AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782745977106
30 pages
Milan (02/09/2015)
4.32/5   53 notes
Résumé :
Tim aime beaucoup son grand-père.
Et Grand-Père adore Tim.
Et ça, ça ne changera jamais.

Un beau livre, très réconfortant, qui montre combien ceux que
l'on aime restent proches, même quand ils ont dû partir... très loin.
Que lire après Capitaine PapyVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
4,32

sur 53 notes
5
9 avis
4
4 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis
Etrange album qui raconte la visite de Tim à son grand-père, la clé est sous le pot de fleurs, le papy absent...
Et puis finalement ce grand-père qui l'appelle, dans le grenier où une porte secrète permet à nos deux héros de s'échapper pour un voyage sur les mers, jusqu'à l'arrivée dans une superbe ile. Je n'aime pas ce genre d'album, où d'un seul coup l'histoire bascule dans l'imaginaire... Et puis Tim revient seul et dans la maison " Rien n'a bougé, c'est toujours comme avant. Sauf que Grand-père n'est plus là."
Et là j'ai compris ce que racontait cet album et j'ai trouvé cela très beau, très fort et plutôt émouvant. Les pages fourmillent de détails et le message est clair même s'il n'est jamais dit.
J'ai testé l'album a une " grande " de 7 ans. elle n'a pas été convaincue.
" Comment tu sais qu'il est mort?"
Outre le fait que c'est écrit en 4 e de couverture le message ne semble pas évident pour les enfants qui restent dans le côté fantastique... Ce voyage à partir des toits de la ville, cette ile paradisiaque...
Un bel album qui peut accompagner pour dire que les souvenirs restent, et sont là très présents mais difficile à comprendre finalement. On peut le lire à 2 niveaux du coup. Papy a choisi une nouvelle vie loin du monde...
Benji Davies est l'auteur de la série Ours tu dors, une série de 4 albums trop mignons sur l'amitié, chez Little Urban.

Commenter  J’apprécie          193
« Maman, est-ce que papy est devenu de la poussière d'étoiles ? Et est-ce que je peux lui parler dans ma tête pour qu'il me manque moins ? »
Une petite tête blonde ébouriffée me fixe à travers ses lunettes embuées et attend des réponses de ma part, des explications, un remède, n'importe quoi qui l'aide à se sentir mieux. C'est vrai quoi mince, d'habitude on se sent beaucoup moins triste après un câlin, et puis avec papa vous avez toujours la solution pour arranger les choses et réparer mes chagrins, pourquoi cette fois ça ne marche pas, pourquoi j'ai toujours envie de pleurer et pourquoi même pleurer ne suffit pas ?
Papy te manquera toujours mon chéri et c'est normal d'être triste, mais tu verras que petit à petit tu te sentiras mieux tout de même parce que, oui mon chéri, ton papy est toujours partout avec toi, dans ton coeur, dans ta tête ou dans les étoiles, comme tu préfères, tu le porteras toujours-toujours avec toi.
Les lunettes embuées me fixent sans un mot. Cette fois ci, malgré toute la tendresse dont on le submerge, des mots doux et un câlin ne suffisent pas.
Capitaine Papy, c'est l'histoire de cette conversation, qu'on voudrait ne jamais avoir. Mais sous la tristesse, c'est une manière d'illustrer cette chance d'avoir une complicité merveilleuse avec ses grands-parents, de mettre en lumière leurs incroyables aventures réelles et imaginaires, comme un magnifique voyage radieux dont on doit affronter le trajet du retour seul sur une mer agitée. Mais on tient bon, on garde le cap et à l'arrivée, ce sont bien les souvenirs du voyage aller qui seront les plus forts, les aventures de l'enfance ne disparaissent jamais – et à travers ces souvenirs, tu vois, papy reste près de toi.
Les lunettes sont toujours embuées, mais le câlin devient plus doux, on accepte de lâcher prise et on ne s'étonne même pas que maman aussi se mette à renifler en fermant cette histoire aussi belle que ses illustrations colorées.
Je ne sais pas si la petite tête blonde ébouriffée a compris la métaphore de cet album d'aventures, mais l'histoire a réussi à l'apaiser – et à me faire pleurer.
Commenter  J’apprécie          80
Un album sur le décès du grand-père, le deuil et le départ au paradis.

Ce dur moment de vie est toujours difficile à aborder avec des enfants, ainsi ce livre attire nécessairement, par son thème, l'adulte en quête d'outil pour expliquer, imager, verbaliser.

De belles couleurs, des dessins agréables, une police d'écriture très lisible sont également des atouts.

Cependant, le départ du grenier qui ouvre sur un paquebot pour découvrir une île paradisiaque, même si c'est un récit joyeux, me semble trop métaphorique et complexe pour permettre une réelle compréhension chez l'enfant. A neuf ans, en relisant cet album, ma fille a saisi immédiatement ce qu'elle n'avait pas perçu quand le livre lui a été offert à ses cinq ans.

En conclusion, même si l'idée paraît bonne, je reste mitigée sur son traitement.
Commenter  J’apprécie          113
Cet album, emprunté à la bibliothèque, a attiré mon attention grâce à sa couverture colorée et au titre qui m'inspirait bien. En le lisant à mes enfants de 4 et 6 ans, je me suis trouvée émue en devinant que cette histoire était une façon imagée d'évoquer la mort du grand-père, d'une façon positive, onirique, originale : la lourde porte située dans le grenier de la maison du grand-père de Tim débouche sur le toit devenu paquebot... C'est parti pour une longue traversée durant laquelle le grand-père tient bon la barre... jusqu'à arriver sur une île où les deux personnages partagent de bons moments. Puis vient le moment où le grand-père annonce à son petit-fils qu'il va rester là. Tim doit alors rentrer seul chez lui, et ce n'est pas facile de naviguer seul, mais il y parvient. Tout cela ressemblait à un rêve mais, le lendemain, lorsque Tim revient dans la maison de son grand-père, il n'est effectivement plus là. Une lettre l'attend, avec une photo de son grand-père en bonne compagnie sur son île : il semble bien se porter, au loin.

Si j'ai apprécié cette histoire, les dessins, l'imagination, je suis assez partagée par rapport à la signification, au message que cette histoire peut faire passer. le grand-père est-il vraiment mort ? Il continue de communiquer avec son petit-fils via la lettre qu'il lui a envoyée (par quel biais ?). Mais après tout, ce n'est peut-être pas l'essentiel de cette histoire, de savoir si le grand-père est mort ou pas. La question de la séparation, les bons moments partagés et comment composer avec l'absence de l'être cher et se débrouiller seul (en ayant bénéficié d'une transmission, d'un passage de relais - savoir naviguer sur le paquebot) me paraissent plus intéressants, dans la façon dont cette histoire est contée. Quant à la réaction de mes enfants, ils n'ont pas compris que le grand-père était mort mais plutôt, littéralement, qu'il était parti s'installer sur une île, comme pour de longues vacances, et cela semble leur avoir très bien convenu ainsi. Ce n'est peut-être pas un livre que je choisirais pour évoquer la mort puisque je le trouve trop flou à ce sujet, en revanche dans le cadre d'une séparation, d'un proche gravement malade, peut-être bien davantage.
Commenter  J’apprécie          10


Une lecture sur la disparition d'un proche, et en particulier un grand-père, on ne peut pas dire que cela soit très original car le sujet a été traité à maintes reprises déjà.

L'originalité est plutôt à chercher dans la manière d'aborder les choses, par le biais d'une belle aventure, et dans ces illustrations gais et colorées, qui abordent la mort de manière assez détournée, suffisamment pour ne pas plomber l'ambiance et replacer la mort d'un ancien à sa juste place, comme un évènement triste, marquant, mais tout à fait naturel. Il y a avant tout de la vie dans cet album.

Tim est un petit garçon, d'une dizaine d'années à peine, qui aime passer du temps chez le voisin, son grand-père. Il lui rend régulièrement visite, y a ses petites habitudes.

Un jour,son grand père lui révèle un grand secret ... au fond du grenier rempli de trésors, sous un drap, se cache une grande porte en acier. Juste devant, les valises sont déjà prêtes, le voyage peut commencer.

La porte s'ouvre sur un paquebot, prêt à partir. La sirène retentit et le bateau prend le large vers une île sauvage. Très vite grand père y trouve ses marques, aidé de son petit fils, il se construit une belle cabane. Ensemble ils découvrent l'île et ses merveilles, prennent le temps de dessiner ce qu'ils voient, de se baigner dans les cascades, et de faire connaissance avec toutes les espèces animales accueillantes et chaleureuses qu'ils rencontrent.

Puis il est temps pour grand-père d'avouer la vérité à son petit-fil : "Il y a quelque chose dont je veux te parler depuis un moment. Figure-toi que ... je crois que je vais m'installer ici."

Vient alors le moment des adieux. Tim est triste, son grand père lui manquera. le chemin du retour est un peu moins joyeux "Sans Grand-père, le voyage semble beaucoup plus long. Mais Tim tient bon la barre et rentre sain et sauf à la maison."

Et l'après est abordé avec ces quelques lignes d'une grande simplicité :

"Le lendemain matin, Tim revient dans la maison de grand-père. Rien n'a bougé, c'est toujours comme avant. Sauf que Grand père n'est plus là. Au grenier, tout est silencieux. La porte en acier à disparue. Comme si elle n'avait jamais existé."

Rêve ou réalité... Les enfants puisent parfois dans des trésors d'imagination pour accepter la réalité bien plus facilement que nous... un merveilleux voyage symbolique où tout n'est qu'effleuré avec simplicité, tendresse et gaité. Et une très belle complicité entre deux générations car c'est probablement là le thème principal de cet album, cette relation sincère, unique, indispensable que peuvent nouer les enfants avec leurs grands-parents.

La fin astucieuse, laisse la possibilité, si on le souhaite d'aborder cet album sans parler de la mort en soi mais plutôt de l'absence sous toutes ses formes, ce qui préparent progressivement les enfants à l'inévitable, l'idée qu'un jour, cette relation s'arrêtera mais leur rappelle aussi que le coeur d'un enfant est bien assez grand pour contenir tout l'amour qu'on leur porte, ceux des vivants, des morts et des absents et que la relation y existe à jamais, figée pour l'éternité !


Lien : http://casalaurette.over-blo..
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Tim, dit soudain Grand-Père. Il y a quelque chose dont je veux te parler depuis un moment. Figure toi que ... je crois que je vais m'installer ici.
- Ah bon ? répond Tim. Mais tu n'as pas peur de te sentir trop seul ?
- Non, assure Grand-Père avec un sourire. Je ne pense pas que je me sentirais seul.
Commenter  J’apprécie          20
Sans Grand-Père, le voyage semble beaucoup plus long. Mais Tim tient bon la barre et rentre sain et sauf à la maison.
Commenter  J’apprécie          20
Tim serre Grand-Père dans ses bras une dernière fois. Il va beaucoup lui manquer.
Commenter  J’apprécie          20
Durant des milles et des milles, le paysage est le même : la met et le ciel, le ciel et la mer ...
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Benji Davies (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Benji Davies
L'improbable duo de "Dis Ours, tu dors ?" aux éditions Little Urban était à l'honneur pour la nuit de la lecture ce weekend ! Bravo à Rachel & Caroline pour cette lecture
Ours tombe de sommeil. Il aimerait tellement passer une bonne nuit. Canard, son voisin, est particulièrement en forme. Il aimerait tellement un peu de compagnie. Et s'il allait voir Ours ?... Un duo hilarant et une belle histoire du soir illustrée par le très talentueux Benji Davies.
autres livres classés : grand-pèreVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (109) Voir plus



Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1525 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre

{* *}