AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Lisa Rosenbaum (Traducteur)
EAN : 9782743611552
450 pages
Éditeur : Payot et Rivages (17/10/2003)
4.1/5   54 notes
Résumé :
Deux événements bouleversent la vie studieuse et monotone du très néo-gothique collège St John : la découverte d’un manuscrit inédit de Rabelais et le retour de frère John. Hollier et McVarish, deux érudits, héros de l’histoire, se disputent le manuscrit jusqu’au jour où McVarish est assassiné dans des circonstances bizarres.
Ce livre n’est pas seulement le roman d’un drame à l’université ; on y parle de lutherie, de vie monastique, d’analyse scientifique de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Patsales
  20 juillet 2021
Si, selon Platon, l'âme ne cesse de voyager de corps en corps, il y a fort à parier qu'à chaque naissance ça se bouscule pas mal au portillon du ciel des idées pour être le premier à se précipiter entre les jambes de la parturiente. J'ai comme dans l'idée que quand le jeune Robertson Davies a pointé le bout de son nez, François Rabelais et Oscar Wilde, lassés de copuler ensemble depuis un bon moment déjà, se sont précipités sur le nouveau-né en oubliant de se desenchevêtrer d'abord. Umberto Éco, toujours prêt à voir des signes partout, penché sur le couple dans sa frénésie de notations, ne put s'écarter à temps, et c'est donc ce trio improbable qui dégringola avec assez peu de dignité dans le corps potelé de bébé Davies juste avant qu'il ne poussât son premier cri. Ces étourderies furent ô combien fécondes puisqu'elles nous valent ce roman étourdissant, débordant d'esprit victorien, d'érudition humaniste et d'impudente grivoiserie.
On y apprendra donc avec profit
à reconsidérer le sacerdoce. « …comment devient-on moine ? Vous faites le tour des monastères pour voir qui veut bien vous accepter. Or, ça, ce n'est pas évident du tout. Les religieux se méfient en effet des gens qui veulent soudain mener leur genre de vie ; ils ne se considèrent pas comme une alternative à la Légion étrangère. ».
à profiter des opportunités du monde moderne pour simplifier la recette des philtres d'amour. « - … comment t'es-tu procuré le sang de Maria? - Grâce à ces trucs, tu sais, ces trucs gadje qu'elle introduit en elle chaque mois. Tu en mets un dans le presse-ail et pffft! le tour est joué. »
à réviser les évangiles apocryphes. « Ô Simon, vous devez tout de même vous rappeler les anges rebelles ! C'étaient de vrais anges: Samahazai et Azazel. Ils trahirent les secrets célestes au profit du roi Salomon, et Dieu les chassa du Ciel. Que firent-ils alors ? Passèrent-ils leur temps à se morfondre et à comploter contre le Seigneur ? Pas du tout! A la différence de Lucifer, ce n'étaient pas des narcisses rancuniers… Ils descendirent sur terre où ils enseignèrent les langues, l'art de guérir, les lois et l'hygiène… »
Mais le meilleur est sans doute que Davies, conscient de ce que cette triple hérédité pouvait engendrer de fatuité dopée aux hormones mâles, a placé ses trois mandarins sous l'autorité de cette chère Jane Austen qui en a profité pour exiger que l'histoire finisse par un mariage en bonne et due forme. Avec une mariée qui soit une vraie jeune fille. « Quand même pas! » a rugi en ricanant la sainte trinité des érudits . Allez… Va pour une demi-vierge.
Définition du bonheur : 1) avoir fini un roman de Robertson Davies, et 2) savoir que ce roman n'est que le premier tome d'une trilogie de 1400 pages. Alléluia.
Et encore merci à l'amie babeliote (est-ce vous, Bilodoh?) qui m'avez glissé son nom au détour d'une critique. Je vous dois mille remerciements.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          357
bilodoh
  23 juin 2020
Un roman du siècle dernier, dans le décor gothique d'un collège ontarien.

Avec des personnages savoureux :

- des professeurs d'université, obnubilés par leurs domaines de recherches pointus (parfois même un peu merdique…)
- une jeune étudiante géniale mais trop jolie qui a du mal à se faire prendre au sérieux et qui a du mal à concilier son scepticisme scientifique et ses origines tziganes…
- un théologien, pasteur et très croyant, dont les convictions sont parfois bousculées…

- un ancien du collège, un être original et complètement déjanté, revenu hanter ses vieux amis et surtout leur emprunter de l'argent…
Avec aussi des envolées philosophiques, des explications scientifiques et des discours littéraires, des alliances et des rivalités, des amitiés et des jalousies, des amours et du sexe, et même une mort suspecte !

Un roman multiforme qui traite avec humour de ce tout petit monde (comme dirait David Lodge…)
Commenter  J’apprécie          290
cmpf
  23 octobre 2020

C'est un roman dans le milieu fermé de l'université, au Canada.
Une jeune femme, d'origine hongroise, à demi-gitane, est une très bonne étudiante en fin de parcours, son sujet de recherche est Rabelais. Justement un leg a été fait un collège St John et Holly, par un collectionneur brouillon qui a choisi trois professeurs pour exécuteurs testamentaires. Et parmi les centaines de toiles, sculptures et documents écrits, un manuscrit de Rabelais mais qui disparaît très vite.
Par ailleurs Parlabane, ancien élève et professeur revient et jette un grand trouble dans ce microcosme. La lutherie, la divination ont aussi leur place dans ce roman (trop) touffu.
J'ai été un peu déçue. Je préfère les romans de David Lodge.

Commenter  J’apprécie          90
tristantristan
  08 décembre 2017
Plaisir remarquable à la lecture de ce roman plutôt drôle.
Par contre, j'ai essayé sans joie de lecture d'autres romans du même auteur ("Le manticore", "l'objet du scandale") donc je m'arrête sur celui-ci.
Commenter  J’apprécie          40
isa26
  05 juillet 2018
J'ai lu ce roman il y a très très longtemps . A l'époque je l'avais trouvé érudit, drôle et passionnant avec des personnages attachants voire truculents (l'héroïne, latiniste plus que distinguée , sa mère, tzigane sédentarisée par amour ...) .
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
SachenkaSachenka   26 juin 2017
- J'ai l'impression que ces appartements n'ont jamais été nettoyés, dit McVarish. Votre oncle avait la phobie des femmes de ménage. Je me souviens qu'il disait : "Vous avez vu les ruines de l'Acropole? Des pyramides? De Stonehenge? Du Colisée de Rome? Qui les a mis dans cet état? Des imbéciles vous affirmeront que c'étaient des armées d'invasion ou l'effet d'érosion du temps. Pas du tout! C'étaient des femmes de ménage!" Selon lui, celles-ci employaient des chiffons à poussière garnis de boutons pour fouetter tout ce qui pouvait avoir une surface délicate.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
bilodohbilodoh   23 juin 2020
Nous sommes enclins à penser que le savoir humain est en progrès constant ; parce que nous en savons de plus en plus, nous croyons que nos parents et nos grands-parents ne sont plus dans le coup. Mais on pourrait avancer la théorie contraire, dire que nous connaissons simplement des choses différentes à des périodes différentes et de manière différente. Ce qui jette un jour nouveau sur la mythologie : les mythes ne sont pas morts, ils ne sont que compris et appliqués différemment.

(Points, p.229)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
bilodohbilodoh   20 mai 2020
De même que pour Calvin l’humanité est divisée entre élus, choisis pour être sauvés. et réprouvés, de même pour moi le savoir l’est également : il y a ceux auxquels il vient naturellement et ceux qui doivent peiner pour l’acquérir. Avec les élus du savoir, on a moins l’impression de leur apprendre quelque chose que de leur rappeler des connaissances qu’ils ont déjà.

(Points, p.62)
Commenter  J’apprécie          70
nabakeltinabakelti   28 mars 2017
Le mal n'est pas quelque chose que l'on fait : c'est quelque chose que l'on est et qui contamine tout ce qu'on fait.
Commenter  J’apprécie          20

Video de Robertson Davies (1) Voir plusAjouter une vidéo
autres livres classés : littérature canadienneVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2183 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre