Arc de Triomphe est parfois remplacé par un éléphant géant.
Quant au reste du livre, comme l'auteur aime bien ça, je vais dire que c'était "déroutant". C'est d'abord une sorte d'auto-biographie fictionnelle, où on ne sait pas ce qui est vrai ou pas. Peu d'intérêt selon moi du coup. Les nouvelles qui suivent sont plus intéressantes car on est clairement dans la fiction.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Fantine
  12 juillet 2019

Un roman où se mêle à la fois réalité et rêve ainsi que personnages fictifs et historiques. Cela donne une intrigue quelque peu déconcertante vu que le lecteur évolue d'emblée dans un univers virtuel, onirique, tout en ne sachant plus trop comment, ni où se situe la frontière entre le monde réel et virtuel.
En ce qui me concerne, j'avoue avoir beaucoup de mal avec la littérature dite fantastique et autres histoires de vampires. Dans le cas présent, l'intrigue imaginée par F. Darnaudet, dans laquelle le rêve prend le dessus sur la réalité, m'a mis mal à l'aise et fait que je n'ai pas vraiment "adhéré" à l'histoire et surtout n'ai pas trop compris le fil conducteur de l'intrigue.
Malgré tout, j'ai retenu qu'il y avait de nombreuses références culturelles et littéraires avec la mention au fil des pages, du romancier Maria Rainer Rilke.
Commenter  J’apprécie          50
Elisart
  24 août 2019
- Imaginez un monde qui aurait la forme d'un ruban de Möbius et 2 villes, Paris et Venise à des époques différentes, qui se distribueraient toutes deux en alternance le long de ce ruban.
- Imaginez maintenant que des portes s'ouvrent, parmi la plus célèbre "la porte de l'enfer de Rodin" permettant une porosité entre ces villes. Saluons au passage l'ingéniosité dans le choix et la description de ces portails.
- Imaginez encore que des personnages souvent célèbres, nommés par l'auteur les surréalisés, changent d'identité en passant d'un univers à un autre.
- Imaginez que ces univers tendent à fusionner vous imprégnant d'images d'une puissante poésie ; pour exemple la survenue de vibrations faisant cohabiter quelques instants un projet d'éléphant habitable et l'actuel Arc de Triomphe
Si sans préjugés, vous vous laissez emporter par ce roman foisonnant et à l'incontestable culture des personnages et des lieux, vous ferez le plus riche des voyages où l'imaginaire le plus débridé le dispute à une érudition au carrefour de plusieurs champs : art, littérature, architecture, avec pour cadre deux villes fantastiques que l'auteur semble avoir investies avec passion.
Le style dense, précis et rythmé permet de suivre le personnage principal Alex Lex (Dura lex sed lex ; un rapport ?) dans un périple fantastique à travers villes et époques où nous côtoyons pêle-mêle Rainer Maria Rilke, Lautreamont, Sade, Hugo Pratt, Gaston Leroux, Lord Byron...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de François Darnaudet (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Darnaudet
François Darnaudet - L'homme qui valait des milliards .François Darnaudet vous présente son ouvrage "L'homme qui valait des milliards, le hacker de Bordeaux" aux éditions Wartberg. Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/darnaudet-francois-homme-qui-valait-des-milliards-hacker-bordeaux-9783831329410.html Notes de Musique : Battle (Boss) by BoxCat Games. Free Musique Archive. Retrouvez la librairie Mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat You Tube : https://www.youtube.com/user/LibrairieMollat Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : veniseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2141 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre