AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Nicolas Daum (Éditeur scientifique)
EAN : 9782354800130
327 pages
Éditeur : Editions Amsterdam (06/02/2008)
4/5   3 notes
Résumé :

Mai 68 et ses stars ont quelque peu éclipsé ceux qui, sur leur lieu de travail ou dans leur quartier, ont voulu vivre la révolution au quotidien. En prenant délibérément le contre-pied de la personnalisation, Nicolas Daum est parti à la recherche de ses anciens compagnons du comité d'action du Ille arrondissement de Paris. Témoin et acteur anonyme, il revendique, avec eux et pour eux, la part de ceux qui ont fo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Heval
  03 juillet 2016
De Mai 68 je ne sais pas grand chose. Je sais les grèves générales, les contestations, les pavés, les étudiants, les mouvements sociaux, les répressions, De Gaulle, Cohn-Bendit, la libération sexuelle et culturelle mais après? Rien de bien précis, juste des notions-clefs. J'ai donc abordé ce livre, sélectionné dans le cadre du jeu Masse critique organisé par Babelio, avec une grande curiosité: qu'est-ce que « concrètement » Mai 68? Que signifie-t-il? Qui a fait l'événement? Pourquoi? Comment? Les questions trouvent progressivement, et en partie, leurs réponses au fil des pages et des témoignages. le profil des acteurs se dessine: ils et elles sont des personnalités qui refusent d'avancer au rythme d'une société qu'ils contestent, ils veulent la changer, la transformer. Ils veulent de nouveaux rapports, de nouvelles relations. Ils veulent plus de collectivité, moins d'individualité. Ils veulent vivre dans une société épanouie, avec Liberté, Egalité, Fraternité. Ils veulent s'extirper de l'Ancien pour penser et construire le Nouveau. Ils s'amusent, font la fête, jouissent, en ce mois de Mai 68, d'un souffle, d'une énergie qui nourrissent tous les espoirs. Ils déchantent cependant progressivement. La Révolution n'a pas lieu, en effet. La fête est donc terminée et tous finissent par rentrer dans les rangs de cette société qu'ils ont tant contestée.
Que reste-t-il alors de Mai 68? Ils restent des souvenirs, une nostalgie, des expériences, une folie, des rencontres… Il reste une réalité: Mai 68 a contesté, manifesté mais n'a pas détruit. Il a laissé des traces, ouvert la voie à ce que l'on appelle les Nouveaux mouvements sociaux, participé à un changement culturel mais il a, pour l'essentiel, perdu son pari: le système capitalisme s'est renforcé, il a même gagné en férocité, l'argent a étendu son pouvoir et nous sommes en plein dans la société de consommation si dénoncée par le passé. Et alors on se demande pourquoi ça n'a pas fonctionné? Pourquoi le grand jour ne s'est pas annoncé? En lisant ce livre, très intéressant, passionnant, j'ai eu l'impression de gens paumés, de gens qui se sont perdus sur le chemin emprunté. Ils voulaient détruire pour bâtir mais bâtir quoi exactement? A l'individualisme contesté, ils ont répondu la collectivité oubliant que la collectivisation nuit gravement à la santé lorsqu'elle est mal pensée. L'individu, qu'ils le veuillent ou non, a besoin d'un espace privé pour respirer, pour se retrouver, pour mieux, ensuite, tisser le fil avec la communauté. Sinon, il étouffe, il disparaît dans une nouvelle dictature de la pensée. Ceux-là ont essayé, ont appliqué leurs idées dans toutes leur radicalités; ils ont dès lors foncé dans un mur pourtant impossible à écarter. Ils ont échoué parce qu'ils étaient obnubilé par l'Idée qui révèle son absurdité lorsqu'elle refuse la complexité. Absurdes ils étaient parce qu'ils ont été jusqu'à l'extrême; parce qu'ils n'étaient pas suffisamment mature pour penser la nouvelle société; parce qu'ils ont agi comme des adolescents capricieux; des adolescents aptes à se rebeller mais incapables de penser les nouvelles fondations. Mai 68 semble avoir été une fête agitée qui a vu ses invités reprendre le quotidien une fois dessoûlés. C'est triste à penser mais intéressant à lire parce que les questions posées sont universelles, parce que Mai 68 peut servir de leçon pour celles et ceux qui voudraient réitérer l'expérience, parce qu'il ressort de là que la Révolution n'est pas une fête mais un projet politique radicale très bien réfléchie pour qui il faut payer le prix...
Lien : http://kanimezin.unblog.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
PC37Shu
  30 juin 2016
Merci à Babelio et aux Editions Amsterdam pour ce livre reçu dans le cadre de l'opération Masse Critique du mois de mai.
Un petit mot d'abord sur la forme. Au fil de ma lecture, je rencontre une faute, puis une autre, et encore une autre... Mais ce livre est bourré de fautes!!! Ce n'est que vers la fin que j'ai remarqué que c'était fait exprès (c'est marqué au début du livre "conformément à la nouvelle orthographe").
A part ce bémol, j'ai adoré ce livre qui m'a enthousiasmée de bout en bout.
Belge, née en 78, cette période dont on m'a souvent parlé m'intriguait. Je n'ai pas été déçue. J'ai appris énormément de choses intéressantes à la lecture de ces témoignages.
Les personnes qui témoignent nous livrent non seulement leurs souvenirs de l'époque, mais leur état d'esprit 20 ou 40 ans plus tard et l'évolution de leurs idéaux, de leurs valeurs.
J'avais un peu peur, vu mon inculture, d'être larguée, mais chaque référence est clairement expliquée et la lecture est aisée.
J'ai trouvé ce livre passionnant et instructif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Alice_vn
  18 juillet 2016
J'ai reçu ce livre dans le cadre d'une Masse critique, et j'étais très contente parce que je dois bien avouer que je n'ai qu'une connaissance très vague de mai 68 (grèves, « sous les pavés la plage », Daniel Cohn-Bendit…)
Les différents témoignages apportent des points de vus variés qui empêchent la monotonie des lives d'Histoire bien souvent arides.
Ce livre m'a permis d'approfondir les connaissances très superficielles et faites d'images d'Epinal que j'avais de Mai 68
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
stekasteka   13 février 2015
Un jour, un prof sortait d'une librairie où il avait acheté des bouquins et il est passé à proximité d'un groupe de CRS qui l'ont immédiatement castagné. Leur chef a dû s'apercevoir que ce n'était pas un étudiant mais quelqu'un de plus respectable, alors il a ordonné à ses hommes d'arrêter et l'un d'entre eux aurait dit : "Mais il avait des livres, chef !"
Commenter  J’apprécie          20

Dans la catégorie : Histoire de ParisVoir plus
>Histoire de France>Vendée (Département : histoire)>Histoire de Paris (91)
autres livres classés : Quartier du MaraisVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
206 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre