AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2707151017
Éditeur : La Découverte (21/11/2006)

Note moyenne : 3.66/5 (sur 16 notes)
Résumé :

En 1831, à vingt-deux ans, le jeune Charles Darwin part comme naturaliste sur le Beagle, qui doit faire un tour du monde de cinq ans, en s'attachant plus particulièrement à naviguer le long des côtes de l'Amérique du Sud en passant le cap Horn, puis revenir en doublant le cap de Bonne-Espérance.

Ce voyage aura une importance décisive pour la formation de la pensée de Charles Darwin. C'est à partir de là que, ayant rassemblé une somme monument... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
NMTB
  15 septembre 2016
Le livre est intéressant d'abord comme n'importe quel journal de voyage. Darwin ne fait pas que des observations scientifiques, il s'émerveille de ce qu'il voit, raconte ses aventures (révolutions, guerres, tremblements de terre, raz-de-marée) avec, il faut le dire, un flegme tout britannique. Surtout il donne son avis personnel, fait part de ses interrogations et de ses hypothèses.
Un des passages que j'ai préféré est son périple dans la Pampa. Elle n'avait rien à envier au Far-West des Etats-Unis à l'époque. Les paysages désertiques, les bivouacs à la belle étoile avec la selle en guise d'oreiller, les vautours qui planent sinistrement, les Gauchos à cheval, armés de lassos et de leurs fameuses bolas, les bandits, les ranchs, les guerres indiennes d'extermination, les forts et la cavalerie avec le général Rosas, même les noms de lieux : le rio Colorado, Santa-Fe… on se croirait dans un western !
Darwin, comme il écrit très librement et pas seulement comme un naturaliste, donne aussi l'occasion de s'interroger sur son éthique à propos de plusieurs sujets et sa vision politique, lorsqu'il était encore jeune homme. Il évoque à plusieurs reprises ses idées sur l'organisation sociale : la civilisation se développe avec le sentiment de propriété, cela s'accompagne d'inégalités et de l'apparition d'un chef, et une bonne organisation de la société implique un chef puissant et des inégalités croissantes. C'est intéressant, parce qu'il mêle tout un système de pensées politiques basées sur des observations ethnologiques, tout à fait cohérent, que je résume mal et dont j'omets d'autres aspects. Je ne sais pas trop quoi en conclure sur ses idées par rapport à des sociétés plus complexes. J'ai l'impression qu'il était quand même Anglais jusqu'au bout des ongles, et qu'il voyait probablement la monarchie parlementaire comme le summum de la civilisation. En tout cas il n'idéalisait ni l'état de nature, ni l'état de civilisation.
Mais c'est surtout le journal d'un naturaliste, et pas n'importe lequel. Une majeure partie du livre est bien sûr réservée aux observations biologiques, géologiques ou paléontologiques. Il constate que des animaux introduits par les européens se sont adaptés à leur nouvel environnement (les hommes chassaient énormément mais ils n'avaient pas encore détruits beaucoup d'espèces, en tout cas pas directement), il s'étonne de certaines similitudes entre des espèces très variées, sans pousser la réflexion plus loin et il se demande aussi dans quel but des animaux qui lui paraissent insignifiants ont pu être créés ! Il s'interroge sur la disparition de grands quadrupèdes, il remarque que la disparition de telle algue entraînerait la transformation de tout un écosystème, que tel boeuf en raison de la forme de sa mâchoire supporte moins bien les sécheresses que ses congénères, etc.
Pour l'anecdote, et pour montrer où en était la science à cette époque, il est intéressant de noter qu'aussi savant et consciencieux observateur que fut le jeune Darwin, il ignorait beaucoup de choses qui sont devenues évidentes pour nous, comme la tectonique des plaques, et quand on y songe c'est peut-être ce qu'il y a de plus surprenant dans ce journal. Il n'envisageait pas du tout que la croûte terrestre puisse être soumise à des mouvements horizontaux, il ne pensait qu'en terme de verticalité. C'est amusant. On se retrouve aujourd'hui en lisant ces lignes un peu dans la même situation que lui face aux paysans sud-américains qui ne savaient pas que la terre était ronde et tournait autour du soleil. Tout ça incite à une très grande humilité.
En même temps, il était aussi capable d'émettre une théorie sur la formation des atolls très convaincante, ce qui prouve qu'il avait déjà des prédispositions et un esprit inventif. Il explique aussi que les conditions d'un voyage autour du monde sont favorables à la théorisation. Un voyage formateur, donc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          83
Rusen
  20 décembre 2015
Un formidable récit de voyage nous entraînant tout autour du monde, et tout particulièrement en Amérique du Sud, dans lequel le jeune Darwin, embarqué à bord du Beagle, raconte ses découvertes et aventures jours après jours. La plume est agréable à lire et le récit est très dépaysant, encore plus aujourd'hui puisqu'on y découvre les modes de vie ayant cours dans les années 1830.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
NMTBNMTB   13 septembre 2016
Au milieu du fracas des eaux qui se brisent on saisit distinctement, même à une grande distance, le bruit des pierres qui se heurtent les unes contre les autres, et cela nuit et jour et sur tout le parcours du torrent. Quelle éloquence pour le géologue que ce bruit triste et uniforme de milliers et de milliers de pierres se heurtant les unes contre les autres et se précipitant toutes dans la même direction ! Malgré soi, ce spectacle vous fait penser au temps, on se dit que la minute qui vient de s’écouler est perdue à jamais ! L’Océan, n’est-ce pas l’éternité pour ces pierres, et chaque note de cette musique sauvage n’est-elle pas le signe que chacune d’elles a fait un pas vers sa destinée ?
L’esprit s’accoutume bien difficilement à comprendre tous les effets d’une cause qui se reproduit si souvent, si incessamment. Chaque fois que j’ai vu des couches de boue, de sable et de galets atteignant une épaisseur de plusieurs milliers de pieds, ma première impression a été de m’extasier sur l’impuissance de nos fleuves actuels à produire de tels effets de dénudation et d’accumulation. Puis, en écoutant le bruit de ces torrents, en me rappelant que des races entières d’animaux ont disparu de la surface de la terre et que pendant tout ce laps de temps, nuit et jour, ces pierres se sont heurtées, se sont brisées les unes contre les autres, je me suis pris à me demander comment il se fait que des montagnes, que des continents mêmes, aient pu résister à cet engin destructeur ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
finitysendfinitysend   26 septembre 2012
Argentine ,

Qui pourrait s'imaginer qu'à notre époque il se commet autant d'atrocités dans un pays chrétien et civilisé ? On épargne les enfants , qu'on vend ou qu'on donne pour en faire des domestiques , ou plutôt des esclaves , aussi longtemps toutefois que leurs possesseurs peuvent les persuader qu'ils sont esclaves .
Commenter  J’apprécie          150
NMTBNMTB   15 septembre 2016
Parmi les scènes qui ont fait une profonde impression sur mon esprit, aucune n’est plus sublime que l’aspect des forêts vierges qui ne portent pas encore la trace du passage de l’homme ; que ce soient, d’ailleurs, les forêts du Brésil, où domine la vie dans toute son exubérance ; que ce soient celles de la Terre de Feu, où la mort règne en souveraine. Ce sont là deux véritables temples remplis de toutes les splendides productions du dieu nature. Personne, je crois, ne peut pénétrer dans ces vastes solitudes sans ressentir une vive émotion et sans comprendre qu’il y a chez l’homme quelque chose de plus que la vie animale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
NMTBNMTB   09 septembre 2016
Je vais rapporter une anecdote bien insignifiante qui me frappa plus qu'aucun des traits de cruauté que j'ai entendu raconter [sur l'esclavage]. Je traversais un bac avec un nègre plus que stupide. Pour arriver à me faire comprendre, je parlais haut et je lui faisais des signes ; ce faisant, une de mes mains passa près de sa figure. Il crut, je pense, que j'étais en colère et que j'allais le frapper, car il abaissa immédiatement les mains et ferma à demi les yeux en me lançant un regard craintif. Je n'oublierai jamais les sentiments de surprise, de dégoût et de honte qui s'emparèrent de moi à la vue de cet homme effrayé à l'idée de parer un coup qu'il croyait dirigé contre sa figure. On avait amené cet homme à une dégradation plus grande que celle du plus infime de nos animaux domestiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
lanardlanard   02 décembre 2012
30 novembre [1834]. - Dans la matinée du dimanche, nous arrivons à Castro, ancienne capitale de Chiloé, aujourd'hui ville triste et déserte. On y retrouve les traces du plan quadrangulaire, ordinaire aux villes espagnoles; mais les rues et la place sont actuellement recouvertes d'un épais gazon que broutent les moutons. L'église située au milieu de la ville, est entièrement construite en bois et ne manque ni de pittoresque ni de majesté. Le fait qu'un de nos hommes ne put trouver à acheter à Castro ni une livre de sucre, ni un couteau ordinaire, donnera une faible idée de la pauvreté de cette ville, bien qu'il y ait encore quelque centaines d'habitants? Aucun d'eux ne possède ni montre ni pendule, et un vieillard, qui passe pour bien calculer le temps, frappe les heures sur la cloche de l'église absolument quand il lui plaît.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lire un extrait
Videos de Charles Darwin (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Charles Darwin
Charles Darwin & la théorie de l’évolution | 2000 ans d’histoire | France Inter Charles Robert Darwin (né le 12 février 1809 à Shrewsbury dans le Shropshire – mort le 19 avril 1882 à Downe dans le Kent) est un naturaliste anglais dont les travaux sur l'évolution des espèces vivantes ont révolutionné la biologie avec son ouvrage De l'origine des espèces paru en 1859. Célèbre au sein de la communauté scientifique de son époque pour son travail sur le terrain et ses recherches en géologie, il a formulé l'hypothèse selon laquelle toutes les espèces vivantes ont évolué au cours du temps à partir d'un seul ou quelques ancêtres communs grâce au processus connu sous le nom de « sélection naturelle ».
Darwin a vu de son vivant la théorie de l'évolution acceptée par la communauté scientifique et le grand public, alors que sa théorie sur la sélection naturelle a dû attendre les années 1930 pour être généralement considérée comme l'explication essentielle du processus d'évolution. Au XXIe siècle, elle constitue en effet la base de la théorie moderne de l'évolution. Sous une forme modifiée, la découverte scientifique de Darwin reste le fondement de la biologie, car elle explique de façon logique et unifiée la diversité de la vie.
L'intérêt de Darwin pour l'histoire naturelle lui vint alors qu'il avait commencé à étudier la médecine à l'université d'Édimbourg, puis la théologie à Cambridge. Son voyage de cinq ans à bord du Beagle l'établit dans un premier temps comme un géologue dont les observations et les théories soutenaient les théories actualistes de Charles Lyell. La publication de son journal de voyage le rendit célèbre. Intrigué par la distribution géographique de la faune sauvage et des fossiles dont il avait recueilli des spécimens au cours de son voyage, il étudia la transformation des espèces et en conçut sa théorie sur la sélection naturelle en 1838. Il fut fortement influencé par les théories de Georges-Louis Leclerc de Buffon.
Ayant constaté que d'autres avaient été qualifiés d'hérétiques pour avoir avancé des idées analogues, il ne se confia qu'à ses amis les plus intimes et continua à développer ses recherches pour prévenir les objections qui immanquablement lui seraient faites. En 1858, Alfred Russel Wallace lui fit parvenir un essai qui décrivait une théorie semblable, ce qui les amena à faire connaître leurs théories dans une présentation commune. Son livre de 1859, De l'origine des espèces, fit de l'évolution à partir d'une ascendance commune l'explication scientifique dominante de la diversification des espèces naturelles. Il examina l'évolution humaine et la sélection sexuelle dans la Filiation de l'homme et la sélection liée au sexe, suivi par l'Expression des émotions chez l'homme et les animaux. Ses recherches sur les plantes furent publiées dans une série de livres et, dans son dernier ouvrage, il étudiait les lombrics et leur action sur le sol.
+ Lire la suite
autres livres classés : explorationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
408 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre