AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782846823319
384 pages
Éditeur : P.O.L. (05/01/2010)

Note moyenne : 4.62/5 (sur 8 notes)
Résumé :
L'accusation de plagiat est peut-être l'archétype de l'accusation littéraire, une tentative de meurtre symbolique, qui réussit parfois. Ce Rapport de police étudie les attaques des dénonciateurs ; et aussi, d'Apollinaire à Zola, de Freud à Mandelstam, de Daphné Du Maurier à Paul Celan, les réactions des accusés. La plagiomnie - la calomnie plagiaire - manifeste une surveillance de la fiction, qui passe par la notion de crime, voire de blasphème, et pose la question ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
madameduberry
  05 février 2015
Grave sujet. Il touche au processus créatif, à l'idée même d'implication subjective, d'engagement authentique de l'écrivain ou de l'artiste en général dans son oeuvre. L'accusation de plagiat peut se révéler confiscatoire, négationiste, meurtrière d'âme.Meurtrière tout court. C'est d'une portée bien plus grande que la question juridique de la propriété intellectuelle, C'est le ressort d'une lutte à mort entre deux personnes. Avec l'accusation de plagiat, on est proche du thème du double, thème dont le ressort profond est l'anéantissement de l'un des protagonistes. Usurpation d'identité, effacement de la personne. Totalitarisme. Méthode de Liquidation des opposants à une idée dominante, d'un régime totalitaire et oppressif. Mais aussi expression d'un délire de préjudice et d'un fonctionnement paranoïaque.
Marie Darrieussecq sait évoquer ces situations kafkaiennes tout en continuant à penser et à raisonner. Elle convoque sa culture philosophique et littéraire pour nous offrir un véritable cours structuré et documenté sur la question, depuis l'Antiquité.
Et démontre au moins ainsi que le plagiaire a toujours été l'obsession et le fantôme de l'écrivain, son double, en quelque sorte.
Beau travail,dont la lecture m'a passionnée,
Mais le problème en lui-même ne s'éteindra qu'avec le métier d'écrivain. Les tribunaux ont donc du pain sur la planche...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
liberlibri
  03 mars 2010
Cet essai de Marie Darrieussecq sur le plagiat (dont elle a eu à souffrir des accusation par deux fois) est passionnant, bien écrit, certes à charge mais avec élégance.
Pour Marie Darrieussecq, il n'est pas de plagiat mais d'inspiration, pas de copie mais d'intertextualité. Elle cite des vers de Celan semblables selon les accusateurs à ceux de Goll. le rapprochement des deux est véritablement troublant, pourtant à y regarder de près, un vers de Lorca est lui aussi très ressemblant aux deux premiers. On peut aussi déceler des similitudes chez Maupassant et Steinbeck, comme chez tant d'autres.
C'est une accusation très violente que celle du plagiat qui nie l'autre dans sa qualité d'écrivain et tente de le faire taire. La censure soviétique savait d'ailleurs très bien en accuser, ou en plutôt faire accuser, les écrivains dérangeants.
Refuser que l'autre s'inspire de soi, voir le plagiat dans ce qui n'est qu'innutrition, c'est vouloir se poser en fondateur, être créateur ex nihilo de son oeuvre. Or Marie Darrieussecq explique, que la lecture est un moteur pour qui veut écrire, qu'elle est l'Autre dans cette conversation lente qu'est l'activité d'écrivain.
Au XVIe siècle, il était de bon ton de reprendre les anciens. Voltaire, plus tard, commit des tragédies qui singeaient les classiques. Les poèmes De La Renaissance nous sont parvenus, pas les tragédies de l'impertinent Arouet. En matière d'inspiration et de reprise de motifs, ils se valaient pourtant. Qu'est-ce qui fait que, sur des motifs éculés, certains textes sont immortels, d'autres pas ? le talent peut-être, et c'est sans doute lui qui rend les "plagiomniaques" enragés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
liberlibriliberlibri   03 mars 2010
A lire, on est moins seul. A lire, on pense. Lire m’emplit du désir d’écrire. La lecture, c’est l’Autre de l’écriture. L’espace que l’Autre ouvre en moi me permet de (lui) parler, sinon je serais folle. De la parole à l’écrit l’écart n’est pas de degré : oralité et texte sont deux modes du langage complètement différents, qui ouvrent chacun leur propre espace. Mais celui ou celle qui écrit le sait, il me semble : les phrases tiennent sa raison au ras du délire. Et c’est peut-être par chance, que l’écrivain écrit, d’avoir senti tout près le risque de basculer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Videos de Marie Darrieussecq (74) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie Darrieussecq
De quelques gorilles - Parc national des Volcans - Rwanda - Marie Darrieussecq avec les gorilles des montagnes de l'Isabukuru group, à 3200 mètres d'altitude sur les pentes du volcan Visoke en 7 mai 2016 - montagnes du Virunga Rwanda : Karisimbi, Visoke, Muhabura, Gahinga et Sabyinyo.
Isabukuru - SIlverbvack - en compagnie de Moïse.
autres livres classés : plagiatVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox