AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2361832402
Éditeur : Les Moutons Electriques (04/03/2016)

Note moyenne : 4.07/5 (sur 41 notes)
Résumé :
Les ténèbres ont un cœur de lumière.
Je l’ai su quand j’ai vu l’enfant dans la tempête. J’ai entraperçu l’azur de sa magie étrange et intense, mon univers s’est métamorphosé. Moi qui me sentais si seul, si désespéré, j’ai découvert soudain pourquoi j’étais venu au monde : pour protéger celui qu’on m’a donné pour frère. Un frère pas tout à fait humain, pas tout à fait possible. Le protéger des autres et de lui-même : des décisions qu’il voudrait prendre afin d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
Eric76
  05 novembre 2017
Le Seigneur Cerdric est né sous le signe de la malchance. C'est un pauvre gus rejeté de tous, et d'abord de sa bellissime et odieuse mère. C'est un pingouin sans don particulier, ce qui est un comble dans un livre de Fantasy. Même pas un petit peu de magie à se mettre sous la dent… Rien ! Il est réfractaire à tout, notre pauvre Cerdric… C'est un zigoto sur lequel de puissants princes fondaient de grands espoirs et qui n'a rien à offrir en retour sinon sa propre nullité, ce qui les rend d'humeur chafouine comme vous pouvez vous en douter… Parce qu'il aurait dû jouer un rôle de premier plan dans la tempête destructrice qui s'annonce… Mais que peut faire un humain dans un monde asservi par la magie, dans un monde où les fées règnent en maître dans la forêt bleue. Et humain, Cerdric l'est désespérément ! Courageux mais pas trop ; fidèle jusqu'à un certain point ; entêté, hâbleur, bouffon un peu trop souvent ; impulsif, roublard, fou ; aimant et généreux aussi, beaucoup trop. A défaut de pouvoir écrire l'histoire avec un grand H, il suivra comme un vrai cabochard la destinée de Ceredawn. Un surdoué de la magie celui-là ! Il peut tout faire ! Lancer des éclairs, papoter avec les animaux et la nature, utiliser des dons de télépathe, avoir des rêves prémonitoires, et j'en passe… Un vrai couteau suisse des super-pouvoirs !
L'avenir de ce monde si contrasté, plein de poésie et de violence, de pureté comme de dépravation dépend du combat que vont se livrer Ceredawn et Arvrylith, autre surdoué de la magie, mais plutôt du côté obscur, et personnage aussi complexe et torturé que son nom.
Je vais lire le tome deux ! Pas pour connaître le résultat du combat homérique que vont se livrer les deux magiciens, mais pour découvrir les nombreuses facéties auxquelles va devoir se livrer notre petit d'homme pour exister entre ces deux monstres sacrés...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          664
boudicca
  18 avril 2016
Dernier roman en date de Nathalie Dau, « Source des tempêtes » n'est pas à proprement parlé un inédit puisqu'une première version de l'ouvrage avait déjà été publiée il y a quatre ans chez Asgard. Retouché entre temps par l'auteur, le roman reparaît donc aujourd'hui sous une autre forme et marque le coup d'envoi d'un nouveau cycle de fantasy intitulé « Le livre de l'énigme ». L'auteur met en scène un univers dans lequel une certaine catégorie de mages (les mages bleus) ont été impitoyablement éradiquées par leurs confrères à l'exception d'un seul qui parvient à échapper au massacre grâce à ses accointances avec le seigneur local. Bien que privé de sa magie comme de sa semence, il deviendra pourtant celui qu'une ancienne prophétie a désigné comme le géniteur d'un enfant si exceptionnel qu'il changera à jamais le cours de l'histoire. On pourrait à première vue s'inquiéter du caractère trop classique du roman qui réunit quelques uns des poncifs les plus fréquents de la fantasy (un élu, une quête, des mages, une prophétie...). Nathalie Dau réussit néanmoins à nous surprendre, notamment en faisant le choix de ne pas se focaliser sur le personnage de ce fils prodige mais plutôt sur celui de son demi-frère. Or le destin de ce dernier promet d'être beaucoup moins glorieux... Abandonné par son père, méprisé par sa mère, isolé dans son domaine de Cassegrume... : la vie du jeune Cerdric ne démarre pas franchement sous les meilleurs auspices et c'est justement ce qui rend le personnage attachant.
C'est donc la voix de ce jeune homme un peu maladroit et en manque d'affection qui nous guide pendant la majeure partie de ce premier tome qui suit son cours paisiblement. le nombre de scènes d'action est en effet plutôt limité, l'auteur cherchant avant tout à poser les bases de son univers plutôt qu'à faire évoluer son intrigue, ce qui n'empêche pas le lecteur de s'absorber facilement dans cette histoire mêlant magie, complot et amour fraternel. le style y est évidemment pour beaucoup, la plume de Nathalie Dau se révélant très agréable et donnant parfois lieu à des moments presque enchanteurs, notamment dès qu'il est question de la Forêt bleue et de ses habitants. Tout juste pourrait-on regretter l'insistance un peu trop marquée de l'auteur concernant l'intensité des sentiments qu'entretiennent certains de ses personnages. On peine par exemple à bien saisir d'où vient au narrateur cet amour inconditionnel et presque frénétique pour son frère qu'il ne connaît que depuis quelques jours... L'univers, lui, est pour le moment trop peu développé pour qu'on puisse véritablement s'en faire une idée précise mais semble néanmoins prometteur. L'auteur introduit ainsi un certain nombre d'éléments concernant l'existence de différents ordres de mystiques, la présence dans des régions reculées de races surnaturelles dotées de pouvoirs bien spécifiques, ou encore quelques légendes impliquant des créatures plus classiques comme les fées ou les dragons.
« Source des tempêtes » marque le début d'un nouveau cycle qui ne révolutionnera certainement pas la fantasy mais qui dispose de suffisamment d'atouts pour séduire les amateurs du genre. Inutile de vous dire que j'attends maintenant avant impatience de lire la suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          241
Aelinel
  04 février 2017
Ce roman avait été l'un des coups de coeur 2016 de mon libraire. Je l'avais donc gardé en tête, le temps de trouver un moment pour le lire. Puis, quand j'ai su que l'auteure serait présente lors d'une nouvelle Soirée Imaginaire, le 9 Mars prochain, dans ma librairie habituelle, je n'ai plus hésité. Je n'ai pas toujours le temps de le faire mais je préfère lire le roman avant de rencontrer son auteur, je trouve que cela facilite la discussion avec lui.
Difficile de résumer l'univers de Source des Tempêtes tant il est dense. Il est vrai que la couverture (sublime encore une fois! Les moutons électriques font des merveilles!) laisse entendre la présence de dragons mais la part laissée à ces créatures imaginaires n'est pas aussi importante que cela dans le récit. Sur le continent Cestre, les Mages Bleus ont été massacrés. Seul Keral Asulen a survécu mais à quel prix! Il a non seulement perdu son drac qui lui permet d'user de sa magie et il ne pourra plus avoir d'enfant. Son premier fils Cerdric est un Réfractaire, c'est-à-dire que la magie n'agit pas sur lui. Mais, pire que cela, ce dernier ne pourra pas accomplir la fameuse proprétie de l'Enigme. Or, la vie trouve toujours son chemin et Keral Asulen, contre toute attente, engendre un second fils Ceredawn avec une Rive, une créature féérique issue de la Forêt bleue. Ceredawn, dès son plus jeune âge, montre des aptitudes très développées et semble posséder un drac extrêmement puissant. Ne serait-il donc pas l'enfant de la prophétie?
Le tome 1 de Source des Tempêtes est loin du coup de coeur auquel je m'attendais. Si les deux premières parties étaient très efficaces et bien amenées, en revanche, le récit perd de sa puissance dans la troisième (environ les 150 dernières pages) à cause de trop nombreuses longueurs. Ce premier tome est dense (445 pages avec une petite police) et je pense que quelques coupes auraient été nécessaires pour rendre le récit plus sémillant.
Passé cet écueil, ce roman est indubitablement d'une grande qualité. Certes, les différents éléments qui composent l'univers sont relativement classiques dans la Littérature SFFF d'aujourd'hui comme la présence de magiciens, de dragons ou de fées mais Nathalie Dau parvient à se les approprier en lui apportant des éléments personnels. Je citerai ainsi un nouveau vocabulaire pour les repères temporels tels que la malune (pour les mois) ou l'organisation sociale comme le Bréon (sorte de comte) ou de nouveaux repères géographiques avec la présence d'une carte en début de tome. Je dois bien reconnaître également que l'immersion n'est pas évidente au début car il faut un petit temps d'adaptation mais c'est également ce qui rend l'univers aussi riche et complexe.
L'écriture est également très agréable bien qu'elle manque de fluidité, du moins, au début, le temps d'assimiler le nouveau vocabulaire.
En ce qui concerne les personnages principaux, Cerdric, malgré tous ses malheurs, ne m'a pas vraiment paru sympathique. Il est toujours en train de geindre ce qui m'a quelque peu lassé. Quant à son frère Ceredawn avec son petit côté parfait, intelligent et mature malgré son jeune âge, n'a pas attiré non plus mon empathie. Les personnages secondaires m'ont davantage plu et j'ai beaucoup apprécié la mère de Cerdric, Nerasia, sorte de Cersei Lannister machiavélique ainsi que la mentor de Ceredawn, Yspaddadora qui ne manque pas de caractère.
En conclusion, le tome 1 de Source des Tempêtes est introductif et joue son rôle, le temps d'assimiler un nouvel univers complexe mais riche. S'il comprend quelques longueurs, notamment dans la troisième partie, ce qui est un peu dommageable pour le rythme du récit, ce tome n'en reste pas moins de qualité. Son écriture est foisonnante, son intrigue pleine de ressources, les nombreux personnages notamment les secondaires ne manquent pas d'intérêt et l'on sent que l'on se situe aux prémices d'une saga qui n'a pas encore révélé tous ses secrets. J'ai donc hâte de découvrir le tome 2 qui sortira début mars et de rencontrer l'auteure.
Lien : https://labibliothequedaelin..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2310
Melisende
  07 mai 2016
Une couverture sobre mais accrocheuse ; soignée, comme toujours chez les Moutons électriques. Voilà qui intrigue et attire l'oeil. Nathalie Dau, un nom connu dans le milieu de l'Imaginaire mais que je n'avais pas encore pu découvrir. Et enfin la promesse d'un nouveau cycle de fantasy maîtrisé et inoubliable… comment résister ?
Avec un narrateur qu'il n'est pas difficile de rapprocher de Fitz Chevalerie et plus généralement un développement des personnages que l'on peut facilement comparer à l'Assassin Royal, ce premier tome pose des bases solides et nous retient au coeur de ses pages… vivement la parution du tome 2 !
Dans ce premier opus, l'histoire nous est principalement contée par Cerdric qui revient sur sa vie, de sa naissance à la rencontre de son demi-frère qu'il fera tout pour protéger.
Cerdric est un personnage assez ambigu, pour lequel on se prend parfois d'affection mais qui, plus souvent, tombe un peu trop dans le pathos et finit par agacer le lecteur. Enfance malheureuse loin de ses parents, non désiré par une mère manipulatrice, abandonné par un père se faisant passé pour mort, le héros grandit tant bien que mal et nourrit frustration et rancoeur. Quand enfin il apprend la survie de son géniteur et que celui-ci lui offre un cadeau pour ses 16 ans, Cerdric n'écoute que son impatience et court le rejoindre, seul, sous la tempête. Sur place, l'accueil n'est pas celui qu'il espérait et la découverte de la nouvelle famille de son père est une pilule difficile à avaler. Encore une fois, l'adolescent se sent rejeté et passe après les autres, notamment après ce petit frère extraordinaire, Ceredawn. Malgré tout, dès le premier regard il s'accroche à ce petit bonhomme qu'il se promet d'aimer et protéger coûte que coûte.
Ceredawn c'est l'enfant dans toute sa splendeur. Naïf, souriant aux étrangers, serviable, ne voyant pas le mal… mais c'est aussi un petit garçon qui détient un pouvoir trop grand pour lui, un pouvoir qu'il ne parvient pas à maîtriser malgré l'aide de son étrange protectrice de la forêt… alors Cerdric, transformé en grand frère aimant (comment ne pas tomber sous le charme de ce petit être aux cheveux brillants sous la lune ?), décide de le conduire au Séminaire, seul endroit où il pourra recevoir un enseignement adéquat qui lui permettra de maîtriser ses dons.
Le rythme de ce premier tome est assez lent mais Nathalie Dau fait la part belle à ses personnages, s'attardant sur leur psychologie et sur l'évolution des relations qu'ils peuvent entretenir les uns avec les autres. Ici on parle d'amour fraternel, de loyauté, de respect, d'amitié, de tendresse… et c'est fort. Accordant beaucoup d'importance aux héros que je suis lorsque je me plonge dans un roman, j'ai été servie par la proposition de l'auteure et j'ai vraiment apprécié ce que j'ai lu. En introduction, je comparais Cerdric à Fitz et de façon plus générale à l'Assassin royal de Robin Hobb et je pense que ce n'est pas exagéré. On apprend à connaître les personnages en profondeur, on s'attache à eux, ils nous agacent, on les déteste, ils nous font sourire ou nous émeuvent… bref, on vit avec eux. Et pour moi, vivre une histoire intensément auprès des héros, c'est toujours signe d'une lecture réussie.
Alors oui, par contre, niveau rythme et action, c'est assez contemplatif… mais en même temps je trouve que c'est nécessaire pour bien s'immerger à la fois dans le contexte fantasy – que l'on ne fait qu'effleurer pour le moment – et dans la vie des personnages que l'on suit. Ce premier tome se révèle donc assez introductif mais c'est une introduction passionnante et bien menée.
La plume de Nathalie Dau, que je découvre pour l'occasion, est très agréable à parcourir, très fluide. L'auteure ne lésine pas sur les descriptions mais maîtrise si bien l'exercice que ce n'est jamais lourd ou indigeste. Même les scènes les plus violentes – dignes d'un Game of Thrones – pourraient presque être qualifiées de « belles » grâce à la forme si le fond n'était pas si terrible. Les personnages ne sont pas épargnés, vraiment pas. Abandon, pédophilie, coups, exécutions, meurtres… l'univers mis en place par l'auteure n'est pas tout rose, loin de là. C'est ce contexte difficile qui, à mon avis, permet de développer des figures si complexes et si fortes (même le « méchant » de l'histoire, que l'on découvre en deuxième partie, n'est pas tout noir et possède une richesse de traits qui le rende sinon attachant au moins assez passionnant !), on en revient toujours à elles, mais pour moi, c'est le plus gros point positif de ce premier tome… et je n'ai qu'une hâte : les retrouver très vite !
Encore une fois, les Moutons électriques ont visé juste avec cette publication (réédition augmentée de la Somme des Rêves, initialement publiée chez Asgard en 2012) et ne font que confirmer tout le bien que je pense de leurs choix éditoriaux. Ravie par ma découverte de la plume de Nathalie Dau qui m'a conquise avec ses personnages complexes, je ne manquerai pas de lire la suite de cette aventure et de me procurer ses autres histoires (En revenir aux fées me tente tout particulièrement). A vous de vous laisser tenter par l'Enigme et par les aventures de Cerdric et Ceredawn !
Lien : http://bazardelalitterature...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
celindanae
  28 décembre 2016
J'avais acheté ce roman en mai et pourtant je ne l'ai lu qu'en cette fin d'année, ayant lu entre temps pas mal de livres achetés aux Imaginales. L'avis d'Estelle Faye présent au début du livre ainsi que l'éditeur m'avaient donné envie de lire ce roman. La suite doit paraitre au printemps 2017 et il me tarde de la lire. L'objet livre est encore une fois très beau comme toujours chez les Moutons électriques avec une très belle couverture de Melchior Ascaride.
L'histoire de prime abord apparait assez classique avec une prophétie, des mages et un élu devant accomplir une quête. Cependant, on s'aperçoit vite que plusieurs éléments intriguent et on se laisse vite prendre à ce récit raconté en grande partie par Cerdric Asulen, le demi frère de l'élu de la prophétie. le choix de l'auteur de raconter le début de son histoire par le biais du demi frère surprend au début mais s'avère judicieux dans la mesure où il permet de mieux cerner les évènements. le début du livre s'attache à raconter l'enfance de Cerdric et fait penser à L'assassin royal de Robin Hobb en abordant l'enfance d'un personnage non désiré et qui a du mal à faire sa place. Ce qui donne un début très prometteur, mais quelques éléments viennent par la suite gâcher ce très bon début.
L'univers du roman apparait assez complexe même si on pouvait craindre le contraire de prime abord. La loi et le chaos dominent mais les personnages ne sont pas monochromes, et l'auteur a pris le soin de bien développer ces personnages. Les deux principaux sont Cerdric et Ceredawn, deux frères que tout oppose mais qui vont contre toute attente se lier très fortement. Cerdric est un personnage complexe qui a eu une enfance difficile. Il est attachant au début du roman mais très vite, ses réactions trop impulsives le rendent énervant. Il est parfois trop entier et on a du mal à comprendre ses réactions. Il est réfractaire à la magie qui est prédominante dans l'univers et on se demande parfois quel sera son rôle réel dans l'histoire. Il est intéressant et touchant dans sa relation avec son demi-frère Ceredawn même si leur rencontre est assez étrange et que l'on a du mal à comprendre l'enthousiasme dont il fait preuve aussi rapidement. Ceredawn est un personnage beaucoup plus attachant mais tout aussi complexe. Il a de grands pouvoirs et son enfance a été perturbée par sa destinée. Les personnages secondaires sont très nombreux et tout aussi travaillés que les deux frères. Chacun a des motivations et une histoire détaillées.
Le titre de ce premier tome est également très représentatif dans la mesure où il suscite beaucoup de questions sur l'univers et les protagonistes. Certains éléments de l'univers sont révélés mais beaucoup restent encore dans l'ombre et je dois avouer qu'il me tarde d'en apprendre plus sur le monde mis en place par Nathalie Dau. Ce tome est clairement introductif et il fait bien le travail qui lui est donné.
Le rythme du roman est assez lent et quelques longueurs sont à déplorer. Deux parties distinctes apparaissent avec d'un côté l'enfance de Cerdric puis d'un autre sa rencontre avec son frère qui va changer sa vie. On a un peu du mal à parfois faire le lien entre les 2 dans la mesure où certains personnages très important dans la première partie sont totalement absents dans la suite et inversement. le coeur de l'histoire semble résider dans la deuxième partie mais on peut clairement penser que tout va se rejoindre à un moment donné. le ton du livre est assez sombre, rien n'est épargné aux personnages. Cependant, certains passages sont assez durs à lire et auraient pu être un peu plus courts.
Le livre de l'énigme est ainsi un roman à part, très bien travaillé avec des personnages complexes et un univers qui laisse présager beaucoup. L'écriture de l'auteure est également fluide et rend le livre très agréable à lire. Quelques longueurs et passages un peu rudes m'ont un peu gênée, cependant je lirais avec plaisir la suite que j'attends avec impatience.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92

critiques presse (1)
Elbakin.net   27 avril 2016
Un début prometteur, tout en espérant pour la suite que le rythme s’accélère et que certains sentiments deviennent moins confus.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Eric76Eric76   29 octobre 2017
Nous traversâmes un défilé qui déboucha sur un étang gelé bordé d'arbres noirauds plus contrefaits que des bossus, puis nous empruntâmes un raidillon parfois glissant, ce qui me contraignit à démonter afin de soulager Choucas. Au sommet, un monde étrange, comme hors du temps. C'était un vaste plateau bordé par une ronde pétrifiée. Toutes ces pierres feignaient d'être autant d'hommes et de femmes se donnant la main. Et les autres, plus loin, dressées seules ou en groupe, certaines fracassées, certaines érodées à l'excès, devenues maigres et pointues comme des lames ; puis celles gisant sur le sol, grands cadavres dont la peau grisâtre, tavelée de lichens, crevait le linceul de l'hiver.
J'avançai lentement, n'osant remonter en selle. J'avais l'impression de traverser un champ d'après bataille hanté par les défunts, tel que les bardes itinérants en décrivaient dans leurs récits.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
Eric76Eric76   27 octobre 2017
Il quitta doucement la chambre, laissant après lui un parfum qui chantonnait une berceuse.
Commenter  J’apprécie          421
BleuopaleBleuopale   16 avril 2017
« Ils marchaient du pas lent de ceux qui ne recherchent rien, sinon peut-être l’harmonie. Pourtant, on disait que leur quête durait depuis l’aube des hommes.
Ils avançaient sans peur au travers des contrées sauvages. Leurs regards et leurs pas repoussaient l’horizon. Ils s’arrêtaient parfois, restaient durant quelques malunes, un an ou davantage, et repartaient sans que l’on sache bien pourquoi.
Durant le temps de leur séjour, ils répondaient à ceux qui les interrogeaient. Simplement, sans chercher à convaincre ni même à convertir. Et quand ils s’en allaient, on conservait le souvenir de leur chant favori, étrange et envoûtant : le Cantique de Kernann.
Certains s’en emparèrent, alors qu’ils ne possédaient pas les éléments pour le comprendre. Ceux-là, qui n’étaient pas des mages bleus, pillèrent et déformèrent. De ce qui était liberté, ils firent un hymne de colère, une incitation au saccage. Ils commirent des meurtres et prétendirent les justifier avec les mots des autres. Des mots qu’ils avaient dépouillés de tout leur véritable sens.
Ainsi naquit la secte des Libérateurs.
Le bleu fut usurpé et en paya le prix. De l’Origine de l’Éradication,
par Lydidane, seconde Bala de l’Ordre
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
TesrathildeTesrathilde   20 juin 2016
L’homme est lui-même une montagne. Ses trésors gisent si profond qu’il se croit sans valeur. Il détient toutes les réponses et reste au niveau des questions. Mais l’autre vient, parfois. Armé de drac ou d’un sourire, avec ses mots en bandoulière. Alors, tout vibre, tout remue. Les veines glacées se défigent, l’exubérance est de retour. Le fer remonte à la surface, pour forger de nouveaux espoirs. Le cœur bat.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
BibliomanciennesBibliomanciennes   16 décembre 2018
Il m'avait inclus dans son monde, dans sa paix, sa chaleur. Pour la première fois, j'éprouvais la sensation d'être accepter sans réticence.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Nathalie Dau (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nathalie Dau
Suite à la parution du tome 2 du Livre de l'énigme, nous avons reçu en dédicace Nathalie Dau. Voici donc une rediffusion du live facebook réalisé pour l'occasion.
Retrouvez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/dimensionfantastique/
Twitter: https://twitter.com/LibrairieLDF
Ou sur Instagram : https://www.instagram.com/ladimensionfantastique/
autres livres classés : loisVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1248 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre
.. ..