AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2848659068
Éditeur : Sarbacane (02/11/2016)

Note moyenne : 4.39/5 (sur 57 notes)
Résumé :
Deux personnages, dont l’un semble un prince, s’engagent sur un chemin. Ils bavardent, remarquent un papillon, une grenouille, un lièvre, un éléphant… un cavalier – tous endormis. Pénétrant dans les faubourgs d’une ville, ils découvrent cette fois un enfant sur une balançoire, tout un orchestre et plus loin un balayeur, deux boxeurs, un roi et une reine – guère plus éveillés.

Nul doute, nous sommes dans l’univers étrange de La Belle au bois dormant, s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
Saiwhisper
  07 octobre 2017
J'ai eu envie d'emprunter cet album suite aux avis d'Un univers de livres, d'Oursbibliophile ou, plus récemment, par celui de Les pages de Sam. Comme la majorité, j'ai trouvé les illustrations à tomber ! Tout est somptueux, réaliste et coloré ! Que ce soit dans les doubles pages en couleur ou les autres, chaque planche est majestueuse et dégage quelque chose de poétique. J'ai passé de longues minutes à en prendre plein les mirettes… Par ailleurs, j'ai trouvé amusante l'idée de mettre des illustrations détaillées et en couleur et de passer ensuite à des pages blanches où l'on voit deux personnages crayonnés en train discuter. Leurs paroles sont presque mises en bulle, comme s'il s'agissait d'une bande-dessinée. le procédé est original et, même s'il étonne lors des premières pages, finit par enchanter le lecteur ! Enfin, la conclusion est tout simplement pleine de douceur… Une merveille !
Cet album revisitant le conte de la Belle au bois dormant est presque un coup de coeur ! Ce qu'il me manque ? Je ne sais pas si les enfants, souvent les premiers destinataires d'un album, aimeront ce récit autant qu'un adulte. D'ailleurs, j'ignore si les jeunes lecteurs comprendront tout, s'ils verront le message final ou imagineront une suite sans les explications d'un parent… Il faudrait que je teste sur l'une de mes classes ou avec des jeunes lecteurs qui lisent facilement à la médiathèque… Cela reste donc à voir ! En tout cas, les adultes se régaleront avec ce livre poétique et magique aux scénographie à couper le souffle !… À découvrir !

Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
allezvousfairelire
  16 décembre 2016
Êtes-vous prêts… pour un enchantement ?
Non, parce que je ne voudrais pas vous prendre par surprise. Autant qu'une image choquante peut rester longtemps scotchée à la rétine, un ravissement peut faire décoller du sol à un moment tout à fait inopportun.
Aussi, je préfère prévenir.
Le Bois Dormait, de Rébecca Dautremer
Trigger warning : beauté sublime
Bon, je vous vois venir « Ah, mais Rébecca Dautremer, je connais ! » Commençons par là : quand on sait déjà que c'est beau, on se montre parfois moins attentif, et c'est un tort. On risque de manquer le murmure qui s'échappe — d'avoir tourné la page trop vite. Aussi, j'espère vous donner envie de bien regarder cet album…
Pourquoi est-ce beau ?
On retrouve l'univers esthétique de Rébecca Dautremer, dans ses couleurs chatoyantes et sa poésie intimiste. Vous reconnaîtrez :
-les couleurs orientales, avec ces dominantes de rouges relevés par du turquoise ;
-ces yeux en amande, ces visages ovales, ces mouvements des corps aux formes arrondies ;
-cette délicatesse assez typique des estampes et tapisseries sino-japonaises.
Mais il y a aussi une saveur old-school enchanteresse à cet album. Ça passe par de petits détails, comme le fait que le texte soit sous les pieds des personnages, à l'ancienne (et non dans des bulles)…
…mais aussi par de plus gros hommages, comme celui que je perçois à Little Nemo.
Little Nemo de Winsor McCay est une bande-dessinée née en 1905 (l'une des toute premières, donc). Les petits personnages du narrateur et de son compagnon y font irrésistiblement penser :
-par le style de dessin, le trait adopté ;
-par les costumes, pleins d'une fantaisie médiévale ;
-par l'aspect BD, of course, de ces cases invisibles qui font évoluer nos personnages sur la page de gauche ;
-par le thème du sommeil et du rêve !
Dans Little Nemo, le principe, c'est que chaque strip commence par Nemo qui s'embarque dans un rêve/aventure, et s'achève par Nemo qui se réveille, souvent en tombant de son lit.
Ici, le narrateur observe des personnages endormis, qui sont dans un autre univers (couleurs et style de dessin différents, opposition entre les pages de gauche et celles de droites).
Or, à la fin de l'album, le compagnon du narrateur « plonge » dans cet autre univers, passant à son tour en couleurs, page de droite. Comme Little Nemo plongeant dans ses rêves ! Ce thème est trop chouette parce que, personnellement, je me demande si le « Bois endormi » est bien le monde du rêve (ce serait évident), ou si, au contraire, c'est l'univers blanc du narrateur (qui ressemble tant à un personnage de Winsor McCay). Auquel cas le prince ne quitte pas la réalité pour le rêve, mais quitte bien un espace de songe pour entrer dans un espace de vie.
La saveur old-school de cet album tient aussi à la réécriture de conte qu'il propose. Parmi les nombreuses réécritures de contes que l'on trouve en librairie, il y en a beaucoup, sans doute, qui ont des approches intéressantes. (M'enfin pas toutes, faut le reconnaître.) Ici, c'est le cas.
Ce qui est sympa par exemple, c'est que, comme chez Perrault, nous sommes vraiment du point de vu du conteur. Ça tient à de minuscules astuces :
*CÔTÉ TEXTE*
Perrault, dans sa Belle au bois dormant, cale régulièrement des propositions incidentes, ces petites interventions du narrateur dans l'histoire. On trouve des clins d'oeil humoristiques sous diverses formes.
Exemple :
"Le Prince aida à la Princesse à se lever; elle était tout habillée et fort magnifiquement ; mais il se garda bien de lui dire qu'elle était habillée comme ma mère-grand."
On trouve le même ton de remise en question de l'histoire dans l'album, comme ici :
"-Et c'est comme ça depuis un temps fou. 100 ans je crois.
-100 ans ! C'est ce qu'on t'a dit aussi ?
(un temps)
-Mais c'est beaucoup trop long !"
*CÔTÉ IMAGE*
#1. La hauteur de vue : nous voyons les endormis depuis la hauteur du (petit) narrateur, clairement pas depuis celle du prince (grand, longiligne, menton penché), ni depuis un angle autre qui serait omniscient.
#2. L'effet fish-eye (terme que le français traduit par « objectif hypergone », dans sa tendance habituelle à en faire des caisses).
L'effet fish-eye, c'est cette distorsion arrondie sur les bords de l'image, qui nous donne l'impression d'un regard à la fois distant (comme par le prisme d'une caméra) mais aussi incarné, car on est dans l'oeil du narrateur. Regardez notamment le dallage rouge et blanc de la scène endormie dans un café : les carreaux sont complètement tordu et arrondis sur les bords de l'image.
Donc c'est beau, rêveur, languissant. Doucement drôle, pianissimo. Et dans sa candeur, ça n'oublie pas d'être habile et technique. le scalpel au service de la poésie.
Et puis cette élégance elliptique sur la fin, moi j'aime beaucoup. le prince réveille la belle endormie — suppose-t-on. Mais le baiser est laissé à notre imagination.
Vous ai-je donné envie d'aller le regarder de plus près ?
(J'espère j'espère.)
L'album sort aujourd'hui, le 2 novembre 2016.
Bonne lecture,
Lupiot
(pour mieux en profiter, vous pouvez lire cette chronique avec des photos de l'album, des comparaisons avec Little Némo, et des gifs, en cliquant sur le lien ci-dessous.)
Lien : https://allezvousfairelire.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
okada
  10 octobre 2017
Difficile d'exprimer l'émotion qui s'est emparé de moi face aux illustrations de Rebecca Dautremer : elles sont habitées d'une poésie mélancolique et magique, comme si tous l'univers des contes de Grimm s'y concentrait. Chaque image est un tableau dans lequel l'imagination se perd. Par un subtil jeu, les plans rapprochés de la nature sont très vivants – les papillons, la grenouille, les herbes, semblent parcourus d'un frémissement, comme agités par une légère brise – alors que les dessins montrant les êtres humains endormis font penser à des natures mortes ! Une plume précise et sensible, des couleurs somptueuses et douces. de belles pages richement dessinées alternent avec des pages de textes sur lesquels l'on suit deux petits personnages tracés à la plume. Ce sont les conteurs de cette histoire. Partis en balade, ce vieux monsieur et un jeune homme découvrent un monde endormi : chevalier, enfants sur une balançoire, musiciens d'un orchestre, roi et reine, etc., tout le monde ronfle… Nous avons pénétré de l'intérieur l'histoire de « La Belle au bois dormant ». le vieux monsieur, en quelques mots, fait comprendre au jeune homme ce qui s'est passé et l'interroge : « tu y crois, toi, aux sorts et aux maléfices » ? Un peu à la manière de Socrate, il oblige le jeune homme à se révéler (à se réveiller…) et à agir. Car ce jeune homme, c'est un prince ! Et le voilà, le petit bonhomme dessiné à l'encre noir qui pénètre le monde en couleurs… Pas de baisers en gros plan, pas d'explications, mais une ellipse, et l'on ouvre une belle double-page où tous les personnages endormis, croisés dans les pages précédentes, prennent vie.
Un joli clin d'oeil au célèbre conte qui ravira ses « fans », invitera à la rêverie devant les images, ou servira d'introduction à la lecture de « La Belle au bois dormant ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
larepubliquedeslivres
  10 novembre 2016
Habituée aux romans des éditions Sarbacane, j'ai accepté de lire cet album d'une auteur dont je n'ai entendu que du bien.
On suit deux personnages qui voyagent au travers d'une ville où tous les habitants sont endormis depuis cent ans.
L'auteur revisite avec succès le conte de la belle au bois dormant. Mais elle ajoute sa patte à ce conte. Elle réussit à transposer cette oeuvre à une époque plus contemporaine que celle du conte d'origine.
J'ai aimé la différence de graphisme entre les pages avec les deux personnages dont les dessins sont moins détaillés et sans couleur, et les autres pages qui représentent la nature, la ville et ses habitants. Les dessins sont fins, les couleurs en parfaite harmonie avec des touches de couleurs vivent qui éclairent un environnement plus sobre. Certains dessins sont semblables à des photos.
En bref, c'est un album qui a su me séduire autant pour ses dessins que pour la revisite du conte.
Commenter  J’apprécie          30
blamblinou
  08 décembre 2016
On trouve dans cet album une poésie inouïe et pleine de douceur, tant dans le texte que dans les illustrations. Les touches d'humour parsemées dans ces dessins sont également délicieuses, et permettent une lecture très en profondeur (bien qu'elle ne soit pas nécessaire à la compréhension). Rebecca Dautremer travaille autour de l'histoire de la Belle au Bois dormant, et façonne un monde endormi, observé par deux personnages. le contraste est saisissant entre ce vieil homme et ce jeune homme, dessinés à traits légers, de petite taille, sans couleur, et le monde endormi, représenté sur des pages immenses, tout en couleurs et en riches détails.
J'ai trouvé cette réécriture du célèbre conte très fine, et magnifique. Pour moi, cette histoire questionne la possibilité de croire ou non aux contes de fées. En effet, à un certain âge, l'enfant doit se lasser de toutes ces belles histoires qu'on lui raconte, et se dire que tout cela n'a plus lieu d'être. Et pourtant, avec cette histoire tout en douceur, Rebecca Dautremer semble donner aux jeunes le pouvoir de prendre part aux contes de fées, d'en être pleinement acteurs, et donc de croire en la magie du monde.
C'est en tous cas le sens que j'ai trouvé à la lecture de cet album. Mais je suis tombée il y a peu sur une vidéo où, dans une interview, l'auteur n'avait pas du tout pensé à ce sens. Elle explique en effet qu'elle a pris pour point de départ l'interrogation suivante : comment réveiller un monde endormi ? Et elle a trouvé cette belle histoire, inspiré de la Belle au Bois dormant, pour y répondre. Et bien entendu, cette question est à prendre à tous les niveaux possibles ! La conclusion, qui est donc de laisser la porte ouverte aux contes de fées et à la magie, me rappelle très fortement la conclusion du dernier roman de Timothée de Fombelle ! Donc forcément, un énorme coup de coeur pour cet album !
Lien : http://chroniqueetudiantelet..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (2)
LeFigaro   05 janvier 2017
C'est un album dans lequel il fait bon plonger pour se mettre à l'abri du tumulte extérieur.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Actualitte   15 novembre 2016
Une ambiance extraordinaire, un charme envoûtant qu'il serait dommage de ne pas saisir.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
SaiwhisperSaiwhisper   05 octobre 2017
Viens, regarde.
Et écoute bien, parce qu'on n'entend presque plus rien ici.
La poussière dans le vent, ça ne fait pas beaucoup de bruit.
Commenter  J’apprécie          120
SaiwhisperSaiwhisper   06 octobre 2017
Pour conjurer le sort... Arrêter le machin... C'était QUOI, déjà ? Un truc tout simple, rappelle-toi...
Commenter  J’apprécie          50
l-ourse-bibliophilel-ourse-bibliophile   17 février 2017
C’est bien tranquille, évidemment.
Et c’est beau, c’est vrai.
Mais ça manque peut-être un peu… un peu de…
Tu vois ce que je veux dire ?
Commenter  J’apprécie          20
EspressoEspresso   29 juillet 2018
Dormir, dormir, d'accord!
Mais 100 ans?!... C'est un peu long, non?
Quatrième de couverture
Commenter  J’apprécie          20
LilizLiliz   06 novembre 2017
Et ça souffle, et ça ronfle.
Tout un monde qui se dégonfle.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Rébecca Dautremer (71) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Rébecca Dautremer
À l'occasion du salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil 2018, Rebecca Dautremer vous présente ses ouvrages " Les riches heures de Jacominus Gainsborough, le bois dormait " aux éditions Sarbacane.
Retrouvez les livres :
Les riches heures de Jacominus Gainsborough:
https://www.mollat.com/livres/2250370/rebecca-dautremer-les-riches-heures-de-jacominus-gainsborough
le bois dormait: https://www.mollat.com/livres/940427/rebecca-dautremer-le-bois-dormait
Notes de Musique : Free music archives.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : contesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1060 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre