AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782894288351
Éditeur : Éditions Hurtubise (29/11/2005)
4.17/5   60 notes
Résumé :
Le deuxième tome de cette saga familiale nous ramène au logement des Dionne, sur la rue Notre-Dame, dans le même quartier ouvrier où le couple s’était établi après son mariage. Nous sommes au beau milieu des années cinquante cette fois (1954-1956), et pourtant les choses n’ont guère changé : malgré l’achat d’une nouvelle voiture et l’arrivée d’une mystérieuse télévision dans le salon de l’appartement miteux, Maurice est toujours aussi colérique et s’emporte à tout m... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
michelangelo
  02 novembre 2020
Michel David est un romancier chroniqueur de la vie québécoise de la seconde moitié du vingtième siècle. En France, on le classerait écrivain du terroir, avec tout cela comporte de dédain (car en France, on s'inscrit facilement dans un élitisme littéraire de bon aloi).
J'ai lu avec beaucoup de plaisir les trois premiers tomes de cette poussière du temps et par commodité, je vais vous relater l'ensemble dans une seule critique, puisqu'en fait, ces trois opus racontent une même histoire. Seule la chronologie des évènements permet de découper cet énorme pavé en trois parties distinctes.
Le narrateur a un projet ambitieux. Il veut décrire dans le détail la vie d'une modeste famille de Montréal. Jeanne, fille de paysans québécois rencontre Maurice par hasard. Après un flirt au cours duquel Maurice fait tout pour se montrer aimable et enjôleur, le couple se marrie et s'installe dans un très modeste appartement en zone populaire de Montréal. Très vite, Maurice laisse tomber le masque et se montre tel qu'il est, violent, égoïste et autoritaire. Malgré tout, c'est un travailleur acharné et, gros avantage il n'est pas buveur et ne traîne pas la rue après sa journée de labeur. Autrement dit, on n'aura pas une histoire du type Germinal à la sauce canadienne !
Les jours et les années, faites d'évènements simples de la vie courante de l'époque, coulent au fil des pages. Michel David met un soin particulier à transcrire au plus près l'ambiance de l'époque, le vocabulaire, les modes. Très vite on suit ce fil chronologique avec le plaisir qu'on peut avoir à suivre un feuilleton télévisé dans lequel les personnages deviennent rapidement nos amis de chaque soir…
Jeanne n'est pas ni une potiche ni une féministe. Fidèle à la morale de l'époque, elle veut réussir son mariage et fera tout pour mettre Maurice au pas sans qu'il ne s'en rende vraiment compte. Faute de contraception, les enfants arrivent rapidement et atteindront le nombre de neuf, rendant le couple incapable de sortir de la misère dans laquelle il semble condamné. Pour Maurice, tout est de la faute de Jeanne qui ne fait pas assez attention. le patriarcat fait rage ! le premier tome, Rue de la Glacière pose les fondements de la série.
Pourtant, à force de courage, les époux vont se hisser très lentement vers un avenir plus clément. C'est cette lente, très lente ascension sociale que nous suivons dans cette trilogie.
Dans le second volet, Rue Notre-Dame, la famille déménage pour une maison plus grande mais assez insalubre. les enfants grandissent et commencent à s'émanciper. Paul, l'aîné de la fratrie, souhaite ardemment s'extraire de ce milieu social qui lui fait honte. le téléviseur fait son entrée chez la famille Dionne. Maurice est toujours aussi coléreux et près de ses sous. Dès le plus jeune âge, les enfants sont mis à contribution et enchainent les petits boulots en plus de l'école. le lever est toujours matinal, même en hiver. Pourtant, la chance leur sourit cette fois. Maurice est choisi pour devenir concierge d'un collège !
Le couple va déménager une fois de plus. Cette fois, ils achètent à crédit une maison neuve. Ce ne fut pas sans les atermoiements de Maurice qui croit voire son argent filer entre ses doigts avares….
Ainsi commence le troisième volet de la saga intitulé Sur le Boulevard. Nous abordons les années soixante. La famille a trouvé son rythme de croisière et s'installe dans un certain confort à défaut de trouver l'opulence. le titre indique d'ailleurs clairement ce progrès social, puisque les Dionne accèdent au Boulevard et quittent les quartiers pauvres. Les enfants grandissent et soulèvent des problèmes liés immanquablement à cette croissance. Jeanne manipule avec aisance ce mari autoritaire dont on découvre petit à petit les bons côtés.
Le style de Michel David est simple, la narration coule avec aisance et les bons mots typiques fleurent bon le Canada oublié. On note évidemment certaines longueurs vite oubliées. le descriptif historique et sociologique prend le pas sur la banalité des faits rapportés.
Rien d'exceptionnel ne ponctue ce roman autre que les évènements de la vie ordinaire. le lecteur ne peut qu'éprouver un grand plaisir à s'immerger dans le flot d'une époque révolue et pourtant pas si lointaine. Après un temps de résistance assez court, je me suis laissé entraîner par l'auteur dans ce monde imaginaire mais bien réel qui laisse transparaître une émotion profonde qui n'est autre que celle de la vie, tout simplement.
Michelangelo 2/11/2020

Lien : http://jaimelireetecrire.ove..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Annabelle31
  27 janvier 2017
Second tome de la série "La poussière du temps", "Rue Notre-Dame" nous permet de retrouver Jeanne et Maurice Dionne ainsi que leur famille. L'action se situe vers le milieu des années 1950 ; le jeune couple est désormais parent d'une nombreuse famille de neuf enfants. Maurice, pingre, radin et tellement désagréable, mais heureusement courageux, fait de son mieux pour nourrir au mieux sa famille, et pourtant, malgré tout, le manque d'argent se fait sentir, d'autant plus que Maurice n'a qu'une idée en tête dès qu'il possède quelques économies, acheter une automobile, synonyme pour lui de la réussite sociale, quitte à se laisser berner lors de ses achats. Les aînés grandissent, et Paul le plus âgé de leurs fils, souhaite continuer les études afin de devenir prêtre, moins par vocation que pour fuir la misère familiale. Comme toujours, Jeanne, à l'écoute de ses enfants, va faire son maximum pour soutenir son fils contre l'avis de Maurice, qui, là encore ne va voir que dépenses inutiles...
Un second tome à la hauteur du premier, j'ai pris un réel plaisir à suivre le quotidien des Dionne, Michel David possédait un talent incontestable pour conter le quotidien des gens ordinaires, et j'ai hâte de découvrir ce que sera l'avenir de cette famille, à laquelle je me suis beaucoup attachée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
bebi
  06 juin 2019
Jeanne et Maurice sont aujourd'hui à la tête d'une famille nombreuse. Et locataire d'un appartement proche de l'insalubrité bien qu'entretenu correctement.
Entre les pertes d'emploi, les grossesses imprévues, les frais scolaires qui parfois s'accumulent et les problèmes de santé, c'est tout le paysage du Montréal des années 50 qui se déploie sous nos yeux. Au fil des années qui passent pour ce couple et leurs enfants se dévoile pour nous un mode de vie oublié…
Je suis to-ta-le-ment fan des livres de Michel David!! D'abord parce qu'il utilise un vocabulaire québécois (forcément), mais aussi parce qu'il plante ses histoires dans des époques passées.
A travers ses récits, je retrouve un parfum d'enfance, un temps où les gourmandises, même si elles étaient rares, étaient savoureuses, où les mères de famille étaient présentes, où les pères de famille avaient à coeur de nourrir leur famille, où chacun avait sa place dans la famille.
Les discussions entre voisins en fin de journée d'été, les petits paquets de Noël, et autres choses qui me font vraiment chaud au coeur sont racontées de simple manière, comme si je lisais un journal intime de quelqu'un qui aurait vraiment vécu cette époque.
Jeanne continue à faire preuve d'un courage magnifique. Dévouée à sa famille, soigneuse et économe, elle veille à faire vivre ses enfants, à leur créer un foyer chaleureux. Tandis que Maurice, toujours aussi râleur, se révèle être un homme travailleur, même s'il n'est pas toujours très organisé.
Quant aux enfants, ils développent chacun leur caractère propre, formant une fratrie très colorée.
Ce second tome est tout à fait dans la continuité de l'histoire que me racontait le premier. Et je suis toujours aussi conquise!
Je n'ai plus qu'une chose à faire: me plonger dans le tome 3!
Lien : http://au-fil-des-pages.be
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LesLecturesDuCrepuscule
  11 mars 2020
Nous continuons de suivre la vie de la famille Dionne, partageant leur épreuve et leur bonheur. Un grand nombre de choses changent et évoluent au cours de ce roman et cette petite famille n'est pas au bout de ses peines, mais malgré les bouleversements les moments de joies ne sont pas rares.
« La poussière du temps », c'est une histoire simple et touchante, la vie d'une famille qui poursuit son cours, au fil du temps, au fil des pages. Michel David nous livre ici un autre de ces romans dont la douceur nous transporte vers une autre époque, au milieu des années 50, un véritable coup de coeur.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
Annabelle31Annabelle31   23 janvier 2017
Le lendemain matin, à son retour du travail, Maurice découvrit la tante de sa femme déjà debout, occupée à confectionner du gruau chaud pour le déjeuner des enfants qui ne tarderaient pas à se lever. Il était déçu. Il avait vaguement espéré que Jeanne serait parvenue à s'en débarrasser
— Si tu veux du gruau, il va être prêt dans cinq minutes, lui offrit-elle, emmitouflée dans une épaisse robe de chambre brune en ratine.
Je mange juste des toasts avant de me coucher, fit Maurice en s'assoyant au bout de la table.
— Bon, comme tu veux. T'as juste à te les faire, dit la tante sans plus se préoccuper de lui.
— Où est Jeanne ? Elle est pas levée ?
— Laisse faire ta femme, lui intima-t-elle sévèrement. Elle doit se reposer. T'es quand même capable de te faire cuire deux toasts sur la fournaise, jamais je croirai.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Annabelle31Annabelle31   24 janvier 2017
L'ensemble des six immeubles vétustes de un et deux étages dont les adresses civiques allaient de 2303 à 2333, rue Notre-Dame, abritait seize familles très différentes les unes des autres. Elles possédaient tout de même un trait commun : la fierté. Aucune n'aurait accepté d'être considérée comme pauvre et la plupart dépensaient beaucoup d'énergie à sauver les apparences. Aussi étrange que cela puisse paraître à première vue, il existait des classes bien définies dans ce petit monde fermé où les préjugés avaient droit de cité comme ailleurs. Il y avait les honnêtes travailleurs sans histoire qui habitaient le quartier par manque de ressources et il y avait les autres. Ceux-là, on les saluait quand on ne pouvait faire autrement, mais il n'était pas question de les fréquenter ou de laisser jouer ses enfants avec les leurs...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Annabelle31Annabelle31   25 janvier 2017
Sacrement, veux-tu ben me dire comment t'élèves les enfants ? demanda rageusement Maurice à voix basse.
— Tu sauras que je les élève bien, Maurice Dionne. C'est pas de ma faute si t'es pas capable de dire deux mots sans sacrer. Le petit fait juste t'imiter. T'es le seul dans la maison à sacrer comme un charretier.
Commenter  J’apprécie          10
Annabelle31Annabelle31   27 janvier 2017
Paul se croisa les doigts et attendit avec une impatience croissante que sa mère en parle à son père ce soir-là. La vie sacerdotale ne l'attirait pas particulièrement. Il servait plus la messe pour se procurer de l'argent de poche que par piété. Par contre, s'il y avait une chose dont il était certain, c'était qu'il ne voulait pas vivre toute sa vie comme ses parents, dans un appartement miteux, à tirer le diable par la queue. Il n'y avait rien qu'il désirait plus que sortir de cette misère et ne plus avoir à faire la tournée des poubelles chaque vendredi matin pour posséder un peu plus d'argent en vendant des bouteilles vides.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Annabelle31Annabelle31   20 janvier 2017
Depuis le début de l'automne, la mère de famille se rendait compte qu'elle ne parvenait plus à joindre les deux bouts avec le maigre salaire de son mari. Nourrir neuf personnes avec vingt dollars par semaine, cela tenait de la prouesse et du miracle. De plus, comment arriver à trouver suffisamment d'argent pour habiller et chausser les enfants ? Comment payer leurs médicaments et leurs fournitures scolaires ? Son mari n'avait jamais l'air de s'inquiéter de ce genre de problème. Il semblait trouver normal qu'elle accomplisse des prodiges quotidiens avec aussi peu d argent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Michel David (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel David
Un bonheur si fragile T04: Les amours de Michel David aux éditions Kennes
1921. Son mari décédé, Corinne se retrouve seule pour exploiter la terre familiale. Encore une fois, elle fera face à l'adversité avec le caractère qu'on lui connaît. Heureusement, Philippe et Norbert s'investissent davantage ; Madeleine, elle, réalise le rêve de sa mère en devenant institutrice alors qu'Elise est attirée par la vie au couvent. de leur côté, Gonzague et Henri Boisvert sont toujours aussi détestables. Si le premier est de plus en plus bourru avec l'âge, le second rêve d'un bel héritage. Il y a aussi les amours : Philippe s'entiche de la petite Cécile Melançon, tandis que Madeleine reçoit la grande demande de Léopold. Voyant les projets de ses enfants prendre forme, Corinne se sent de plus en plus seule. Les voisins célibataires sauteront-ils sur l'occasion pour se rapprocher de la jeune veuve ? Corinne trouvera-t-elle enfin le bonheur tant espéré ?
http://www.lagriffenoire.com/1681-romans-un-bonheur-si-fragile-les-amours-vol4.html
Un bonheur si fragile Tome 1: L?Engagement de David Michel aux éditions
Alors que fidélité, piété et esprit de travail sont des vertus encouragées par le clergé tout-puissant, Corinne Joyal, issue d'une famille dont les membres sont liés par l'amour et l'esprit d'entraide, n'aurait jamais cru qu'en épousant Laurent Boisvert, elle allait faire son entrée dans une famille où l'argent et l'égoïsme sont rois. Dès les premiers mois de vie commune, Corinne découvrira rapidement que le fils de Gonzague Boisvert est un homme irresponsable et un coureur de jupons. Pendant cette première année de vie commune, elle fera néanmoins des rencontres avec des personnages colorés et attachants comme Rosaire, un adolescent orphelin, Juliette, la soeur de Laurent, et Wilfrid Boucher, le grand-père de son mari. Au fil des mois, la jeune femme, d'abord considérée comme une étrangère dans son nouveau village d'adoption, apprendra à se défendre autant des excès de son mari, qui aime bien prendre un verre, que de l'avarice de son beau-père, un homme rongé par l'ambition et en lutte ouverte avec le curé de la paroisse. À l'automne 1900, Laurent quitte le village plusieurs mois pour le chantier. Il apprendra alors que sa femme est enceinte et, pas prêt à affronter les responsabilités paternelles, il ne reviendra pas à la maison à la fin de cette première partie. Reviendra-t-il dans le tome 2 qui se déroulera en 1901 ou a-t-il fui à jamais?
http://www.lagriffenoire.com/52196-divers-litterature-un-bonheur-si-fragile-t01---poche.html
Vous pouvez commander Un bonheur si fragile T04 sur le site de la librairie en ligne www.lagriffenoire.com
+ Lire la suite
autres livres classés : saga familialeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2444 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre