AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070403073
148 pages
Gallimard (23/04/1998)
3.05/5   941 notes
Résumé :
«Le directeur a été très gentil avec moi le jour de mon embauche. J'ai eu la permission de gérer ma parfumerie toute seule. Ca marchait bien. Seulement, quand les premiers symptômes sont apparus, j'ai dû quitter la parfumerie. Ce n'était pas une histoire de décence ni rien ; c'est juste que tout devenait trop compliqué. Heureusement, j'ai rencontré Edgar, et Edgar, comme vous le savez, est devenu président de la République. C'était moi, l'égérie d'Edgar. Mais person... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (89) Voir plus Ajouter une critique
3,05

sur 941 notes

lecassin
  01 juillet 2015
Dans « Le deuxième sexe », Simone de Beauvoir nous expliquait, péremptoire : « on ne nait pas femme, on le devient »… eh bien Marie Darrieusecq, dans ce "Truismes", nous démontre de fort belle manière qu’on peut être femme et devenir cochonne …
L’héroïne de ce petit roman, un peu perdue, se retrouve employée dans un salon de beauté-massage où à force de faire des « cochonneries » et à force de se faire exploiter voit progressivement son corps se transformer pour prendre une forme porcine ; elle se transforme en truie… d’où le titre « truismes », au pluriel, truismes… sans doute pour signifier qu’on n’assiste pas à une transformation définitive mais plutôt à un changement d’état de type loup-garou qui nécessite la présence de circonstances particulières… et qui dit loup-garou dit Yvan, le directeur de Loup-Y-Es-Tu.
Tout ça sur fond d’élections et de politiciens pervers, finalement renversés par des plus pervers encore… on dirait du Houellebecq… dans un Paris dévasté.
Un livre d’odeurs, aussi…
Après une sortie très remarquée et très médiatisée, qui m’en avait éloigné, voilà un bouquin acquis au hasard de la liquidation d’une bibliothèque, que j’ai lu avec un certain plaisir : un style narratif plaisant, une histoire à dormir debout (les nuits de pleine lune)… on est bien loin de Kafka et de sa « Métamorphose », mais qu’importe. Une lecture plaisante, finalement : un peu sexe, un peu fantastique, un peu d’horreur… Une diatribe dénonçant la triste condition féminine, disent certain(e)s. Oui, peut-être… mais ce serait une erreur, je pense, que de limiter ce roman qui présente une esthétique certaine à cette interprétation militante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          570
zabeth55
  19 juin 2014
Bizarre parfois la perception que l'on peut avoir des auteurs et des livres.
Ignorant tout de Marie Darrieussecq, je ne sais absolument pas pourquoi je l'avais associée à Christine Angot, que j'avais vue dans une émission et que j'avais trouvée malsaine à souhait. Et du coup, je n'ai jamais lu aucune des deux.
Hasard d'une brocante, encore, pour un euro je me suis dit que je ne risquais pas grand-chose et j'ai donc acheté Truismes pour me faire une opinion.
Bien m'en a pris. J'ai été très agréablement surprise. J'ai trouvé le ton et le sujet très originaux.
La narratrice, naïve, crédule et soumise m'a fait penser à Darling de Jean Teulé.
C'est la même descente dans la déchéance. On tombe vite dans le glauque. Pourtant, même dans les pires moments, l'auteur effleure simplement le hard et n'est jamais vulgaire.
Elle nous offre une satire du statut de la femme, et de son corps en particulier. Son image ne lui appartient pas.
En même temps que le corps de la narratrice, la socoété se transforme aussi et on arrive à une deuxième satire, celle de la politique.
On peut aussi penser à la part animale qui est en nous, en dualité avec notre intellect.
Bref, il y a matière à réflexion dans ce livre fable qui peut passer pour loufoque.
Je suis vraiment curieuse maintenant de lire autre chose de Marie Darrieussecq.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          364
ibon
  18 mai 2021
Ovni littéraire. Premier livre. Un énorme succès. Mais clivant, à cause de l'image de la femme qui apparaît fortement dégradée.
Il peut être vu comme une satire sociale, une fable, une farce ou un récit d'aventures décrivant minutieusement les étapes de la transformation d'une jeune femme en animal.
Evidemment une truie, l'animal le plus décrié, le plus sale mais aussi l'un des plus proche de nous. Un bain de boue? Des saillies à volonté avec n'importe qui? La truie c'est la prostituée des bas fonds.
Mais une truie bien dans sa peau alors que l'esthéticienne du départ est constamment salie par son patron ou des clients qui abusent de sa candeur. La critique de la condition féminine est évidente.
Au départ, surpris par le ton des années 1990: pas de filtre pour nommer les minorités ou les femmes. J'ai aimé le ton de Marie Darrieussecq, elle ose tout.
J'ai particulièrement goûté la noirceur du roman et son contexte totalitaire. Comme un miroir des violences et des travers humains dans la société ou vis à vis des animaux.
Encore plus de nos jours, le récit retombe sur ses pattes avec des thèmes comme l'égalité des genres et les maltraitances animales.
Ma relecture, bien des années après, m'a comblé, Marie Darrieussecq a créé une histoire simple mais riche qui alimente encore bien des sujets d'actualité.
Grouic...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          354
Unhomosapiens
  08 décembre 2020
Une femme, ingénue et naïve devient un objet sexuel et en vient à se prostituer. Peu à peu, elle s'animalise pour devenir une truie. Cette histoire à priori farfelue et complètement déjantée se passe dans un futur lointain à l'aube du troisième millénaire où visiblement, le monde est par certains côtés redevenu sauvage et la perversité des puissants s'étale au grand jour sans retenue. On pense très vite à la « Métamorphose » de Kafka. La description de la condition féminine confère à cette comédie acerbe un étrange sentiment de mal-être. On est pris de pitié pour cette pauvre femme qui passe par toutes les conditions sociales. Ce roman peut être vu comme une dystopie illustrant le dérèglement général de notre société. Je ne connaissais pas Marie Darrieussecq, mais ce roman me donne envie de lire les autres.
Commenter  J’apprécie          323
Myriam3
  15 septembre 2014
Si, lentement, nous - les femmes - nous transformions en truie, pourrait-on y prendre du plaisir? Et bien oui, suggère Marie Darrieussecq, à travers ce petit livre se présentant plutôt comme une fable.
La narratrice, petit-à-petit, sent son corps changer: sa peau s'épaissit, devient plus lisse, elle perd ses poils et ceux qui restent se font plus dru. Et puis la faim, dévorante, sensuelle. Elle nous donnerait presque envie d'en passer par là nous aussi. Vous l'aurez compris, le titre "Truismes" nous parle d'abord de truie.
J'ai découvert Marie Darrieussecq il y a longtemps, grâce à ce petit livre sans grande prétention, et c'est tant mieux. Car il paraît que c'était son but: se faire connaître, publier, pour pouvoir enfin sortir les autres.
Truismes n'a pas vraiment à voir avec les suivants de cet auteure, il faut le savoir, et si ce livre pourrait - presque - être du Amélie Nothomb, Darrieussecq remonte drôlement la pente avec White, Mal de Mer, le Pays ou Tom est Mort.
Ca n'en reste pas moins un roman amusant et plaisant à lire, et qui, en fait, reste très longtemps à trotter dans la tête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300

Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
balooobalooo   13 décembre 2010
De plus en plus, je me réfugiais dans le petit square entre deux clients, je les faisais patienter un peu. Je prenais des risques avec le directeur, mais je n’en pouvais plus. Je subtilisais les crèmes conseillées par les magazines et je les étalais soigneusement sur ma peau, mais rien n’y faisait. J’étais toujours aussi fatiguée, ma tête était toujours aussi embrouillée, et le gel micro-cellulaire spécial épiderme sensible contre les capitons disgracieux de chez Yerling ne semblait même pas vouloir pénétrer. Honoré disait qu’il était bien le seul. Honoré devenait vulgaire, il se doutait vraiment de quelque chose. En plus de développer une profonde graisse sous-cutanée ma peau devenait allergique à tout, même aux produits les plus chers. Elle épaississait fort disgracieusement et se révélait hypersensible, ce qui était un bonheur quand j’avais, pour parler crûment, mes chaleurs, mais un vrai handicap pour tout ce qui concernait les maquillages, les parfums et les produits ménagers. Or dans mon métier ou pour tenir la maison d’Honoré, j’étais pourtant bien obligée d’en faire usage. Alors ça ne ratait pas : je me couvrais de plaques rouges, et après la crise ma peau devenait encore plus rose qu’avant. Et j’avais beau passer toutes les crèmes du monde sur mon troisième téton, rien n’y faisait, il ne voulait pas disparaître. Quand j’ai commencé à voir enfler comme un vrai sein par-dessous, j’ai cru que j’allais m’évanouir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
mandarine43mandarine43   26 juillet 2011
[ Incipit ]

Je sais à quel point cette histoire pourra semer de trouble et d'angoisse, à quel point elle perturbera de gens. Je me doute que l'éditeur qui acceptera de prendre en charge ce manuscrit s'exposera à d'infinis ennuis. La prison ne lui sera sans doute pas épargnée, et je tiens à lui demander tout de suite pardon pour le dérangement. Mais il faut que j'écrive ce livre sans plus tarder, parce que si on me retrouve dans l'état où je suis maintenant, personne ne voudra ni m'écouter ni me croire. Or tenir un stylo me donne de terribles crampes. Je manque aussi de lumière, je suis obligée de m'arrêter quand la nuit tombe, et j'écris très, très lentement. Je ne vous parle pas de la difficulté pour trouver ce cahier, ni de la boue, qui salit tout, qui dilue l'encre à peine sèche. J'espère que l'éditeur qui aura la patience de déchiffrer cette écriture de cochon voudra bien prendre en considération les efforts terribles que je fais pour écrire le plus lisiblement possible. L'action même de me souvenir m'est très difficile. Mais si je me concentre très fort et que j'essaie de remonter aussi loin que je peux, c'est-à-dire juste avant les événements, je parviens à retrouver des images.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
lecassinlecassin   01 juillet 2015
C’était la première fois que je voyais des arbres aussi hauts, et qui sentaient si bon. Ils sentaient l’écorce, la sève sauvage ramassée au ras du tronc, ils sentaient toute la puissance endormie de l’hiver.
Commenter  J’apprécie          200
AquinERAquinER   19 janvier 2013
Yvan qui était célèbre autrefois pour ses excentricités m'a mis un collier de diamants et nous nous promenions ensemble, lui debout et moi en laisse, j'étais le cochon privé d'Yvan comme d'autres ont un pékinois ou un boa. On aurait jamais pu faire ça à Paris, Yvan aurait eu trop de problèmes avec la SPA.
Commenter  J’apprécie          90
UnhomosapiensUnhomosapiens   07 décembre 2020
Heureusement, il restait des fidèles, une poignée de doux dingues. Ceux-là me faisaient toujours mettre à quatre pattes, me reniflaient, me lèchaient, et faisaient leurs petites affaires en bramant, poussaient des cris de cerf en rut, enfin, ce genre de choses.
Commenter  J’apprécie          100

Videos de Marie Darrieussecq (79) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie Darrieussecq
Marie Darrieussecq Pas dormir
autres livres classés : métamorphosesVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2871 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre