AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Nora Barlow (Éditeur scientifique)Jean-Michel Goux (I) (Traducteur)Nicolas Witkowski (Traducteur)
EAN : 9782020979016
243 pages
Éditeur : Seuil (04/09/2008)
3.98/5   23 notes
Résumé :

Comment un jeune bourgeois victorien, plutôt paresseux et porté sur la chasse, en est-il venu à révolutionner la biologie avec sa théorie de l'évolution des espèces ? Cette brève autobiographie, écrite à l'intention de ses enfants sur le ton de la confidence, est le texte le plus intime et le plus révélateur qu'ait laissé Charles Darwin. S'y mêlent son voyage autour du monde et ses prob... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Belem
  18 février 2013
Le célèbre naturaliste anglais dont les travaux sur la théorie de l'évolution des espèces ont révolutionné la biologie (notamment son premier livre : L'Origine des espèces), raconte brièvement sa vie.
On découvre ainsi un homme très humble, qui a consacré sa vie à l'étude des sciences naturelles. Très jeune, il est atteint de « collectionite aigüe » : il collectionne toutes sortes de choses : coquilles, cachets de la poste, monnaies, minéraux, puis, plus grand, des petits animaux (insectes, vers, etc...) et des plantes. Il ne trouve pas d'intérêt à les classifier, mais plutôt à les nommer. Destiné à devenir médecin, le voyage sur le Beagle va changer sa vie.
Il ne supporte pas la vue du sang, éprouve une aversion pour les dissections, et dessine très mal. Dans cette autobiographie, il évoque aussi sa famille, son mariage, ses problèmes de santé, les débats suscités par sa théorie, et sa foi religieuse ébranlée.
Cette autobiographie est très intéressante, car on y découvre un homme ordinaire, mais dont la démarche scientifique rigoureuse va conduire à mettre de côté ses propres convictions morales pour énoncer une théorie révolutionnaire, qui va faire descendre l'homme de son piédestal en le plaçant dans le continuum du monde animal.
Mon seul regret, c'est que cette autobiographie ne soit pas un peu plus étoffée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Laura94
  13 janvier 2015
Une autobiographie vraiment très intéressante. Nous y découvrons un Darwin intime, sincère, qui n'hésite pas à avouer ses faiblesses et erreurs qu'il a pu commettre dans ses différentes théories. Tout est évoqué, son amour tardif pour la science et la chasse, ses échecs scolaires, ses relations sociales et familiales. Tout est évoqué, ce qui nous permet de bien comprendre l'évolution de son caractère et de ses pensées, ce qui à terme l'a conduit à révolutionner le savoir scientifique et la connaissance de l'homme sur sa race.
Commenter  J’apprécie          20
cvd64
  02 avril 2018
Courte autobiographie à destination de ses enfants, elle y mêle des textes de ses voyages et de ses découvertes mais aussi tout ce qui est au delà, sa passion pour les sciences, sa famille, sa foi ébranlée par ses recherches; récit d'un grand enfant pour les siens
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
LaetiratureLaetirature   07 mai 2011
Mes vues ont souvent été grossièrement déformées, ardemment combattues ou ridiculisées, mais c’était généralement, je crois, en toute bonne foi. Je dois cependant faire exception de M. Mivart qui, comme l’écrivit un Américain, agit envers moi « comme un procédurier » ou, comme l’a dit Huxley, comme un « procureur d’Old Bailey ». Dans l’ensemble, j’estime que mes œuvres ont été souvent surestimées. Je me réjouis d’avoir pu éviter les controverses. Je le dois à Lyell qui, il y a bien longtemps, à propos de mes travaux géologiques, me conseilla de ne jamais m’engager dans une controverse, car il en sortait rarement quelque chose de bon, et que l’on y perdait son temps et sa tranquillité.
Lorsqu’il m’est arrivé de reconnaître une bévue, ou que mon travail était imparfait, ou encore lorsque j’ai été ridiculisé avec mépris, et même lorsque j’ai été surestimé au point de me sentir mortifié, il m’a été d’un grand réconfort de me répéter, en mon for intérieur, des centaines de fois : « J’ai travaillé aussi bien et aussi dur que je l’ai pu ; nul homme ne peut faire davantage. » Je me souviens d’avoir pensé un jour, dans la baie de Good Success , en Terre de Feu (je crois d’ailleurs que je l’ai raconté dans une lettre), que je ne pourrais mieux employer ma vie qu’en contribuant, même modestement, aux sciences naturelles. C’est ce que j’ai fait au mieux de mes capacités ; les critiques diront ce qu’ils voudront, ils ne pourront jamais détruire cette conviction.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Laura94Laura94   13 janvier 2015
D'un autre côté, les romans d'imagination même quand ils ne sont pas de premier ordre, m'ont été une merveilleuse source de distraction et de plaisir et je bénis souvent les romanciers. Je m'en suis fait lire à haute voix un nombre étonnant, et je les aime tous, à condition qu'ils ne soient pas trop mauvais et ne finissent pas mal - ceux qui finissent mal devraient être interdits par la loi. A mon goût, un roman n'est pas réussi s'il ne s"y trouve aucun personnage auquel on puisse s'identifier, et tant mieux si c'est une jolie femme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
LaetiratureLaetirature   07 mai 2011
Ainsi, mon succès en tant qu’homme de science, qu’elle qu’en ait été l’ampleur, tient, autant que je puisse en juger, à tout un ensemble complexe de qualités et de causes diverses, parmi lesquelles les plus importantes ont été l’amour de la science, une patience sans bornes qui m’a permis de réfléchir longuement sur tous les sujets, mon activité d’observation et de récolte des faits, et une bonne dose d’imagination et de bon sens. Avec des capacités aussi moyennes que les miennes, il est vraiment surprenant que j’en sois venu à influencer considérablement l’opinion des hommes de science sur quelques point importants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Laura94Laura94   12 janvier 2015
Quand je quittais l'école, je n'étais ni en avance ni en retard pour mon âge, et je crois que j'étais considéré par tous mes maîtres et par mon père comme un garçon très ordinaire, voire plutôt au-dessous de la moyenne. A ma grande mortification, mon père me dit un jour: "Tu ne t'occupes que de chasse, de chiens et d'attraper des rats: tu feras ton malheur et celui de ta famille".
Commenter  J’apprécie          70
DanieljeanDanieljean   11 novembre 2015
Autrefois, des sentiments tels que ceux que je viens de rapporter (bien que je ne pense pas que le sentiment religieux ait jamais été fort développé en moi) me conduisaient à la ferme conviction de l'existence de Dieu et de l'immortalité de l'âme. J'ai écrit dans mon Journal que lorsque l'on se trouve au cœur de la splendeur majestueuse de la forêt brésilienne, « il n'est pas possible de donner une idée adéquate des sentiments élevés d'émerveillement, d'admiration et de dévotion qui emplissent et exaltent l'esprit ». Je me rappelle parfaitement ma conviction qu'il y a dans l'homme plus que le simple souffle de son corps. Mais aujourd'hui les scènes les plus grandioses ne susciteraient plus dans mon esprit de telles convictions ni de tels sentiments. […] C'est pourquoi je ne puis comprendre que des convictions et sentiments intérieurs de cette sorte soient d'un poids quelconque pour témoigner de ce qui existe réellement. L'état d'esprit qu'autrefois excitaient en moi des scènes grandioses, et qui étaient intimement liées avec la croyance en Dieu, ne diffère pas essentiellement de ce que j'ai souvent nommé le sens du sublime ; et quelque difficulté que l'on ait à expliquer la genèse de ce sens, on ne peut guère l'avancer comme un argument en faveur de l'existence de Dieu, non plus que les sentiments semblables, puissants mais vagues, qu'excite la musique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Charles Darwin (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Charles Darwin
Charles Darwin - L'origine des espèces Royaume-Uni Angleterre 1860 évolution Homme singe primates sélection naturelle biologie zoologie botanique
>Microbiologie>Evolution des espèces>Evolution : théories (darwinisme, sélection naturelle...) (24)
autres livres classés : darwinismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
351 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre