AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782266127332
352 pages
Éditeur : Pocket (03/09/2002)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 47 notes)
Résumé :
Avec pour cadre les solitudes enchantées du Tibet, voici "le premier roman qui ait jamais été écrit par un lama tibétain à la gloire de son haut pays des neiges, pour le monde du lointain Occident". Un récit signé d'Alexandra David-Néel et de son fils adoptif le lama Yongden, qui mêle à la passion et à l'aventure la pittoresque description des faits, coutumes et paysages du Tibet.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Valmont40
  09 février 2016
Si on ne lit qu'un seul livre d'alexandra david neel , il faut lire celui la pour la sensation de découvrir un paradis perdu
Commenter  J’apprécie          60
Hindy
  15 décembre 2010
Ecrit avec son fils adoptif le Lama Yong Den, plus qu'un roman une expérience métaphysique !
Commenter  J’apprécie          60
coline19
  13 décembre 2018
J'ai choisi ce livre merveilleux, tant il m'avait plu, pour le lire à voix haute et faire découvrir à ma mère agée de 96 ans, cette auteure fantastique. Quelle érudition, quelle belle écriture !
je le recommande vivement.
Vous y découvrirez les montagnes tibétaines, la rude vie des commerçants, les monastères, les coutumes de ce rude pays, certainement changées depuis.
Commenter  J’apprécie          00
amigo
  18 avril 2010
Un roman écrit par un Lama Tibétain à la gloire de son pays.
Un fabuleux voyage sur les terres des mystiques et des magiciens.
Commenter  J’apprécie          10
mtvidiani
  25 octobre 2012
Un nouveau voyage formidable.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
JacopoJacopo   19 octobre 2018
Quand ils eurent déjeuné avec de la tsampa et du thé au beurre, l’ermite s’adressa à Mipam.
— Tu agites en toi des pensées bien lourdes pour un enfant de ton âge, lui dit-il. Bien peu d’hommes faits pourraient en soutenir le poids. Tu sembles promis à une noble destinée. Si je le puis, j’essaierai de t’y préparer et d’éclaircir pour toi le sens de ce que tu pressens obscurément.
« Sache, toi qu’afflige la malveillance, que les êtres s’entre-témoignent, qu’à la racine de chaque acte cruel existe une fausse notion de notre « moi » et de celui d’autrui. Les actions du méchant lui sont inspirées par la crainte de souffrir ou par le désir d’accroître sa jouissance, sans qu’il s’aperçoive qu’en les commettant il risque, au contraire, d’attirer plus de souffrance sur lui et introduit, dans sa joie, le poison de l’insécurité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
JacopoJacopo   19 mars 2020
Après s’être exercés à reconnaître les formes des trente consonnes et les signes représentant les cinq voyelles, les écoliers étaient lentement initiés aux complications des lettres doubles et triples, celles qui se juchent sur la tête de leurs sœurs et celles qui s’accrochent à leur pied. On leur apprenait, ensuite, à distinguer les lettres muettes précédant ou terminant les mots et celles qui modifient le son des consonnes qu’elles précèdent ou des voyelles qu’elles suivent. Cette étude terminée, ils épelaient plusieurs centaines de pages avant d’être jugés capables de prononcer directement les syllabes. Beaucoup s’arrêtaient là et, souvent, ne soupçonnaient point que ces syllabes pussent être groupées pour former des mots et que ces mots avaient une signification.
Ces niais étaient déjà considérés comme « sachant lire » et jouissaient, de ce fait, d’une certaine considération parmi les villageois. L’homme capable d’assembler les mots en lisant un texte religieux passait presque pour un savant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
JacopoJacopo   19 octobre 2018
Des voies nombreuses, les unes matériellement profitables et les autres spirituellement excellentes, s’ouvrent devant les membres du clergé. Sous l’habit religieux, toutes les aptitudes peuvent être déployées avec fruit et, même, un manque total d’aptitudes n’empêche pas un trapa de goûter, au monastère, la douceur d’une vie végétative d’où l’effort est banni. Ainsi pensait la mère de Mipam, mais elle ne doutait pas de l’intelligence de son fils. Lui, ne somnolerait pas à l’arrière-plan ; il deviendrait un astrologue à l’air important, bien considéré, bien rémunéré, comme l’était le tsipa Chésrab et peut-être plus considéré, encore, et plus grassement rémunéré que lui. Ou bien, une plus noble carrière attirerait ce garçon étrange. En esprit, Tchangpal le voyait monter vers des cimes imprécises et disparaître mystérieusement au lointain dans une clarté surnaturelle pareille à celle qui avait illuminé la chambre où il naissait, pareille à celle dont elle l’avait vu nimbé, un matin, à l’orée des bois et – ce qu’elle ignorait – pareille aussi à celle qui avait enveloppé la clairière où l’enfant et le léopard s’étaient amicalement entre-regardés.
La bonne mère s’abandonnait, alors, à de longues rêveries qu’alimentaient d’incommensurables espoirs et une tendresse infinie pour son dernier-né.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DanieljeanDanieljean   09 août 2019
«Sais-tu quelle figure a l’avenir lorsqu’on le regarde?
Elle ressemble à la danse des poussières dans l’air, le long des routes, par les jours de sécheresse. Elles sont là au repos sur la route, elles existent, prêtes à répondre à l’incitation qui les mettra en mouvement. Le vent passe et les voilà qui se soulèvent, voyagent et dansent, se rapprochant, se heurtant, formant des groupes, des dessins imprécis qui se défont avant qu’on ait eu le temps de reconnaître à quoi ils ressemblaient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
JacopoJacopo   19 octobre 2018
Quand il se réveilla, il faisait jour, un jour singulier, plus doré, lui semblait-il, que celui des matins ordinaires et dont la clarté uniforme baignait, sous les arbres feuillus, les endroits qui, naturellement, eussent dû demeurer dans l’ombre. À quelques pas de là, un léopard couché, immobile, le considérait avec ses grands yeux verts attentifs.
Oh ! se dit Mipam lorsqu’il eut compris qu’il était éveillé, ce léopard aurait-il dévoré mon taureau ? – Mais il ne lui vint pas à la pensée qu’il courait le risque d’être dévoré lui-même. Et comme le léopard était beau, qu’il n’en avait jamais vu de vivant et savait qu’en approcher un d’aussi près est chose très rare, puis aussi parce qu’il était encore fatigué, Mipam demeura couché regardant la bête qui le regardait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Alexandra David-Néel (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexandra David-Néel
5/5 Alexandra David-Néel : Le Tibet tel que je l’ai vu - Entretiens avec Michel Manoll (1954-1955)
Alexandra David-Néel 5/5 : Le Tibet tel que je l’ai vu - Entretiens avec Michel Manoll (1954-1955). Montage radiophonique : Harold Portnoy. Série de neuf entretiens diffusés sur la Radiodiffusion-télévision française (RTF) entre 1954 et 1955. Photographie de droite : Alexandra David-Néel et Aphur Yongden, en 1924, devant le palais du Potala. En 1924, Alexandra David-Néel est la première femme à avoir pu entrer dans la ville tibétaine de Lhassa. Son voyage demeurait mystérieux et inconnu du reste du monde. En 1954, trente ans après cet exploit, l’aventurière raconte ce pays tel qu’elle l’a vécu. Elle se confie à l'écrivain Michel Manoll. L'entretien, il est bon de le préciser, débute quatre ans après l'invasion du Tibet par la Chine, soit en 1950. Alexandra David-Néel considère que ces deux peuples voisins « ont toujours eu des relations mais qui, pour des raisons parfois antagonistes, ne les poussent pas à s'embrasser ». La discussion se poursuit autour de ses impressions et analyses sur les différents aspects de la vie tibétaine, la société, la religion, la place des femmes et la littérature. « Il n'est pas nécessaire de rouler sur l'or pour voyager et vivre heureux sur la bienheureuse terre d'Asie. » Louise Eugénie Alexandrine Marie David, plus connue sous le nom d'Alexandra David-Néel, née le 24 octobre 1868 à Saint-Mandé, morte à près de 101 ans le 8 septembre 1969, est une orientaliste, tibétologue, chanteuse d’opéra, journaliste, écrivaine et exploratrice, franc-maçonne et bouddhiste de nationalités française et belge. Elle fut, en 1924, la première femme d'origine européenne à séjourner à Lhassa au Tibet, exploit dont les journaux se firent l'écho un an plus tard et qui contribua fortement à sa renommée, en plus de ses qualités personnelles et de son érudition.
1/5) 1er et 2ème entretien : https://www.youtube.com/watch?v=KOECb.... 2/5) 3ème et 4ème entretien : https://www.youtube.com/watch?v=uVMbj.... 3/5) 5ème et 6ème entretien : https://www.youtube.com/watch?v=mjsJ_.... 4/5) 7ème et 8ème entretien : https://www.youtube.com/watch?v=ciOgl.... 5/5) 9ème et dernier entretien : https://www.youtube.com/watch?v=XJW-Q.... Sources : France Culture et Wikipédia
+ Lire la suite
autres livres classés : tibetVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1355 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre