AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782268060798
237 pages
Éditeur : Les Editions du Rocher (07/12/2006)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 15 notes)
Résumé :

Composée de réflexions tirées des carnets personnels d'Alexandra David-Néel et d'extraits de sa correspondance, des inédits pour la plupart, "La Lampe de Sagesse" est à la fois un portrait en filigrane de la célèbre voyageuse et un recueil philosophique. Ses pages retracent l'aventure spirituelle, de 1889 à 1969, d'une femme qui s'est voulue libre, nomade et bouddhiste. Pratique du renoncement, description de l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
denis76
  16 juillet 2019
Pffffff.... C'est un livre très intense.
Ce livre est un recueil des notes et lettres d'Alexandra David-Néel entre 1889 et 1969, date de sa mort terrestre, à 100 ans.
"Entourés de ténèbres, ne cherchez-vous pas une lampe ?" ( Dhammapada ).
N'est-ce pas l'origine du titre : "La lampe de sagesse" ?
.
Ces notes et lettres permettent de suivre l'évolution religieuse et géographique de l'auteure. D'origine protestante, fanatiquement chrétienne dans sa jeunesse, Alex voulait rentrer dans un couvent pour être mariée à Dieu. Puis elle se dit chrétienne libérale. Elle se marie finalement à Philippe Néel, mais profite des largesses de ce dernier pour financer des voyages vers l'orient et le bouddhisme qui l'attirent.
.
La civilisation occidentale la dégoûte, avec sa violence, ses guerres, son avidité commerçante. Elle passe donc plusieurs dizaines d'années de sa longue vie à méditer dans des ashrams indiens, surtout dans le Sikkim, proche de l'Himalaya.
Le bouddhisme et sa philosophie, bien qu'elle ne soit pas native d'orient, l'apaise beaucoup plus que le christianisme, surtout avec le fait que "la mort n'existe pas", même si elle ne sait pas ce qu'il y a après, dans l'au-delà, avant de revenir.
Tout n'est qu'apparence et ombre ici-bas, comprend-t-elle, les occidentaux qui veulent réaliser leur "moi" corporel sont des imbéciles, dit-elle.
.
Dans ses lettres à son mari qu'elle a abandonné et qui lui subventionne pourtant ses voyages, même après leur divorce, j'ai l'impression qu'elle s'adresse à lui comme à un petit garçon à qui elle doive faire la leçon du bouddhisme philosophique qui, selon elle, est supérieur au christianisme : son enthousiasme confine à l'orgueil.
.
Je trouve quelques faiblesses et incohérences dans les raisonnements de cette extraordinaire aventurière.
Une certaine morgue, une déception par rapport aux terribles dieux qui n'ont rien demandé, sauf par les écrits que seuls des humains ont publié ;
un passage du christianisme adulé au bouddhisme idolâtré en cassant sa première religion ;
la vanité de toucher au Nirvana dès sa découverte du bouddhisme ;
elle fustige les idées par adoption... comme toi, Alexandra, car il y a beaucoup trop de citations bouddhiques dans ce livre, et trop peu d'Alexandra, intéressante toutefois ;
"je suis née une sauvage, une solitaire" : pourquoi donc t'es-tu mariée alors, pour abandonner aussitôt ton mari ? Pauvre Philippe !
les multiples comparaisons entre les deux "religions" apportent peu de choses ;
elle ne croit pas au libre-arbitre, mais je pense qu'au contraire, on a toujours le choix ;
elle arrive à la haine du christianisme, pourquoi ? Haïr n'appartient pas à la sagesse bouddhique ;
elle revient vers les "endiamantées" avec envie : et alors, où est le détachement bouddhique ?
elle défend la guerre de riposte de 14-18 loin de son pays : que ne revient-elle pas s'engager comme infirmière ou autre en France ?
.
La comparaison des groupes de fans de "Grands Gourous" avec les voyages Cook est un misérable excellent trait d'humour : )
Alexandra David-Néel a écrit des aphorismes jusqu'à sa mort, à 100 ans, alors qu'elle n'y voyait plus et que ses doigts étaient paralysés.
.
Bon, le bouddhisme, d'après elle, prend les gestes d'affection et l'amour pour inutiles : je ne suis pas d'accord, mais cela n'engage que moi : )

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          478
LSH
  24 août 2014
J'avais un peu reproché à "Mystiques et magiciens du Tibet" ne pas laisser assez passer les émotions et impressions de la narratrice.
"La lampe de sagesse" vient donc combler ce manque en apportant un éclairage sur les pensées plus personnelles de l'auteure en reprenant certaines de ces correspondances ou encore des extraits de ces carnets personnels.
On peut ainsi suivre l'évolution de sa pensée et ceci tout le long de son existence.
Il est délicat de juger la pensée d'une autre personne dont l'oeuvre et l'existence sont de toute façon admirables mais puisque sa pensée est ainsi donnée en pâture à mon esprit critique, je ne vais pas me censurer :-)
Les premiers écrits sont un peu énervants non seulement par leur fougue mais aussi par une certaine "bondieuserie" qu'elle ne semblait pas encore avoir complètement dépassée. Je ne suis d'ailleurs pas certain qu'elle est complètement réussi à dépasser toute croyance à ce sujet malgré sa conversion au bouddhisme. Disons que c'est quelque chose dont elle a essayé de se convaincre mais il y a des totems qu'on ne peut déplacer si facilement...
Pour le reste, je peux que trop bien comprendre ses aspirations à la solitude, à une certaine forme d'ascétisme et de retrait du monde.
Je peux aussi comprendre sa recherche d'une philosophie collant à ses aspirations intimes.
C'est un usage courant de ceux qui sont (ou se sentent) différents de chercher quelques principes supérieurs qui en quelque sorte justifient leur état de dissidence.
J'admire aussi la lucidité de son regard sur de nombreux sujets.
Par contre, j'ai plus de mal à comprendre le dégout persistant qu'elle semble avoir ressenti envers l'existence.
Je peux encore très bien comprendre cela dans l'esprit d'une adolescente pétrie d'idéalisme mais pour mériter complètement son surnom de "lampe de sagesse" j'aurai aimé la voir évoluer et se réconcilier avec le monde tel qu'il est, dans un amor fati tout nietzschéen.
S'affirmer telle qu'elle est sans chercher à se "normaliser " ou à se soumettre aux diktats de son époque, c'est fort bien et même admirable et contribue à affirmer la vie. Ne pas accepter le monde tel qu'il est, est d'autant plus contradictoire.
Mais comme disait William Blake dans ses proverbes de l'Enfer : "Le corbeau voudrait que tout soit noir, et le hibou que tout soit blanc."
Cela demande peut-être un effort "surhumain" de transcender notre sensibilité personnelle quand nous regardons le monde par notre trou de serrure...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
denis76denis76   14 juillet 2019
Les steppes, les solitudes, les neiges éternelles, et le grand ciel clair de là-haut me hantent ! Les heures difficiles, la faim, le froid, le vent qui me tailladait la figure, me laissait les lèvres tuméfiées, énormes, sanglantes, les camps dans la neige, dormant dans la boue glacée et les haltes parmi la population crasseuse jusqu'à l’invraisemblance, la cupidité des villageois, tout cela importe peu, ces misères passaient vite et l'on restait perpétuellement immergé dans le silence où seul le vent chantait, dans les solitudes presque vides même de vie végétale, les chaos de roches fantastiques, les pics vertigineux et les horizons de lumière aveuglante. Pays qui semble appartenir à un autre monde, pays de Titans ou de Dieux. Je reste ensorcelée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1910
denis76denis76   13 juillet 2019
Combien est différente cette sagesse de l'Inde de la sainteté chrétienne. D'un côté, des croyants en qui vibre l'enthousiasme d'une foi ardente en la vie, en leur vie, et de l'autre, des philosophes aux yeux impassibles, au sourire un peu ironique, des sceptiques compatissant à l'aveuglement du vulgaire, morts à toute passion, conscients que tout est rêve et mirage.

NDL : j'aurai mon opinion sur cette phrase, dans ma critique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
denis76denis76   09 juillet 2019
Le bonheur est en nous. Réjouissons-nous dans la pratique du bien, n'attachons de prix qu'à ce qui peut contribuer à notre élévation morale et nous trouverons la paix et le repos puisqu'il ne dépend que de nous de faire toujours le bien et que tout peut servir à notre perfectionnement.
Commenter  J’apprécie          170
denis76denis76   11 juillet 2019
La femme n'est pas en infériorité, en passivité, en soumission dans l'amour. Elle est agissante et doit être libre comme l'homme.

NDL : bravo Alex (l'auteure ) ! C'est quand même dit en 1900, 3/4 de siècle avant Benoîte Groult.
Commenter  J’apprécie          194
denis76denis76   12 juillet 2019
" Quel sujet de rire, quelle joie y a-t-il en ce monde ? Entourés de ténèbres, ne cherchez-vous pas une lampe ?"
( Dhammapada )

NDL : d'où, peut-être, le titre du livre ? Cet écrit date de 1911, quand l'auteure découvre, après le christianisme, le bouddhisme et l'hindouisme, qu'elle trouve plus "grands" .
Il y a dans ce livre, trop de citations, et pas assez d' Alexandra : bien que fortement illuminée par les religions, sa personnalité influençable transpire quand même .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Lire un extrait
Videos de Alexandra David-Néel (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexandra David-Néel
Le plus grand explorateur du XXe siècle est une femme…
Découvrez la vie d'Alexandra David Neel à travers la vision de Marie Madeleine Peyronnet, sa dame de compagnie pendant plusieurs années. Ses voyages, ses rencontres, ses correspondances avec son mari, ses refléxions, sa philosophie.... Grand Angle vous livre une biographie humaine, sincère de cette femme qui a sans doute été l'une des femmes les plus révolutionnaires de son époque.
autres livres classés : tibetVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
320 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre