AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782213705309
638 pages
Éditeur : Fayard (13/10/2021)
3.13/5   30 notes
Résumé :
Dix ans après "Sarko m’a tuer."
Cinq ans après « Un président ne devrait pas dire ça… »
Voici le nouveau livre politique de Gérard Davet et Fabrice Lhomme, grands reporters au journal Le Monde.

Après Sarkozy et Hollande, ils ont enquêté sur Emmanuel Macron. Plus de cent dix témoins de premier plan parlent, à visage découvert, crûment.
Ils confient aussi leurs documents.

Les auteurs racontent le pouvoir solitaire d’... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Verdure35
  21 octobre 2021
Cette fois les 2 compères du "Monde" ont eu plus de mal à percer les mystères de l'Elysée sous E.Macron; la liste des gens ayant refusé de répondre à leurs questions est bien longue, elle se trouve à la fin du livre...
Hormis les fusions -acquisitions qui ont bradé la haute industrie française du temps de Bercy, en remerciement une campagne financée sans difficulté aucune et pour lesquelles les juges se hâtent très lentement, c'est surtout à définir l'homme que se sont attardés les journalistes.
Il en ressort des confidences de ceux qui n'ont plus rien à perdre, des déçus internes du macronisme, de l'opposition raisonnable, qu'E.Macron, très intelligent, sous un fond de conviction libérale est un parfait pragmatique et un pur cynique. Après lui le néant.
Commenter  J’apprécie          242
BVIALLET
  16 novembre 2021
Après un double échec au concours d'entrée à Normale Sup, le jeune Emmanuel Macron réussit celui de l'ENA. Déjà, il commence à s'y constituer un réseau. Puis très vite le voilà à l'Inspection générale des finances et bientôt secrétaire à la commission pour la libération de la croissance économique française présidée par Jacques Attali, l'homme qui murmure à l'oreille de tous les présidents depuis Mitterrand, le faiseur de roi, l'éminence grise de la république qui le présente à Hollande juste avant que celui-ci ne devienne président. Il en fera un secrétaire général de la présidence, puis son ministre de l'économie et des finances. Il s'apercevra trop tard que Macron joue double jeu, le ringardise, le pousse vers la sortie et qu'il monte son propre mouvement « En Marche ». Finalement, en mai 2017, Macron réussit « le hold-up politique du siècle ». Jamais élu, sans véritable parti, mais avec l'énorme soutien des médias et de quelques milliardaires, il parvient à s'emparer du fauteuil de celui qu'il a trahi.
« Le traitre et le néant », nouvel opus du duo d'enquêteurs du « Monde », se présente comme un très long article de journal plus attaché à décrire la personnalité ambivalente de l'actuel chef de l'État que de vraiment pousser loin l'investigation. Les deux auteurs ont essuyé une longue suite de refus de participation à cet ouvrage. La liste de ceux-ci tient d'ailleurs sur plusieurs pages en fin de volume. Ni l'intéressé, ni sa femme, ni ses principaux ministres n'ont accepté de les rencontrer. Ils ont donc dû se contenter des échos de seconds couteaux et autres personnages du cercle dont une bonne majorité reste d'une discrétion de violette et d'une prudence pas trop étonnante quand on sait combien Macron est craint. Ces témoignages distillés un à un, sans véritable souci de chronologie ni de cohérence, nous brossent un portrait psychologique assez précis du personnage : prétentieux, arrogant, intrigant, populiste mais libéral, fluctuant, opportuniste, cynique, pragmatique, sans convictions, mais supérieurement intelligent et disposant d'un charme indéniable. Ces potins de cour, ce « verbatim », ne nous apprennent finalement pas grand-chose sur le fond. On aurait aimé en savoir plus sur les financements de sa campagne, sur ces milliardaires qui, ayant payé l'orchestre, ont pu choisir les morceaux joués. La manière dont sont traités la plupart des sujets (vente à la découpe du pays avec Alstom, Alcatel, Technip, Lafarge, Safran Identity, les chantiers de l'Atlantique et l'aéroport de Toulouse-Blagnac, CSG, retraites, révolte des Gilets Jaunes, crise sanitaire) est tout à fait décevante. Les auteurs s'en tiennent au narratif officiel dont tout le monde découvre peu à peu combien il était mensonger. Les rares mesures utiles sont toutes à mettre au crédit du président, les erreurs à la charge de ses subordonnées. Au bout du compte, le lecteur finit par avoir l'impression que nos deux pseudo-enquêteurs cherchent à innocenter un personnage qui n'aime ni la France ni les Français tout en lui concédant une personnalité assez détestable, mais sans vraiment désapprouver son exercice solitaire du pouvoir pour ne pas dire plus.
Lien : http://www.bernardviallet.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Blok
  28 octobre 2021
Macron, nettement plus intelligent que ses prédécesseurs, a refusé de parler aux auteurs sans garantie du droit de révision de ses propos. Il n'en est pas mieux traité pour autant (et peut-être plus mal; le journaliste du Monde est un animal rancunier) puisque ces derniers le considèrent comme plus calamiteux que ses deux prédécesseurs, ce qui serait pour le moins difficile quand on voit ce que ces derniers ont fait et couronnent l'ouvrage d'un titre pour le moins blessant. Au moins macron aura-t-il la satisfaction de n'avoir pas donné de verges pour se faire battre, étant tout de même nettement plus malin que les autres.
Bon, mais je sors du sujet. J'avais voulu lire ce livre, comme j'avais voulu lire "un président ne devrait pas dire ça" (qu'il aurait été plus juste d'intituler :"Un président ne devrait pas parler à des gens comme ça". pour reprendre la formule de Desproges "On peut rire de n'importe quoi, mais pas avec n'importe "qui" qui s'applique mutatis mutandis), à cause du battage dont bénéficié Davet et Lhomme grâce à leurs bons confrères. Et dans les deux cas, je n'ai pas eu le courage de poursuivre ma lecture au-delà du premier tiers du livre
Car ce n'est en définitive qu'un ramassis de conversations de couloir et de bistro (ou plutôt de diner en ville mais cela revient au même, recueillis auprès d'individus peu intéressants et finalement de peu d'influence, que les auteurs essaient de vous vendre comme de grands esprits et des faiseurs de roi.
Si encore ces ragots étaient amusants, mais ce n'est même pas le cas
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          114
DonaSwann
  03 novembre 2021
Peut-être ai-je bien lu ce qu'on appelle un "brûlot", vu que le livre, à peine publié, était épuisé et que j'ai dû le traquer, non pas sur internet où régnait bien la pénurie, mais dans les librairies physiques de mon département, qu'il était vilipendé sur les réseaux sociaux, à peine sorti, par des gens sans arguments...
Le meilleur que je donnerais contre lui est que, lorsqu'on a lu Crépuscule, on a déjà beaucoup d'éléments sur le Président de la République française actuel. Cette enquête, pour laquelle "cent dix témoins de premier plan" ont été auditionnés et prévenus qu'il n'y aurait pas de off, ni de relecture avant publication, a cependant son intérêt propre. J'avoue être beaucoup plus choquée et écoeurée en lisant ce texte-là. J'y ai trouvé la confirmation de ce que malgré ses gesticulations et d'autres analyses tordues, cet individu est bien de droite (la question est longuement débattue dans la première partie, probablement à cause des fascinations pour les étiquettes et le déni des faits, qui a régné au PS) mais il est tout sauf une personne qui mérite d'être à la magistrature suprême et il ne peut qu'y faire des dégâts, probablement irréversibles. Que certains qui l'ont approché, jugent qu'"il n'a pas de surmoi" explique à la fois tout ce qu'on constate, et rend la situation glaçante.
L'inconvénient de tant de témoins - et de la crainte parfois exprimée sans détour de subir la vindicte du président - c'est qu'ils se contredisent : tantôt Macron est un pur technocrate qui n'a rien compris à la politique ni à son propre pays, tantôt il est le seul politique de son équipe et toute la faute est mise sur son état-major, tantôt il a une vision, tantôt, il n'en a aucune et navigue à vue, tantôt il est cash et brut de pomme, tantôt il est incapable de dire son fait aux gens... Surprenant...
Je trouve que l'exposé des faits (et des forfaits), des trahisons (les petites comme les impardonnables) va beaucoup plus loin que chez Branco (qui dénonçait un système plus que la personne : "Ils ne sont pas corrompus, ils sont la Corruption"), avant même la page 100, la certitude vient que cet homme ne doit pas être réélu, faute de pouvoir le destituer pour haute trahison.
cf. la suite du billet sur mon blog :
Lien : http://aufildesimages.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
loeuillet
  05 novembre 2021
Qui est Macron ? Je vais faire un raccourci rapide : comme une fusée Ariane qui emporte tout et qui va retomber comme une m.... On découvre au fil du livre un manque d'idéologie ( d'après les auteurs) et de sens politique ( les politiques le disent eux mêmes). Qu'on va donc tirer de son quiquenant ? le "en même temps" ou changer de direction à tout bout de champs ? Qu'est ce donc le macronisme et ses députés ? Ils le disent eux même "on est une chambre d'enregistrement"... C'est long mais c'est instructif, après avoir "trahi" celui qui l a mis e' place sans le vouloir ( Hollande) et celui qui le conseil ( sarko), on ne sait plus quoi penser de tout ça.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
BVIALLETBVIALLET   16 novembre 2021
Il n’a pas d’amis, c’est un aventurier. C’est Rastignac sans lien avec personne, sauf avec lui-même.
Commenter  J’apprécie          30
BVIALLETBVIALLET   16 novembre 2021
En installant un face à face vénéneux entre lui et Marine Le Pen, l’apprenti sorcier Macron, qui a poussé l’exercice solitaire du pouvoir à son climax, a pris le risque insensé de placer l’extrême droite comme seule alternative.
Commenter  J’apprécie          00
BVIALLETBVIALLET   16 novembre 2021
Ce Macron, décidément, il l’apprécie. Il aime son côté solaire, son charme presque diabolique. Un Gérard Philipe qui aurait bifurqué vers la politique.
Commenter  J’apprécie          00
MichelinaixMichelinaix   12 octobre 2021
Un parti politique, c'est quatre choses. Un, c'est une doctrine, une philosophie, une vision du monde, une idéologie. (…) Deuxièmement, c'est une affectio societatis : 'Il est des nôtres', ça veut dire un goût pour être ensemble. Troisièmement, c'est un enracinement, un réseau. Dans chaque région, une présence, légitimée par les élections. Et, quatrièmement, c'est un leader. Si vous n'avez pas les quatre, vous tombez.

(François Bayrou au sujet de LREM)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
DonaSwannDonaSwann   03 novembre 2021
Son alter ego juppéo-sarkozyste, Alain Minc, dans les coulisses du pouvoir depuis si longtemps lui aussi, abonde : "Son problème, c'est le peuple, oui. Comme c'était le problème de Giscard. En plus, même s'il n'a pas le passé grand-bourgeois de Giscard, parce qu'il est du milieu petit-bourgeois, il n'empêche qu'il représente les élites, même physiquement." Enfin, voici Robert Zarader, autre conseiller de l'ombre, plus lointain, mais au jugement acéré : "Pour moi, il y a un fil conducteur : c'est le premier président confiné qu'on a : il connaît sa femme à 15 ans, les écoles, l'ENA, la banque, l'Élysée, ministre, président de la République. A quel moment il a pu... A quel moment il est sorti ?"
Comprenez : à quel moment est-il "sorti" de son univers, combien de fois a-t-il été en prise directe avec ceux que l'on surnomme de manière parfois méprisante les "vraies gens" ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Gérard Davet (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gérard Davet
Le traître et le néant : Les origines de l'enquête
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura